"Sorry Jeff" : Intermarché s'attaque à Amazon et lance un "drive solidaire" pour aider les petits commerçants

 |  | 507 mots
Lecture 3 min.
Dans ses encarts publicitaires dans la presse, Intermarché a ciblé le géant américain Amazon.
Dans ses encarts publicitaires dans la presse, Intermarché a ciblé le géant américain Amazon. (Crédits : DR)
Pour contrer le géant de l'e-commerce, l'enseigne française de distribution proposera, dès lundi, d'ouvrir sa marketplace aux petits commerces locaux, pour qu'ils puissent écouler leur stock par ce biais. Dans un premier temps, l'initiative est ouverte aux librairies seulement.

Intermarché va lancer lundi un "drive solidaire", annoncé à grand renfort d'encarts dans la presse locale et nationale ce jeudi, proposant aux commerces locaux, les libraires dans un premier temps, de mettre leurs produits en vente dans la place de marché numérique des supermarchés du groupe.

"On entend la colère, la détresse des petits commerçants et en particulier des libraires, on entend le discours de pousser à la digitalisation, au click&collect, mais tous ne sont pas forcément prêts", explique jeudi à l'AFP le président d'Intermarché et de Netto, Thierry Cotillard.

"L'idée est de donner un coup de main aux commerçants en mettant à leur disposition nos outils digitaux, notre plateforme de click&collect, avec dans un premier temps les libraires. Le 'click' se fait sur notre site, mais le 'collect' est fait dans leur boutique", poursuit-il.

Dimension "locale" du dispositif: "les libraires de Lorient peuvent proposer leurs livres dans les drives solidaires de l'Intermarché" de la ville. "C'est possible dans 1.500 drives en France".

Lire aussi : Shopopop veut livrer plus vite qu'Amazon

La place de marché numérique d'Intermarché a été développée avec Mirakl, pionnier français des places de marché en ligne, qui a réalisé fin septembre la plus grosse levée de fonds jamais réalisée par une startup française.

Intermarché cible Amazon

Dans ses encarts publicitaires dans la presse, Intermarché a ciblé le géant américain Amazon.

"Sorry Jeff, nous sommes d'ores et déjà en train de travailler à rendre ce service disponible pour les autres commerces de proximité en difficulté", y est-il notamment écrit.

Élus et commerçants ont été nombreux ces derniers jours à estimer que la fermeture de certains commerces physiques va faire le bonheur de l'e-commerce en général, d'Amazon en particulier.

Lire aussi : Le coronavirus, le grand "booster" du commerce en ligne

S'il a expliqué ne pas vouloir "passer pour un mauvais perdant", et voir le géant américain comme "un excellent aiguillon pour accélérer notre transition digitale", Thierry Cotillard rappelle aussi la "demande d'une vraie équité fiscale". Amazon, qui revendique 420 millions d'euros de contribution fiscale totale en France (en comptant la TVA), est régulièrement accusé d'être avantagé en termes de fiscalité par rapport aux distributeurs.

Lire aussi : Pour Bruno Le Maire, les géants du numérique sont "les adversaires des États"

"La forme de la distribution, les achats d'aujourd'hui font l'économie et les emplois de demain", conclut Thierry Cotillard.

L'autre initiative de Carrefour

Mercredi, le distributeur Carrefour avait annoncé, également en partenariat avec Mirakl, la mise en place d'"une solution de digitalisation accélérée", offrant à certains commerces "l'abonnement à sa marketplace jusqu'à la fin de l'année 2020".

Parmi les conditions, vendre des produits alimentaires, d'hygiène, de soins et de beauté, de l'animalerie ou de la puériculture "répondant à des exigences de qualité", et "être en capacité de livrer sur tout le territoire français et d'assurer un service client en français".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/11/2020 à 7:09 :
Sauf que nos chaines de distribution n'ont toujours pas compris ce qui fait la force d'amazon, tout le monde parle d'amazon comme le diable de la consommation... sauf qu'amazon, ce sont d'abord et avant tout des profits dans ingénierie de l’information et assez peu de profit dans la distribution... Et pour parler toujours à nos zélites de distribution, ce qua fait la force de la branche produit de consommation d'amazon, c'est qu'on trouve de tout, du divertissement à l'habillement, et des produits alimentaires (basiques). Il y a même pas un équivalent web de walmart en France, quand vous commandez un produit un ligne sur carrefour, sur auchan ou autre, on se retrouve face un "magasin" dématérialisé minable dont les stocks sont à moitié épuisés en permanence. Au moins les ricains ont compris 2 choses : si un produit n'est pas dispo, on s'arrache pour satisfaire le client et ENFIN, le client est livré (eh oui comme ça, ça parait tellement évident) : on va chercher le client en le livrant. Les clients qui se présentent à un drive sont forcément des clients réguliers déjà acquis, donc comment fait-on pour acquérir de nouveaux clients ? on va les chercher en leur proposant un service client irréprochable, on ne les oblige pas à venir en les affranchissant du déplacement et on s'arrache pour leur proposer la TOTALITE du magasin (et non une petite partie) comprendre que s'il souhaite un bidon d'huile voiture, des couches, un taille haie et de la bière, le magasin en ligne doit être en capacité de lui livrer tous ces produits. Et s'il rencontre un problème, le sav doit être irréprochable car le client doit avoir confiance. La révolution numérique française est décidément bien lente... Pour revenir à amazon, c'est donc un faut débat, amazon a été là ou les distributeurs français ont pêché par manque de vision, par une absence totale de compréhension des enjeux numériques (ou "digitaux" comme les "pros" veulent dire) et des difficultés d'adaptation incompréhensibles. Et puis finalement avec la crise, nos distributeurs s'en sortent plutôt bien, on ne va pas les plaindre sans cesse.
a écrit le 05/11/2020 à 14:22 :
Ce n'est pas Intermarché qui va sauver le petit commerce des centre-ville et leurs services drive vraiment pas terrible ... les gouttes d'eau de pluie sur des galets brulants ... Oublit-on pas trop vite que un grand nombre de boutiques sont des franchisés et qu'il y a les marques derrière de grosses entreprises qui trinquent depuis Solférino, les gilets jaunes et le COVID pour achever ceux qui sont les forces majeurs pour une relance économique internationale vraiment de la mercerie ...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :