La COP21 à 10 gigatonnes de CO2 de son objectif

 |   |  1141  mots
L'objectif principal de l'accord de Paris, qui est de limiter la hausse des températures à 2°C en 2050, est loin d'être atteint.
L'objectif principal de l'accord de Paris, qui est de limiter la hausse des températures à 2°C en 2050, est loin d'être atteint. (Crédits : Reuters)
Les engagements actuels des Etats pour la COP 21 représentent encore 10 gigatonnes de CO2 pour respecter l'objectif de limiter le réchauffement climatique à 2°C d'ici à 2050.

A moins de trois mois de la COP 21, une nouvelle semaine de négociation s'ouvre lundi à Bonn. Avec encore du pain sur la planche : l'objectif principal de l'accord de Paris, qui est de limiter la hausse des températures à 2°C en 2050, est loin d'être atteint.

Alors que 56 pays représentant 60% des émissions de CO2 ont déposé auprès de ONU leur engagement climat pour 2030, le compte n'y est pas.

10 gigatonnes de CO2 en trop en 2030

Laurence Tubiana, la négociatrice française, le reconnaît :

« Pour l'instant les modèles montrent que les engagements ne permettront pas de limiter la hausse de la température à 2°C »

« En même temps des actions immédiates sont possibles pour réduire cet écart de 10 gigatonnes qui demeure », assure la spécialiste, mettant en avant les engagements des entreprises privées et des collectivités locales qui ne cessent d'affluer auprès de l'UNFCCC.

Le bras armé de l'ONU a en effet mis en place une plate-forme pour recueillir les engagements de ces acteurs. Plusieurs milliers de villes européennes se sont ainsi portées candidates, aux côtés d'une flopée d'entreprises.

« Il y a un véritable élan de la société civile, une attente monstre. Si du côté politique ça ne suit pas, ce sera une grosse déception » prévient la négociatrice.

Pour l'heure, pas question toutefois de montrer du doigt les mauvais élèves. «La diplomatie est essentielle dans cette négociation plus que dans toute autre accord », a assuré le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, jeudi 28 août devant les ambassadeurs français réunis à Paris.

     | Lire : Galop d'essai pour la COP21 à Paris cette semaine

«Plusieurs négociateurs de pays majeurs m'ont affirmé qu'ils seraient ambitieux si le mécanisme n'est pas punitif »,  confirme Laurence Tubiana.

Alors que dans les couloirs du de la commission européenne, les hésitations de l'Australie, la frilosité du Japon ou le manque d'ambition de l'Inde font râler les équipes, la stratégie de la France reste à la discrétion, avant tout.

Qui va trouver les 100 milliards ?

Les négociations qui s'ouvre à Bonn doivent se pencher sur deux sujets éminemment politiques : quels moyens financiers mettre en œuvre pour parvenir à modérer la hausse des températures, et comment s'adapter au changement climatique, en prenant en compte les pertes et dommages subis notamment par les pays les moins avancés.

Deux sujets sensibles, qui posent tous deux la question des ressources. Un enjeu qui est une condition sine qua non d'un accord selon le président de la République française, qui l'a souligné mardi 25 août lors de la conférence des ambassadeurs à Paris.

« La mobilisation de 100 milliards par an d'ici 2020 est une obligation - sans les 100 milliards, il n'y aura pas d'accord à Paris », a-t-il assuré.

Le sujet des 100 milliards est une vieille histoire. Annoncé dès Copenhague, ce vœu pieux d'un transfert massif Nord-Sud ne s'est jamais concrétisé.

     | Lire : Chantal Jouanno : « les divergences sur la gouvernance bloquent le Fonds vert»

« Le problème de ces 100 milliards, c'est que leur origine n' a jamais été définie », reconnaît la négociatrice, qui souligne que les négociations de la semaine prochaine doivent trancher sur cette question. L'OCDE et le Climat Policy Initiative doivent publier, en octobre, un état des lieux des engagements actuels, qui permettra d'ajuster le tir avant la COP.  « A priori, nous ne devrions pas être très loin » de l'objectif des 100 milliards par an d'ici 2020 », assure Laurence Tubiana.

En plus des engagements des Etats, notamment au travers du Fonds vert pour le climat, les projets d'investissement de fonds et d'entreprises privées pourront être prises en compte à certaines conditions.

Le second sujet de l'adaptation et la prise en compte des pertes des uns et de dégâts occasionnés par le changement climatique est aussi une source de division qui sera abordé à Bonn, où les délégués seront accueillis avec un nouveau document. Pour contourner les écueils du texte actuel de négociation, encore nettement trop long, une cinquantaine de ministres de l'environnement réunis à Paris en juillet se sont mis d'accord sur des lignes communes : un "aide-mémoire" qui sera soumis à l'approbation de toutes les parties.

Les chefs d'Etat, persona non grata à la COP21 ?

Pour éviter que les aspects politiques ne prennent trop d'ampleur, la France a décidé de n'inviter les chefs d'Etat que pour lancer la conférence, le 29 novembre, à Paris. Les négociations doivent se dérouler jusqu'au 11 décembre. Une décision qui s'inspire du capharnaüm de Copenhague, où un certain chaos avait accompagné la fin de la conférence en présence de personnalités politiques majeures.

    | Lire : L'UE demande l'arrêt du bricolage sur les négociations climat

___

>> CONTEXTE

Les négociations mondiales sur le climat se déroulent dans le cadre de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques. Le mandat actuel (donné à Durban en 2011) a entraîné deux voies de négociations : une première voie vise l'obtention d'un accord mondial d'ici à 2015 qui entrera en vigueur en 2020; une seconde voie a pour objectif d'intensifier les efforts en faveur du climat jusqu'en 2020. Outre ces deux voies, la mise en œuvre des décisions prises précédemment reste cruciale, qu'il s'agisse de questions de financement, d'adaptation, de technologie ou encore de transparence et de suivi de la politique nationale relative au climat.

Du point de vue politique, l'obtention du nouvel accord mondial d'ici à 2015 est la principale préoccupation. Cet accord devra impliquer des efforts de la part de tous les pays. La conférence sur le climat qui doit entériner l'accord est la 21e Conférence des Parties de la CCNUCC, qui se tiendra à Paris en décembre 2015.

___

>> PROCHAINES ETAPES

  • 29 aout-4 septembre : négociation officielle à Bonn
  • 27 septembre : sommet spécial sur le développement durable
  • 1er novembre : synthèse de l'ONU de l'ensemble des engagements
  • 30 novembre au 11 décembre: COP 21 à Paris

___

>> LIENS EXTERNES

UNFCCC

VATICAN

USA

EURACTIV

___

Par Aline Robert, Euractiv.fr

(article publié sur Euractiv.fr le 28 août 2015 à 9:29)

___

>> Retrouvez toutes les actualités et débats qui animent l'Union Européenne sur Euractiv.fr

Euractiv

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/08/2015 à 20:19 :
Existe-t'il encore des naïfs pour croire à une réelle efficacité de la COP 21?
Encore des mots rien que des mots
On lénifie notre cerveau.
a écrit le 28/08/2015 à 20:25 :
L'augmentation future des températures, ils n'en on aucune idée! Les modèles évoluent en permanence car ils se rendent compte que les anciennes estimations étaient largement sous évaluées. De plus ils ne parlent surtout pas de l'acidification des océans qui va provoquer l'extinction de toute la faune marine.. bref il me font penser a l'orchestre du Titanic qui continuait a jouer alors que le navire sombrait....
Réponse de le 29/08/2015 à 8:28 :
D'accord et merci; la corne d'abondance c'est justement l'énergie. Il faut taxer l'énergie comme le proposait Eugène Shueller avec l'impot sur l'énergie. Lui c'est enrichi et pas nous.
Réponse de le 29/08/2015 à 22:38 :
augmentation future des températures ? prouvez le !! tous les modèles actuels sont faux et n'ont rien prédit de juste.
acidification des océans : pour l'instant les océans ont un ph basiques , ils sont en train d'aller vers le neutre, pas d'acidification.
il y a eu des périodes dans l'histoire de la terre avec des températures plus élevées et plus de CO2 ( l'élévation des températures a toujours entrainé une hausse du CO2 , on n'a jamais pu prouver l'inverse ) , et pourtant les océans grouillaient de vie.
a écrit le 28/08/2015 à 17:32 :
Mettre une taxe sur l'énergie. Utiliser cette taxe pour réduire le cout du travail. La France applique ce principe avant les autres pour donner l'exemple et profiter des avantages de cette mesure (diminution du cout du travail, donc du chomage et retour de la croissance.
Réponse de le 28/08/2015 à 20:33 :
Trop tard... c'est déjà fait et cette taxe sert a boucher tous les trous lies aux dépenses de l’État "Moi Président"... En rajouter une oui pourquoi bas de 500 % cela résoudra tous les problèmes.. Il faudra juste découvrir la fameuse Corne d'Abondance et faire attention a ce que personne ne nous la pique... !!
Réponse de le 29/08/2015 à 22:34 :
une taxe sur l'énergie renchérira encore plus nos coûts de production et sera donc sans effet sur le coût global du travail, donc chômage assuré.
Réponse de le 29/08/2015 à 22:34 :
une taxe sur l'énergie renchérira encore plus nos coûts de production et sera donc sans effet sur le coût global du travail, donc chômage assuré.
Réponse de le 30/08/2015 à 17:54 :
A letroll. J'ai écrit: utiliser cette taxe pour réduire le cout du travail, comme le propose la note n°6 du conseil d'analyse économique. Il faut raisonner les deux en même temps. Merci.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :