Transport aérien : le pire est à venir

La crise du Covid-19 a fait entrer les compagnies aériennes dans un long tunnel dont la sortie n'est pas attendue avant trois à cinq ans. Avec une reprise du trafic extrêmement lente, les changements des comportements des passagers, l'arrêt progressif des soutiens des Etats, la guerre tarifaire que vont mener les compagnies aériennes pour survivre, le mouvement de consolidation qui s'ensuivra...., une recomposition du secteur est attendue au cours des prochaines années. Analyse.
Fabrice Gliszczynski

9 mn

(Crédits : DR)

Au début des années 2000, quand, sur fond de marasme économique, elles ont encaissé coup sur coup les chocs du 11-Septembre, des interventions militaires américaines en Afghanistan en 2002 puis en Irak en 2003, et enfin celui de l'épidémie de Sras en Asie la même année, les compagnies aériennes pensaient avoir touché le fond. Elles étaient loin d'imaginer qu'après avoir affronté les quatre cavaliers de l'Apocalypse, comme elles disaient à l'époque (très vite rejoints d'ailleurs par un cinquième, la flambée du prix du pétrole), elles connaîtraient un jour un scénario encore plus violent.

L'inimaginable est pourtant arrivé. Non pas en 2009, au moment de la grande crise financière, pourtant brutale, mais une dizaine d'années plus tard, avec l'émergence en 2019 en Chine d'un coronavirus meurtrier qui s'est propagé à toute la planète, au point d'obliger en avril 2020 près de 4,5 milliards de personnes dans le monde à se confiner. Frappé de plein fouet, le transport aérien a vécu un printemps cauchemardesque, avec son cortège d'avions cloués au sol, ses aéroports fantômes et ses frontières fermées. Un scénario ubuesque, dont les chapitres les plus sombres restent, hélas, à écrire. Car aussi désastreux fut-il, cet incroyable "shutdown" ne sera pourtant pas la période la plus douloureuse pour les compagnies aériennes. Le pire est à venir. Même si les recettes ont été réduites à néant, même si 62 milliards de dollars de cash ont été brûlés par l'ensemble des transporteurs aériens d'avril à fin juin, même si les plans sociaux s'enchaînent, les mesures de soutien prises par un grand nombre d'États ont permis d'éviter des faillites en série. La reprise s'annonce beaucoup plus périlleuse.

Coup de frein aux voyages professionnels


« La phase de sommeil a coûté beaucoup d'argent, mais nous avons su l'encaisser. La phase de redécollage, en revanche, peut tuer des compagnies car personne ne sait combien de temps elle va durer », explique Marc Rochet, le responsable du pôle aérien du Groupe Dubreuil, maison mère d'Air Caraïbes et de French Bee.

Contrairement à la crise du Sras en 2003, où le trafic avait rebondi aussi rapidement qu'il avait chuté, la reprise s'annonce extrêmement lente. Selon l'Association internationale du transport aérien (IATA) et Airbus, les compagnies devront patienter trois, voire cinq ans avant de retrouver le niveau de trafic de 2019. Une éternité. Et encore, ces prévisions n'intègrent pas l'hypothèse d'une nouvelle vague de l'épidémie qui ébranlerait davantage l'économie et maintiendrait les restrictions de voyages (fermeture des frontières, mise en quarantaine à l'arrivée...).

Dans tous les cas, sans présager de l'évolution du virus, toutes les conditions sont réunies pour une baisse des voyages aériens au cours des prochaines années par rapport à la situation pré-crise. En l'absence de vaccin, les voyageurs vont en effet réfléchir à deux fois avant de partir à l'étranger. Au-delà de la question sanitaire, la violence de la crise économique risque d'avoir aussi un effet très dissuasif. Combinée à l'augmentation de l'épargne de précaution, la perte du pouvoir d'achat liée à l'explosion attendue du chômage, de l'activité partielle et aux baisses de salaires dans certaines entreprises, va toucher la clientèle "loisirs". Cela, alors que du côté des entreprises, la réduction des "budgets voyages" et la généralisation de la visioconférence porteront un sérieux coup de frein aux déplacements professionnels, le cœur de cible de toutes les compagnies aériennes traditionnelles comme Air France ou Lufthansa.

« Il va y avoir des changements structurels des comportements des voyageurs. On peut craindre une réduction du tourisme long-courrier et une diminution très forte du trafic affaires », admet Pascal de Izaguirre, le PDG de Corsair.

Effectivement, dans une étude interne menée auprès de ses clients "corporate", Air France confirme ces changements de comportements.

Reste à voir également comment évoluera la sensibilisation de l'opinion aux différents appels au boycott de l'avion lancés par plusieurs organisations écologistes en Europe. Si ces derniers n'ont eu jusqu'ici aucun impact sur le trafic aérien, les compagnies aériennes ne sont pas à l'abri de décisions politiques pour diminuer la demande de transport aérien. Déjà forte avant la crise, la pression sociétale s'accentue en effet pour réduire l'empreinte carbone de l'aviation, laquelle représente entre 2 et 3 % des émissions mondiales de CO2. Là aussi, l'engagement de développement durable des entreprises commence à se décliner dans leur "politique voyage".

Les charrettes se multiplient

Dans tous les cas, les compagnies aériennes vont devoir affronter des baisses significatives de chiffre d'affaires pendant plusieurs années. Pour la seule année 2020, leurs recettes devraient chuter de 50 %, à 419 milliards de dollars, selon IATA, qui prévoit dans le même temps une perte nette sans précédent de 86 milliards de dollars pour l'ensemble des opérateurs. Les structures de coûts ne sont par conséquent plus adaptées. Leur taille ne l'est pas davantage pour transporter une demande en fort recul. Trop d'avions, trop de personnel, des pertes abyssales..., les compagnies aériennes réduisent la voilure. Les avions les moins performants sortent des flottes et les charrettes de suppressions de postes se multiplient : 50 % des effectifs chez SAS, 27 % chez British Airways, de 17% pour Lufthansa et Air France. Selon des experts, un tiers des 400 000 emplois dans le transport aérien pourrait disparaître en Europe.

Faillites et concentration

Pour autant, tous ces plans de restructuration n'éviteront pas les faillites. Limitées pendant la phase de sommeil, elles risquent de se multiplier au cours des prochains mois. La prochaine saison hiver pourrait être un bain de sang. Car les compagnies vont entrer dans cette période traditionnellement de basse saison sans l'apport des profits générés habituellement pendant les mois d'été, une période de haute saison en temps normal.

« L'hiver sera impitoyable pour le transport aérien. Avec une reprise de l'activité en été, le temps laissé aux compagnies aériennes pour se refaire est très court et ne permettra pas de "subventionner" les opérations pendant l'hiver. Cette période, déjà difficile pour le secteur du transport aérien, le sera assurément davantage cette année », explique à La Tribune, Edward Wilson, le directeur général de Ryanair.

Dans ce contexte, les analystes financiers s'attendent à une concurrence tarifaire féroce.

« Une guerre des prix est à prévoir au moment où les frontières intercontinentales commenceront à s'ouvrir davantage, peut-être à l'automne s'il n'y a pas de deuxième vague d'épidémie, et au moment où les États "débrancheront" leurs aides à l'économie, poussant ainsi les compagnies à mettre davantage d'offrre sur le marché », assure Yan Derocles, analyste chez Oddo-BHF.

Cet afflux d'offre risque d'entraîner une surcapacité et une baisse des prix pour remplir les avions, facilitée par la faiblesse du prix du baril de pétrole. Résultat : les compagnies les plus fragiles seront tentées de vendre des billets coûte que coûte pour engranger du cash avant l'hiver, qui pourrait être leur dernier. Et en Europe, les plus solides des grandes low cost comme Ryanair ou Wizzair risquent de mener une guerre éclair, non pas pour survivre, mais pour gagner des parts de marché en quelques mois. Ceux qui n'auront pas les reins suffisamment solides et ceux qui ne parviendront pas à se recapitaliser ne survivront pas.

Cette guerre des prix, qui pourrait s'étendre sur une bonne partie de l'année 2021, sera probablement le prélude à un mouvement de concentration de grande ampleur. Avec, cette fois, une hausse des prix à la clé.

« Au bout du compte, il devrait y avoir quatre grands groupes de compagnies aériennes, peut-être cinq, comme Air France-KLM, Lufhansa, IAG et Ryanair. Les autres vont bientôt s'effondrer ou rejoindre l'un de ces groupes », prédit Edward Wilson.

Les aéroports inquiets

Cette perspective inquiète les aéroports régionaux et les territoires.

« Une consolidation accélérée entraîne une baisse de l'offre et une augmentation du prix des billets d'avion, qui contribueront à réduire la connectivité des aéroports », explique Thomas Juin, le président de l'Union des aéroports français.

Les aéroports ont en effet intérêt à ce qu'il y ait une grande concurrence entre les compagnies aériennes. En France, c'est le développement depuis dix ans des compagnies à bas coût qui a entraîné le développement de la connectivité aérienne dans les régions : 86 % de la croissance du tra c aérien régional entre 2009 et 2019 a été tirée par les low cost.

Une onde de choc pour l'industrie aéronautique

En amont, la crise du transport aérien provoque une onde de choc terrible pour les constructeurs d'avions et leurs sous-traitants. Habituée jusqu'ici à un doublement du trafic aérien tous les quinze ans, l'industrie aéronautique sur laquelle « le soleil ne se couchait jamais » est très touchée par les reports de livraisons d'avions.

Alors qu'il planchait avant la crise du Covid-19 sur une hausse des cadences, Airbus a été contraint de réduire sa production de 40 % en 2020 et 2021. Là aussi, un redimensionnement des coûts et des effectifs est nécessaire. Avec la baisse du trafic aérien au-dessous de son niveau de 2019 pendant trois ou cinq ans, toutes les com- mandes passées pour faire de la croissance sont reportées. Elles représentent près des deux tiers du carnet de commandes d'Airbus et de Boeing. Et les livraisons d'avions pour le renouvellement des flottes sont, elles aussi, loin d'être assurées. Avec la faiblesse du prix du pétrole, les compagnies peuvent en effet être tentées de conserver leurs avions un peu plus longtemps que prévu, même s'ils sont plus coûteux que des avions neufs en consommation de kérosène et en entretien. Néanmoins, si la demande naturelle d'avions neufs va rester a priori extrêmement limitée pendant de nombreuses années, Airbus espère que les mécanismes de soutien aux achats d'avions décidés par des pays « Airbus », comme la France dans son plan de relance à l'aéronautique, fonc- tionneront. Cela pourrait en effet aider les compagnies aériennes à renouveler leur flotte à l'heure où la pression écologique s'accroît sur l'aviation.

Fabrice Gliszczynski

9 mn

Replay I Nantes zéro carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 29
à écrit le 08/07/2020 à 4:44
Signaler
Quand j'etais mino, les vols longues destinations coutaient chers et reserves a ceux qui pouvaient payer. Vive les riches.

à écrit le 07/07/2020 à 22:37
Signaler
Rasons tous les aéroports de France.

le 10/07/2020 à 15:23
Signaler
Et envoyons tous les khmers verts gochos en Corée.

à écrit le 07/07/2020 à 8:15
Signaler
"Cultivons notre jardin" au lieu de voyager loin !

le 07/07/2020 à 18:01
Signaler
Monsieur Mohamed Khirchach est originaire du Maroc. Je cherche une opportunité d'emploi ou une compensation dans le métier du sujet. C'est très sensible et la pauvreté se tue chez les membres de la vie digne Bonjour Mohamed du Maroc je souf...

à écrit le 07/07/2020 à 6:35
Signaler
C'est terrible, mais il faudrait en profiter pour briser le développement d'une activité destructrice de l'environnement, et reconvertir les personnes du secteur dans des activités utiles. On pourrait vivre très bien avec beaucoup moins de voyages pa...

à écrit le 06/07/2020 à 21:02
Signaler
C'est sûr, l'avenir est compromis pour les cies aériennes appelées à se réinventer après les tps heureux et euphoriques du tourisme de masse européen. Mais on était qd même en plein délire, avec des croissances à 2 chiffres, la multiplicité des cies...

le 10/07/2020 à 10:34
Signaler
J’aimerais bien un bilan du coût au km/passagers du train qui prend tout en compte comme la surface empreinte, les quantités de produits désherbants déversés sur le ballast, l’origine de l’électricité, la part du contribuable dans le coût du billet, ...

à écrit le 06/07/2020 à 18:37
Signaler
Merci à cet article qui présente une vue réaliste du cataclysme subi par le transport aérien et qui rappelle la gravité de ses conséquences sur nombre d’autres secteurs. Maintenir une flotte au sol coûte une fortune. Le redémarrage, indispensable, ...

à écrit le 06/07/2020 à 15:11
Signaler
Ouaip, le pire est aux portes de la Chine. Plusieurs cas de peste bubonique, dans l'Altai, apres avoir bouffe de la marmotte. Ils avaient oublie d'enlever le papier alu. Quelle epoque formidable. Votez micron.

à écrit le 06/07/2020 à 14:05
Signaler
il faut en finir avec les w end caprice a l’autre bout de la planète pour 2 jours et polluer a tout va.Nous avons de beaux sites en France alors profitons en et faisons travailler nos compatriotes d’abord.

le 06/07/2020 à 15:25
Signaler
Oui certes, mais vu les prix, les vacances en France c'est pour les riches. En plus, on prend la voiture, pas terrible pour l'environnement, et le service manque de convivialité...

le 06/07/2020 à 16:22
Signaler
Non pas nécessairement il y a le train et maintenant les TGV OUIGO que je prends souvent qui est une bonne alternative à l’avion

le 06/07/2020 à 17:46
Signaler
Cinq Américains se sont vu refuser l'entrée sur l'île italienne mercredi 1er juillet, en raison des nouvelles restrictions de voyage de l'Union européenne, relate CNN. Le jet privé, qui avait décollé du Colorado, s'est posé dans la matinée de mercred...

le 06/07/2020 à 18:12
Signaler
N'habite pas Paris et ne peux donc pas profiter du TGV.

à écrit le 06/07/2020 à 13:52
Signaler
Je réside en Asie; je veux bien voyager dès que possible, sauf que "toutes les frontières" y sont fermées actuellement pour les visiteurs, de facto pas de vols; ce n'est pas le manque de voyageurs qui pose problême, mais l'accès impossible dans ces p...

le 06/07/2020 à 15:26
Signaler
je réside en France, et j'ai la même problématique. Comme j'ai pas envie d'aller en Grèce ou au Portugal comme tout le monde, ché pas où aller...

à écrit le 06/07/2020 à 13:18
Signaler
Vous parlez des compagnies mais tous les secteurs et surtout la restauration à l'aéroport d'Orly c'est catastrophique j'ai très peur de perdre mon travail et à 58 ans 😭😢

le 06/07/2020 à 17:53
Signaler
Pratiquement tout les restaurants d'entreprises qu'ils soient en interne ou externe avec chèque restaurant sont concernés en ce moment.Le télétravail y contribue beaucoup.

à écrit le 06/07/2020 à 11:18
Signaler
C'est triste pour ceux qui perdront leur emploi., mais réjouissant d'autre part ; moins de pollution, moins de barbares qui voyagent et détruisent tout à travers la planète...

le 07/07/2020 à 14:09
Signaler
Parce que la pollution avec la voiture ou les centrales à charbons qui alimente les TGV c'est mieux que le maigre 2% de l'aérien ?

à écrit le 06/07/2020 à 11:07
Signaler
c est pas parce que la presse se nourrit de titres sensationnels pour vendre qu il faut ecrire n importe quoi le pire est derriere : y a t il pire que des avions cloues au sol pendant des mois ? bien sur que non titres " c est pas gagn...

le 06/07/2020 à 11:27
Signaler
@cypres, je suis d'accord avec l'article. Entre un arrêt quasi-total pendant 2 mois soutenu par les Etats (chômage partiel...) et une crise dure pendant 5 ans avec la fin des soutiens publics généralisés, le choix est vite fait.

le 06/07/2020 à 12:30
Signaler
Belle réaction, la presse defois exagère et crée la stupeur chez les lecteurs, la reprise est là, lente,certes, mais ça reprend...

à écrit le 06/07/2020 à 10:02
Signaler
Ça va être une "boucherie": - Compagnies aériennes - Constructeurs d'avions - Tourisme - Aéroports - Sous traitance de tous ces secteurs. Des centaines de milliers d'emplois vont disparaitre.

à écrit le 06/07/2020 à 9:53
Signaler
Ça sent les avions qui vont voler vides, les places à 10 balles pour faire 10000 kilomètres et-c... bref ça sent encore le pillage de l'argent public. D'ailleurs les marchés financiers sont euphoriques en ce moment, ce qui en général est très ma...

le 06/07/2020 à 12:33
Signaler
Je confirme et partage votre point de vue à 100% Le pire étant l'endormissement et l'enfumage pratiqué par nos responsables politique sur le carnage à venir dans tous les domaines (ou presque) de l'économie.

le 07/07/2020 à 6:39
Signaler
Plutôt que de prolonger des emplois nuisibles pour tous, embauchons là où il y a des besoins, dans les soins aux personnes âgées, dans l'entretien des forêts et des milieux naturels, dans l'éducation... Des milliards d'euros d'argent public sont donn...

le 09/07/2020 à 0:05
Signaler
Des milliards d’euros sont donnés à l’éducation nationale dont une partie a laissé en rade les élèves pendant le confinement, des milliards sont donnés à la SNCF avec le résultat que l’on connaît

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.