Skyteam, l'alliance d'Air France-KLM, veut monter en puissance

 |  | 403 mots
Lecture 2 min.
L'alliance d'Air France-KLM veut passer d'ici à quatre ans de 13 à 20 membres. Elle cherche activement un partenaire en Inde et un ou deux en Amérique latine

Dix ans jour pour jour après sa naissance, l'alliance Skyteam d'Air France-KLM veut monter en puissance. « Nous comptons aujourd'hui 13 membres, explique le directeur des alliances d'Air France, Dominique Patry, nous voulons monter à une petite vingtaine d'ici trois ou quatre ans « , a-t-il déclaré en aparté de la cérémonie du dixième anniversaire aujourd'hui à New-York. « Nous avons marqué des points fantastiques en Chine avec le choix en avril de China Eastern de rejoindre Skyteam. Avec China Southern déjà dans l'alliance, Skyteam va devenir l'alliance la plus puissante ».

De quoi compenser de ne pas avoir convaincu Japan Airlines qui, bien qu'à à deux doigts de quitter Oneworld pour Skyteam en février, a préféré rester dans son camp historique. Mais aussi de l'échec de s'être fait doubler par la même Oneworld (American, British Airways...) pour rafler l'indien Kingfisher Airlines. Alors qu'Air India va rejoindre Star Alliance (Lufthansa, United ...) en 2011, Skyteam court donc le risque de se retrouver la seule alliance sans point d'appui en Inde. « Il nous faut un partenaire », martèle Dominique Patry. En fait, il ne reste plus que Jet Airways et la low-cost Indigo Airlines (dont l'un des piliers du redressement d'Air France en 1995 Rakesh Gangwall est administrateur). Et encore, Jet Airways est partenaire de Brussels Airlines sur son hub de Bruxelles, une compagnie membre de Star Alliance. Une infédilité de Jet Airways au profit d'Air France entraînerait à coup sûr la fin du partenariat avec Brussels et par conséquent la fin du système de hub mis en place par la compagnie indienne à Zaventem pour relier l'Inde à l'Amérique du Nord.

Skyteam cherche également « un à deux partenaires en Amérique latine ». En effet, même si Air France possède une coopération bilatérale avec la low-cost brésilienne Gol, l'alliance n'a pas d'allié. Et les bonnes places sont déjà prises. Le brésilien TAM vient de rejoindre Star et Lan Chile est membre de Oneworld. Et Avianca (Colombie) qui en train de fusionner avec le groupe Taca (et ses trois hubs de San Salvador, San Jose et Lima) est dans la ligne de mire de Star Alliance, qui a fait d el'Amérique centrale et de l'Afrique sa nouvelle priorité.

Ce discours offensif de Skyteam intervient alors que Vietnam Airlines vient de rejoindre l'alliance en ce mois de juin et que la roumaine Tarom suivra vendredi prochain.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :