Les aéroports français demandent des aides urgentes de l'Etat

 |   |  362  mots
(Crédits : Reuters)
L'Union des aéroports français a adressé deux demandes "pressantes" au gouvernement qu'elle estime vitales pour sauver leur modèle économique.

Les aéroports "en péril" ont demandé l'aide de l'Etat pour garantir leur "pérennité" à travers le prolongement des mesures de chômage partiel et la prise en charge par l'Etat du coût des missions de sûreté et de sécurité, a annoncé l'Union des aéroports français (UAF) lundi 25 mai.

Avec un trafic aérien quasiment à l'arrêt, "de nombreux aéroports sont aujourd'hui totalement fermés au trafic commercial" et "les équilibres économiques des aéroports sont (...) clairement fragilisés et leur pérennité menacée", a indiqué l'UAF dans un communiqué.

Lire aussi : "Il faut replacer les aéroports régionaux dans un paradigme d'utilité économique et sociale"

L'organisation indique avoir "adressé deux demandes pressantes auprès des pouvoirs publics".

La première est de "pouvoir continuer à bénéficier des taux actuels de prise en charge par l'Etat du chômage partiel au-delà du 1er juin compte tenu des contraintes fortes pesant sur la reprise du transport aérien".

Par ailleurs, "l'Etat doit assumer sur son budget le coût du déficit de financement 2020 des missions régaliennes de sûreté et sécurité aéroportuaires (estimé aujourd'hui à 500 millions d'euros)", selon l'UAF.

Lire aussi : Le dispositif de chômage partiel évoluera à partir du 1er juin

Les missions de sûreté et sécurité aéroportuaires sont financées par la taxe d'aéroport assise sur le billet d'avion.

"L'absence de réponses concrètes et immédiates à ces deux demandes vient mettre en péril les aéroports et leurs milliers d'emplois", poursuit l'UAF.

Sans solutions rapides, les aéroports seraient dans l'incapacité "d'assurer dans les prochaines semaines le paiement des sociétés de sûreté, et par conséquent le redémarrage du trafic".

"Le déficit 2020, cumulé avec la baisse prévisible du trafic passager, entraînera à l'avenir une augmentation insoutenable de la taxe d'aéroport et donc une dégradation très forte de la compétitivité des aéroports français soumis à la concurrence de leurs homologues européens", poursuit l'organisation.

Lire aussi : Transport aérien : une sanglante guerre des prix se profile avant une consolidation du marché

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/05/2020 à 5:34 :
Le territoire francais a bcp trop d'aeroports compare a sa superficie. Un ecremage serait salutaire, mais les petits barons locaux ne seront pas d'accord.
a écrit le 25/05/2020 à 19:18 :
Je pense qu'en ce qui concerne la prise en charge par l'Etat des missions régaliennes de sûreté et sécurité aéroportuaires, ça me parait normal, et pas seulement pour 1 année !
En fait, je paie pour ma sécurité, à travers mes impôts... et je repaie, en tant que passager !! Bientôt, en cas d'accident, va-t-il falloir payer pour la mission régalienne de Justice ???

Par contre, si l'état devait aider les aéroports pour passer cette période difficile, il faut, d'une part, que l'aide se limite à des aéroports présentant des résultats annuels positifs dans les 2 ans précédent le confinement, et d'autre part, que l'aide soit assortie à une interdiction définitive pour toutes les collectivités, de subventionner une quelconque ligne aérienne depuis ou vers l'aéroport concerné !!!
a écrit le 25/05/2020 à 16:49 :
Bravo à notre président d'avoir mis un terme à la stupidité de l'aéroport de NDDL, pour une fois une idée visionnaire !

D'une façon ou d'une autre j'y arriverais votre conscience va finir par exploser à force de me censurer cette simple idée... :-)
a écrit le 25/05/2020 à 15:20 :
Désolé j'insiste, mais ils sont ou les partisans de l'aéroport de notre dame des landes svp ?

Désolé, j'ai bien trop souvent dans mes analyses pour ne pas me faire ce genre de plaisir de temps en temps à savoir enfoncer le clou tout simplement.

Un "grand" projet qui serait tomber en pleine chute de l'économie aérienne ! Ah tout ces grands visionnaires financiers hein...
a écrit le 25/05/2020 à 15:06 :
Pour connaître les dessous du scandale de la privatisation de l'aéroport de Toulouse et la manière dont la Chine a dépecé un Airbus A320 pour le copier au profit de son avion commercial, lisez "L'empreinte du Dragon" de Jean Tuan chez C.LC. Editions. Une lecture édifiante et jubilatoire ! Disponible sur amazon.fr et fnac.com
Réponse de le 25/05/2020 à 15:27 :
tout le monde fait ca et depuis longtemps, ca s'appelle ' reverse engineering'; mais effectivement les chinois poussent ca au paroxysme
cela dit, copier par RI un produit simple ou un airbus, c'est pas pareil!
apres, ya des methodes qui font que se faire copier par un chinois releve du cassetete chinois pour eux.........
a écrit le 25/05/2020 à 14:32 :
Il est temps de faire un grand ménage dans les aéroports régionaux. Le gaspillage d'argent public ne doit plus perdurer, et il est temps de concentrer. Il va falloir faire un choix entre Nimes, Montpellier et Béziers. Il y a 4 aéroports en Corse, 8 sur la cote d'azur, 5 en Bretagne. Il va être temps de fermer les vannes en concentrant sur quelques aéroports rentables, plutot qu'une myriade qui se concurrencent et doivent ainsi vivre de l'argent public.
Réponse de le 25/05/2020 à 17:38 :
Tout à fait d'accord. C'est le moment ou jamais!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :