Les députés européens vont-ils chambouler la distribution de l'e-cigarette ?

 |   |  1214  mots
La France compte plus de 1 million d'adeptes de l'e-cigarette.
La France compte plus de 1 million d'adeptes de l'e-cigarette. (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le parlement de Strasbourg doit se prononcer ce mardi sur l'encadrement du commerce de cigarettes électroniques. Si les élus sont une majorité à les considérer comme des médicaments devant servir au sevrage tabagique, le réseau de distribution qui a explosé ces derniers mois (au moins 400 boutiques spécialisées en France) pourrait être complètement bouleversé.

"En septembre 2012, nous avions ouvert moins d'une dizaine de boutiques d'e-cigarettes, aujourd'hui, nous en comptons 52 dans toutes la France, plus trois à l'étranger" : la jeune responsable du développement du réseau Clopinette, Cindy Vuillemain, décrit un phénomène auquel nul citadin n'a pu échapper : le développement fulgurant des boutiques dédiées à la vente de cigarettes électroniques.

L'Office français de prévention du tabagisme (OFT) estimait dans un rapport publié le 28 mai 2013 que le marché des cigarettes électroniques a généré 40 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2012 en France, et prévoit 100 millions d'euros pour cette année, soit plus que celui des médicaments destinés à l'arrêt du tabac.

Quel est l'état du réseau de distribution actuel ?

On peut raisonnablement estimer que la France compte actuellement 400 à 600 boutiques dédiées aux e-cigarettes. "Lors de notre dernier recensement en août 2013, il y avait environ 400 boutiques en France, contre une centaine en décembre 2012. Le réseau de distribution a donc vu sa taille quadrupler en l'espace de huit mois" rapporte Bertrand Dautzenberg, pneumologue à l'hôpital de la Pitié-Salpétrière (Paris) et président de l'OFT.

"Comme des boutiques s'ouvrent sans cesse, difficile de dire exactement combien il y en a aujourd'hui, en tous cas le nombre a continué d'augmenter, c'est sûr", poursuit-il.

De son côté, Michaël Hammoudi, PDG du distributeur indépendant MCortex Distribution (CIG&LEC) et président du CACE ( Collectif des Acteurs de la Cigarette Électronique) évalue le nombre de boutiques à 600, franchisées et indépendantes confondues. "Cette année, le nombre de ces boutiques a progressé de 15% par mois" estime-t-il.

La plupart des grandes villes comptent aujourd'hui au moins une boutique

A Paris, le réseau est déjà très dense avec plus de quarante boutiques intra-muros "il y a un phénomène de surreprésentation en région parisienne" commente Cindy Vuillemain. Le développement est en effet un peu moins impressionnant en régions, même si la plupart des grandes villes comptent aujourd'hui au moins une boutique.

Certains réseaux de franchises commencent même à s'étendre à l'étranger. Ainsi, une boutique Clopinette a ouvert ses portes à Formia en Italie, en juin dernier, ont suivi une autre à Casablanca et une à Saint Martin (Antilles françaises). "Une quatrième boutique à l'étranger doit ouvrir très bientôt à Madrid" précise Cindy Vuillemain.

Médicament ou pas ? Réponse au cours de l'après-midi du 8 octobre

Qui dit nouveau produit, dit règlementation à définir sur dans un secteur aussi sensible. Or pour l'instant, les e-cigarettes sont considérées comme des produits de consommation courante. Si certains pays - dont la France - ont déjà commencé à légiférer sur le sujet, il n'existe pas encore de législation européenne.

Pour combler cette carence et encadrer le développement de ce commerce d'un nouveau genre, les députés européens s'apprêtent à voter ce mardi  une directive sur les produits du tabac. Une partie de ce texte sera consacré aux e-cigarettes. La Commission de l'environnement, de la santé publique et de la sécurité alimentaire (ENVI) planche sur le sujet depuis plusieurs mois, et 22 amendements concernant spécifiquement les e-cigarettes ont été déposés.

Le risque d'un bouleversement du réseau de distribution

Comment seront classifiées les cigarettes électroniques ? Voilà tout l'enjeu du vote de mardi. "Nous attendons cette décision avec impatience, bien que assez sereinement", confie d'ailleurs la responsable du développement du réseau Clopinette.

Si les députés européens considèrent que la e-cigarette est un médicament de sevrage du tabac, au même titre que les patchs et pastilles, cela entraînera un bouleversement du réseau de distribution. En effet, qui dit médicament, dit obtention obligatoire d'une Autorisation de Mise sur le Marché (AMM) et vente uniquement en pharmacie. Adieu boutiques dédiées !

Or aujourd'hui, ces cigarettes électroniques n'étant pas considérées comme produit de sevrage, leur vente en pharmacie est interdite … bien que selon Bertrand Dautzenberg, un tiers d'entre elles en vendraient quand même.

Les députés divisés, les lobbies à la manœuvre

Si nos représentants à Strasbourg la qualifient de produit de l'industrie du tabac, alors, seuls les buralistes seront autorisés à les commercialiser en France. Enfin, les députés européens pourraient choisir de l'assimiler à un produit de consommation courante mais en renforçant l'encadrement juridique qui s'y rapporte. La classification du produit pourrait dépendre des doses de nicotine utilisées.

En France, le CACE a par exemple déjà rencontré des membres de la Direction Générale de la Santé (DGS) et du Cabinet de Marisol Touraine, la ministre des Affaires sociales et de la Santé, pour proposer que la vente des cigarettes électroniques soit conditionnée à l'obtention d'une licence spécifique et la mise en place ds certifications plus strictes pour les e-liquides notamment.

Le but de l'Union européenne est en tous cas de "ne pas laisser commercialiser des produits qui ne sont pas sûrs et qui ne remplissent pas leur fonction" déclarait la députée britannique et rapporteur de la directive sur les produits du tabac Linda McAvan le 24 avril 2013. A l'époque, peu de députés avaient un avis tranché sur la question. La députée française Michèle Rivasi (EELV) se démarquait en tranchant clairement :

"Si le produit inhalé contient de la nicotine, alors cela doit être considéré comme un produit pharmaceutique !" insistait-elle.

American British Tabaco n'a pas attendu pour investir...

Depuis plusieurs mois, de nombreux groupes de pression ont manœuvré pour convaincre un à un les députés européens et orienter leurs votes. Les lobbies puissants de l'industrie du tabac notamment, qui voient la cigarette électronique comme un moyen de conquérir de nouveaux consommateurs.

Pour preuve, certains investissent massivement dans le business. American British Tabaco a par exemple racheté fin 2012 le fabricant d'e-cigarettes CN Creative et Lorillard a déboursé 135 millions de dollars pour acquérir Blue Cig en avril 2012. "D'ici trois ans, les géants de l'industrie du tabac contrôleront 75% des fabricants de cigarette électronique", craint Michaël Hammoudi.

Le texte ne s'appliquera au niveau national qu'en 2018

Alors qu'en sera-t-il des effets de cette nouvelle législation européenne sur le tabac ? Réponse mardi. Le projet de loi sera examiné à Strasbourg ce mardi matin, le vote se déroulera entre 12h et 14h, les résultats sont attendus dans la foulée. Quelle que soit la décision, le texte ne s'appliquera au niveau national qu'en 2018, le temps pour chaque État membre de préciser ses règles.

"Ce sont des produits addictifs, la règlementation arrive bien trop tard !" déplore Bertrand Dautzenberg, selon qui il aurait fallu règlementer le commerce de e-cigarettes il y a déjà deux ou trois ans… époque où la France ne comptait qu'une poignée de boutiques dédiées.

LIRE AUSSI:

>> Sur la piste (chinoise) de la cigarette électronique

>> La dangerosité de l'e-cigarette à nouveau dénoncée

>> Touraine a commandé une enquête sur la cigarette électronique

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/10/2013 à 19:06 :
fallait pas réver, les lobbys tiennent bien nos élus.
a écrit le 08/10/2013 à 17:40 :
Deux constats : Il ne s'agit pas d'un produits de sevrage mais de substitution ou de confort. Il ne peut donc être vendu dans des pharmacies d'autant qu'aucune étude n'est faite sur le produit à composition variable. Il est important que l'état finance fortement les systèmes reconnus pour éviter que notre jeunesse s'intoxique. Il est indispensable que des études soient organisées sur ce produit de type "alimentaire" commercialisé sans vérification. L'effet mode de cette manière de fumer dans un lieu public attire une clientèle nouvelle de rebelles qui s'amusent de la situation sans que l'on puisse jauger de la nocivité éventuelle du produit pour l'environnement. Des carences de l'état si actif ailleurs..
a écrit le 08/10/2013 à 16:46 :
Que les députés européens s'attellent à des choses bien plus urgentes que celle là, ils veulent tout régenter, laissons le choix aux gens, après les avoir informés, et "pis , c'est tout! M...DE !
a écrit le 08/10/2013 à 11:21 :
Tant de gens qui commentent alors qu'ils ne savent même pas de quoi sont faites les cigarettes électroniques....
Réponse de le 08/10/2013 à 17:11 :
principe : évaporation grâce à une résistance de
propylène glycol, glycérine, arôme, et nicotine si le liquide en contient.

La propylèneglycol est utilisé de puis très longtemps pour faire des fumées artificielles en particulier lors de spectacle, parce qu'il est non nocif.
Propylène glycol et glycérine sont trèslargement utilisés dans les vaporisateurs pour asthmatiques.

Pour en savoir plus : http://lemag.aiduce.fr/
voir le mag' N° hors série septembre.
a écrit le 08/10/2013 à 10:33 :
Les lobbys pharmaceutiques ont du gaver les poches de billets des parlementaires !
a écrit le 08/10/2013 à 10:18 :
e- cigarette un medicament? je ne suis pas malade je vapote pour le plaisir pas pour me soigner
le pharmacien va t il passer 1 heure pour expliquer pour faire gouter
a écrit le 08/10/2013 à 9:54 :
C'est un vaste débat très complexe et qui a déjà donné lieu à des affrontements verbaux entre spécialistes de santé publique telle les Professeurs Chapman et Etter par tribune interposée : http://www.absolut-vapor.com/addiction-tabac/debat-de-specialistes-de-sante-publique-sur-la-cigarette-electronique/

En fait ce n'est pas simple mais la machine semble lancée.
a écrit le 08/10/2013 à 9:12 :
La Commission et l'Europe ont beau jeu de dénoncer publiquement les lobbys du tabac. En réalité, cela fait longtemps que les mêmes sont soumis aux lobbys industriels de toutes sortes. Quand elle a pris la décision de durcir le contrôle technique des véhicules, elle l'a fait sous l'influence des acteurs du secteur, DEKRA en tête. C'est même cette société qui a fourni l'argumentaire sécuritaire clés en main, ainsi que les chiffres, faux par ailleurs ! En réalité, la seule constante de la commission européenne et des députés, c'est qu'ils choisissent TOUJOURS la SECURITE au détriment de la LIBERTE des citoyens !
a écrit le 08/10/2013 à 9:09 :
Nous sommes dirigés sur tout ! on veut nous faire marcher à la baguette! c'est quoi, ça??fais ceci, fais cela, pas ceci, pas cela ! que d'intrusions à la con dans nos vies !! virez les !
a écrit le 08/10/2013 à 8:39 :
L'e-cigarette est un simple narguilé miniature qui peut être utilisé avec n'importe quel produit : arome, nicotine, opium, héroine, etc. Les bienfaits et méfaits de la nicotine sur la circulation sanguine et le cerveau ne sont plus à démontrer. La cigarette classique n'est plus qu'un brulot par rapport à la cigarette électronique qui est beaucoup plus proche de la tétine. L'alcool, autre substance adictive, est en vente libre bien que sa fabrication soit contrôlée.
a écrit le 08/10/2013 à 8:37 :
C'est toujours étonnant de voir a l'oeuvre le liberalisme de la commission europeenne. En regle generale, ce libéralisme concerne exclusivement le domaine économique. Des que ça touche de près ou de loin aux libertés du citoyen, c'est réglementation, interdiction et repression.
Réponse de le 08/10/2013 à 9:10 :
vous m'avez levé les mots de la plume"......+ 1000 ! c'est du totalitarisme !
Réponse de le 08/10/2013 à 9:21 :
Parfaitement juste.
Et puis, si une loi restrictive est mise en place, nous aurons la jurisprudence "magasins de bricolage" pour faire fi de ce cette loi.
Non?
Réponse de le 08/10/2013 à 10:17 :
à "Antice". Il est désolant que votre endoctrinement collectiviste et étatiste assimile les décisions de l'organe supra étatique qu'est la commission européenne comme étant, je vous cite " du libéralisme". Manifestement vous ignorez le sens de ce mot. Le libéralisme c'est justement l'inverse. Le libéralisme c'est la liberté de choix de chaque individu du moment que celle ci ne nuit pas à celles des autres. Dites nous en quoi les fonctionnaires de la commission européenne sont ils libéraux alors que c'est au contraire de l'anti liberté ? Je vous invite fortement à commencer à vous faire un début de culture économique et arréter de confondre le libéralisme et le conservato collectivisme et leurs structures comme la commission européenne.
a écrit le 08/10/2013 à 8:23 :
Quelle différence y'a t-il entre un député européen et un lobbyiste? Aucun, les deux font le même boulot.
a écrit le 08/10/2013 à 8:10 :
Voilà que les députés européens sont sollicités pour des peccadilles qui profite a des lobbies comme si rien de plus urgent ne demandai leur intervention! Voilà qui n'honore pas la construction européenne!
Réponse de le 08/10/2013 à 9:13 :
la construction européenne n'a jamais réellement existé de toute façon, du moins pour le bien être des peuples! c'est tout le contraire! comme vous le dites, on "s'attaque à des pécadilles(comme le gouvernement, d'ailleurs !) et les urgences, les grandes lignes indispensables sont délaissées volontairement...C'est plus facile, évidemment de s'atteler à des conneries !!
Réponse de le 08/10/2013 à 17:27 :
L'Europe n'est pas une démocratie, les députés ne sont là que pour faire croire à une démocratie.Ils ne sont consultés que pour des peccadilles , comme vous dites.

Sont ils consulté sur les sujet essentiels , jamais
Ouverture des frontières règles politiques économiques, interdiction de favoriser le marché national, système bancaire dont la banque Européenne.Etc, tous ces sujets sont décidés et imposés par la commission, des fonctionnaires. et Dieu sai quels dégâts ils font ; la majeure partie les pays d'Europe sont confrontés au chômage, à la paupérisation,

On préfère demander aux députés de classer la cigarette électronique comme médicament et dans le même temps ouvrir des salles de shoot,sans leur demander leur avis .
Les hauts fonctionnaires de la commission se gardent les sujets essentiels, et ils distraient les députés avec les "conneries". Mais sachez aussi que la place est trop belle, la quasi totalité des députés est complice de cette mascarade, de cette parodie de démocratie.
a écrit le 08/10/2013 à 7:59 :
légal mais faussant systématiquement les décisions politiques et les choix adoptés par les parlementaires.
Les lobbys devrait être sérieusement encadrés et plus transparents, mais la aussi leur puissance fait capoter tout projet d'encadrement et de transparence.
Comment voulez vous qu'un député aille à l'encontre des intérêts d'un cigaretier si son parti est financé par ce cigaretier !
Réponse de le 08/10/2013 à 8:40 :
Faut relativiser ! En réalité, ces decisions sur la cigarette électronique ou sur le tabac sont élaborées en sous-main par d'autres lobbys. Notamment par les lobbys anti tabac. Je ne se sais ce qui est préférable...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :