Nouvelle vie pour l’hydrolien du Raz Blanchard, le plus puissant courant d’Europe

Bien qu'oubliée de la Programmation Pluriannuelle de l’Energie, la filière hydrolienne se maintient à flot contre vents et marées. La société Hydroquest confirme avoir repris la concession de la ferme pilote anciennement détenue par EDF dans le raz Blanchard. Celle voisine d’Engie était déjà passée aux mains de l’écossais Simec Atlantis.

3 mn

En avril 2019, Hydroquest a immergé un prototype d'hydrolienne de 1.400 tonnes sur le site d'essai de Paimpol Brehat. Deconnecté du réseau en mars dernier, ses résultats ont été concluants.
En avril 2019, Hydroquest a immergé un prototype d'hydrolienne de 1.400 tonnes sur le site d'essai de Paimpol Brehat. Deconnecté du réseau en mars dernier, ses résultats ont été concluants. (Crédits : Hydroquest)

Pendant les grandes marées, seul le marin aguerri se risque à emprunter ce détroit de quelques kilomètres situé entre la pointe de la Hague et l'île anglo-normande d'Aurigny (alias Alderney outre-Manche). Traversé par le troisième courant de renverse le plus puissant du monde, le Raz Blanchard peut à l'occasion se muer en lessiveuse. De quoi terroriser le pêcheur inexpérimenté  ... mais aiguiser l'appétit de la filière hydrolienne qui a les yeux de Chimène pour ce gisement marémoteur dans lequel la vitesse du courant peut avoisiner 12 nœuds (22 km/h).

Aurifère sur le papier, ledit gisement a pourtant bien failli demeurer inexploité. Lâchés par leurs turbiniers respectifs (Naval Energies et GE) et échaudés par le refus du gouvernement de soutenir commercialement l'hydrolien au bénéfice de l'éolien marin plus mature, EDF Renouvelables et Engie avaient renoncé à y établir des fermes pilotes en 2018. Remises en jeu, leurs concessions ne sont pas restées orphelines.

Hydroquest passe la surmultipliée

La société grenobloise Hydroquest vient d'annoncer avoir repris celle d'EDF pour un montant non communiqué. Détenu par le groupe CMN qui est également son partenaire industriel, ce pionnier français de l'hydrolien veut y immerger sept énormes machines d'une puissance de 2,5 mégawatts (MW) chacune. Celles-ci seront deux fois et demi plus capacitaires que son prototype de 1400 tonnes testé, avec succès, depuis le printemps 2019 sur le site d'essai de Paimpol Bréhat.

« Cette ferme pilote sera la plus puissante au monde (17,5 MW ndlr) et permettra de démontrer la pertinence de l'hydrolien marin dans le mix énergétique français et européen » veut croire son président, Thomas Jaquier. De conception originale, les turbines à double axe vertical seront fabriquées et assemblées à portée de vue du détroit, dans les ateliers cherbourgeois des CMN, dimensionnés pour ce type de construction XXL. Hydroquest assure qu'elles seront moins chères et plus légères en proportion que le premier démonstrateur.

Simec Atlantis persiste et signe

C'est à un écossais, également précurseur de l'hydrolien, qu'a échu la seconde concession du Raz Blanchard. A l'été 2020, Engie a cédé gratuitement ses droits à l'entreprise Simec Atlantis Energy (SAE) associée au métallurgiste cherbourgeois Efinor et au fonds d'investissement Normandie Participations créé par la Région. A horizon 2023, le consortium prévoit de placer sur les fonds marins quatre turbines d'une puissance totale de 12 MW sur le modèle de celles déjà immergées sur le site expérimental de Meygen en Ecosse. Montant de l'investissement : environ 70 millions d'euros.

L'hydrolienne de Simec Atlantis

Comme son concurrent, le groupement cherche à réduire les coûts dans l'espoir d'intéresser des investisseurs. « En utilisant la technologie du hub sous-marin comme celui installé à Meygen, nous serons en mesure de réduire le nombre de câbles d'exportation de quatre à un seul, abaissant considérablement à la fois les coûts d'installation offshore et l'impact environnemental » faisait récemment valoir Graham Reid, président de Simec Atlantis.

Soutenu par l'exécutif de la Région qui veut croire dans le développement de l'hydrolien, l'écossais ambitionne, à terme, d'exploiter jusqu'à 2 GW de puissance dans le Raz Blanchard ainsi qu'1 autre GW provenant de concessions adjacentes placés sous le contrôle des Etats d'Alderney. Lesquels se sont déjà engagés à racheter l'électricité qui pourrait y être produite.

Notons que SAE et Hydroquest devraient pouvoir émarger au programme franco-britannique TIGER (Tidal Stream Industry Energizer) doté par l'UE d'un peu plus de 45 millions d'euros. Objectif : accompagner le déploiement de 8 MW hydrolien et diviser par trois le coût du MW produit à horizon 2030.

3 mn

Women for Future

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 9
à écrit le 16/05/2021 à 3:10
Signaler
pas mature donc pas rentable. Vaut mieux se concentrer sur les energies plus rentables. ( 42 euros pour le KWH eolien offshore produit par exemple (derniere enchere pour le dernier parc prevue dans la manche)) Autre energie non rentable ; le nucleau...

le 16/05/2021 à 9:49
Signaler
@michel Sauf que le nucléaire fonctionne tout le temps pour des puissances énormes et accessoirement occupe en surface un espace réduit.

à écrit le 14/05/2021 à 12:43
Signaler
à 22 km/h (6 m/s) , vous faites passer 6 tonnes d'eau par seconde au m2, soit 830 fois plus d'énergie cinétique potentielle qu'avec une éolienne de même surface (densité air 1.2 kg/m3)....

le 14/05/2021 à 14:07
Signaler
Sauf que l'aérien va commencer à fonctionner pour de vrai aux forts vents 50km/h jusqu'à 100km/h avant d'être mis en drapeau, ceci est vitesse inatteignable par le courant marin .. et surtout que la puissance recueueillie est au CUBE de la vitesse,...

le 14/05/2021 à 14:08
Signaler
Sauf que l'aérien va commencer à fonctionner pour de vrai aux forts vents 50km/h jusqu'à 100km/h avant d'être mis en drapeau, ceci est vitesse inatteignable par le courant marin .. et surtout que la puissance recueueillie est au CUBE de la vitesse,...

à écrit le 14/05/2021 à 10:06
Signaler
Un hydrolien flottant occupe beaucoup plus de surface sur le fond de mer qu'un hydrolien battage. Pour raison de son systeme d'ancrage.

à écrit le 14/05/2021 à 9:55
Signaler
Nouvelle vie par hasard? Ou un truque mediatique enfin de calmer les pecheurs francais?

à écrit le 14/05/2021 à 9:24
Signaler
Étonnant quand même que cela ne soit pas inclus avec les éoliennes offshore dans le projet gouvernementale. Mais suis bête on a déjà qu'un seul parc éolien maritime actif ! Dommage que l'on ne puisse pas se servir du vent produit par toutes ces innom...

à écrit le 14/05/2021 à 9:23
Signaler
Une bonne idée ces hydroliennes, la technologie reste complexe et peut être pas encore tout à fait mature. Il restera le lourd entretien peut être une sortie annuelle de l'hydrolienne pour le "carénage" et remplacement des pièces d'usures.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.