Pour le Pdg de Total, "renoncer à importer du gaz de schiste serait une erreur"

L'importation de gaz de schiste américain bénéficierait à l'industrie européenne et l'interdire serait donc "une erreur", a estimé mercredi Patrick Pouyanné, Pdg de Total.

2 mn

Pour le PDG de Total, l'arrivée en masse du gaz naturel liquéfié américain en Europe se traduirait par des baisses de prix.
Pour le PDG de Total, l'arrivée "en masse" du gaz naturel liquéfié américain en Europe se traduirait par des baisses de prix. (Crédits : Reuters)

Interdire l'importation de gaz de schiste américain en Europe serait "une erreur" pour l'industrie européenne, qui gagnerait en compétitivité grâce à cette source d'énergie, a estimé mercredi le Pdg du géant français du pétrole Total, Patrick Pouyanné.

Lors d'une audition devant la commission des Affaires économiques du Sénat mercredi, Patrick Pouyanné a déclaré, à propos du gaz de schiste : "On va en acheter, dans un an ou deux." Avant de poursuivre : "On prévoit d'importer du gaz américain en Europe ou d'ailleurs dans le monde, c'est un marché mondial. (...) Je ne sais pas quand on parle de traité transatlantique, de libre-échange, comment on fait pour empêcher le gaz de circuler."

Le PDG de Total a assuré que "ce serait une erreur pour l'industrie européenne" de renoncer à ce marché, estimant que l'arrivée "en masse" du gaz naturel liquéfié américain entraînerait une baisse des prix du gaz.

"C'est plutôt une bonne nouvelle pour l'industrie européenne (..) C'est plutôt un regain de compétitivité pour l'industrie  qui utilise du gaz, notamment pour l'industrie lourde", a-t-il ajouté.

Royal cherche à interdire l'importation de gaz de schiste

Le 10 mai, la ministre française de l'Environnement et de l'Energie, Ségolène Royal, avait indiqué à l'Assemblée nationale vouloir "examiner juridiquement" comment interdire l'importation de gaz de schiste en France, alors que sa principale technique d'extraction, la fracturation hydraulique, est interdite sur le territoire depuis 2011 pour des raisons environnementales. Le lendemain, dans une lettre adressée aux dirigeants d'EDF et d'Engie, elle leur demandait de "renoncer" à l'avenir à importer ce gaz, après des critiques soulevées par la signature de contrats d'importation de gaz naturel liquéfié (GNL) américain, dont une partie provient de gisements de schiste.

Dans un entretien accordé au Parisien le 12 mai, le Pdg d'EDF, Jean-Bernard Lévy, avait fait valoir, en réponse à la ministre, qu'il n'était pas possible de connaître la composition exacte du gaz importé. Le problème, détaillait-t-il, est que lorsque "un méthanier arrive dans un port européen, le port d'origine est connu mais pas la manière dont ce gaz a été produit. On ne sait pas donc s'il provient d'une exploitation de gaz conventionnel, d'un forage de gaz de schiste, ou d'une plateforme offshore en mer", avait-il ajouté, ajoutant que "le gaz nord-américain, qu'il provienne du Canada ou des Etats-Unis, est un gaz dans lequel se mélange déjà du gaz conventionnel et du gaz de schiste".

(Avec AFP et Reuters)

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 9
à écrit le 19/05/2016 à 9:25
Signaler
Pousser les US a polluer leurs nappes phréatiques, nous permettrai de leur vendre de l'eau!!

à écrit le 18/05/2016 à 22:23
Signaler
Les shale oil américains ont forcé les cours des hydrocarbures à la baisse, créant ainsi une crise de revenu dramatique dans les pays pétroliers émergeants, comme le Venezuela, le Brésil ou la Russie. Ruiner cette extraction américaine, cela a été le...

le 19/05/2016 à 8:51
Signaler
Le niveau atteint par les shale oil ruine également les producteurs américains sans trop toucher ceux conventionnels, les majors. Aider la géopolitique américaine serait aujourd' hui la première erreur magistrale part de Pouyanné en observant l' in...

le 19/05/2016 à 12:22
Signaler
"les pays pétroliers émergeants" et vous citez le Venezuela... j'en ris ! ils ont vécu sur l'or noir en ne développant rien d'autre et en achetant tout au US. Cela leur fera du bien un peu de changement...

à écrit le 18/05/2016 à 18:48
Signaler
Ben voyons !

à écrit le 18/05/2016 à 18:05
Signaler
Certains pour ne pas les nommer seraient bien inspirés de ne pas s'exprimer sur cette question. Moustache qui n'est plus de ce monde peut toujours se retourner dans sa tombe et cela peu faire beaucoup de bruit. Imaginons alors que l'on rouvre le dos...

à écrit le 18/05/2016 à 17:55
Signaler
En suivant son raisonnement basé uniquement sur la compétitivité, j'imagine que si il en avait la possibilité, il ne paierait pas ses employés... Compétitivité : le maux du siècle...

à écrit le 18/05/2016 à 15:55
Signaler
C'est lui qui est une erreur. Qu'il aille vivre aux Etats Unis dans les zones où on extrait le gaz et le pétrole de schiste.

à écrit le 18/05/2016 à 15:12
Signaler
Sur le fond, il n'a pas tort. D'autant plus que nous importons sans scrupule du pétrole de "daech" au prétexte qu'il n'est pas possible de faire le tri. C'est une affaire qui gaze !!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.