L’hydrogène vert s’invite déjà dans le réseau gazier français

Au-delà du biométhane, GRTgaz planche déjà sur le développement de l'hydrogène. Selon la filiale d'Engie, 3.300 km de canalisations dédiées à l'hydrogène seront nécessaires en France dans vingt ans. Dans cette optique, le gestionnaire du réseau gazier va mener un projet pilote pour convertir 70 km de canalisations existantes afin de transporter de l'hydrogène pur. Des molécules H2 mélangées à du méthane sont, elles, déjà injectées dans le réseau.

3 mn

Manomètre indiquant la pression en bar à l'intérieur de la canalisation
Manomètre indiquant la pression en bar à l'intérieur de la canalisation (Crédits : GRTgaz)

GRTgaz accélère sur le front de la transition énergétique. En 2020, le gestionnaire du réseau de transport gazier y a consacré 40 millions d'euros, soit 10% de ses investissements totaux. Ce montant est en progression de 30% par rapport à 2019 et cette tendance à la hausse devrait se confirmer en 2021, a indiqué son directeur général, Thierry Trouvé, lors d'une conférence de presse ce jeudi 4 février.

Aujourd'hui, la filiale d'Engie accompagne surtout le développement de la filière du biométhane. Fabriqué à partir de résidus agricoles, de déchets organiques ou de boues des stations d'épuration, ce gaz renouvelable a connu une année record. Fin 2020, la capacité installée était de 3,9 TWh (+75% par rapport à 2019), soit l'équivalent de 325.000 logements chauffés au biométhane. Aujourd'hui, il ne représente que 1% de la consommation du gaz en France, mais, à l'horizon 2050, il pourrait en représenter un tiers.

"Au Danemark, il représente déjà 21% de la consommation de gaz", souligne Thierry Trouvé.

Les premières molécules d'hydrogène déjà injectées

Alors que la filière du biométhane est encore naissante en France, GRTgaz planche déjà sur l'intégration d'autres gaz renouvelables et notamment le méthane de synthèse et l'hydrogène vert ou décarboné. Le gestionnaire décompte ainsi 30 demandes de raccordement de projets de toute nature pour l'injection de gaz de synthèse et d'hydrogène. Et il recense d'ores et déjà 15 acteurs qui travaillent sur des projets de production mixte méthane-hydrogène par pyrogazéification, un procédé qui consiste à chauffer les déchets à plus de 1.000 degrés en présence d'une faible quantité d'oxygène.

"Cela représente potentiellement un tiers de la consommation de gaz en 2050", souligne Thierry Trouvé.

Aujourd'hui, les premiers mètres cubes d'hydrogène sont déjà injectés dans le cadre du démonstrateur Jupiter 1000, situé à Fos-sur-Mer, dans les Bouches-du-Rhône. Mis en service il y a un an, il vise à stocker l'électricité renouvelable par injection d'hydrogène et de méthane de synthèse dans le réseau de transport de gaz existant.

"Toutefois, avec le potentiel fort de développement de la filière hydrogène, il faudra transporter de l'hydrogène pur avec des réseaux de transports dédiés", note le patron de GRTgaz.

3.300 km de canalisations hydrogène en France en 2040

La filiale d'Engie travaille ainsi avec ses homologues européens pour anticiper ce à quoi pourraient ressembler des réseaux de transports d'hydrogène pur. Selon une étude commune publiée en juillet 2020, le développement de l'hydrogène pur nécessitera, à l'horizon 2040, 23.000 km de canalisations dédiées en Europe, dont 3.300 km en France. À cet horizon, les trois quart du réseau pourront reposer sur des canalisations existantes converties. Quelque 820 km de nouvelles canalisations devront en revanche être construites.

Dans cette optique, un projet pilote, baptisé mosaHYc, est en cours de développement à la frontière du Luxembourg et de l'Allemagne. Il s'agit de convertir 70 km de canalisations existantes, aujourd'hui dédiées au gaz naturel, pour transporter de l'hydrogène pur. La mise en service est prévue à l'horizon 2025. Objectif : bâtir une vallée de l'hydrogène rassemblant un large écosystème composé de spécialistes de la production d'hydrogène, d'industriels consommateurs de la molécule verte (dans une optique de décarbonation de leurs procédés), mais aussi d'une cavité de stockage et d'un réseau de stations pour alimenter des flottes de véhicules.

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 10
à écrit le 06/02/2021 à 18:04
Signaler
Pourquoi ne sortont pas certaines découvertes , la fréquence lumineuse chaude . Bien sur c'est trop écologique dans le paradime actuel . L'argent et taxes c'est mieux .

le 07/02/2021 à 10:21
Signaler
"la fréquence lumineuse chaude" : racontez-nous.

à écrit le 05/02/2021 à 21:31
Signaler
Ne vous inquiétez pas pour les risques qui seraient dû à l'hydrogène. Notre ministre écolo a décidé d'interdire l'utilisation du gaz de ville, comme l'hydrogène est mélangé au gaz... Plus d'hydrogène. Il est vrai que les éoliennes à la production al...

à écrit le 05/02/2021 à 18:53
Signaler
Bravo, ils sont sur la bonne voie. Le jour ou l'on voudra effectivement lutter contre le réchauffement climatique ils seront présents.

à écrit le 05/02/2021 à 18:46
Signaler
Le problème de l'hydrogène, c'est que la molécule est de petite taille et s'incruste dans l'acier en le fragilisant. D'autre part, à haute pression, la moindre fuite fait jaillir un chalumeau qui ne se voit pas car la flamme d'hydrogène ne se voit pa...

le 05/02/2021 à 19:02
Signaler
Merci pour votre contribution. effectivement, depuis l'Hindenburg, on se pose des questions sur la sécurité d'avions ou des voitures avec des réservoirs pleins de matières hautement explosives. J'imagine que cette question est néanmoins dans tous les...

le 06/02/2021 à 5:28
Signaler
@Tototiti. A defaut de ne pas connaitre les technologies actuelles concernant le stockage de H2. Les reservoirs ne sont pas en acier mais en matieres composites, doublees de liner avec enroulements filaires tres haute resistance. Ainsi sont fabri...

le 07/02/2021 à 10:26
Signaler
Ca doit-être sympa comme technologie pour garantir qu'aucune fuite n'aura lieu sur tout le réseau hydrogène du véhicule en cas d'accident. Bien sûr, aujourd'hui, avec de l'essence aucun véhicule ne prend jamais feu, c'est dire la maîtrise de notre te...

le 08/02/2021 à 10:02
Signaler
Est-vous lucide?Et quand vous prenez l'avion c'est quoi? un réservoir rempli de kérosène jusqu'à ras bord au décollage , ah vous avez dit une bombe volante. Dorénavant ne prenez plus l'avion.... Tous les combustibles présentent des risques , la ques...

à écrit le 05/02/2021 à 17:04
Signaler
A l'époque de Giscard et des "avions renifleurs" des sources pétrolières... on y croyait pour résoudre la crise! Mais quelle déception ce fut!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.