SNCM : 500 postes en moins, 2 nouveaux bateaux

 |   |  1027  mots
Le conseil de Surveillance de la SNCM a acté la stratégie à long terme de la compagnie, qui prévoit le renouvellement de 4 navires et la suppression de 515 postes... Copyright Robert Terzian
Le conseil de Surveillance de la SNCM a acté la stratégie à long terme de la compagnie, qui prévoit le renouvellement de 4 navires et la suppression de 515 postes... Copyright Robert Terzian (Crédits : Copyright Patrick Terzian)
Le Conseil de surveillance de la SNCM, qui s'est tenu ce jeudi, était stratégique pour la compagnie maritime marseillaise, opérateur historique de la desserte entre la Corse et le continent, en butte à de nombreuses difficultés. Ses deux principaux actionnaires, Veolia et l'État, se sont entendus sur un plan qui prévoit, entre autres, la suppression de 500 postes. Explications

La crainte était de voir la SNCM connaître un destin similaire à Seafrance, même si la comparaison peut sembler hâtive car la compagnie qui assurait les liaisons entre Calais et Douvre et l?actuel délégataire de service public pour la desserte corse n?ont pas grand chose en commun dans leur mode de fonctionnement.

?Le Conseil de Surveillance de la SNCM a acté la stratégie à long terme de la compagnie. Le plan de vie proposé par le directoire a reçu l'aval des actionnaires qui ont souhaité que le calendrier initial soit accéléré dans sa mise en ?uvre afin d'obtenir plus rapidement les gains de productivité nécessaire à la pérennité de l'entreprise. Sur le registre industriel, l'investissement dans 4 navires neufs (2 immédiatement + 2 à confirmer en 2016, ndlr) a été validé pour une flotte qui comptera 8 navires pour un périmètre d'exploitation équivalent au déploiement actuel?, indique le communiqué diffusé hier soir à l?issue de la réunion décisive pour l?avenir de l?armateur.

Renouvellement de 4 navires
L?exécutif était satisfait et probablement soulagé de voir avalisée l?option qu?il défendait : l?investissement dans une nouvelle flotte. Une position notamment soutenue par Marc Dufour, le président du directoire de la SNCM qui avait néanmoins dû revoir sa copie en avril dernier. En octobre 2011, pressé par les actionnaires de retrouver la voie de la rentabilité après des années de déficit d?exploitation chronique (14 M? en 2012), l?ancien PDG d?Air Littoral, arrivé aux commandes de la société en 2010, avait présenté un plan de relance visant à doter la SNCM de 8 nouveaux navires de type Ropax (mixtes : fret et passagers) capables de faire la traversée de jour (et pas uniquement de nuit) afin d?assurer deux rotations en 36 heures et ainsi d?améliorer la productivité de 40 %. ?Nous pourrons alors accompagner la relance des marchés maghrébins. Il s?agira aussi de bâtir une nouvelle politique commerciale. Et nous étudierons toutes les lignes qui peuvent renforcer nos positions en répondant aux besoins de nos clients?, avait-il fait valoir.

Un projet chiffré entre 800 et 850 millions d'euros. Pour une société qui affiche des comptes plombés ainsi qu?une érosion continue de ses parts de marché, et qui ne doit plus avoir, dès cet été, la Caisse des Dépôts dans son capital, mobiliser une telle somme paraissait invraisemblable. En avril dernier, Marc Dufour devait présenter une mouture amendée se limitant finalement au renouvellement de 4 navires au lieu des 8. Une demande à laquelle a donc accéder le Conseil de surveillance ce jeudi 20 juin.

 415 postes supprimés en 2014
Les principaux actionnaires - Veolia Environnement et la Caisse des dépôts détenteurs de 66 % via leur coentreprise Transdev, l'État (25 %) et les salariés (9 %) - se sont donc entendus sur un plan de sauvetage qui prévoit la suppression de 415 postes en 2014 sur les 1 400 équivalents temps plein et d?une centaine entre 2017 et 2019. ?Il n'y aura aucun départ contraint et la réduction des effectifs se fera via un plan de départs volontaires (sédentaires), le non remplacement de certains départs à la retraite et surtout un moindre recours aux emplois saisonniers pour les navigants?. La compagnie ?échappe? donc aux 800 licenciements, hypothèse évoquée par les syndicats dans le cas où l?autre option - la vente de deux navires ? aurait été choisie.

Restent de nombreuses questions
Et de nombreuses incertitudes. Le financement des nouvelles acquisitions ? Le futur schéma d?exploitation ? (le fret comme activité prioritaire pour une exploitation rationnelle de la flotte) ? Le sort du port de Toulon, dont la compagnie avait fait une des pièces maîtresses de la reconquête (la distance avec la Corse est plus courte, ce qui diminue la consommation de carburant des bateaux, et les coûts portuaires sont moindres) ? Le renouvellement ou pas de la DSP pour la desserte des ports corses (qui représente 66 % de son C.A) sachant que l'Office des Transports Corses a nettement réduit l?enveloppe, passant de 130 à 104 M? par an au maximum, avec la suppression de liaisons au départ de Nice et de Toulon.

L?exécutif corse vient d?ailleurs de renvoyer les deux candidats (SNCM/ CNM et Corsica Ferries) à leurs offres, les jugeant financièrement irrecevables dans le cadre de l?appel d?offres sur la nouvelle DSP entre Marseille et les ports corses. À cela s?ajoutent des tracas judiciaires. La compagnie est notamment dans le collimateur de Bruxelles pour des aides publiques qui auraient été perçues dans des conditions contraires à la concurrence européenne. Résultat elle est sommée de rembourser 220 millions d'euros. La compagnie et l?État ont fait appel de cette décision. Ce qui leur donne un sursis de 4 mois.

Un trafic en hausse de 35 % pour la SNCM
Pour autant, en mai, la SNCM a enregistré une hausse de son trafic de 35 % par rapport à avril et de 1,2 % par rapport à mai 2012. Avec 73 850 passagers, elle est encore très loin de son principal concurrent Corsica Ferries (161 045 passagers) qui est néanmoins en retrait de 10 %. En 2012, la SNCM est repassée au dessus de la barre du million (1 097 344). Depuis 2004, année du décrochage, elle transportait entre 800 et 900 000 passagers.

Et si les appels d?offres, portant sur les périodes 2002-2006 et 2007-2013, ont été remportés conjointement par la SNCM et la CMN, c?est bien leur concurrent, Corsica Ferries, compagnie privée, dont le siège est à Bastia mais armant sous pavillon italien, qui capte aujourd?hui autour de 60 % de parts de marché contre un peu plus de 30 % pour la SNCM et 8 % pour CMN. En amont de la réunion stratégique, un préavis de grève avait été déposé pour le 27 juin, deux jours avant le départ du Tour de France, qui a lieu cette année sur l?île de Beauté. Ce qui pourrait être très problématique pour les organisateurs de la Grande Boucle, car les navires de la SNCM doivent acheminer la logisitique et toute la caravane du Tour.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/06/2013 à 22:57 :
marre de payer des impôts pour des grévistes acharnés et idéologues. qu'on mette en place une vraie concurrence et vite, come ç ails pourront faire gréve autant qu'ils voudront, ils couleront avec leur bateau.. il ne fait pas attendre le cas de marseille où la CGT a tué plus de 100 000 emplois à bloquer le port pour passer de 4500 à 4800e/m et de 18h à 15h par mois !!! anvers a une belle croissance et fait vivre 150 000 emplois, marseille grée le chomage, à qui la faute ?? même les journaux n'ont pas voulu expliquer la situation que les pme exsangues ont tenté d'expliquer en payant une page complète, vive la "démocratie à la française" pas étonnant quon croule de dette et de chomage !!!!!
a écrit le 24/06/2013 à 15:47 :
Quels sont ceux prets à parier un seul kopec sur les fait que le Tour ne sera pas perturbé par la SNCM? A moins que le Tour ait déjà pris Corsica comme partenaire.
a écrit le 23/06/2013 à 16:20 :
Bonjour, il est important de remettre cette entreprise en marche, car côté prix nous devons nous l'aligner.... ( 2fois moins chère le passage en Italie) , donc 2 navires en plus et 500 postes en moins est un départ pour la remise en marche.... moins de grève et plus de travail est une réalité économique pour tout e monde... La France ne peux payer indéfiniment les pertes économiques.....
a écrit le 23/06/2013 à 13:55 :
Un "plan de sauvetage" ou un plan de naufrage? La question doit être posée. "600 emplois supprimés (près de 800 en incluant les CDD)", sur 2000 employés, en quoi est ce un "plan de sauvetage"? A qui profite le crime?
Quand aux post, si tant est qu'ils ne soient pas écrits par le service de communication des concurrents, ils sont truffés d'idées fausses. Revue de détail:
-Les tarifs: cela c'est facile, il suffit de vérifier comme client. Ces derniers ne s'y trompent pas, la SNCM a regagné 220 000 passagers sur son concurrent, mais personne ne le dit.
-"laissons faire le privé, sans subvention". Oui mais voila, ce "privé" est subventionné. Et c'est bien l'argent du contribuable français, que vous défendez, qui sauve le concurrent -à perte- de la noyade tout en coulant la SNCM.
-"Les pertes abyssales" de la SNCM: nous sommes bien sur un journal économique. En quoi 14 millions de pertes sont elles "abyssales", face à un actif conséquent et un chiffre d'affaire en hausse? Comme nous allons le voir, on ne peut pas en dire autant du principal concurrent. Bonne lecture.

Sur la progression du trafic de la SNCM: http://www.laprovence.com/article/economie/2314509/marseille-marque-des-points-sur-la-corse.html
Sur la structure opaque et les pertes du candidat "privé" subventionné:
http://www.lesechos.fr/27/04/2000/LesEchos/18142-86-ECH_les-difficultes-de-corsica-ferries.htm
ainsi que: http://bakchich-old.static.ddz.fr/IMG/pdf/alphasecafi-2.pdf

a écrit le 22/06/2013 à 17:08 :
Attendons nous encore â de nouvelles grèves dures!!!
la solution intelligente était de dissoudre cette société qui nous casse les pieds depuis longtemps
on privatise et basta!!!!
a écrit le 22/06/2013 à 15:16 :
Les touristes français et étrangers doivent savoir qu' en prenant un bateau à Gênes en Italie, la traversée coûte moitié moins cher que sur ces bateaux français "appartenant" à la mafia cegestiste !!!
a écrit le 22/06/2013 à 7:53 :
y en a marre c est pas le boulot de état et la mafia corse n est pas loin
laissons faire le privé sans subvension le marché trouvera son équilbre
Réponse de le 22/06/2013 à 12:46 :
et qu'il arrête de faire des gréves à répétition c nantis et il garderons leurs boulot
Réponse de le 22/06/2013 à 15:25 :
Si vous voulez parler des nantis et de la mafia, regardez un peu du coté du privé comme vous dites. La "corsica ferries" n'est surement pas un modèle de vertu, c'est une nébuleuse de sociétés dont la holding est en Suisse et dont la publication des comptes n'a toujours pas eu lieu... Pourtant la "Corsica ferries" perçois bien de l'argent public Français. Quant aux grèves, les équipages cosmopolites embarqués sur les bateaux jaunes travaillent avec des contrats de travail de leur pays d'origine, alors la grève... Mais vous qui critiquez la SNCM, seriez vous prêts à travailler sous les règles du droit du travail Roumain ou Lituanien ? C'est pourtant ce qui nous attend à tous si nous acceptons la compétition mondialisée entre les tous les travailleurs et tous cela pour le plus grand bonheur des actionnaires...
Réponse de le 22/06/2013 à 17:36 :
@JL: quand on est père de famille, qu'on a économisé toute l'année pour emmener ses enfants découvrir les charmes de l'île de beauté et qu'on se retrouve bloqué à quai, les considérations d'une bande de syndiqués extrémistes "travaillant" dans une société dont les pertes abyssales malgré les tarifs sont compensés par des subventions publiques, ces considérations donc, à défaut d'énerver peuvent laisser perplexe. Halte à la gabegie!
Réponse de le 23/06/2013 à 17:06 :
Prenez Corsica Ferries" ! eux, se bougent les fesses! jamais, je n'ai été déçu par eux, et ça date de pas mal ! (après, chacun fait ce qu'il veut, évidemment !)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :