Air France tire la sonnette d'alarme sur le manque de compétitivité de la France

 |   |  308  mots
(Crédits : © 2010 Thomson Reuters)
Le directeur général du groupe dénonce les écarts de charges avec ses concurrents allemands ou britanniques mais aussi avec les transporteurs du Golfe.

Pierre-Henri Gourgeon a tiré la sonnette d'alarme. La semaine dernière, lors de l'assemblée générale de la fédéraion nationale de l'aviation marchande (Fnam), le directeur général d'Air France-KLM a voulu « attirer l'attention de l'Europe et de nos autorités sur la nécessité de rendre le terrain de jeu plus égal et de compenser des discriminations dangereuses ». Le moyen de dénoncer les problèmes de compétitivité de la France.

«C'est un sujet de débat. il faudra le traiter, sinon, le futur sera difficile ». Et de pointer les écarts de taxes avec les conditions dans lesquelles opèrent les compagnies du Golfe comme Emirates, les compagnies à bas coûts britanniques opérant en France mais aussi des concurrents comme Lufthansa ou British Airways. « Si nous opérions dans les mêmes conditions que les transporteurs du Golfe, où il n'y a pas de taxes, de charges sociales…, nous dédégagerions des bénéfices supplémentaires de 3 milliards d'euros ». Sans aller jusqu'à Dubai, la comparaison de la France avec le reste de l'Europe n'est pas avantageuse.

Au niveau des charges sociales « Air France paie un surcoût de l'ordre de 4 à 6 points de chiffre d'affaires. Si nous étions aux Pays-Bas, nous ferions des économies de 700 millions d'euros », a estimé Pierre-Henri Gourgeon, qui ajoute « un point en raison de la multiciplité des autres charges ». In fine, l'écart de compétitivité avec Lufthansa serait de 5 points. Enfin, Air France a à nouveau dénoncé la pratique des compagnies à bas coûts britanniques Ryanair et Easyjet qui assurent des vols intérieurs français en étan soumis aux conditions avantageuses de leurs pays d'origine. De quoi alimenter les discussions du conseil d'administration d'Air France-KLM dans lequel siège… Fritz Bolkeskein, défenseur d'une libéralisation à outrance des services dans l'union européenne.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :