La RATP et l'ex-Stif lancent un appel d'offres pour 250 à 1.000 bus électriques

 |   |  488  mots
La RATP a testé jusqu'à présent des matériels de sept constructeurs: les français NTL-Alstom (photo ci-dessus), Heuliez et Bolloré ; le franco-chinois Dietrich Carebus-Yutong, le chinois BYD, l'espagnol Irizar et le polonais Solaris.
La RATP a testé jusqu'à présent des matériels de sept constructeurs: les français NTL-Alstom (photo ci-dessus), Heuliez et Bolloré ; le franco-chinois Dietrich Carebus-Yutong, le chinois BYD, l'espagnol Irizar et le polonais Solaris. (Crédits : Reuters)
Il s'agit du "premier appel d'offres massif de bus électriques" (et "le plus important d'Europe") pour les transports en commun d'Ile-de-France, selon un porte-parole de la RATP. Objectif : 100% de bus propres d'ici à 2025. Le marché représente "au maximum" 400 millions d'euros. Jusqu'à présent la RATP a testé les matériels de sept constructeurs : les français Heuliez, Bolloré et NTL-Alstom, le franco-chinois Dietrich Carebus-Yutong, le chinois BYD, l'espagnol Irizar et le polonais Solaris.

La RATP et Ile-de-France Mobilités (l'ex-Stif) ont annoncé mercredi le lancement d'un appel d'offres pour l'achat de 250 à 1.000 bus électriques destinés au réseau de transport en commun de la région parisienne.

Il s'agit du "plus important appel d'offres d'Europe pour l'achat de bus électriques", ont affirmé le principal opérateur de transports publics de la région parisienne et l'autorité organisatrice régionale, dans un communiqué commun. Ce marché représente un "montant maximum" de 400 millions d'euros.

"100% de bus propres d'ici 2025"

L'appel d'offres porte sur des "bus électriques standards" de 12 mètres dont les premiers exemplaires de "série" devront être livrés fin 2020.

"Cette consultation a pour objectif de lancer le renouvellement massif du parc bus de la RATP avec 100% de bus propres d'ici 2025", selon le communiqué.

"Premier appel d'offres massif de bus électriques"

Paris et la Région parisienne veulent ainsi devenir "une référence mondiale du transport public urbain routier très bas carbone", avec un objectif "à terme" de "deux tiers de bus électriques et un tiers de bus au biogaz".

La flotte RATP compte actuellement 4.700 bus, donc 800 bus hybrides, 140 bus bioGNV et 74 bus électriques.

Il s'agit du "premier appel d'offres massif de bus électriques" pour les transports en commun d'Ile-de-France, qui ont déjà passé quelques achats de bus électriques "dans le cadre d'expérimentations" conduites entre 2015 et 2017, a précisé à l'AFP un porte-parole de la RATP.

Sept constructeurs déjà testés par la RATP

La RATP a testé jusqu'à présent des matériels de sept constructeurs: les français Heuliez, Bolloré et NTL-Alstom, le franco-chinois Dietrich Carebus-Yutong, le chinois BYD, l'espagnol Irizar et le polonais Solaris.

Des enquêtes ont été menées auprès des voyageurs et des conducteurs pour recueillir leurs avis.

La ligne de bus 341 de la RATP est déjà 100% électrique, avec 23 bus en circulation. Les lignes 115 et 126 sont en train de recevoir 10 véhicules chacune pour tester de nouvelles technologies de bus électriques, selon la RATP.

Des bus électriques et sans pilote ? C'est pour bientôt

Prochaine étape, un appel d'offres pour des autobus sans pilote ? Cela ne saurait tarder si l'on en juge par le nombre de tests grandeur nature opérés par les régies de transports, en France comme ailleurs. Sur son site, la RATP détaille son programme d'expérimentation en cours :

"En Île-de-France, déjà 20.000 voyageurs ont utilisé les navettes autonomes en expérimentation sur le pont Charles de Gaulle à Paris, depuis le 23 janvier et jusqu'au 7 avril 2017. Durant ce test, en partenariat avec le STIF et la Ville de Paris, les voyageurs peuvent ainsi circuler gratuitement entre les gares d'Austerlitz et de Lyon. Les deux navettes EZ10 circulent 7 jours sur 7, de 14h à 20h, avec un agent présent à bord. Ces navettes sont 100% électriques et bénéficient d'une recharge de nuit."

| Lire aussi : Marseille: Le premier bus où le chauffeur conduit sans les mains

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/01/2018 à 23:33 :
Ben ces bus coûtent plus chers, mais si la conception est bien faite, ils pourront durer 4 fois plus, en gros un bus diésel bien entretenu fait 1 million de km, on peut compter 4 x plus, il n'y a pas d'entretien sur un moteur electrique, on n'a pas d'embrayage, de boîte de vitesses de différentiel, d'alternateur de pompe à eau, le freinage n'est jamais sollicité sur un bus électrique, en gros il n'y a aucun entretien, personnel de maintenance réduit au minimum.
Un peu de graissage et changement de pneus et basta!
a écrit le 26/01/2018 à 7:54 :
et si on revenait au trolley-bus?
curieux de présenter un bus sur un passage à niveau !
Réponse de le 26/01/2018 à 18:59 :
Et si on revenait à la diligence tirée par des chevaux ?
a écrit le 25/01/2018 à 20:48 :
Quelqu'un peut m'expliquer pour quelle raison on n'achete pas de trolleybus comme à Lyon pour ne citer que cette ville ?? Sont il plus chers et dans ce cas l'on a plus de probleme d autonomie ?
a écrit le 25/01/2018 à 19:24 :
Acheter directement des bus electriques chinois cela fera gagner du temps et de l argent aux contribuables francais!
a écrit le 25/01/2018 à 15:52 :
La dernière fois que la RATP a modernisé ses Bus, elle a revendu les vieux polluants à Cuba. Évidemment dans le but de dépolluer la planète.
a écrit le 25/01/2018 à 11:34 :
Entendu à la radio ce matin : un bus électrique coûte globalement 2 fois plus qu'un bus classique.
a écrit le 25/01/2018 à 10:30 :
Quand qu'on sait qu' une ville chinoise (Shenzhen ) à plus de 16 mille bus électriques et quelques 29.000 taxis électriques, on mesure encore le chemain à faire.....
Réponse de le 25/01/2018 à 12:14 :
Sauf qu'il faut tout de même produire cette électricité. Et en chine c'est au charbon d'où l'énorme pollution.
Et je ne parle pas des batteries aux métaux rares
Pas si simple donc.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :