Une écotaxe de 4 milliards d'euros : le scénario noir qui hante le transport aérien français

Un projet de loi sur les propositions encore non traitées de la convention citoyenne pour le climat devrait être déposé d'ici à fin septembre. La semaine dernière, la direction générale de l'aviation civile (DGAC) a présenté aux différents acteurs du transport aérien une étude d'impact des propositions de la convention citoyenne. La mesure choc d'augmenter considérablement l'écocontribution ferait grimper son coût de 4 milliards d'euros (sur la base du trafic de 2019) et provoquerait la suppression de 120.000 et 150.000 emplois. Les professionnels du secteur seront prochainement auditionnés.
Fabrice Gliszczynski

5 mn

(Crédits : Reuters)

Vent de panique chez tous les acteurs du transport aérien français mais aussi des compagnies étrangères basées dans l'Hexagone. Déjà au fond du trou en raison de l'impact du Covid-19 sur leur activité, tous craignent la mise en place d'un choc fiscal d'une ampleur sans précédent sur le transport aérien avec la loi sur les sujets de la convention citoyenne pour le climat prévue en novembre. Le calendrier s'accélère en effet. Un projet de loi doit être déposé d'ici à fin septembre et le texte qui sera voté à l'issue du débat parlementaire s'appliquera dès 2021.

Réunion à la DGAC

Selon nos informations, la direction générale de l'aviation civile (DGAC) a réuni jeudi 3 septembre les dirigeants des différentes associations professionnelles comme le Board Airlines Representatives (BAR), la Fédération Nationale de l'Aviation Marchande (FNAM), le Syndicat des Compagnies Autonomes (SCARA), l'Union des Aéroports Français (UAF), mais aussi Anne Rigail, la directrice générale d'Air France, pour leur présenter l'étude d'impact qu'elle avait réalisée des sept propositions de la convention citoyenne sur l'aviation. Ils en sont ressortis abasourdis.

La proposition qui vise à augmenter considérablement l'éco-taxe sur les passagers aériens engendrerait un alourdissement de la fiscalité sur le secteur de près de 4 milliards d'euros sur la base du trafic passagers enregistré en 2019.

Alors que la taxe varie aujourd'hui entre 1,5 euro en classe économique pour un vol domestique et intra-européen à 18 euros en classe affaires sur un vol hors UE, la convention citoyenne recommande de la faire passer à 30 euros en classe économique et 180 euros en classe affaires sur les vols de moins de 2.000 kilomètres, et à 60 euros en classe économique et 400 euros en classe affaires sur les vols dépassant les 2.000 kilomètres. Les jets privés seraient encore plus touchés : 360 euros pour les vols inférieurs à 2.000 km et 1.200 euros pour les vols plus longs.

Près de 150.000 suppressions de postes

Au final, toujours sur la base du trafic 2019, les recettes de cette taxe s'élèveraient à 4,2 milliards d'euros contre 440 millions en 2020 en tenant compte de la majoration prévue en début d'année. Pour rappel, alors que l'écotaxe décidée l'an dernier s'est en fait traduite par une hausse de la taxe de Solidarité (taxe Chirac) pour financer des programmes de santé dans les pays en développement, les montants préconisés par la convention citoyenne s'ajouteraient à la taxation existante, déjà parmi les plus élevées en Europe. Un tel niveau de taxe ferait chuter le trafic de 14 à 19% et provoquerait la suppression de 120.000 à 150.000 emplois, selon l'étude d'impact.

«Ce serait bien plus, il faudra ajouter toutes les emplois indirects liés au transport aérien », fait remarquer un professionnel de l'aérien.

« Avec ça, on tue Air France et tout le transport aérien français », peste un autre.

Une telle explosion de la fiscalité sur le transport aérien ne serait pas sans conséquence sur la connectivité aérienne des territoires. Encore plus qu'avant la crise, les compagnies aériennes low-cost étrangères choisissent de positionner leurs avions sur les lignes les plus rentables et privilégient des aéroports sur lesquels les coûts au passager sont les plus faibles. Déjà considérés comme chers par rapport à de nombreux voisins européens, les aéroports français risqueraient d'être les grands oubliés de la reprise. C'est pour cela que les acteurs du transport aérien appellent à une baisse des taxes qui sont aujourd'hui parmi les plus élevées en Europe.

"Il y a un risque de destruction massive de la connectivité aérienne pour la France. L'accessibilité aérienne est l'un des critères majeurs des entreprises lorsqu'elles s'installent en région. Si celle-ci diminue ou devient inexistante, il y a un risque de délocalisation", explique Thomas Juin, le président de l'Union des Aéroports Français.

Fin des vols intérieurs d'ici à 2025

La convention citoyenne préconise six autres mesures, dont celle d'organiser la fin du trafic aérien sur les vols intérieurs d'ici à la fin 2025 « uniquement sur les lignes où il existe une alternative bas carbone en moins de 4 heures ». Autrement dit d'aller au-delà du seuil de 2h30 décidé par le gouvernement. Sur ce sujet, Emmanuel Macron s'est déjà prononcé. Lors de l'interview du 14 juillet, il a expliqué que l'avion avait toute sa pertinence sur les axes assurés par le train en plus de 2h30.

"Quand vous avez le train qui met 3, 4, 5, 6 heures, est-ce que le vol domestique, la ligne d'avion se justifie ? Oui parce qu'on a besoin d'aller à Brive. On a besoin de continuer à développer à Toulouse, à Pau, de l'industrie. On a besoin de continuer à aller dans des villes qui sont des chefs-lieux de département, elles-mêmes des métropoles, où l'industrie a commencé à se développer. On ne va pas, du jour au lendemain, dire : "on ne fait plus d'avion". Donc il faut le faire là aussi avec du bon sens », avait déclaré le chef de l'Etat.

Les acteurs de l'aérien entendus prochainement

La convention citoyenne pour le climat recommande également d'interdire la construction de nouveaux aéroports et l'extension des aéroports existants, de taxer davantage l'aviation de loisir, de promouvoir l'idée d'une écocontribution européenne, de garantir que les émissions qui ne pourraient être éliminées soient intégralement compensées par des puits de carbone, et en fin de soutenir la recherche & développement d'une filière biocarburants pour les avions.

Face à l'accélération du calendrier, les professionnels du transport aérien seront prochainement entendus par des membres de la convention citoyenne accompagnés de membres de certains ministères.

Même si le projet de loi ne reprendra pas la totalité des recommandations de la convention citoyenne et même si le niveau d'éventuelles nouvelles taxes devait être très en deçà de la proposition de la convention citoyenne, certains craignent qu'elles ne soient inéluctables pour des raisons politiques.

Lire aussi : Taxes à gogo : et si la démocratisation du transport aérien commençait à prendre fin?

Fabrice Gliszczynski

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 32
à écrit le 09/09/2020 à 7:56
Signaler
D'après de nombreuses études,le transport aérien devrait croitre (hors covid) de 4% par an.Une écotaxe pourrait freiner ce désastre écologique.

le 17/09/2020 à 16:00
Signaler
Pour le moment, l’aérien c’est moins 70%....et les prévisions sérieuses ne donnent pas de redémarrage avant 2024... Et comme toujours les « écolos » qui ne connaissent rien affirment des âneries que le grands public gobe.. Taisez-vous au lieu de di...

le 17/09/2020 à 16:01
Signaler
Pour le moment, l’aérien c’est moins 70%....et les prévisions sérieuses ne donnent pas de redémarrage avant 2024... Et comme toujours les « écolos » qui ne connaissent rien affirment des âneries que le grands public gobe.. Taisez-vous au lieu de di...

à écrit le 09/09/2020 à 7:41
Signaler
à taxer tout ce qui vit en France, bientôt tout sera mort, et nous avec.

à écrit le 08/09/2020 à 17:36
Signaler
Si cette taxe est adoptée par l'Assemblée ou autres organismes, ils sont devenus fous... Cordialement

à écrit le 08/09/2020 à 15:56
Signaler
Et moi m'sieurs ? J'peux rouler sans pot d'échappement moi m'sieurs ? et sans taxe, le litre d'essence à moins de 40 centimes d'euros... je retrouverais de la mobilité...

à écrit le 08/09/2020 à 11:22
Signaler
ou comment se tirer une balle dans le pied... les aéroports de Bruxelles, Geneve, Amsterdam, Luxembourg, Zurich, Stuttgart, Francfort, Milan, Turin, Barcelone et Gerone sont très très intéressés par cette idée fabuleuse de la caste bureaucratique f...

à écrit le 08/09/2020 à 11:01
Signaler
Pendant ce temps : Dans l'Union européenne, 13% des morts sont liés à la pollution, selon un rapport publié mardi de l'Agence européenne de l'environnement (AEE), pour qui la crise sanitaire actuelle est un signal devant accélérer une prise de con...

à écrit le 08/09/2020 à 10:27
Signaler
Timing excellent, comme pour le chauffage au gaz que les élus veulent supprimer pour les terrasses. L’aérien, et la restauration, deux secteurs en pleine forme comme tout le monde le sait.

à écrit le 08/09/2020 à 10:25
Signaler
La question est: " Doit on supprimer les emplois qui participent a la dégradation de notre environnement et qui ralentissent la transition climatique?"

le 08/09/2020 à 23:38
Signaler
L’aviation de masse étant très récente et le réchauffement climatique ayant commencé un siècle avant au moment de la première révolution industrielle au 19ème siècle, l’aviation n’est pas à l’origine du réchauffement. Et ce n’est pas avec 2% des émis...

à écrit le 08/09/2020 à 10:13
Signaler
En parlant d'avion : Un touriste britannique s'est vanté d'avoir trouvé la solution pour éviter d'avoir à porter un masque pendant tout son vol, à destination de Tenerife aux Canaries. Comme le raconte le DailyMail, Michael Richards, 41 ans, a ach...

à écrit le 08/09/2020 à 2:07
Signaler
Le transport aérien FR est DEJA ! le plus taxé au monde. Un avion Actuel consomme 2.5 L /100 KM par passager.

le 08/09/2020 à 9:23
Signaler
@ lobby aérien: "Un avion Actuel consomme 2.5 L /100 KM par passager. " Sauf ceux qui volent à vide.

le 08/09/2020 à 13:53
Signaler
Et les voiture où il n'y a qu'une ou deux personnes à bord ??? Seulement c'est beaucoup plus facile de s'attaquer à l'aérien qui ne représente que quelques pourcent de la pollution du transport : ben ouais, on préfère reporter les efforts sur les au...

le 08/09/2020 à 18:30
Signaler
@ multipseudos Calme toi. Signalé

à écrit le 07/09/2020 à 20:00
Signaler
Je vais toutes les 2 semaines en Italie par Ryanair, si cela est trop cher, j'irai en voiture et je ne pense pas que je vais moins polluer. BASTA la dictature des pseudos ecolo bobos.

le 07/09/2020 à 21:53
Signaler
Vous allez , bien sur, plus polluer avec votre voiture : environ 4 fois plus. Vous allez aussi payer votre déplacement beaucoup plus cher . Il vous prendra au mois dix fois plus de temps . Si votre déplacement est vraiment nécessaire, vous reviend...

le 08/09/2020 à 13:55
Signaler
Donc l'objectif à travers cette taxe, ce n'est pas de réduire la pollution : c'est faire payer ceux qui ont besoin de voyager ??!!!!

à écrit le 07/09/2020 à 19:48
Signaler
On va enfin revenir a l'aviation de mon enfance reservee a une elite et a des nantis.j'espere que l'on ne verra de foutriquets en short prendr l'avion pour aller au soleil des pays pauvres

à écrit le 07/09/2020 à 19:14
Signaler
Et pourquoi pas une taxe sur tous les voitures produites par les entreprises françaises? Pour éviter la taxe, il faudra aller prendre l’avion à Londres ou Francfort. Même si LH ou BA doit payer pour le trajet moyen courrier, ces compagnies ne seront...

à écrit le 07/09/2020 à 16:09
Signaler
On attend toujours que le gouvernement lance un programme massif de formation pro vers les métiers agricoles et la permaculture. Nous en avons besoin pour préparer l'avenir. Pousser tous ces travailleurs vers le chômage et la misère sans leur fournir...

le 07/09/2020 à 16:54
Signaler
Vos propositions ne visent qu'à favoriser une décroissance unilatérale pour la France. Nous avons en France depuis 30 ans des gouvernements qui ne protègent plus la nation, mais se perdent dans des aventures militaires sans but politique, et autres d...

le 07/09/2020 à 21:31
Signaler
Vous voulez recycler les travailleurs de l'aéronautique dans l'agriculture ? Vraiment ? Sans rire ? Il va falloir rétablir l'esclavage alors... Plaisanterie mise à part, je savais les verts perchés, mais à ce point...

le 08/09/2020 à 4:54
Signaler
@ Calamar. La veritable expression n'est pas "tombeau des Danaides" mais "tonneaux des Danaides" ces pauvres filles condamnees aux enfers pour avoir desobeit au pere.

le 09/09/2020 à 11:07
Signaler
@matin calmes. Vous avez raison, le lapsus est révélateur car la formule fonctionne aussi avec tombeau.

à écrit le 07/09/2020 à 16:06
Signaler
Relance..... Décidé par un convention de non élus tirés au sort... Plongée profonde....

à écrit le 07/09/2020 à 16:03
Signaler
"M'en fout"...je ne prends plus l'avion depuis belle lurette. Ce moyen de transport qui "trimballe" les gens autour de la planète pour leur seul "plaisir" de prendre l'avion est une engeance, un non sens économique, une gabegie, en plus désormais, d'...

le 07/09/2020 à 21:12
Signaler
Et alors ! Moi , je le prends pour Le plaisir de visiter les endroits merveilleux de ce monde et ça fait du bien . Faites vous un peu plaisir , vous vivrez mieux et plus longtemps

le 08/09/2020 à 4:56
Signaler
@ Leon. Vous faites erreur. Prendre l'avion predispose a de nombreux maux. Voir le mal des personnels d'aviation. Valbel a raison, et toc.

à écrit le 07/09/2020 à 15:57
Signaler
"écotaxe de 4 milliards d'euros" rapporté aux véhicules routiers (CO2 des avions vs CO2 des voitures, camions, bus, cars, engins de travaux publics, etc) ça nous ferait combien à payer en écotaxe pour rester sur le plancher des vaches ? qq % CO2 avio...

à écrit le 07/09/2020 à 15:39
Signaler
C’est une blague ? Un poisson d’avril non ? C’est impensable !

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.