Face à l'hémorragie colossale de cash, les compagnies aériennes demandent de nouvelles aides d'État pour passer l'hiver (IATA)

 |  | 801 mots
Lecture 4 min.
Dans l'attente d'un vaccin, une mesure permettrait, selon les compagnies, d'augmenter le niveau d'activité sans pour autant revenir au niveau d'avant crise : les tests Covid dans les aéroports pour tous les passagers au départ avec résultat avant le décollage.
Dans l'attente d'un vaccin, une mesure permettrait, selon les compagnies, d'augmenter le niveau d'activité sans pour autant revenir au niveau d'avant crise : les tests Covid dans les aéroports pour tous les passagers au départ avec résultat avant le décollage. (Crédits : POOL)
Après la timide reprise cet été, le rebond du Covid-19 et le durcissement des restrictions de voyages ont à nouveau fait chuter le trafic aérien. Malgré les plans de restructuration drastiques, les compagnies aériennes vont brûler près de 80 milliards de cash au deuxième semestre et encore entre 60 et 70 milliards en 2021 selon les prévisions de l'Association internationale du transport aérien (IATA). Pour passer l'hiver, les compagnies demandent à nouveau le soutien des gouvernements, lesquels ont déjà apporté 160 milliards de dollars d'aides depuis le début de la crise.

Avec le rebond du Covid-19 et les restrictions des voyages, la demande de voyage pique du nez. Commencée en mars dernier, la crise que traversent les compagnies aériennes est toujours aussi violente. Le temps de lire cet article, elles auront collectivement brûlé près d'un million d'euros de cash ! En effet, selon l'Association internationale du transport aérien (IATA), le secteur devrait consommer au deuxième semestre 300.000 dollars par minute en moyenne. Soit 13 milliards par mois ou 77 milliards de dollars sur l'ensemble du semestre entre début juillet et fin décembre. Cette hémorragie s'ajoute aux 51 milliards de dollars de cash consommés entre avril et fin juin, période marquée par le confinement des populations à grande échelle et la  fermeture de la quasi-totalité de l'activité aérienne. Et il faudra ajouter la consommation de cash colossale estimée par l'IATA en 2021 puisque, selon Alexandre de Juniac, le directeur général de l'IATA, "le secteur du transport...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/10/2020 à 4:49 :
Les impots, les votres assureront la balance. En France le politique a toujours agit ainsi. Le citoyen paie les pots casses.
a écrit le 07/10/2020 à 18:55 :
Le problème est que le secteur aérien sera en crise pour très longtemps et on ne sait pas quand ce sera fini. Alors ne vaut il mieux moi pas laisser mourir ces compagnies aériennes . De toute façon de nouvelles se créeront lorsque la situation sera meilleure.
a écrit le 07/10/2020 à 16:39 :
Le secteur aérien, un puits sans fond, des centaines de milliards engloutis, des compétences gaspillées qui pourraient servir d'autres but, un désastre écologique, et pas seulement à cause du carburant, désormais un vecteur accélérateur de propagation de maladies.
a écrit le 07/10/2020 à 4:57 :
"pour passer l'hiver" le ridicule ne tue plus depuis longtemps.
a écrit le 06/10/2020 à 20:11 :
va falloir arreter les frais
on ne peut pas payer tous ces gens a ne rien faire, surtout quand on voit comment ils se comportent quand ca va bien
il est temps de faire le menage
Réponse de le 07/10/2020 à 12:43 :
@Churchill je pense que l'on a pas choisit de ne rien faire on subit la COVID comme tout le monde peut-être plus.
Sachez que tous ceux qui disent qu'il faut arrêter les avions, et que ça pollue, ils seront les premiers à venir pleurer pour voyager à l'étranger s'habiller, se nourrir, (point de vue importation car on ne produit plus francais) et peut-être allé voir sa famille à l'étranger!
Alors ces personnes qui se foutent du nombre de personnes que ca fait vivre et faire manger leurs familles juste parce qu'ils sont "flexi-ecolos" allez vous faire biiiiip.
Ces personnes qui disent ça, je ne sais pas dans quel domaine ils travaillent mais je ne juge pas les tonnes de CO2 que leur entreprise dégage chacun a un travail qu'il aime ou pas et qui sert à nourrir leur famille.
Réponse de le 07/10/2020 à 20:33 :
Bravo Miki
Rien a rajouter
a écrit le 06/10/2020 à 18:55 :
Bien sur qu'on brule du cash : A payer des indemnités exorbitantes aux salariés dont on veut se séparer ! ( salaire maintenus ou payés jusqu'à la mise à la retraite !!! )

Dans une entreprise privée, il y aurait des licenciements pour motif économique avec les indemnités légales et rien de plus.

C'est vrai qu'à la fin c'est le contribuable qui payera !
Réponse de le 06/10/2020 à 19:17 :
Je souhaite donc que ça vous arrive !!
a écrit le 06/10/2020 à 18:41 :
Donnez nous du pognon, on va voyager et elle toucherons de l'argent pas à rien faire...
a écrit le 06/10/2020 à 18:12 :
Qu'ils volent ou pas, les avions sont des gouffres financiers, énergétiques, sociaux, écologiques.
Réponse de le 07/10/2020 à 16:51 :
Les avions, des gouffres sociaux ??? Avec les dizaines de milliards de taxes, impots et cotisations sociales que ca rapporte à l'état chaque année ? Ce sont surtout les plans sociaux en cours dans l'aéronautique, qui vont mettre des dizaines de milliers de familles à la rue, qui vont être des gouffres sociaux...
a écrit le 06/10/2020 à 18:03 :
toujours le même constat quand il n y a pas de demande (voyageurs ) tout plonge voila le résultat d une économie basée sur le tourisme et on n est pas prêt de revoir les pays asiatiques la France est marquée en rouge .
Réponse de le 07/10/2020 à 5:04 :
La situation en Chine est pratiquement a la normale aujourd'hui.
Les chinois font actuellement la celebration de multiples evenements.
On en voit bcp a Seoul depuis deux semaines.
Les cars sont remplis et ils achetent a tour de bras les produits coreens.
Ces braves gens evitent la France pour une evidente raison.
Le virus se promene a tout va. Les consignes sont strictes.
Vous sortez de Chine pour aller dans des contrees contaminees et ce sera au retour plus de 40 jours confines.
A vrai dire. ils n'y tiennent pas.
Ceci explique cela, et puis les voleurs a la tire, il n'y en a pas a Seoul.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :