Le FMI va intégrer le risque climatique dans ses analyses économiques

 |   |  406  mots
(Crédits : Gonzalo Fuentes)
"Il est primordial de s'attaquer au changement climatique pour préserver la stabilité financière", estime la nouvelle directrice de l'institution.

A peine arrivée à la tête du Fonds monétaire internationale (FMI), Kristalina Georgieva imprime déjà sa marque verte. Mercredi 16 octobre, la nouvelle directrice générale de l'institution - qui a succédé à Christine Lagarde, qui va prendre les commandes de la Banque centrale européenne - a annoncé son intention d'intégrer le risque climatique dans les futures analyses économiques.

"Le FMI se prépare rapidement", a-t-elle assuré au cours d'une conférence organisée à Londres, rapporte l'agence Bloomberg. "Quand nous travaillons avec des pays qui sont de gros émetteurs de carbone, et qui ont donc besoin d'effectuer leur transition, ou des pays qui sont fortement exposés aux chocs carbone, il n'y a aucun moyen de mesurer les fondamentaux de leur économie sans regarder les risques climatiques", a-t-elle justifié.

Le Fonds tient déjà compte de ces aspects lorsqu'il analyse les pays les plus menacés par le réchauffement climatique, en particulier lorsque ses équipes d'économistes réalisent les consultations les plus poussées - menées au titre de l'article IV de ses statuts. L'ancienne patronne bulgare de la Banque mondiale souhaite désormais généraliser cette pratique.

Taxe carbone internationale

"Il s'agit désormais d'une catégorie de risques qui doivent être au cœur de notre travail, a-t-elle poursuivi. Il est primordial de s'attaquer au changement climatique pour préserver la stabilité financière et s'assurer d'avoir une croissance soutenable. Il est évident qu'aujourd'hui plus aucune institution, plus aucun individu ne peut s'exonérer de la responsabilité d'agir".

Interrogée sur le rôle que pourraient jouer les grandes banques centrales, Kristalina Georgieva a reconnu l'existence d'un débat sur l'utilisation de leurs outils monétaires pour favoriser les investissements verts. La dirigeante veut cependant croire que la majorité des banquiers centraux s'accordent sur la nécessité d'intégrer les risques climatiques dans leurs évaluations.

La semaine dernière, des économistes du FMI ont recommandé la mise en place d'une taxe carbone internationale afin de limiter le réchauffement de la planète. Selon leur rapport, celle-ci devrait être fixée à 75 dollars la tonne de CO2 d'ici 2030 dans les pays du G20. Pour limiter l'impact social de cette taxe, ces économistes recommandent également de redistribuer les recettes générées aux ménages.

Lire aussi : "C'est la première fois que l'humanité se considère comme une espèce en danger" Jeremy Rifkin (essayiste)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/10/2019 à 17:22 :
"pour préserver la stabilité financière", bah oui, parce que préserver un environnement viable on s'en bat les steacks.
a écrit le 18/10/2019 à 9:53 :
C'est un début de responsabilité pour profiter des opportunités mais sûrement pas pour résoudre le problème!
Réponse de le 18/10/2019 à 21:55 :
Disons qu'ils vont sans doute après des crises forcer les pays dans ce sens, sinon pas de sous sous !!!!

Et au vue du nombre, disons que cela prend place des états quoi....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :