Autocars Macron : plus de la moitié des sièges restent vides

Selon les chiffres publiés par le gendarme du rail et de la route, le taux de remplissage des autocars est passé de 30,2% en début d'année, à 41% au 2e trimestre. La recette moyenne par passager aux 100 km progresse quant à elle de 40 centimes d’euros. Mais reste faible.
Mounia Van de Casteele

3 mn

Quelque 1.350 emplois ont été créés depuis l'ouverture du marché en août 2015. Les conducteurs représentent 83% de ces emplois.
Quelque 1.350 emplois ont été créés depuis l'ouverture du marché en août 2015. Les conducteurs représentent 83% de ces emplois. (Crédits : © Francois Lenoir / Reuters)

Il y a du progrès. Avec 1,5 million de passagers transportés au deuxième trimestre 2016, la fréquentation des autocars a augmenté de 39% par rapport au trimestre précédent, d'après les chiffres du dernier bilan de l'Arafer, le gendarme du rail et de la route. Cependant, les autocars sont encore loin d'être pleins, indique l'observatoire dans l'étude publiée jeudi, selon laquelle le taux de remplissage serait passé de 30,2% en début d'année, à 41% au 2e trimestre. Cela laisse donc encore plus d'un siège sur deux vide...

Lire Transport en autocar : les deux tiers des sièges sont vides

La recette reste faible : 3,6 euros aux 100 km par passager

Certes les chiffres semblent de bon augure pour le secteur. En effet, depuis la libéralisation du secteur, le chiffre d'affaires cumulé des six opérateurs (Ouibus 28% des lignes commercialisées, Eurolines/Isilines 35%, FlixBus 23%, Starshipper 8%, Megabus 6% et Migratour moins de 1%) s'établit à 40 millions d'euros dont 19 millions HT, rien qu'au deuxième trimestre, précise le régulateur. Cela représente une hausse de 56% par rapport au premier trimestre, s'expliquant par l'augmentation de la fréquentation et par la hausse de la recette moyenne par voyageur : 12,6 euros (HT) pour un trajet moyen de 342 km (contre 11,3 euros pour 346 km au 1er trimestre). La recette moyenne par passager aux 100 km (3,68 euros) progresse donc de 40 centimes d'euros. Cela reste faible.

Concrètement, quelque 193 villes étaient desservies fin juin 2016 contre 150 à la fin du premier trimestre, via 261 points d'arrêt. Plus de 1.100 liaisons sont proposées à la vente (+25%), un chiffre toutefois "dopé" par l'arrivée d'un nouvel opérateur, Migratour, qui à lui seul représente 210 liaisons commercialisées sur une ligne saisonnière ouverte en avril sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle, note le régulateur. Sans tenir compte de cette nouvelle ligne, l'Arafer recense 895 liaisons commercialisées contre 858 au trimestre précédent, soit une progression de l'offre de l'ordre de 4%.

1.300 emplois créés...

Reste que le montant des inévitables pertes demeure à ce jour la grande inconnue. En revanche, le régulateur précise ce que la libéralisation du secteur a généré en termes de créations d'emplois. L'Arafer évoque ainsi un rythme moins soutenu qu'au cours des trimestres précédents, avec près de 150 équivalents temps plein supplémentaires (ETP) d'avril à juin 2016, soit plus de 1.350 ETP créés depuis l'ouverture du marché en août 2015. Les conducteurs représentent 83% de ces emplois.

...mais combien seront supprimés ?

Cela dit, certains employés pourraient bien se retrouver sur le carreau. A l'instar des chauffeurs de Megabus. En effet, l'entreprise a annoncé l'arrêt prochain de son contrat de sous-traitance avec Flixbus France, son unique client, ouvrant une période d'incertitude pour l'entreprise et ses 170 salariés.

Pour l'heure, de l'autre côté du Rhin, la Deutsche Bahn, alter ego allemand de la SNCF a annoncé ce vendredi la suppression de Berlin Linien Bus (BLB), sa filiale de bus longue distance, chroniquement déficitaire. De quoi faire cogiter la SNCF, qui s'est lancée, avec sa filiale Ouibus dans "la bataille" de l'autocar, marquant la première étape de la concentration du secteur en juin dernier.

Lire : La SNCF lance la concentration des autocars : Ouibus et Starshipper s'allient

Mounia Van de Casteele

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 35
à écrit le 19/09/2016 à 17:29
Signaler
Je n'ai rien contre les autocars (au contraire), mais quand je vois qu'en tant qu'automobiliste ne respectant pas forcément les limites de vitesse, je me fais largement doubler par des autocars F..bus, je n'ai AUCUNE envie de prendre le risque de pre...

à écrit le 19/09/2016 à 16:52
Signaler
41% de remplissage, un an seulement après leur lancement et avec les difficultés de démarrage que l'on sait. On a connu des échecs plus retentissants. On peut déplorer l'impact sur la circulation et sur la pollution mais ces bus répondent évidemment ...

à écrit le 19/09/2016 à 16:46
Signaler
Autant dire que les jésuites ne font pas mieux !

à écrit le 19/09/2016 à 16:29
Signaler
Des cars circulant à moitié vide dans le meilleur des cas! Bonjour les émissions de CO2, oubliés tous ces discours grandiloqents du COP21 et sur la transition énergétique... Et j' ai l'impression d'avoir lu il y a quelques jours que la pollution atmp...

à écrit le 19/09/2016 à 11:30
Signaler
"à 41% au 2e trimestre". En fin de compte,Il suffirait de diminuer leur taille et ils seront plein.

le 19/09/2016 à 19:05
Signaler
Ben oui!!!

à écrit le 18/09/2016 à 21:18
Signaler
Le merveilleux Mister Macron.....la politique du néant, du vide, du creux....l'alignement de poncifs éculés "l'élite" dans toute sa splendeur. Plus efficace chez Rotschild qu' au ministère de l'économie...mais là je suis méchant, il a une qualité tou...

à écrit le 18/09/2016 à 15:17
Signaler
Les cars Macron sont un désastre économique ; Voici le bilan désastreux : - Aucune valeur ajoutée mais tout est tiré vers le bas, les prix et le service - La pollution diésel qui est aggravée avec des rejets massifs de CO2 et Nox - Le tem...

le 18/09/2016 à 22:43
Signaler
Les personnes qui ne peuvent pas voyager sur les trains de SNCF à cause des tarifs délirants pour un service médiocre riront bien de votre billet. S' il n'y a plus de fabricant de car (sauf IVECO a Annonay), c' est justement qu'on a jamais voulu dé...

le 19/09/2016 à 6:15
Signaler
Votre réponse est fausse.... Les prix bas sont bons pour les consommateurs, car les trains sont beaucoup trop chers. Les bus ne roulent pas tous au diesel...Et les camions polluent bien plus et sont beaucoup plus nombreux sur les routes et pourtant...

à écrit le 18/09/2016 à 12:04
Signaler
c 'est un marché en construction, pas étonnant d essuyer des pertes dans un premier temps. L offre va s'adapter, les investissements s amortir, la demande va augmenter avec la notoriété et des acteurs disparaître ou fusionner. Ca sert franchement à r...

à écrit le 18/09/2016 à 9:46
Signaler
en revanche, il y a bien un point sur lesquels ils font carton plein, c'est sur les engorgements de circulation qu'ils entraînent aux abords des gares (de train), lesdites gares n'étant pas du tout prévues dans cette optique... bref, une aberrati...

à écrit le 18/09/2016 à 9:06
Signaler
Pour les autres commentateurs, je me demande ce que vous appelez un succès. Pour moi, un secteur qui voit son activité augmenter d'un trimestre sur l'autre de 30%, c'est quand même exceptionnel. A cette allure, dans 1 an et demi, le taux de remplissa...

à écrit le 18/09/2016 à 0:05
Signaler
@ BONSOIR ; Ha ces politicards tous plus nul les uns que les autres ! Alors en pleine bagarre avec son ALTESSE NUTELLA sur les voitures à moteur DIESEL ... Voila qu'on nous raconte que les lignes de car organisées par MACRON tombent en ruine... ...

le 18/09/2016 à 12:30
Signaler
Pour info le trou de la couche d'ozone vient de la pollution au dfc

à écrit le 17/09/2016 à 19:37
Signaler
Les cars ne seront probablement pas toujours rentables. Ils ont au poins un avantage, c'est de mettre en concurrence la SNCF. Il ne faut pas confondre ne pas apprécier E.MACRON et une meilleure efficience économique, c'est un peu cela qui se passe,...

à écrit le 17/09/2016 à 18:41
Signaler
dans deux ans l'idée de GENIE de micron aura fait flop, 1300 salariés à la rue, du socialisse pur jus.

le 18/09/2016 à 13:22
Signaler
vous ne comprenez rien

à écrit le 17/09/2016 à 16:24
Signaler
Ces cars qui polluent la nature et les cultures de vivres tout au long des routes, empoisonnent les enfants dans les poussettes sur les parkings et dans les rues, c'est de la pure macronnerie monument de stupidité.

à écrit le 17/09/2016 à 15:27
Signaler
Les gogos se réveilleraient 'ils...? il était très probable que Macron ...voulait mener des gens en autocars ....en vendant des bateaux....

à écrit le 17/09/2016 à 14:55
Signaler
Et oui, on est pas en pays Asiatique ou les droits aux aides multiples n'existent pas, eux remplissent les bus car pour gagner sa vie la-bas il faut se bouger un peu le ....

à écrit le 17/09/2016 à 12:15
Signaler
C'était prévisible, avec un minimum de bon sens, mais ce n'est pas donné a tout le monde (le bon sens)! ;)

le 17/09/2016 à 15:30
Signaler
Surtout sur une voie à sens unique .......;-)

à écrit le 17/09/2016 à 10:33
Signaler
On a donc vidé des trains déjà pas assez remplis pour faire circuler des cars à moitié vides... L’intérêt collectif est nul, sauf pour les passagers qui bénéficient très temporairement de tarifs canons. Sauf que ça ne va pas durer. Des bus qui ne ...

le 17/09/2016 à 14:19
Signaler
@A suivre... Pas tout à fait d'accord avec ce que vous dites. Exemple: un car n'a pas besoin d'être plein pour être rentable, on n'est pas dans l'aviation... Il y a certes peut-être trop d'acteurs sur ce marché qui en est à ses balbutiements, mais qu...

à écrit le 17/09/2016 à 10:26
Signaler
Les banques le suivent donc tout les échecs des gars que les banques suivent se transforment grâce à la baguette magique néolibérale en succès. Et le train toujours et encore sous exploité, que de gâchis...

le 17/09/2016 à 18:46
Signaler
"neo liberale" mais c'est d'une bêtise lénifiante ce terme, il ne signifie strictement rien, excepté pour les gauchistes ou certains prof. élevés à la sauce coco. de grâce évitez cette expression, utilisez communiste ou capitaliste, mais libéral ne v...

le 17/09/2016 à 21:04
Signaler
"excepté pour les gauchistes ou certains prof. élevés à la sauce coco." Votre objection aurait pu avoir de la valeur sans ce besoin d'exprimer ces ressentiments, c'est bien dommage. Le libéralisme c'est comme le communisme, on en entend beauc...

à écrit le 17/09/2016 à 9:57
Signaler
''''___le montant des innevitables pertes !''''Tiens tiens mais oui au fait ce sont des entreprises privées et normalement une entreprise privée qui perd de l'argent finie par disparaitre !N'y aurait il pas là ,en douce ,la promesse des pouvoirs pub...

à écrit le 17/09/2016 à 9:55
Signaler
C'était prévisible, avec un minimum de bon sens, mais ce n'est pas donné a tout le monde (le bon sens)! ;)

le 18/09/2016 à 7:44
Signaler
19 millions € au 2 eme trimestre . Admettons un chiffre d'affaire de 80 millions / an. 1350 salaries : salaires + charges = coût 3 millions / mois donc 36 Millions par an. La partie floue : le coût des frais de fonctionnement regroupant le remboursem...

à écrit le 16/09/2016 à 21:44
Signaler
Les œuvres de Mister wonderfull....

à écrit le 16/09/2016 à 19:21
Signaler
@ BONSOIR ; OU HU ... HOU HOU .... Me la.. terreur du NUTELLA et Me le Maire de PARIS PAS DE COMMENTAIRE ?????? Les autocars MACRON ont bien des moteurs à GAZ OIL ou DIESEL alors pas de pollution mais mes chères dames vous vous foutez d...

à écrit le 16/09/2016 à 19:12
Signaler
curieux article dans un site comme La Tribune. Si des cars, circulent à moitié plein, cela ne me dérange pas, les opérateurs privés ajusteront l' offre à la demande dans la cadre d'une saine gestion; et on ne me fera pas payer pour ça. Tout le cont...

à écrit le 16/09/2016 à 18:14
Signaler
Et combien d'emplois perdus à moyen, long terme chez les cheminots ? Sans parler des coûts en matière de CO2, de la non formation dans les professions d'avenir, etc.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.