Prix du gaz : quel est vraiment l'impact du bouclier tarifaire du gouvernement ?

Anticipant une chute des prix après l’hiver, le gouvernement a annoncé geler les tarifs réglementés du gaz jusqu’en avril, afin que la flambée actuelle sur le marché global ne se répercute pas trop brusquement sur le pouvoir d’achat des ménages. Une mesure de lissage qui ne s’appliquera pas à tous les foyers français, et inquiète les fournisseurs non concernés. Décryptage.

7 mn

Si  ce bouclier tarifaire s'avérait insuffisant, le chèque énergie sera revalorisé. D'une valeur moyenne de 150 euros, ce dispositif qui s'adresse à 6 millions de bénéficiaires, avait déjà augmenté de 100 euros en septembre.
Si ce "bouclier tarifaire" s'avérait insuffisant, le chèque énergie sera revalorisé. D'une valeur moyenne de 150 euros, ce dispositif qui s'adresse à 6 millions de bénéficiaires, avait déjà augmenté de 100 euros en septembre. (Crédits : Stefan Wermuth)

Pour faire face à la flambée générale des prix de l'énergie, le Premier ministre, Jean Castex, a annoncé jeudi soir un « bouclier tarifaire » qui consiste à bloquer le tarif réglementé du gaz jusqu'au printemps. Concrètement, son niveau n'évoluera plus jusqu'à une chute des cours mondiaux attendue en mars ou avril. L'annonce intervient alors que les prix réglementés, qui ont déjà bondi de 57% depuis le début de l'année, devraient augmenter à nouveau de 10% en novembre, puis de 20 % en décembre et « peut-être encore au début 2022 ».

Mais ce gel signifie-t-il que les ménages français seront à l'abri de la hausse des prix du gaz, qui secoue actuellement le monde entier ? Pas vraiment, puisque la facture devra être payée, à un moment ou un autre. D'autant que tous les foyers français ne seront pas touchés par la mesure, loin de là. Explications.

Qu'est-ce que le tarif réglementé du gaz, et que signifie son blocage ?

Si tout le monde ne sera pas directement concerné, c'est parce qu'une partie seulement des Français sont soumis au tarif réglementé de vente que le gouvernement souhaite geler. Pour le gaz, c'est même moins de 30% des foyers qui bénéficient de cette offre déterminée chaque mois par les pouvoirs publics : les clients du fournisseur historique Engie (ex-GDF), dont l'État est l'actionnaire principal (23,64% du capital). Tous les autres opérateurs (Total Direct Energies, Alterna, ENI, etc), appelés « alternatifs », fixent eux-mêmes leurs grilles tarifaires - soit en fonction du marché, soit en fonction de ce TRV, selon les conditions générales de ventes de chacun. Par exemple, alors que Total Energies définit son prix en fonction du tarif réglementé, celui d'EkWateur est indexé au marché.

Cela signifie-t-il que les clients d'ekWateur, par exemple, seront perdants, puisque l'Etat ne compte agir que sur le TRV ? C'est en fait plus complexe que cela : si les tarifs de certains fournisseurs alternatifs non liés au TRV augmenteront bien en même temps que la hausse du prix du gaz, le TRV ne sera pas indéfiniment gelé. Après la fin du blocage en avril, les clients devront en quelque sorte « rembourser » le manque à gagner, afin que les opérateurs récupèrent les sommes qu'ils auront payées en plus pendant l'hiver sans pouvoir les facturer aux consommateurs. En fait, plus qu'un blocage, il s'agit d'un lissage : les fluctuations du prix du gaz, qui atteint actuellement des sommets, seront aplanies sur toute l'année, de manière à protéger les consommateurs du choc conjoncturel.

« C'est une simple histoire de creux et de bosses. Sans bouclier tarifaire, les prix auraient continué à monter, puis se seraient stabilisés avant de redescendre. Là, on va plutôt rester sous un certain prix, avant de ré-absorber la bosse au moment du creux. Il faudra bien payer à un moment », explique Emmanuel Autier, Associé « Énergie » au cabinet de conseil BearingPoint.

Ce n'est pas un mécanisme « révolutionnaire », explique Julien Tchernia, président et cofondateur d'ekWateur. C'est en fait ce que beaucoup de fournisseurs alternatifs proposent depuis longtemps. C'est-à-dire un « prix fixe » décidé sur un an ou plus, ajusté à la fin de la période définie selon les évolutions du prix.

Lire aussi 6 mnLe gouvernement gèle le prix du gaz et promet une hausse du pouvoir d'achat en 2021

Que se passera-t-il en avril ?

Même si le « bouclier tarifaire » devra être compensé, cela ne se traduira pas par une explosion de la facture pour les ménages après avril, avance le gouvernement. Pour cause, une chute des cours mondiaux est attendue au printemps, ce qui permettrait d'arriver à un prix moyen sur l'année raisonnable pour le consommateur. Et ce pour plusieurs raisons : d'abord, le boost lié à la reprise de l'activité post-Covid, qui a fait gonfler les tarifs en augmentant la demande, devrait « revenir à une activité pérenne », explique Emmanuel Autier. L'autre facteur est plus structurel : avec la sortie de l'hiver, les besoins vont diminuer et les prix du gaz devraient baisser rapidement.

« La chute sera plus lente car nous répercuterons la hausse d'aujourd'hui sur la moindre chute d'après », a ainsi précisé Jean Castex.

Un « pari très risqué », estime Julien Tchernia. « Cette année, on a vu que le prix a continué d'augmenter après l'hiver. Et c'est un marché imprévisible, qui dépend énormément d'enjeux géopolitiques et assez peu du gouvernement français », fait-il valoir. Si la baisse ne va pas assez vite, le gouvernement prévoit de « rajouter de la fiscalité le cas échéant ».

Pour une partie de l'opposition, des syndicats et des associations, la facture que les consommateurs devront payer à partir du printemps sera salée. « Le bouclier, c'est un tour de passe-passe, on le remboursera à partir du mois d'avril », a ainsi fustigé sur France 2 Yves Veyrier, secrétaire général de France Ouvrière. Jusqu'à accuser le gouvernement de manipulation électoraliste : « On diffère la facture pour les consommateurs, la douloureuse c'est pour plus tard, après l'échéance électorale. Cela ne trompe personne », a réagi Alain Bazot, président de l'UFC-Que Choisir.

« [Avril] c'est-à-dire jusqu'aux présidentielles. Les augmentations, ça sera pour après », a ironisé sur Twitter Bruno Retailleau, président du groupe Les Républicains au Sénat.

Des accusations infondées, selon Emmanuel Autier. « Je pense qu'ils auraient fait la même chose hors année électorale. L'activité économique ne va pas continuer de flamber, et les prix devraient baisser rapidement », avance-t-il.

Pourquoi les fournisseurs s'inquiètent-ils des conséquences de la mesure ?

Plusieurs fournisseurs alternatifs craignent de devoir supporter financièrement l'effort annoncé par le gouvernement, puisqu'ils se trouvent « en concurrence » par rapport aux tarifs réglementés. Ceux qui indexent leurs tarifs au prix du marché n'auront d'autre choix que d'augmenter les prix pour faire face à la hausse du coût du gaz. C'est en tout cas ce qu'a affirmé vendredi sur BFM Business Naïma Idir, présidente de l'Association nationale des opérateurs détaillants en énergie (ANODE), qui regroupe les fournisseurs de 91% de clients ayant choisi un opérateur alternatif.

« Soit l'Etat décide de compenser tous les fournisseurs, [soit] ça aura un coût. [...] Si on bloque les tarifs de vente réglementés, on fausse la concurrence, puisque les coûts sont réels pour l'ensemble des fournisseurs et nous, on ne pourra plus concurrencer ces tarifs », a-t-elle dénoncé.

Pour le président d'ekWateur, cela risque même de « pousser les gens dans les bras de l'opérateur historique ». « On va perdre en compétitivité pendant quelques mois, avant que la bosse ne baisse », précise-t-il. Hier soir, Jean Castex a promis « d'accompagner » les distributeurs d'énergie. Selon son cabinet, la baisse prévue au printemps devrait permettre d' « équilibrer leur situation », puisqu'ils pourront proposer des tarifs moins élevés que ceux d'Engie. D'autant que la plupart d'entre eux, dont ekWateur, proposent des prix fixes, donc ne répercutent pas la hausse actuelle sur le tarif mensuel à leurs clients.

Lire aussi 8 mnTrois questions pour comprendre la flambée des prix de l'électricité en France

Enfin, pour Engie, qui a obligation de proposer les TRV, la situation n'est pas non plus idéale. « Il y a un sujet de trésorerie », a indiqué Matignon. Car l'entreprise devra assumer de vendre à perte jusqu'au printemps, avant de récupérer le manque à gagner. Mais selon Julien Tchernia, le mécanisme risque in fine de faire perdre de l'argent à l'opérateur historique, qui pourrait ne jamais être  totalement remboursé dans le cas où des clients décideraient de partir en avril.

7 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 7
à écrit le 02/10/2021 à 21:22
Signaler
Pourquoi cela augmente de façon stratosphérique, l'énergie ? La faute à l'Europe qui s'autobaise par des calculs et des montages dignes des montages toxiques des subprimes ? Les USA qui lorgnent sur leur marché reservé qu'est l'europe car ils doiv...

à écrit le 02/10/2021 à 15:15
Signaler
Je regardais les contrats sur le nymex, le contrat de front est le novembre NGX21 qui est a 5.617, c'est vrai que ça a bien augmenté ses équivalents avaient clôturé en 2019 a 2.597 et en 2020 a 2.896. Mais si on regarde plus loin le novembre 2007 ava...

à écrit le 02/10/2021 à 11:54
Signaler
Jusqu'à la chute des prix.... prévue. .. en Mars/Avril. .... trop fort ils sont..... bon faudra dire à madame Irma qui semble donc trader pour le compte du premier ministre ( il ne nous épargnera rien ) que quand ça baisse ça peut difficilement alle...

à écrit le 02/10/2021 à 11:45
Signaler
Les prix montent, c'est bien pour inciter à reduire la consommation. On ne peut pas parler de transition énergetique en cycle continu et pleurnicher si il faut faire des efforts au niveau du consummateur. Pour les imbeciles et irresponsables c'est t...

le 02/10/2021 à 14:24
Signaler
n'oubliez pas que les taxes sont un droit de poluer pour les riches !!!!!

à écrit le 02/10/2021 à 10:17
Signaler
quel est vraiment l'impact du bouclier tarifaire du gouvernement ? REPONSE : Castex et les LaREM Modem prennent les Français pour des imbéciles.

à écrit le 02/10/2021 à 9:16
Signaler
En 2017 il était possible pour un particulier de faire un contrat à Gaz de Bordeaux pour toute la France , en 2019 ceci a été interdit pour les régions sauf pour Paris ? Pourquoi ? Pourquoi les particuliers de toute la France n’ont pas le droit de...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.