Pollution en mer : Princess Cruises écope de 40 millions de dollars d'amende, un record

 |   |  338  mots
L'amende de 40 millions de dollars est la plus grande sanction pénale jamais encourue concernant la pollution délibérée des navires, souligne le Département américain de la justice.
L'amende de 40 millions de dollars est "la plus grande sanction pénale jamais encourue concernant la pollution délibérée des navires", souligne le Département américain de la justice. (Crédits : Reuters/Robert Sullivan)
La compagnie de croisière américaine, Princess Cruises, vient d'écoper d'une amende de 40 millions de dollars. Elle a plaidé coupable pour avoir déversé volontairement des milliers de litres d'eaux polluées depuis 2005.

"Des actions inexcusables." La compagnie de croisière Princess Cruises, qui appartient au groupe Carnival, a plaidé coupable jeudi de sept chefs d'inculpation aux Etats-Unis. Elle était notamment poursuivie pour pollution maritime délibérée et tentative de dissimulation, rapporte Reuters. La société californienne a écopé d'une amende de 40 millions de dollars - "la plus grande sanction pénale jamais encourue concernant la pollution délibérée des navires", souligne le Département américain de la justice.

Le paquebot de croisière Caribbean Princess était accusé de rejeter illégalement des eaux polluées depuis 2005, soit un an seulement après sa mise à l'eau. L'alerte a été donnée en août 2013 par un ingénieur travaillant à bord. Au large des côtes britanniques, le Caribbean Princess a "déversé approximativement 4.227 gallons" (soit environ 16.000 litres) d'eaux polluées en une journée, a indiqué le Département américain de la justice. L'équipage utilisait pour cela un "magic-pipe" (en français, tuyau magique), un conduit spécifiquement employé pour évacuer leurs eaux sales.

Camoufler avec de l'eau de mer propre

"Les ingénieurs coulaient simultanément de l'eau de mer propre afin de créer un faux fichier numérique" pour contourner les limitations imposées en matière de déversement maritime. Alors que le lanceur d'alerte a quitté ses fonctions, deux autres ingénieurs supérieurs du paquebot ont "ordonné un camouflage, incluant le retrait du "magic-pipe". Ils ont également demandé aux subordonnés de mentir aux enquêteurs.

"Nous sommes extrêmement déçus des actions inexcusables de nos employés qui ont violé nos politiques et notre droit de l'environnement lorsqu'ils ont contourné notre système de traitement des eaux de cale et déversé de l'eau de cale non traitée dans l'océan", a déploré Princess Cruises dans un communiqué. Les enquêteurs américains ont également trouvé deux autres pratiques illégales exercées sur le Caribbean Princess, et quatre autres paquebots de la compagnie.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :