Renationalisation d'EDF : l'Etat met sur la table près de 10 milliards d'euros

Alors que le cours de Bourse d'EDF était suspendu depuis mercredi (au prix de 10,23 euros l'action) pour laisser le temps à l'Etat de préciser les modalités de la renationalisation de l'énergéticien annoncée début juillet, Bercy a annoncé qu'il allait mettre 9,7 milliards d'euros sur la table. L’opération reste néanmoins suspendue à l’approbation des crédits par le Parlement dans le cadre du projet de loi de finance rectificative. Le cours en Bourse, rétabli, a gagné 15% depuis l'ouverture de la Bourse.
L'action EDF a mécaniquement repris 15% en Bourse ce matin.
L'action EDF a mécaniquement repris 15% en Bourse ce matin. (Crédits : PASCAL ROSSIGNOL)

[Article mis à jour le 19/07/2022 à 11:05]

Un chèque de presque 10 milliards d'euros. Alors que le cours de Bourse d'EDF était suspendu depuis mercredi (au prix de 10,23 euros l'action) pour laisser le temps à l'Etat de préciser les modalités de la renationalisation du groupe annoncée début juillet, Bercy a annoncé ce qu'il comptait débourser 9,7 milliards d'euros dans le cadre d'une offre publique d'achat pour 100% d'EDF. Ce montant vise à acquérir les 15,91% du capital d'EDF qu'il ne détient pas ainsi que 60% des obligations à option de conversion (Oceane). 7,6 milliards seront réservés au rachat des actions, 2,1 milliards pour celui des Oceane. Mécaniquement, l'action EDF, a repris 15% depuis sa réintroduction en Bourse ce matin.

Dans ce cadre, l'Etat, qui détient pour l'heure 84% du capital, a annoncé le prix auquel il s'engage à racheter les actions et le obligations : 12 euros l'action, et 15,64 euros par Oceane. C'est cette information qu'attendaient les investisseurs depuis l'annonce de la Première ministre de la renationalisation d'EDF, dans sa déclaration de politique générale devant l'Assemblée nationale le 6 juillet. « Ce prix fait apparaître une prime de 50% par rapport au cours de clôture du 5 juillet 2022, de 40% par rapport au 70 jours précédents, et de 34% sur un an. Ce que l'Etat est prêt à faire reflète donc la valeur fondamentale de la société, et constitue une juste rémunération des actionnaires », souligne-t-on à Bercy.

Lire aussiDemain, EDF sera moins une entreprise qu'un vaste programme nucléaire national

Côté calendrier, le gouvernement se veut pressant. « L'objectif est que l'OPA soit déposée d'ici à début septembre 2022 auprès de l'autorité des marchés financiers (l'AMF) sous réserve de la promulgation d'une loi de finances rectificative pour 2022 portant les crédits budgétaires nécessaires à l'offre », a précisé Bercy. Même si cette échéance n'est « pas ferme ni réglementaire », l'offre devrait ainsi être ouverte fin septembre, et clôturée mi-octobre pour une sortie de la cote et de la radiation des Oceane fin octobre. « C'est tout en haut de notre liste de priorités », insiste-t-on au cabinet du ministre de l'Economie, Bruno Le Maire.

12,7 milliards pour EDF et d'autres opérations

Pour rappel, Bruno Le Maire avait prévu une enveloppe de 12,7 milliards d'euros qui inclut la renationalisation d'EDF mais aussi « d'éventuelles autres opérations ». Maintenant que les intentions du gouvernement sont connues, le titre pourra reprendre sa cotation avant sa probable future disparition de la cote dans les prochains mois.

Dix-sept ans après l'ouverture de son capital et son entrée en Bourse fin 2005, l'électricien reste largement public, détenu par l'État à près de 84%, par les salariés qui en possèdent 1% et par des actionnaires institutionnels et individuels pour les 15% restants. L'électricien avait été introduit en Bourse au prix de 32 euros par action. Après des premiers mois difficiles, l'action avait semblé convaincre les investisseurs, et avait culminé un peu au-dessus des 75 euros fin 2007.

Plainte des actionnaires salariés

Tout ne sera si simple. Hier, les actionnaires salariés d'EDF ont menacé de porter plainte contre l'Etat pour ses décisions concernant l'énergéticien et leurs conséquences « spoliatrices » pour les actionnaires, une manière de mettre la pression pour défendre leurs intérêts. Du côté de Bercy, on affirme néanmoins que ces procédures en justice ne freineront pas l'OPA. « Celles-ci sont d'un autre ordre que les opérations financières en question », fait valoir une source ministérielle.

Lire aussiRenationalisation d'EDF : les salariés actionnaires dénoncent une spoliation et attaquent l'Etat en justice

En direct - Transition Forum 2022

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 15
à écrit le 19/07/2022 à 21:07
Signaler
la principale question est de savoir si le nucleaire nouveau est rentable ? Apparemment , non. Si on prends l exemple des USA; Aux États-Unis, Joe Biden a lancé le 20 avril 2022 un plan de 6 milliards de dollars pour soutenir les exploitants de cen...

à écrit le 19/07/2022 à 18:41
Signaler
Les commentateurs ignorent la finalité de l'opération: la vente à la découpe !!! edf ne conservera que les centrales nucléaires le reste sera cédé à total énergie , engie ...

le 20/07/2022 à 9:50
Signaler
Cela sera une bonne chose. Aucune des entreprises d'état où la CGT est roi ne fonctionne correctement. C'est grèves et déficits perpétuels.

à écrit le 19/07/2022 à 15:37
Signaler
Si on a bien compris, l'état rachète les parts des minoritaires pour en finir avec une situation hybride néfaste à l'entreprise. En application du même principe, l'état devrait se retirer des entreprises dont il détient une minorité du capital; Renau...

à écrit le 19/07/2022 à 13:54
Signaler
Yabon la dette publique pour creuser la dette publique... Macron a fait un stage de gestion d'entreprise à Athènes?

à écrit le 19/07/2022 à 12:30
Signaler
Il serait temps, au delà de l'avalanche de millards et de millards que nos autorités adoptent une politique de l'énergie sur une vingtaine d'année, un plan glissant par exemple..

à écrit le 19/07/2022 à 12:27
Signaler
10 milliards qui vont partir en fumée si EDF ne change pas sa gestion.

le 19/07/2022 à 13:05
Signaler
Ces 10 milliards ne sont pas données à EDF, mais aux 14% des actionnaires privés (salariés et autres).

à écrit le 19/07/2022 à 12:26
Signaler
Comme pour tout, 50% des français n'ont pas donner leur aval, il serait bon de les consulter de temps a autre! ;-)

le 19/07/2022 à 13:14
Signaler
On sait comment ça finit quand on consulte les Français. Ils répondent chacun à leur propre question. Mais cela mis à part, que sait le commun des mortels sur la gestion financière et stratégique d'une boite de cette taille. Dans ma boite, quand je d...

à écrit le 19/07/2022 à 11:26
Signaler
J'ai le bon sens franchouillard des bistrots et je me demande pourquoi à l'époque l'État à ouvert EDF au marché boursier ? Je me demande aussi pourquoi cela a t'il etait un tel fiasco ? Je me demande bêtement si l'État detenteur à 84℅ d'EDF si cet é...

le 19/07/2022 à 13:26
Signaler
L'état ne sait pas gérer une entreprise comme il faut car l'état est géré par un gouvernement et ce gouvernement est élu et les politiques qui le composent ont besoin de se faire beau pour se faire élire. L'entreprise subit les pressions syndicales e...

à écrit le 19/07/2022 à 9:58
Signaler
Objectif : construire 6 EPR2 de plus en france, demarrage de Flamanville 3 en 2023, resoudre la dette d'EDF. Le nulcéaire n'est pas mort et renaitra pour un nucléaire plus propre, plus durable, plus informatisé et moins consommateur de combustible. L...

le 19/07/2022 à 10:27
Signaler
soudures et fissures E P R Flamanville fiasco de plus de 10 milliards? (France infos ) et dernier coup de com. le rachat par EDF des turbines de Belfort. les responsables sont ils sanctionnés ,?

à écrit le 19/07/2022 à 9:35
Signaler
Il y a énormément de paramètres à prendre en compte (situation mondiale de l'énergie, droit de l'UE, historique d'EDF, inefficiences, erreurs de gestions multiples...) , mais cette opération aurait au moins un mérite, celui de clarifier la situation....

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.