Saudi Aramco envisage d'abandonner son projet d'introduction en Bourse

 |   |  232  mots
Dans le cas d'un placement privé, Saudi Aramco envisagerait néanmoins d'entrer à la Bourse de Ryad, le Tadawul, l'année prochaine, voire d'être coté à l'international ensuite, pas avant 2019.
Dans le cas d'un placement privé, Saudi Aramco envisagerait néanmoins d'entrer à la Bourse de Ryad, le Tadawul, l'année prochaine, voire d'être coté à l'international ensuite, pas avant 2019. (Crédits : Handout .)
La plus importante compagnie pétrolière du monde considère l'hypothèse d'un placement privé auprès de fonds souverains et d'investisseurs institutionnels internationaux, selon le Financial Times.

En janvier 2016, la confirmation officielle du projet d'introduction en Bourse de la plus importante compagnie pétrolière du monde avait bouleversé le secteur. Quasiment deux ans plus tard, rien n'est plus sûr, alors qu'une décision du vice-prince héritier Mohammed ben Salmane était attendue en juin. Saudi Aramco envisage de renoncer à cette idée, en faveur d'un placement privé auprès de fonds souverains et d'investisseurs institutionnels internationaux, rapportait vendredi 13 octobre le Financial Times, citant des sources proches du dossier.

Rien de décidé

D'après le quotidien britannique, des discussions en vue d'un placement privé auprès de fonds souverains, y compris chinois, et d'autres investisseurs se sont en effet accélérées au cours des dernières semaines. L'idée d'une cotation sur une Bourse étrangère a en revanche engendré de plus en plus de doutes: la famille royale saoudienne s'inquièterait des risques juridiques en cas de cotation à New York ou Londres, notamment en raison de la législation américaine antiterroriste ou de celle britannique en matière de transparence.

Dans le cas d'un placement privé, Saudi Aramco envisagerait néanmoins d'entrer à la Bourse de Ryad, le Tadawul, l'année prochaine, voire d'être coté à l'international ensuite, pas avant 2019. Aucune décision finale n'a toutefois encore été prise, précise le FT, et l'introduction en Bourse initialement envisagée pourrait toujours intervenir en 2018.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/10/2017 à 13:13 :
ils attendent d'avoir liquefie leurs actifs tout en gardant la main dessus pour ne plus respecter les quotas et pourrir la vie des iraniens tout en n'envoyant plus leur economie au tas!
malins, hein?
reste plus qu'a trouver les imbeciles qui vont acheter, sachant que tt le monde le sait!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :