Réduction des émissions de CO2 : l'UE fixe ses objetifs en vue de la COP21

 |  | 221 mots
Lecture 1 min.
C'est un mandat fort et responsable, assure Carole Dieschbourg, la ministre luxembourgeoise de l'Environnement, dont le pays assure la présidence du Conseil de l'UE.
C'est "un mandat fort et responsable", assure Carole Dieschbourg, la ministre luxembourgeoise de l'Environnement, dont le pays assure la présidence du Conseil de l'UE. (Crédits : Reuters)
Les 28 ministres de l'Environnement de l'UE se sont accordés sur l'objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre de 40% d'ici à 2030. Ils prévoient également de les baisser de 50% d'ici 2050.

"Nous avons un mandat de long terme", "un mandat fort et responsable". Carole Dieschbourg, la ministre luxembourgeoise de l'Environnement, dont le pays assure la présidence du Conseil de l'UE, s'est ainsi félicité sur l'accord des 28 en vue de la Conférence de Paris sur le climat (COP 21).

Les 28 ministres de l'Environnement de l'UE, réunis en conseil à Bruxelles, se sont entendus vendredi 18 septembre sur des objectifs sur le climat, en particulier une réduction de 40% des émissions de gaz à effet de serre d'ici à 2030 par rapport aux niveaux de 1990.

Au mois d'octobre déjà, les dirigeants de l'UE avec accepté de réduire les émissions d'"au moins" 40 % d'ici 2030 lors d'un Conseil européen.

"Neutralité carbone" d'ici à 2100

Les ministres ont également fixé des objectifs à plus long terme: une "neutralité carbone" d'ici à 2100.  Cela consiste à financer, grâce à l'achat de crédits carbone, un projet pour lutter contre les les émissions de CO2 avec une quantité équivalente à la totalité ou à une partie des émissions de gaz à effet de serre.

Mais ils ont également fixé une réduction de 50% d'ici à 2050. Cette dernière proposition "compatible avec les suggestions du Groupe intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC)", rappelle Euractiv.

Mais, selon le site dédié à l'actualité européenne, la Commission européenne était plutôt favorable à une réduction de 60% des émissions d'ici 2050.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/09/2015 à 16:25 :
Cette grande réunion risque bien de ne servir à rien, si ce n'est des dépenses inutiles. Question dépenses, il faut s'attendre à avoir une taxe carbone, afin que certains puissent continuer à polluer toujours plus, et à la géo-ingénierie.
Autre chose. Pourquoi elle risque de ne servir à rien ? Une autre étude sur le climat est en cours, celles du GIEC n'ayant jamais prises la déstabilisation des pôles glaciaires en compte, la nouvelle la prenant. Rien n'a encore été publié, mais les scénarios ne sont plus les mêmes !
http://sciences.blogs.liberation.fr/home/2015/09/cimat-lhypoth%C3%A8se-calottes-.html

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :