LTDE

La micro-hydroélectricité, comment ça fonctionne ?

 |   |  321  mots
(Crédits : Pixabay)
La micro-hydroélectricité fait de plus en plus parler d’elle. Installation destinée à un petit nombre de particuliers, elle s’adapte à un point d’eau, rivière ou cours d’eau privatif. Une solution rentable et qui pourrait faire baisser de manière significative les factures énergétiques.

Une petite centrale hydroélectrique, ou PHC, est une installation de production énergétique offrant une puissance inférieure à 10 000 kW. Il existe différents types de centrales, allant des petites centrales (2 000 à 10 000 kW) aux micro-centrales (20 à 500 kW) en passant par les mini-centrales dont la puissance peut aller jusqu'à 2 000 kW. Il existe même des pico-centrales, pour une puissance inférieure à 20 kW.

Pratiques et simples d'utilisation, ces installations ne requièrent ni retenues ni vidanges ponctuelles, qui pourraient perturber leur environnement. Installées sur une rivière, mais également sur des réseaux d'eau potable, elles permettent une production d'électricité stable.

Autre avantage, le gouvernement encourage désormais l'installation de petites ou micro-centrales hydrauliques grâce à l'allocation de crédits d'impôt à hauteur de 50 % sur l'investissement matériel et d'une TVA à 5,5 % sous conditions.

Un investissement important, rentable à long terme

Le principe est simple : l'eau fait tourner une roue reliée à une génératrice qui convertit l'énergie mécanique transmise en électricité. Le choix de la turbine de la micro-centrale dépendra de la hauteur de chute, du débit de conception et de la vitesse de fonctionnement de la génératrice. Actuellement, ce sont les turbines Pelton ou Turgo qui sont couramment utilisées, affichant un bon rapport efficacité/coût.

Il est recommandé d'effectuer une étude environnementale avant toute installation afin de s'assurer du respect de la vie aquatique et de l'environnement en général. Il est également nécessaire de demander des autorisations préalables à l'installation. Pour dériver et aménager un cours d'eau non classé, il est impératif de déposer un dossier en préfecture, qui servira aux autorités compétentes et aux parties concernées (riverains, etc.).

Si cette installation requiert un investissement important, elle sera rentable sur le long terme : les turbines sont conçues pour fonctionner plusieurs dizaines d'années sans remplacement et fournissent une énergie gratuite et renouvelable.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :