Thales : -88% sur son bénéfice net au premier semestre, un solide rebond prévu

 |   |  687  mots
(Crédits : Regis Duvignau)
Si la première moitié de l'année a été marquée par de forts reculs, le groupe français est néanmoins très optimiste sur son carnet de commandes au second semestre. Il mise désormais sur des revenus annuels compris entre 16,5 et 17,2 milliards d'euros (contre 18,4 milliards sur l'exercice 2019).

Le groupe français de technologies de défense Thales a vu son bénéfice net s'effondrer de 88% au permier semestre, à 65 millions d'euros, plombé par la crise liée au coronavirus, mais s'attend à un rebond "significatif" de son chiffre d'affaires sur la seconde moitié de l'année, a-t-il indiqué vendredi.

Sur janvier-juin, le groupe de technologie et de défense a vu son chiffre d'affaires fléchir de 5,4% à 7,8 milliards d'euros (-13,6% à périmètre et taux de change constants), selon des résultats publiés vendredi.

Sur le seul deuxième trimestre, ses revenus ont reculé de 20%. D'une part, il y a "la forte contraction du marché de l'aéronautique civile", avec une chute de la demande de l'ordre de 50%, un phénomène "pérenne" qui pourrait perdurer "au-delà de 2020", a observé le PDG Patrice Caine lors d'une conférence téléphonique.

Lire aussi : Aéronautique : "Ce plan de soutien nous permet d'accélérer des projets innovants" (Patrice Caine)

D'autre part, la crise du Covid-19 et les mesures de confinement ont paralysé l'appareil de production de Thales et l'accès aux sites des clients; mais cela "n'a pas vocation à perdurer" et hors secteur aéronautique, "on voit une dynamique solide sur nos autres marchés", a-t-il assuré.

Un niveau quasi normal attendu au second semestre

De fait, au premier semestre, la branche "défense et sécurité", principale activité du groupe, a nettement mieux résisté (-7,6% du chiffre d'affaires) que l'aérospatiale (-25,4%) ou les transports (-14,1%).

"Au second semestre, nous allons retrouver un niveau quasi normal de productivité pour les activités non touchées par la crise de la demande", assure M. Caine.

Thales a dévoilé vendredi des prévisions révisées pour l'exercice 2020: anticipant "une augmentation significative" du chiffre d'affaires sur juillet-décembre par rapport au premier semestre, il mise désormais sur des revenus annuels compris entre 16,5 et 17,2 milliards d'euros (contre 18,4 milliards sur l'exercice 2019).

Une reprise confortée par l'implantation géographique du groupe, dont 74% des effectifs se trouvent en Europe - où la crise sanitaire semble stabilisée, relève-t-on chez Thales.

L'entreprise pointe également son "plan global d'adaptation", qui doit lui permettre d'économiser "environ 800 millions d'euros" sur l'année.

Lire aussi : Thales vend des radars high-tech au Bangladesh

"Des succès historiques"

Certes, "on ne s'est pas prononcé sur la rentabilité, pour l'année 2020, de chacune de nos activités", insiste-t-on chez Thales. Pour autant, fin juin, le carnet de commandes consolidé était jugé "solide", à 31,7 milliards d'euros, soit "1,7 année de chiffre d'affaires".

"Le premier semestre a été très actif du point de vue commercial, avec des succès historiques dans l'observation environnementale depuis l'espace et dans le naval militaire. Les contrats correspondants étant en cours de finalisation, ils devraient être intégrés dans les prises de commandes des tout prochains mois", s'est réjoui Patrice Caine.

Thales Alenia Space se taille la part du lion dans les commandes passées début juillet par l'Agence spatiale européenne (ESA) pour la deuxième phase de son programme d'observation de la Terre Copernicus.

"Un quasi grand chelem", selon M. Caine, qui se montre cependant plus réservé sur le marché des télécoms civils: "On fera les comptes à la fin de l'année. J'ai plutôt tendance à dire: soyons prudents avant de dire que le marché est vraiment reparti".

Autre gros contrat, l'armée allemande a sélectionné en juin un consortium incluant Thales pour réaliser quatre frégates MKS180, "le plus important projet de l'histoire de la marine allemande", selon le groupe français.

Dans un contexte encore très incertain, un plan de relance spécifiquement dédié à l'industrie de la défense est-il néanmoins nécessaire en France?

La bonne exécution de la loi de programmation militaire reste "la priorité des priorités", mais "si en plus, le gouvernement pouvait aller plus loin et proposer des mesures additionnelles, (...) on s'en réjouirait. ça irait dans le bon sens", observe avec prudence le PDG.

Lire aussi : Nouveau contrat important et structurant pour Thales en Australie

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/07/2020 à 7:41 :
Achetez l'action: elle va bondir fin 2020
a écrit le 24/07/2020 à 13:05 :
A quand Greta Thunberg au conseil d'administration ?
a écrit le 24/07/2020 à 9:52 :
"-88% sur son bénéfice net au premier semestre, un solide rebond prévu"

Règle de communication numéro 73: Accompagner toujours une nouvelle désastreuse d'un message d'espoir.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :