La réglementation européenne dessert le cinéma selon Ted Sarandos (Netflix)

 |   |  381  mots
Rien de ce que nous faisons n'est censé aller à l'encontre des salles de cinéma, a assuré Ted Sarandos, en charge des contenus de la plateforme internet. Je veux offrir le choix aux consommateurs, a-t-il insisté.
"Rien de ce que nous faisons n'est censé aller à l'encontre des salles de cinéma", a assuré Ted Sarandos, en charge des contenus de la plateforme internet. "Je veux offrir le choix aux consommateurs", a-t-il insisté. (Crédits : DR)
Ted Sarandos, qui est en charge des contenus de la plateforme internet, a pointé du doigt les règles françaises comme le délai de 36 mois imposé pour que Netflix puisse proposer un film après sa sortie.

Plus de mal que de bien. Le directeur des programmes du géant américain de la vidéo à la demande (VOD) Netflix, Ted Sarandos, a jugé vendredi à Cannes, que la réglementation européenne ne protège pas le cinéma. "Cela ne protège pas le cinéma", en fait ça le rend plus faible, a affirmé Ted Sarandos lors d'une conférence organisée dans le cadre du festival.

La chronologie des médias favorise le piratage

Ted Sarandos, qui est en charge des contenus de la plateforme internet, a notamment pointé du doigt les règles françaises comme la chronologie des médias, règle imposant un délai de 36 mois aux services de vidéo à la demande par abonnement comme Netflix avant d'intégrer un long métrage à leur catalogue. "La chronologie des médias, en France, favorise le piratage. Devoir attendre trois ans pour que les gens puissent voir un film comme il le souhaite encourage cette pratique", a-t-il ajouté.

Présent dans la salle, le producteur américain Harvey Weinstein a pris la défense de Netflix, alors que la plateforme - qui a installé son siège européen à Amsterdam depuis le 1er janvier - est accusée de ne pas participer au financement de la création, comme le réclament les diffuseurs européens.

Netflix, visionnaire ?

Harvey Weinstein, qui a produit des succès au box-office comme "Pulp fiction", "Le Discours d'un roi" ou "The Artist", a qualifié Netflix de "visionnaire" pour sa capacité à créer de nouveaux marchés mondiaux pour des produits tels que les documentaires ou les films en langue étrangère.

Le cinéaste américain Joel Cohen, co-président du jury cette année à Cannes, avec son frère Ethan, a évoqué mercredi lors d'une conférence de presse l'émergence de sociétés comme Netflix en ironisant sur ceux qui "regardent 'Lawrence d'Arabie' sur un iPhone".

"Rien de ce que nous faisons n'est censé aller à l'encontre des salles de cinéma", a assuré Ted Sarandos. "Je veux offrir le choix aux consommateurs", a-t-il insisté.

Netflix s'est lancé dans la production originale de contenus avec des séries comme "House of Cards" et "Marco Polo" ou des films comme "Tigre et Dragon".

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/05/2015 à 1:46 :
Je suis tout à fait d'accord avec Ted Sarendos et Netflix en général !
L'important étant de laisser le choix au consommateurs et c'est tout à fait ce que fait Netflix.
" Le cinéma c'est sur grand écran", et pourquoi ça ? Et si je préfère être chez moi !? C'est quoi ce système dictatorial ?
Au final comme il est dit dans l'article on se tourne vers le téléchargement illégale alors que je suis abonné a Netflix et préférerait payer plus chère peut être dans l'espoir de film un peu plus récent et un rattrapage sur le catalogue US que de télécharger comme ce pût être le cas.
a écrit le 17/05/2015 à 16:37 :
Le cinéma c'est sur grand écran dans une salle adaptée. Le théâtre, c'est un spectacle vivant, donc dans un théâtre, dans la rue. La musique, qui pourtant ne nécessite pas de voir, c'est aussi en "live", dedans, dehors, avec des vrais musiciens, de vrais instruments et surtout pas ces horreurs que sont les "clips". Toute la "culture" qui passe par internet, c'est de la culture business, une sous-culture évidemment anglo-saxonne. L'équivalent culinaire, de ce que sont MacDo, Subway ou KFC, à la cuisine traditionnelle.
(Tous pays confondus... sauf anglo-saxonne...évidemment!)
Réponse de le 17/05/2015 à 18:25 :

Comparé un vecteur, le net et l'assimilé à de la culture business sous prétexte que ça passe par le net c'est clairement vivre avec des œillères et ne rien connaître du sujet :)

C'est exactement le même laïus que les décérébré qui disent que le jeux vidéo tue et non pas la livre circulation des armes...

Pour quelqu'un de soit disant cultive je vous trouve très obtus et ace bien peu de perspective....

Toute la culture par un vecteur, qu'elle soit bonne ou mauvaise :/
a écrit le 17/05/2015 à 10:55 :
Netflix n'a pas atteint ses objectifs en Europe. Et c'est tant mieux ! Marre de voir proposer des navets en video a la demande.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :