Aérien : solution alternative, les biocarburants sont tout aussi dangereux pour la planète (ONG)

 |   |  366  mots
Si le secteur aérien mondial était un pays, il entrerait dans le top 10 des principaux émetteurs, selon la Commission européenne.
Si le secteur aérien mondial était un pays, il entrerait dans le top 10 des principaux émetteurs, selon la Commission européenne. (Crédits : Toby Melville)
Pour réduire le réchauffement climatique, le secteur de l'aviation envisage d'augmenter sensiblement les "carburants d'aviation durables", utilisant des biocarburants. Mais cette solution alternative est "déjà responsable de déforestation à grande échelle", met en garde un collectif d'ONG.

Lutter contre le réchauffement climatique mais contribuer à la déforestation ? Pas sûr que la planète y gagne vraiment. L'utilisation à grande échelle de carburants alternatifs envisagée dans le transport aérien conduira à plus de production d'huile de palme et donc à l'abattage de plus d'arbres, a mis en garde mardi un collectif d'ONG.

"Créer tout nouveau marché pour les biocarburants va aggraver le mal causé par les politiques existantes de promotion des biocarburants pour le transport routier dans l'UE, aux Etats-Unis et ailleurs", dénonce le collectif d'une centaine d'ONG internationales dans une lettre adressée à l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI). L'agence spécialisée de l'ONU, qui doit se réunir mercredi à Mexico pour se pencher sur sa "vision" des carburants alternatifs, dans le cadre de sa contribution à la lutte contre le réchauffement climatique.

Objectif 50% de biocarburants en 2050

Selon un document disponible sur son site internet, cette "vision" envisage un passage des "carburants d'aviation durables" à 2% du total des carburants du secteur en 2025 (5 millions de tonnes par an), 32% en 2040 (128 millions de tonnes par an) et 50% en 2050 (285 millions de tonnes par an). Cette consommation plus importante de carburants alternatifs voudrait dire, selon les ONG, "presque certainement" utiliser plus d'huile de palme, accusée de contribuer à la déforestation et au changement climatique.

Les impacts sur l'environnement des carburants alternatifs  "ne sont pas moindres que ceux des carburants fossiles", assurent encore les ONG, qui appellent les 191 Etats membres de l'OACI à "s'opposer" à leur développement.

"Les biocarburants sont déjà responsables de déforestation à grande échelle, d'appropriation de terres, de violations des droits de l'Homme et de perte de souveraineté et de sécurité alimentaires", a dénoncé dans un communiqué Mary Louise Malig, de l'ONG Global Forest Coalition.

"Ravitailler les avions avec, en plus des voitures, amplifierait ces impacts préoccupants, sans rien faire pour s'occuper du changement climatique."

Les ONG appellent à la place à "prendre des mesures urgentes pour réduire les impacts de l'aviation sur le climat en ralentissant et, finalement, en inversant sa croissance", notamment en mettant un terme aux subventions, en arrêtant l'extension des aéroports et en investissement dans d'autres modes de transports, comme le rail.

 (avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/10/2017 à 13:22 :
Who cares...
En 2050, tous les avions seront électriques !
a écrit le 10/10/2017 à 13:12 :
Les avions les plus efficients sont les Blended wing body aircraft utilisant l'hydrogène (à horizon 2030). On gagne sur tous les paramètres dont les rendements et la plus grande légèreté de l'hydrogène par rapport à l'air. C'est le jour et la nuit avec un avion actuel en terme de bilan. Les agrocarburants sont évidemment à proscrire totalement.
a écrit le 10/10/2017 à 13:06 :
Encore un vision d'écologiste. La solution est la décroissance. Dans ce domaine le meilleur est le retour à Cromagnon.
Franchement oui les biocarburants ne sont à mon avis pas parfait mais il vient d'autre techno (Open rotor...) qui von aussi réduire les besoins et le gain en confort pour l'humanité est significatif.
a écrit le 10/10/2017 à 10:34 :
Le bio carburant doit être une solution de compensation et de rééquilibrage mais en effet ne peut pas être une solution en soi. Nos sols sont déjà dévastés par l'agro-industrie si en plus on rajoute cette matière cela ne pourra qu'engendrer une destruction supplémentaire de la planète c'est évident.

Maintenant, hélas le lobby agro-industriel étant un des plus puissants au monde et le néolibéralisme étant l'économie des ultras riches, on voit mal comment on va pouvoir éviter cette destruction supplémentaire.

Tant que les actionnaires milliardaires gagneront 20% de revenus supplémentaires par an avec la destruction de la planète ceux-ci continueront d'investir sur la destruction de la planète.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :