Au Paris Air Forum, le patron de IATA demande 80 milliards de dollars d'aides d'Etat supplémentaires pour éviter les faillites

 |  | 2343 mots
Lecture 11 min.
(Crédits : DR)
Lors d'un entretien réalisé au Paris Air Forum, organisé par La Tribune, Alexandre de Juniac, le directeur général de l'association internationale du transport aérien (IATA) a déclaré que le secteur avait besoin de 70 à 80 milliards de dollars d'aides d'Etat supplémentaires pour éviter une vague de faillites dans les prochains mois, après les 160 milliards de dollars d'aides publiques déjà reçues depuis le début de la crise du Covid-19. Le directeur de IATA révise également à la hausse le montant des pertes nettes prévues en 2020. Elles devraient approcher les 100 millards de dollars, contre 87 milliards de dollars estimés jusqu'ici. Pour relancer le trafic, Alexandre de Juniac milite pour la mise en place de "cordons sanitaires" entre les pays et, avec l'arrivée des vaccins, espère que le trafic remontera en 2021 à 50, voire 60% de son niveau de 2019.

LA TRIBUNE - Des laboratoires pharmaceutiques ont apporté des nouvelles rassurantes sur l'arrivée d'un vaccin Covid-19 d'ici la fin de l'année. Cela change-t-il vos scénarios de reprise ?

ALEXANDRE DE JUNIAC - C'est une très bonne nouvelle de voir ces vaccins arriver. Si le vaccin est déployé en 2021, cela va conforter nos hypothèses de reprise qui étaient fondées sur l'arrivée d'un vaccin au milieu de l'année prochaine. Je comprends que c'est vers cela que les compagnies pharmaceutiques s'engagent. Les laboratoires vont commencer à déployer un vaccin qui sera disponible mi-2021. Son impact sur la sécurité des passagers, en termes de transmission et de transport du virus, commencera à se faire sentir de manière extrêmement forte au cours de la deuxième partie de l'année en 2021. Ce qui confirme nos hypothèses. Nous estimons que le trafic aérien représentera fin 2020 33% de son niveau de 2019, puis, nous l'espérons, 50 à 60% fin 2021.

Tablez-vous toujours sur un retour du niveau de trafic de 2019 en 2024 ?

Absolument. Avec un court et moyen courrier qui devrait rejoindre les chiffres 2019 un peu plus tôt, en 2023, et 2024 pour le long courrier. Nous sommes dans cette fourchette de temps.

En juin, IATA prévoyait pour 2020 une perte nette pour le secteur de 87 milliards de dollars en 2020. Cette hypothèse s'appuyait sur une reprise lente et progressive. avec la deuxième vague de l'épidémie, revoyez-vous vos prévisions?

Pour le moment, nous n'avons pas changé le montant des pertes anticipées, mais il est assez probable que l'on soit sur des pertes supérieures aux chiffres annoncés et que l'on approchera les 100 milliards plutôt que les 87 milliards annoncés précédemment.

Pour l'heure, la situation du transport aérien est extrêmement difficile. Les compagnies ont fait une croix sur la saison hiver et pour la saison d'été tout le monde ne sera pas vacciné, loin s'en faut. Et rien ne garantit que les quarantaines seront levées dans les différents pays qui les ont installées, sauf à accélérer les tests antigéniques dans les aéroports et qu'il y ait reconnaissance mutuelle de ces tests par les Etats, ce qui n'est pas le cas aujourd'hui. Comment faire pour que les Etats mettent en place des corridors sanitaires ?

Le principal facteur de blocage du trafic actuellement, ce sont les mesures de restriction de voyages et notamment les mesures de quarantaine. Nous avons estimé l'impact des mesures de quarantaine sur une route. C'est -100% sur les réservations. Ce n'est pas très surprenant. Personne ne voyage quand il y a une quarantaine, c'est du bon sens. Ce que nous demandons aux gouvernements, c'est de supprimer les mesures de quarantaine. Comme il y a un souci légitime de protéger les populations des...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/11/2020 à 9:32 :
M. de Juniac affirme ceci : « Nous maintenons nos engagements d'être neutre en carbone à partir du 1er janvier 2021 »
Si ses propos ont été correctement retranscrits, il s'agit d'un mensonge éhonté. Car l'engagement de l'IATA est différent et bien moins exigeant, surtout depuis que le Covid-19 est passé par là :
- Il n'est bien sûr pas question pour les compagnies aériennes d'être "neutre en carbone" en 2021, mais d'avoir une "croissance neutre en carbone", c'est à dire de maintenir les émissions à leur niveau de 2019, pas de les éliminer.
- Et comme le secteur a réussi à faire changer l'année de référence, que c'est maintenant 2019 (et non la moyenne 2019-2020 comme c'était prévu), il n'y aura pas de croissance avant 2024, ainsi que l'indique de Juniac au début de l'interview (« Avec un court et moyen courrier qui devrait rejoindre les chiffres 2019 un peu plus tôt, en 2023, et 2024 pour le long courrier. »)

Enfin n'oublions pas que cette croissance neutre sera en grande partie obtenue par de la compensation carbone... donc sans faire grand chose et en déboursant presque rien.
a écrit le 21/11/2020 à 19:23 :
oui les compagnies veulent plein d'argent, on sait
pour payer les gras salaires des gens qui refusent tout effort, en se disant que le contribuable va etre mis devant le crachoir pour payer pour les acquis des rentiers.....
comme chez klm.....
a écrit le 21/11/2020 à 9:07 :
Et moi je pourrais avoir seulement deux ou trois milliards svp ? C'est tout ce que je demande hein... merci.
a écrit le 21/11/2020 à 6:56 :
C'est le rôle des marketeux de nous faire croie qu'on a besoin d'acheter leur camelote. Il serait appréciable que ce mode de transport de masse dispendieux à l'utilité restreinte disparaisse. Nous n'avons pas besoin que l'aviation continue à propager des épidémies comme le covid-19.
a écrit le 20/11/2020 à 21:43 :
80 milliards pour ramener des virus de Chine, ça pique un peu.!
L'avion, décidément trop cher.
a écrit le 20/11/2020 à 18:13 :
Juste pour savoir ces millions supplémentaires serviront a délocalisez 1 ou 2 ans plus tard? Et sauveront combien d'employés? Ne serait il pas moins couteux de donner cet argent aux employés qui vont de tout façon être viré
a écrit le 20/11/2020 à 17:21 :
Quatre vingt milliards ? ... mais faut pas être timide comme ça mon grand ... 300 milliards tu demandes ! ... plus c'est gros ... plus ça passe ... allons ...
a écrit le 20/11/2020 à 16:53 :
On entend des demandes de cette envergure là! Et le gouvernement veut discuter de la réforme des retraites! Moi, je suis certain qu'il y aura une révolution en France tôt ou tard. Trop entêtés la France. Les générations suivantes ne voudrons pas la rembourser si facilement.
Réponse de le 20/11/2020 à 20:49 :
On se calme !! De Juniac représente les compagnies ariennes au niveau mondial. Ce n'est pas 80 Milliards pour AF !
a écrit le 20/11/2020 à 16:39 :
l'État , ce sont les contribuables. Va t-on encore avoir les moyens de se payer un président de la république ? Sarkozy , Hollande plus Macron , la dette augmente à chaque quinquennat pour devenir abyssale. Il va falloir laisser tomber cette Vème république ou le pouvoir n'est détenu que pas un seul homme qui peut s'il est médiocre, ruiner un pays.
Réponse de le 20/11/2020 à 18:51 :
commencer donc par retirer toutes les aides aux petits patrons cafés restaurants vous savez ce pognon de dingue ! bon courage .une fois que l on a mis le doigt dans le pot de confiture c est difficile de ne pas y retourner
Réponse de le 20/11/2020 à 20:55 :
Faisons un referendum sur les prestations sociales, les services publiques, la politique d'immigration, et pourquoi pas l'UE qui nous mène à la ruine depuis 20 ans. Et nous verrons que veulent les Français.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :