LTDE

Langouët, village écologique et durable

 |   |  481  mots
(Crédits : Mairie Langouet)
Depuis le début des années 2000, ce bourg de 602 habitants multiplie les projets autour des énergies renouvelables et du développement durable. Au point d’en faire un modèle, encensé dans le monde entier.

Au moment de débuter notre entretien, Daniel Cueff, maire de Langouët depuis 1999, termine une visite originale. « Je suis sous le toit d'une maison test, un bâtiment triple zéro : pas d'émission, pas d'énergie, pas de déchet. La toiture comporte un jardin en permaculture et, si le coût du projet rentre dans les clous du logement social, nous en construirons huit », explique-t-il. Jusqu'à présent, le seul autre édifice du genre a été conçu en Allemagne. Et l'anecdote n'a rien d'inédit : le petit village fourmille de projets innovants comme celui-ci.

Lire aussi : Maison du futur : l'expérience de Grand-Couronne

Panneaux « collector » et équilibre énergétique

Cantine bio et locale, centrale solaire, logements sociaux durables... Depuis plus de 15 ans, Langouët s'est lancée dans une transformation d'envergure qui n'a rien eu d'évident. « En 2003, quand nous avons installé les premiers panneaux solaires sur l'école municipale, personne ne parlait de développement durable. Les seuls exemples venaient d'Allemagne. Faire un cahier des charges, trouver des ingénieurs... Il a fallu tout inventer », poursuit Daniel Cueff. Une tâche d'autant plus ardue que le territoire, marqué par l'agriculture intensive, n'était pas, a priori, très réceptif aux questions environnementales.

Ces premiers panneaux « collector », selon les mots du maire, ont ouvert la voie à d'autres, sur tous les bâtiments publics et notamment l'atelier municipal qui abrite une véritable centrale solaire générant près des trois quarts de l'électricité photovoltaïque produite par la ville. Tant et si bien qu'aujourd'hui Langouët arrive à l'équilibre et produit autant d'énergie qu'elle en consomme, avec une part d'énergie renouvelable qui atteint 42% du mix global.

Vers le 100% local

Pionnier, le village est désormais suivi par d'autres communes des alentours. Le choix du chauffage bois-énergie a inspiré de nombreux élus. Les délégations étrangères viennent régulièrement visiter le village. Quant au réseau d'échanges d'expérience de développement durable (le Bruded) créé par Daniel Cueff et deux autres édiles locaux, il compte désormais plus de 153 membres. Car Langouët ne cherche pas l'autonomie à tout prix : « on ne veut pas être autosuffisant et coupé du monde. Notre conviction est qu'il faut d'abord produire localement tout ce qu'on peut produire localement », précise le maire. La maison « triple zéro », tout comme les maisons-potagers vont dans ce sens.

Prochaine étape pour Langouët, la création d'une boucle énergétique locale qui permettrait de stocker et de redistribuer le surplus de production. Pour cela, la commune bénéficie de l'aide précieuse du spécialiste des trackers solaires OKWind. Elle devrait aussi pouvoir compter sur le soutien sans faille de ses habitants. En 2016 et en 2018, deux campagnes de financements participatifs ont en effet permis à l'équipe municipale de lever 40 000 puis 25 000 euros en quelques jours.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :