Premiers parcs éoliens sans subventions aux Pays-Bas

 |   |  582  mots
Parc éolien offshore Egmond aan Zee aux Pays-Bas.
Parc éolien offshore Egmond aan Zee aux Pays-Bas. (Crédits : Jorrit Lousberg / Vattenfall)
Alors que le torchon brûle en France entre les lauréats des premiers rounds et l'Etat, qui entend renégocier les tarifs octroyés à l'époque, les Pays-Bas viennent d'attribuer à Vattenfall deux contrats pour les premiers parcs éoliens au monde à être entièrement construits sans fonds publics. Un article de notre partenaire Euractiv.

Le gouvernement néerlandais a annoncé que son appel d'offres pour des éoliennes offshore sans subventions avait porté ses fruits et que la société suédoise Vattenfall construirait deux installations dans la mer du Nord d'ici à 2022.

Bien que le gouvernement ait pris certains risques comme la connexion des parcs éoliens au réseau électrique du pays, l'offre retenue implique que le pays vendra l'électricité produite sur le marché de gros plutôt que de se fier à des plans de stabilisation des prix.

"Les offres sans subventions sont possibles"

Giles Dickson, le Pdg de WindEurope, a félicité le gouvernement pour la minimisation des risques et le prix plancher fixe établi pour le carbone. Selon lui, cela « montre que les offres sans subventions sont possibles dans certains marchés et pour certaines entreprises et non lorsque les gouvernements endossent une part des risques liés à un projet ».

Les États membres de l'UE sont encore en train d'élaborer des plans énergétiques nationaux essentiels pour la mise en œuvre de l'accord de Paris et le calcul des objectifs climatiques post-2020. Les négociateurs devraient se rencontrer le 27 mars pour discuter de la réforme de la législation sur les énergies renouvelables. Les projets nationaux joueront un rôle important dans la mise en œuvre de cette dernière.

Lors du sommet annuel de l'entreprise SolarPower Europe, Maroš Šefčovič, vice-président de la Commission chargé de l'Union de l'énergie, a appelé les États membres à « faire leur part du travail ». Le commissaire slovaque fait actuellement le tour des capitales européennes pour pousser les gouvernements nationaux à déployer plus d'efforts.

Baisse des prix et nouveaux objectifs

La baisse des prix des énergies renouvelables devrait convaincre les États membres à « revoir les objectifs de leurs plans nationaux à la hausse. L'éolien offshore est un excellent moyen de les aider à ce niveau », estime Giles Dickson.

L'Allemagne était en bonne voie pour être le premier pays à commencer à exploiter des éoliennes sans subventions, après un appel d'offres important l'année dernière. Cependant, ces contrats ne débuteront qu'en 2024-2025, environ trois ans après les parcs éoliens Hollandse Kust Zuid, exploités par Vattenfall.

Cependant, les deux pays auront encore du mal à atteindre leurs objectifs de 2020 en matière d'énergies renouvelables. Selon les données d'Eurostat publiées en janvier, seulement 5,8 % de l'énergie produite par les Pays-Bas provenaient de sources renouvelables en 2015, contre un objectif de 14 %.

Accords de transferts statistiques pour les Etats retardataires

La directive européenne sur les énergies renouvelables (RED) permet aux États-membres de conclure des accords de transferts statistiques, un mécanisme qui permet de permuter certains volumes d'énergie renouvelable d'un pays à l'autre pour atteindre les objectifs globaux. Ainsi, les États-membres retardataires peuvent acheter des capacités excédentaires auprès des États-membres les plus performants.

Le Luxembourg a été le premier à avoir appliqué ce mécanisme en octobre 2017, date à laquelle il a versé environ 10 millions d'euros à la Lituanie, qui a déjà rempli son objectif 2020 en 2015.

Lire aussi : Lituanie et Luxembourg réalisent le premier troc d'énergies renouvelables européen

Le mécanisme ne prévoit cependant pas le transfert physique de l'énergie, uniquement le transfert de données statistiques. L'énergie verte consommée en Lituanie sera donc comptabilisée au Luxembourg.

___

Par Sam Morgan, Euractiv.com (traduit par Mathilde Mortier)

(Article publié le mercredi 21 mars 2018 à 8:20)

___

Retrouvez toutes les actualités et débats qui animent l'Union européenne sur Euractiv.fr

EURACTIV 2017 new logo

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/03/2018 à 16:29 :
Les 1ères éoliennes sont loin derrière nous. Les performances de la prochaine génération deviennent proprement stupéfiantes.
Voir cette vidéo sur Youtube " Éoliennes, entre ciel et mer - FUTURE - ARTE ".
a écrit le 22/03/2018 à 11:12 :
Et pourtant les écolos nous avaient raconté que le nucléaire était trop cher. Là nous assistons aux premiers contrats non subventionnés et il n'est pas dit qu'ILS SOIENT RENTABLES !
a écrit le 22/03/2018 à 9:33 :
Tous les pays ne disposent pas des mêmes ressources, on le constate par exemple pour le pétrole. Ceci dit, ceux qui bénéficient de la manne pétrolière ne sont pas obligatoirement les mieux lotis ni les plus stables.
Il y a déjà beaucoup à faire avec le solaire et le vent et ces ressources (quasi gratuites) vont contribuer à faire massivement baisser le prix des énergies. On ne peut que s'en réjouir étant donné que ce sont en plus des énergies propres. Reste à trouver un modèle économique qui profite à tous.
a écrit le 21/03/2018 à 19:33 :
Même sans subvention, ce qui est un grand progrès, ça restera du vent. Bref de l'argent gâché pour satisfaire un lobby quelconque, un politique corrompu, un écolo incompétent.
Réponse de le 22/03/2018 à 18:26 :
A la bonne votre, et bonjour la propagande

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :