Climat : 27 multinationales françaises émettent quatre fois plus de CO2 que la France

 |  | 407 mots
Lecture 2 min.
Selon ce classement, qui repose sur un système de notes, aucune entreprise n'obtient la moyenne.
Selon ce classement, qui repose sur un système de notes, aucune entreprise n'obtient la moyenne. (Crédits : Yves Herman)
Les engagements des entreprises soumises à la loi relative au devoir de vigilance en matière climatique restent insuffisants, relève dans une étude l'ONG Notre Affaire à Tous. Leur impact climatique est "insuffisamment retracé" et "l'évaluation des émissions indirectes est souvent négligée".

Les multinationales françaises n'en font toujours pas assez pour réduire leur impact climatique, selon un classement réalisé par l'association Notre affaire à tous, qui l'a élargi à deux nouveaux groupes, Casino et Bolloré. Pour la deuxième édition de ce classement, Notre affaire à tous a voulu "évaluer la transparence et la suffisance des engagements des entreprises soumises à la loi relative au devoir de vigilance en matière climatique". Elle s'est intéressée à des multinationales dans les secteurs de l'énergie (Total, EDF...), financier (BNP Paribas, Société générale...), industriel (Air liquide, Suez...), des transports (Air France, ADP, Renault...), de la construction (Bouygues...) et agro-alimentaire (Carrefour, Danone...)

"L'empreinte carbone cumulée des vingt-sept multinationales analysées s'élève à 1.854,82 Mt CO2e, soit plus de quatre fois les émissions territoriales de la France", selon Notre affaire à tous.

Le climat absent des plans de vigilance de sept multinationales

La loi sur le devoir de vigilance du 27 mars 2017 oblige les entreprises de plus de 5.000 salariés en France à établir un plan de vigilance pour prévenir les risques en matière d'environnement, de droits humains et de corruption liées à leurs activités et chez leurs sous-traitants et fournisseurs.

"Le réchauffement climatique faisant peser des dangers considérables sur les humains et les écosystèmes, il peut être raisonnablement déduit des exigences de cette loi l'obligation pour les entreprises de réduire leur impact climatique", fait valoir l'association.

Pour autant, "sept entreprises sur 27 n'intègrent toujours pas le climat à leur plan de vigilance: Engie, Suez, Eiffage Bouygues, Danone, Veolia et la Société Générale", selon un communiqué. Plus généralement, l'impact climatique des entreprises est "insuffisamment retracé" et "l'évaluation des émissions indirectes est souvent négligée". Ces émissions indirectes sont celles générées par la production des produits vendus par ces entreprises et leur utilisation.

Aucun bon élève

"Il y a eu très peu de changement sur le fond" comparé à 2020", a indiqué Laure Barbé, de Notre affaire à tous, lors d'une conférence de presse. "Seulement cinq entreprises s'engagent sur une trajectoire 1,5°C" de limitation du réchauffement climatique, visé par l'Accord de Paris, a-t-elle souligné.

Selon ce classement, qui repose sur un système de notes, aucune entreprise n'obtient la moyenne. Total, Natixis et Casino se classent parmi les plus mauvais élèves, tandis que Danone, EDF et Schneider Electric sont les mieux notées.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/03/2021 à 13:36 :
Facile d'imposer Crit'air ou toutes autres aberrations aux particuliers quand quelques entreprises polluent plus que tous réunis... Enfin une réalité dévoilée et qu'on arrête de nous prendre nous comme les pire criminels. Maintenant que l'état commence par "verdire" l'état aussi je doute que les groupes électrogènes qui tourne soit moins décarboner qu'un câble EDF... Que les heures de vols des hauts officiers pour les prime a l'air sot justifiées, ou que les voyages en avion par le président et tout les personnel déplacé en amont le soit plus... Les économie en carbone et pécunier sont a faire mais dans la haute direction en général dans le privé mais aussi dans le publique !
a écrit le 09/03/2021 à 13:51 :
Je pense qu'il est temps de vendre ses entreprises à des propriétaires étrangers, puis de déménager usines et sièges sociaux à l'étranger. Ainsi, nous serons sur que les multinationales françaises ne pollueront plus (il n'y en aura plus). Sérieusement, qqun leur a dit que le problème climatique est global et pas national ?
Réponse de le 10/03/2021 à 13:37 :
Ben oui mais ils pourront plus mettre "made in France" sur un produit roumain...
a écrit le 09/03/2021 à 8:49 :
Il n'était peut-être pas utile de montrer un aéroréfrigérant qui émet ...de la vapeur d'eau
Réponse de le 10/03/2021 à 7:56 :
Si c'est très utile! cela fait partie de la propagande 'soft' très insidieuse mais très efficace sur le long terme qui fait qu'une majorité des français croit que le nucléaire émet du gaz carbonique (même si les tours de réfrigération ne sont pas propre au nucléaire). Pourquoi croyez-vous que dès que l'on parle énergie électrique, il y a toujours des éoliennes en illustration alors qu'en réalité c'est une filière qui produit peu et surtout de manière aléatoire et intermittente et qui est une catastrophe écologique avec des nuisances permanentes à tous les niveaux (visuelles, sonores, environnementales....). Il faut marquer l'esprit du public et il faut bien le dire....ça marche!
a écrit le 09/03/2021 à 8:38 :
Certes Air France, ou Total polluent mais pour leurs clients. Alors à moins d'interdire l'extraction / vente de pétrole ou les vacances au soleil, tout ça c'est de la poudre aux yeux. L'écologie doit passer par la remise de l'homme partout dans la production et la société, ce qui diminuera la productivité mais aussi le chômage, les maladies, l'insécurité et la pollution. L'homme n'est pas un coût, mais un atout et se permettre d'en garder des millions oisifs et déprimés est un crime contre l'humanité. L'homme n'est pas du bétail, il a besoin de se sentir utile pas d'être nourri. Revenons au balai plutôt qu'au souffleur à essence qui pollue l'air, les oreilles, et embauchons tous les chômeurs, formons les, donnons leur une raison d'être fiers.
a écrit le 09/03/2021 à 8:20 :
Vu comment Hollande, Macron et tous les autres s'y prennent, dans dix ans nos multinationales ne seront plus françaises. Donc le problème est réglé.
a écrit le 09/03/2021 à 8:19 :
Et on peut imaginer les dégâts des multinationales américaines et chinoises et autres... Non mais surtout coupez bien l'eau pendant que vous vous lavez les dents et n'oubliez pas d'éteindre les lumières bon sang sinon on n'arrivera jamais à sauver le monde à cause de vous !

L'Empire des faibles.
a écrit le 08/03/2021 à 22:44 :
Et les chinois et américains ???
Réponse de le 09/03/2021 à 9:18 :
Les chinois sont bien les plus gros pollueurs de la planète avec leur electricité au charbon ! Même s'ils ont deu EPR en fonctionnement, la CHine repart avec 6% de croissance, 7% pour les USA en 2021 donc oui la mondialisation n'a pas que du plomb dans l'aile. Il faut une europe sûre protectrice, sans CO2 excessif, avec des réacteurs nucléaires sécurisés comme l'EPR de Flamanville. Oui un autre monde sans une mondialisation au service des chinois et des américains ! Relocalisation des industries de semi-conducteurs ( pétrole du 21eme siècle) et protection de l'Europe de demain !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :