Le rapport du GIEC, "avertissement le plus sévère jamais lancé" à l'Humanité dixit Alok Sharma

"La maison brûle", au sens littéral du terme. Avec la multiplication des incendies en Méditerranée (Grèce, Turquie...), les effets du réchauffement climatique deviennent de plus en plus tangibles pour tous: la COP26 sera notre dernière chance, alerte son président qui souligne l'importance cruciale du dernier rapport du GIEC (qui sort demain lundi). Mais les ONG environnementales soulignent le risque de perte de crédibilité d'un président de la COP26 qui est aussi le ministre britannique qui vient d'autoriser de nouvelles explorations de gisements de gaz et de pétrole au Royaume-Uni...

6 mn

Photo d'illustration : le secrétaire britannique aux Affaires, Alok Sharma, assiste à une conférence de presse virtuelle, au milieu de l'épidémie de Covid-19, au 10 Downing Street, à Londres, en Grande-Bretagne, le 12 novembre 2020.
Photo d'illustration : le secrétaire britannique aux Affaires, Alok Sharma, assiste à une conférence de presse virtuelle, au milieu de l'épidémie de Covid-19, au 10 Downing Street, à Londres, en Grande-Bretagne, le 12 novembre 2020. (Crédits : Leon Neal / Pool / via Reuters)

"Nous sommes au bord de la catastrophe" a averti dans un entretien à The Observer le président de la COP26, Alok Sharma, qui décrit le rapport du GIEC (le groupe intergouvernemental sur l'évolution du climat de l'ONU), attendu lundi, comme "l'avertissement le plus sévère jamais lancé" à l'Humanité sur sa responsabilité dans le réchauffement de la planète.

"Il s'agira de l'avertissement le plus sévère jamais lancé sur le fait que le comportement humain accélère de manière alarmante le réchauffement climatique", a déclaré le ministre britannique dans une interview au journal The Observer,édition dominicale du Guardian, insistant sur le caractère décisif de la grande conférence climat prévue en novembre à Glasgow.

Il y a urgence, insiste-t-il:

"Nous ne pouvons pas nous permettre d'attendre deux ans, cinq ans, 10 ans", a-t-il poursuivi, estimant qu'il est encore temps, mais "nous nous rapprochons dangereusement du moment" où ce sera trop tard.

Un échec de la COP26 serait "catastrophique"

Le rapport du Giec "va être un signal d'alarme pour tous ceux qui n'ont pas encore compris pourquoi la prochaine décennie doit être absolument décisive en termes d'action pour le climat", insiste Alok Sharma, qui ajoute que "nous allons également comprendre très clairement que l'activité humaine est à l'origine du changement climatique à un rythme alarmant".

Un échec de la COP26 serait "catastrophique, il n'y a pas d'autre mot", estime le Britannique, qui souligne que "l'année dernière a été la plus chaude jamais enregistrée, la dernière décennie a été la plus chaude jamais enregistrée".

Les conséquences du réchauffement climatique sont déjà évidentes, a-t-il poursuivi citant les inondations en Europe et en Chine, "les incendies de forêt, les températures record que nous avons vues en Amérique du Nord".

|Lire: Inondations meurtrières en Europe : un électrochoc pour accélérer la lutte contre le changement climatique ?

"Chaque jour, on verra un nouveau record enregistré d'une manière ou d'une autre dans le monde", a-t-il ajouté.

Le rapport du GIEC décrit l'impuissance face aux chaleurs extrêmes

Cette version préliminaire du rapport, que certains dont l'AFP ont pu consulter, conclut que seul un réchauffement mondial maintenu nettement sous les 2°C - l'objectif de l'Accord de Paris - "permettrait de maintenir les agglomérations côtières, les sites du patrimoine culturel, les écosystèmes terrestres et marins dans un état viable dans la plupart des zones du bassin" méditerranéen.

La Méditerranée, sans être la région du monde qui souffrira le plus des hausses de températures, est, avec ses 500 millions d'habitants, qualifiée de "point chaud du changement climatique" par ce rapport.

Friederike Otto, de l'université d'Oxford, interrogée par  l'AFP explique notamment comment le réchauffement du climat augmente la probabilité des canicules et des sécheresses et par ricochet, des incendies. "Les canicules sont le type d'événements climatiques extrêmes pour lesquels le changement climatique change vraiment les règles du jeu", explique-t-elle. Les chaleurs extrêmes sont la plus grande menace pour la Méditerranée car "de loin les événements (climatiques) extrêmes les plus mortels en Europe", poursuit-elle.

Selon le brouillon du Giec, jusqu'à 93 millions de personnes supplémentaires pourraient être confrontées à des canicules sur la rive nord de la Méditerranée d'ici 2050.

Au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, le risque pour les personnes âgées de mourir de fortes chaleurs pourrait être multiplié entre 3 et 30 d'ici à 2100 et les morts pourraient se monter à 20.000 par an en Méditerranée septentrionale d'ici 2050.

Les gouvernements peuvent agir face à certaines menaces comme les incendies ou les inondations. Avec la chaleur, c'est différent, avertit Ilan Kelman, de l'université UCL (University College London). "Le changement climatique nous emmène à des niveaux où ne pouvons pas survivre."

"La seule option pour survivre est la climatisation 24h/24, sept jours sur sept et les gens ne peuvent pas se le permettre. Il va y avoir des coupures de courant."

| Lire: L'humanité peut-elle encore enrayer le dérèglement climatique ?

Pertes de crédibilité d'Alok Sharma et message brouillé du Royaume-Uni

Les ONG environnementales ont néanmoins averti que le Royaume-Uni risquait de perdre toute crédibilité sur la scène mondiale au moment crucial où il accueille sur son sol la COP26.

En effet, l'exécutif britannique, et notamment Alok Sharma, a défendu le projet controversé du Royaume-Uni d'autoriser de nouvelles explorations de gisements de gaz et de pétrole, alors que l'Agence internationale de l'énergie a averti en mai que le monde devrait renoncer dès à présent à tout nouveau projet pétrolier ou gazier s'il veut encore pouvoir limiter le réchauffement climatique à 1,5°C.

Les ONG, Greenpeace notamment, ont fustigé le soutien du gouvernement britannique au nouveau champ pétrolifère de Cambo (près des îles Shetland), tandis que d'autres nouvelles licences d'exploration en mer du Nord ont été ouvertes plus tôt cette année et qu'une nouvelle mine de charbon potentielle en Cumbrie n'a pas été exclue.

L'industrie avait salué l'accord du North Sea Transition Deal, affirmant qu'il sécurise les approvisionnements énergétiques et les emplois, mais il a rapidement été critiqué par les ONG environnementales, qui ont souligné par comparaison les décisions prises par le Danemark et l'Irlande de mettre fin aux nouvelles licences de forage.

Mel Evans, responsable de la campagne pétrolière de Greenpeace UK, a déclaré :

« Bien que le gouvernement ait reconnu à juste titre la nécessité de donner l'exemple à l'échelle mondiale en mettant fin au financement des combustibles fossiles à l'étranger, ses plans nationaux pour le pétrole et le gaz continuent d'échouer terriblement, donnant des messages mitigés sur la scène mondiale."

Le Dr Jonathan Marshall, chef analyste à l'Energy and Climate Intelligence Unit (ECIU), a déclaré que l'absence d'une date de fin pour l'extraction des combustibles fossiles de la mer du Nord est une « omission flagrante ».

"Le Royaume-Uni accueillant pour la première fois le sommet des Nations Unies sur le climat cette année, le moment est certainement venu d'agir audacieusement pour mettre fin à notre dépendance aux combustibles fossiles", a-t-il conclu.

Mais Alok Sharma a également été épinglé dans la presse britannique et par l'opposition pour s'être rendu en avion dans 30 pays en sept mois - comme si la visioconférence n'existait pas, ont critiqué nombre de commentateurs. Au passage, on apprend que certains de ces pays sont classés en rouge par le Royaume-Uni en raison de leur situation sanitaire due au coronavirus, mais qu'il a bénéficié d'une exemption ministérielle pour éviter la quarantaine à chaque retour - attitude jugée "totalement irresponsable" par la députée LibDem, Christine Jardine. Alok Sharma s'est justifié en insistant sur le caractère essentiel et décisif des rencontres en personne dans de telles négociations.

|Lire: Alok Sharma is trying to save the world. Should he be able to fly to do it?

(avec AFP)

6 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 25
à écrit le 09/08/2021 à 12:38
Signaler
Pourquoi avoir donné la présidence de la cop26 à ce Guignol ??? Car ds le genre" faites ce que je dis, mais surtout, ne faîtes pas ce que je fais", c'est un cador !!! Les plus gros pollueurs de la planète, Russie, Chine, Inde, USA, Brésil, Japon...v...

à écrit le 09/08/2021 à 10:31
Signaler
La seule chose dont on puisse être sûr en matière de climat, c'est qu'il n'y a plus de saisons. Prévoir avec des modèles logiques l'évolution d'un système chaotique est parfaitement vain. Ou, plutôt, c'est une démarche religieuse, et pas vraiment sc...

à écrit le 09/08/2021 à 10:17
Signaler
On se contente de gérer les "conséquences" des problèmes pour ne pas perturber le versement des rentes... ce n'est pas ainsi que l'on arrivera a un résultat! Il est impératif d'en bannir les "causes"!

à écrit le 09/08/2021 à 7:19
Signaler
encore des journalistes bien oriantés dans un contexte de réchauffement bien ( politique )

à écrit le 09/08/2021 à 6:50
Signaler
La mode est a l'anxiete. La Tribune n'y echappe pas. Une sorte de propagande pour effrayer le pequin. J'ai peur. Un jour le soleil s'eteindra et on aura froid, tres froid.

à écrit le 09/08/2021 à 1:44
Signaler
Le changement climatique n'a pas pour unique cause l'activité humaine comme on essaie de nous le faire croire. La dégradation de notre cadre de vie et de l'environnement oui. Les écologistes politiques font l'amalgame à des fins partisanes et élector...

à écrit le 09/08/2021 à 0:36
Signaler
Tiens, ça faisait longtemps que les Khmers verts n'avaient pas donné de la voix. Je suis vacciné contre ces sottises récurrentes. Il me fait rigoler ce guignol.

à écrit le 08/08/2021 à 23:55
Signaler
L’homme manque de cohérence : Des planètes à vendre ou des voyages en fusée autour de la terre … Toutes les ressources de la terre sont puisées pour gagner toujours plus d’argent . La nature donne la réponse adaptée. Celui qui détruit n’aura que...

à écrit le 08/08/2021 à 23:38
Signaler
Les scientologues verts n'ont pas du regarder les chiffres de la démographie mondiale qui malgré une pandémie de totalitarisme est toujours en pleine croissance avec près de 8 milliards d'individus sur Terre. La véritable menace pour l'humanité...

à écrit le 08/08/2021 à 22:34
Signaler
Manque de bol pour les rédactions qui avaient préparé pour l'Été des sujets sur le "réchauffement climatique" ; on se les gèle en France. Poutant, entre COVID19 et COP26, il y aurait eu des optimisations rédactionnels à trouver. Sinon, la guerre éco...

à écrit le 08/08/2021 à 20:50
Signaler
Si le discours de ces nouveaux archanges Gabriel autoproclamés est vrai . Une seule alternative est possible : la régulation des naissances .Tout le reste n'est que business de lobbies ,qui voient leurs bénéfices à deux chiffres diminuées .

à écrit le 08/08/2021 à 19:54
Signaler
Que l'on dissout tout de suite le GIEC une bande de pseudo chercheurs, scientifiques qui ramassent de l'argent pour sortir un rapport tous les 6 mois. Il faut nommer de vrais chercheurs scientifiques non payés il y a plein de retraités scientifiques ...

à écrit le 08/08/2021 à 19:53
Signaler
Que l'on dissout tout de suite le GIEC une bande de pseudo chercheurs, scientifiques qui ramassent de l'argent pour sortir un rapport tous les 6 mois. Il faut nommer de vrais chercheurs scientifiques non payés il y a plein de retraités scientifiques ...

le 09/08/2021 à 6:28
Signaler
dissolve.....

à écrit le 08/08/2021 à 19:45
Signaler
Les visions conférences ne sont pas sûres c'est une certitude et reprocher la non quarantaine pour le covid n'a pas de rapport avec la catastrophe écologique actuelle, et même si on était cynique on pourrait dire plus un remède.ensuite il n'est que m...

à écrit le 08/08/2021 à 19:29
Signaler
Et si on confinait les gens pour pas qu'ils bougent trop et qu'ils bossent de chez eux ,qu'est-ce qu'on pourrait trouver pour les obliger à le faire ?

le 08/08/2021 à 21:31
Signaler
La question n'est pas qu'est ce qu'on, mais qui on pourrait trouver pour les obliger à le faire. Et là, on a la solution : Macron, notre jeune dictateur.😁

à écrit le 08/08/2021 à 19:22
Signaler
C est sur que quand on voit les 2 articles suivant sur la page principal c est pas gagné. En tout cas moi je me pose une question plus simple. Cop xxx est ce que en vérité ce n est pas déjà trop tard? Défaillance du gulf stream, fonte de la cal...

à écrit le 08/08/2021 à 19:09
Signaler
Objectivement, les mesures pour limiter le réchauffement climatique se feront à la marge. Pour réellement changer, il faut envisager la décroissance. Impensable. Donc nous allons subir toutes les catastrophes prévues.

à écrit le 08/08/2021 à 19:08
Signaler
Autre article paru en même temps : "Pétrole : Aramco quadruple son bénéfice (+288%) et fait pleuvoir les dividendes" Je crois que tout est dit. Les COP ne servent à rien, l'activité humaine polluera toujours. Le combat du réchauffement climatique est...

à écrit le 08/08/2021 à 19:07
Signaler
Et Alok Sharma qui a fait au moins trois fois (de memoire) le tour de la terre en avion pour préparer la COP. Le gars pas vraiment concerné par son sujet, en somme (locution adverbiale) 😁

à écrit le 08/08/2021 à 16:47
Signaler
Cette Cop26 s'annonce comme un beau fiasco. Il n'est qu'à lire les articles suivants du journal,Aramco explose ses bénéfices,Virgin entre en bourse sur fond de reprise du transport aérien 🥳🤣👎

à écrit le 08/08/2021 à 16:18
Signaler
Le catastrophisme et à la mode . donc ce rapport surfe dessus .

le 08/08/2021 à 17:06
Signaler
Laissez-moi deviner… vous êtes un ami de Claude Allègre, incollable en écologie et de la génération de Claude François, nan ?

le 08/08/2021 à 19:18
Signaler
@ Léon La mode est au réchauffement climatique et contrairement à la mode, celui ci va durer.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.