Les pistes de STX France pour tenter de se remettre à flots

Pour tenter de rassurer sur l'éventuelle vente des anciens Chantiers de l'Atlantique par le constructeur sud-coréen STX, le gouvernement mise sur le carnet de commandes. Mais est-il suffisamment fourni? Le point sur les pistes de ces chantiers navals pour éviter de couler.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2010 Thomson Reuters)

Le paquebot de l'impératrice Eugénie en 1864, le Normandie en 1935, le France en 1960, le Queen Mary 2 en 2004... des navires mythiques sont sorties des chantiers de Saint-Nazaire. Un poids historique qui rend l'inquiétude sur l'avenir du site d'autant plus vif. L'annonce d'une possible vente de STX France - nouveau nom des Chantiers de l'Atlantique - par son propriétaire sud-coréen le 4 mai les a ravivées. 

C'est qu'avant décembre 2012 et l'annonce d'une commande géante, absences de contrats et annulations avaient mis les sites industriels de Saint-Nazaire et Lorient en danger et poussé la direction à mettre en place des mesures de chômage partiel. L'an dernier, le groupe a accusé une dette globale de 600 millions d'euros. 

Samedi 4 mai toujours, les ministres de l'Economie et du Redressement productif tentaient de rassurer en affirmant que les chantiers n'étaient "pas menacé". Ce dimanche, Pierre Moscovici affirmait même que "le carnet de commandes est plein au moins jusqu'en 2016". Par ailleurs, avant même l'annonce du groupe sud-coréens des options de diversification et des projets indiquaient qu'un redressement était possible. En voici quelques unes:

  • L'Oasis 3 suffira-t-elle?

Fin décembre 2012, surprise: les anciens Chantiers de l'Atlantique décrochent une commande en or: celle de l'Oasis 3, pour l'armateur américain Royal Caribbean. Montant du contrat: plus d'un milliard d'euros pour un navire de plus de 300 mètres de long.  "Oasis ne sera pas suffisant pour répondre à tous les emplois, on a besoin de nouvelles commandes", craint toutefois Joël Cadoret, représentant de la CGT, interrogé par l'AFP. Le paquebot doit être livré en 2016, mais avant cela, il faudra trouver d'autres contrats pour faire vivre STX France ainsi que ses sous-traitants. 

"Cette commande était nécessaire au chantiers pour survivre et pour redonner de la motivation aux salariés, mais pas suffisante pour pérenniser l'activité du site. Dans un premier temps, il y a le court terme, l'inquiétude va vers ces sous-traitants qui pourraient avoir du mal à tenir jusqu'au démarrage de la fabrication du navire avec les conséquences sociales que l'on sait", expliquait ainsi un représentant de la CFTC au site spécialisé Mer et Marine en janvier. Or, le secteur souffre de la crise, ce qui rend les perspectives plutôt sombres. Ainsi, d'après le courtier Clarkson, le marché mondial de la construction navale était de était de seulement 84 milliards l'année dernière contre 174 milliards d'euros en 2008.

  • Dernières livraisons

Récemment, les chantiers ont livrés l'Europa 2 à la compagnie Hapag-Lloyd qui avait été commandé en 2011. Il a aussi livré le paquebot MSC Precioza à MSC Croisières. Restent deux bâtiments de projection et de commandement (M33 et N33) qui doivent être livrés à la marine russe en 2014 et 2015. "Très insuffisant", reconnaîssait Laurent Castaing, le directeur général de STX France, interrogé par la Tribune en 2012, avant l'annonce de la commande de l'Oasis.

  • L'éolien en mer

Autre option pour STX France: se diversifier. Il mise notamment sur l'éolien en mer, hisoire de se démarquer dans les technologies liées au développement durable. 

>> STX France se diversifie dans l'éolien en mer

  • Des commandes pour la Défense?

Par ailleurs, fin décembre, comme l'indique un autre article de la Tribune, la Direction générale de l'armement (DGA) a confié à DCNS un contrat d'études. Celui-ci, d'un montant estimé à environ cinq millions d'euros, vise à définir un cahier des charges pour préparer le lancement d'un appel d'offres sur la construction de quatre pétroliers ravitailleurs pour la marine nationale.

>> Défense : DCNS sera-t-il le sauveur du chantier de Saint-Nazaire STX ?

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 19
à écrit le 10/05/2013 à 16:10
Signaler
M. Montebourg saura trouver des clients à cette entreprise. Lui qui avec les Syndicats savent trouver les mots qu'il faut quand il faut pour aider à la bonne gestion d'entreprises industrielles : cf Continental, Florange...

à écrit le 10/05/2013 à 0:00
Signaler
N'oublions pas que Hyundai est le premier constructeur naval au niveau mondial.

à écrit le 06/05/2013 à 13:15
Signaler
Les chantiers ont fui les problèmes de compétitivité en se réfugiant sur un marché de niche, celui des paquebots de luxe. Il faut accepter d'être tributaire de ce choix... c'est à dire vivre dans le stress de décrocher LA commande qui va faire vivre ...

à écrit le 06/05/2013 à 9:26
Signaler
Tant que nous ne financerons pas les retraites par une taxe sur l'énergie,notre cout du travail trop élevé nous contraindra à fermer nos sites industriels les uns après les autres.Qui le comprendra avant la catastrophe!

le 06/05/2013 à 12:49
Signaler
vous croyez qu une nouvelle taxe va aider????

à écrit le 05/05/2013 à 22:26
Signaler
merci pour votre savoir au revoir

le 06/05/2013 à 1:02
Signaler
OU ENCORE !

à écrit le 05/05/2013 à 18:56
Signaler
Les Chantiers de l'Atlantique sont condamnés à mort s'ils s'obstinent à vouloir rester Franco-Français .... Une nationalisation ne changera absolument rien ! Ce qu'il faut c'est un champion européen de la construction navale à l'image d'Airbus et de ...

le 06/05/2013 à 10:31
Signaler
Faire un champion européen pourquoi pas, mais n'allez pas dire que STX est franco français, puisque racheté par un groupe coréen présent dans le monde entier, STX France livre des bateaux à l'export partout dans le monde. C'est tout sauf franco-franç...

à écrit le 05/05/2013 à 17:06
Signaler
C'est l'exemple même qui prouve que la production en France c'est terminé. Sans subvention ni commande militaire il n'y a pas production de gros bateaux possible (coûts de production, loi amiante, ...). Les allemands l'ont compris depuis longtemps, i...

à écrit le 05/05/2013 à 16:12
Signaler
Bonjour, avant tout si l'état devient à nouveau actionnaire ( 51/100 des part) il nous faut un accords de competivite... Tout le monde ne peut être fonctionnaire. Il serait souhaitable que les moyen de production industriel redevienne propriété fran...

le 05/05/2013 à 20:16
Signaler
il serait souhaitable que les moyens de productions puisse être compétitifs, au sens premier du terme . Acheter de l'acier français ( on en fabrique encore...Florange , ça n'est s que 10% de la capacité ...) plus cher , ça ne permets pas aux chantie...

le 06/05/2013 à 9:42
Signaler
Là vous avez gravi l'Everest ! Ce que vous dites est simple et clair ! Trop simple pour notre ""élite"" énarquaise !!!

à écrit le 05/05/2013 à 16:03
Signaler
MDR ! Ce chantier naval est en faillite pour la 3 ou 4ime fois !

le 05/05/2013 à 21:03
Signaler
Et les Coréens ont pillé notre savoir faire et vont les construire chez eux

le 06/05/2013 à 1:01
Signaler
@JJ, C etait a nous de defendre notre savoir faire en investissent chez les correens ! C etait a nous de defendre nos chantier en faisant des lois qui encourage le business au lieu de le faire partir ! C etait a nous de comprendre que la 3eme guerre ...

le 06/05/2013 à 3:09
Signaler
Allons, allons... Ce n'est pas la peine de s'énerver comme ça, la solution est déjà en cours... On va bientôt entendre parler de fusion! La graaannnnde SNCM, elle aussi en faillite pour la énième fois. Qu'elle fusionne avec STX, Quand on a pas les...

le 06/05/2013 à 10:32
Signaler
"Et les Coréens ont pillé notre savoir faire et vont les construire chez eux" Ahah qu'il est bon de rire parfois...Ca fait bien longtemps qu'on est à la traîne en terme de savoir faire sur les chantiers naval par rapport aux coréens !

le 13/05/2013 à 9:52
Signaler
Ça fait des années que que notre savoir faire est spolie par des autres entreprises qui ne connaissaient rien au niveau de la construction des paquebots, et il faut savoir que ce sont les spécialistes de la débauche de nos ingénieurs, car la France c...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.