"C'est la première fois que l'humanité se considère comme une espèce en danger" Jeremy Rifkin (essayiste)

 |   |  1404  mots
Pour Jeremy Rifkin (en photo), le New Deal vert se traduit par une transformation complète de l'économie vers un nouveau paradigme.
Pour Jeremy Rifkin (en photo), le "New Deal vert" se traduit par une "transformation complète de l'économie vers un nouveau paradigme". (Crédits : DR)
Dans son nouveau livre, "Le New deal vert mondial, pourquoi la civilisation fossile va s'effondrer d'ici 2028, le plan économique pour sauver la vie sur terre", disponible depuis ce mercredi 16 octobre, Jeremy Rifkin prédit l'irrémédiable chute du pétrole et du charbon. Mais le temps presse face au réchauffement climatique. L'essayiste américain plaide pour la mise en place d'un New deal vert. Son but: précipiter une troisième révolution industrielle, celle des énergies renouvelables.

LA TRIBUNE - Dans votre livre, vous militez pour la mise en place d'un "New Deal vert". De quoi s'agit-il ?

JEREMY RIFKIN - Le "New Deal vert" n'est pas un concept nouveau. Il a d'abord émergé au Royaume-Uni et en Allemagne à la fin de la précédente décennie. Il a ensuite été importé aux États-Unis par la candidate verte Jill Stein. Il est aujourd'hui repris par de jeunes élus démocrates. Il s'agit d'une transformation complète de l'économie vers un nouveau paradigme. C'est la troisième révolution industrielle des infrastructures, repensés pour les énergies renouvelables. Cela ne passera pas seulement par une injection massive de fonds publics par les gouvernements. Il faut que les projets soient menés au niveau des régions.

Vous prédisez l'effondrement de la "civilisation fossile" d'ici à 2028. N'est-ce pas trop optimiste ?

Certaines études parlent de 2023, d'autres de 2033. Notre estimation se base sur ce que nous avons constaté en Allemagne. Quand l'éolien et le solaire ont atteint 14% des parts de marché, les investissements ont commencé à basculer très rapidement. Aux États-Unis, les énergies renouvelables représentent entre 8% et 9% de la production électrique. Les 14% seront atteints d'ici à 2023. Au niveau mondial, ce point d'inflexion sera touché en 2028. Le vrai défi reste les transports. Seulement 2,5% des voitures vendues sont électriques. Des études estiment que les voitures électriques seront compétitives sans subvention à partir de 2023. Cinq ans plus tard, elles représenteront 20% de la production, au-delà du point de bascule. Les grands constructeurs sont d'ailleurs en train de préparer cette transition. L'effondrement de la civilisation fossile sera donc précipité par le marché. Le coût de l'énergie solaire et éolienne a chuté. Il est désormais inférieur à celui du nucléaire, du pétrole, du gaz et du charbon. Le coût des batteries a lui aussi chuté.

Lire aussi : Comment la voiture électrique va remodeler le marché de l'électricité

Vous pensez également que cette transition sera accélérée par les fonds de pension. Comment ?

Des investisseurs gérant 11.000 milliards de dollars se sont détournés des énergies fossiles sur les quatre dernières années: des universités, des fondations mais surtout de grands fonds de pensions, qui représentent des millions de travailleurs à New York, Londres ou Melbourne. Ils ont pris peur car ils ont vu ce qu'il s'est passé avec l'industrie du charbon, qui a perdu en compétitivité et a été touchée par des faillites. Le problème c'est que ces fonds ne créent pas les infrastructures, c'est le rôle du gouvernement. Tout l'argent retiré des énergies fossiles ne peut donc pas être redirigé vers des projets vert à grande échelle, car toutes les villes du monde n'en sont encore qu'à des programmes pilote. Le problème n'est pas l'absence d'argent. Le problème, c'est l'absence de projet d'ampleur de transformation des infrastructures. C'est pour cela que nous avons besoin du "New Deal vert".

Cela passe aussi par les créations de banques vertes. À quoi serviraient-elles ?

Les gouvernements n'ont pas encore compris comment ils pouvaient financer la transition écologique. Et qu'ils n'avaient pas besoin d'utiliser leurs recettes fiscales ou d'instaurer de nouvelles taxes. Il faut mettre à profit les milliers de milliards de dollars d'investissements qui se détournent de toutes les industries liées aux énergies fossiles. Ces investisseurs recherchent des projets d'envergure. Les gouvernements doivent donc instaurer des banques vertes, aussi bien au niveau national que local. Ces banques pourront ensuite émettre des obligations vertes qui permettront aux gouvernements et aux collectivités de financer ces projets sans avoir à utiliser de l'argent public. Mais il est nécessaire d'agir rapidement pour capter l'argent des fonds de pension.

Lire aussi : "Les banques n'ont toujours pas pris le virage de la transition énergétique" (Oxfam France)

Parmi vos 23 propositions, vous prônez l'instauration d'une taxe carbone redistributive, comme récemment suggéré par les économistes du Fonds monétaire international.

Nous avons effectivement besoin d'une taxe carbone, mais pas de la façon dont elle a été mise en oeuvre en France. Cette taxe doit augmenter de manière agressive au fil des ans. Elle doit surtout se traduire par une redistribution, chaque mois, de toutes les recettes générées vers les ménages, en fonction de leurs revenus, de manière à ce qu'ils ne soient pas perdants. Laissons le fardeau de cette taxe reposer seulement sur les épaules de l'industrie des énergies fossiles. Ils sont responsables de la situation. C'est donc à eux de payer la facture. En France, cela aurait permis d'éviter le mouvement des "gilets jaunes".

Lire aussi : Face au réchauffement climatique, le FMI milite pour une taxe carbone internationale

Dans votre livre, vous soulignez que l'Union européenne et la Chine, avec lesquels vous collaborez, ont pris la mesure des enjeux, mais pas les États-Unis. Comment l'expliquez-vous ?

La prise de conscience existe mais pas à la Maison Blanche. La conférence des maires vient juste de déclarer l'urgence climatique. 29 États, démocrates ou républicains, ont mis en place des politiques en faveur des énergies renouvelables. C'est le gouvernement fédéral qui ne bouge pas. Les États et les municipalités peuvent agir, même en cas de réélection de Donald Trump, ce qui serait catastrophique. Ils ont cependant besoin que le gouvernement fédéral mette en place des crédits d'impôts sur le solaire ou l'éolien. Ou qu'il apporte une aide financière aux banques vertes.

Cela ne s'explique-t-il pas aussi par le fait que les États-Unis, contrairement à l'Europe et à la Chine, produisent du pétrole et qu'il existe donc de puissants lobbys industriels qui freinent la transition écologique ?

Oui, et c'est criminel. Ces gens-là savent que le marché se détourne d'eux, qu'ils ne rentabiliseront jamais les installations pétrolières et gazières qu'ils construisent. Ils le savent très bien mais ils continuent parce qu'ils sont seulement préoccupés par leurs prochains résultats trimestriels. Je ne sais pas comment ils peuvent rentrer chez eux le soir. Les États-Unis, mais aussi le Canada, sont les principaux cas isolés parce qu'il y des intérêts économiques gigantesques, pour lesquels nous faisons même des guerres. Avec l'éolien et le solaire, il n'y a plus de guerre car le vent souffle partout et le soleil brille partout. Et ils nous forcent même à partager parce qu'on ne peut pas stocker cette énergie.

Lire aussi : Total et Equinor lancent la production du gigantesque gisement norvégien Johan Sverdrup

Que vous inspirent les mouvements récents de la jeunesse sur le climat ? Peuvent-ils accélérer le changement ?

Je dois reconnaître que je n'avais pas bien compris ce qu'il se passait. Il ne s'agit pas d'un autre mouvement politique mais de la première révolte planétaire de l'histoire de l'humanité. C'est la première fois qu'un groupe commence à se considérer comme une espèce en danger. Maintenant, ils doivent encore accroître les manifestations non violentes. Mais ils doivent surtout se rendre compte qu'il ne suffit pas de demander aux gouvernements d'agir. Ils doivent devenir acteur de la vie politique, au niveau local notamment, pour prendre le pouvoir démocratiquement. Le feront-ils ? Seront-ils actifs sur le long terme ? Je ne sais pas.

Lire aussi : La jeunesse mobilisée en masse pour la "grève mondiale pour le climat"

Êtes-vous confiant sur la capacité des États à mener la troisième révolution industrielle que vous réclamez ?

Oui et non. D'un côté, le changement climatique a lieu encore plus vite que nous ne le redoutions. Nous n'avons plus que douze ans pour transformer l'ensemble de notre civilisation. Si l'Union européenne et la Chine ont pris conscience du problème, ils n'agissent pas aussi vite qu'il le faudrait. Mais d'un autre côté, la technologie existe, le marché s'est exprimé. L'effondrement des énergies fossiles se rapproche. Il ne manque plus que les feuilles de route pour mener la troisième révolution industrielle. Nous pensons que nous pouvons avoir un début d'infrastructure dans dix ans, et parvenir à réduire de moitié les émissions de gaz à effet de serre. Puis une dizaine d'années supplémentaires pour arriver à une infrastructure mature et régler le problème. Mais il s'agit du scénario idéal, qui n'est pas forcément le plus probable.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/10/2019 à 5:57 :
Tout ce bla-bla n'est qu'un voeu pieux. Il suffit pour s'en convaincre d'observer les nouveaux gisements off shore developpes par Total entre-autre.
La circulation automobiles dans les grandes villes, les avions, les trains diesel et j'en oublie.
Le petrole et son peak-oil, reste du roman fiction, quant au charbon, n'en parlons pas.
L'homme est ainsi, il repousse autant qu'il le peut son angoisse de mourir.
a écrit le 16/10/2019 à 9:04 :
Notre crainte datant de millions d'années de la nature, puisque pendant tout ce temps elle était d'abord et avant tout un danger pour l'homme, un véritable génocide, nous a empêché de nous apercevoir que nous l'anéantissions puisque en même temps nous rassurant.

Mais nous nous apercevons que de l'anéantir est en train irrémédiablement de nous anéantir également, cela reste donc une rivale à l’humanité mais une rivale dont malgré son incroyable puissance, sa capacité de destruction phénoménale, elle ne peut pas se débarrasser.

IL est moins facile de comprendre que nous avons besoin de la nature pour vivre que tout ce qu'en disent les uns et les autres même si vérité avérée.
a écrit le 16/10/2019 à 8:41 :
assez utopique comme intervention. Deja l Idee d une taxe carbone redistributive qui va faire de mal a personne est delirante. Les gilets jaunes qui prennent leurs voiture pour aller travailler a 40 km vont forcement payer plus qu ils recevront. Par contre le chomeur d une grande ville qui lui ne bouge pas va toucher a fond la redistribution …
Sur les voitures electriques, l auteur est super optimiste. Pour l instant il n y a aucune techno qui permet a une voiture electrique de faire plus de 500 km sans etre rechargee (et la recharge dure au moins 30 min. un plein d essence peut etre 5). Meme si les longs trajets ne sont pas commun, les gens achetent une voiture pour leurs trajets quotidiens + les vacances ou aller voir la famille

Sinon penser qu il n y aura plus de guerre car le soleil ou le vent est partout … En admettant qu on arrive a une Energie renouvelable a 100 %, vous aurez des endroits favorisés (ex les regions equatoriales pour le soleil) et d autres moins. L homme n ayant pas change de nature, il va vouloir s approprier ce qui est au voisin
Réponse de le 17/10/2019 à 6:12 :
Toyota, Hyundai, Nissan, bossent sur un proto solaire 100% electrique qui fonctionne sans recharge. Et ca marche plutot pas mal.
Nous en sommes au tout debut, l'avenir nous racontera la suite.
a écrit le 16/10/2019 à 8:19 :
....pour le plus grand bien de la planète !
Quelle autre espèce est aussi destructrice ?
a écrit le 16/10/2019 à 8:13 :
bref, des taxes
mais attention, hein ' des taxes payees par personnes et compensees a l'euro pres pour ceux qui n'en n'ont pas les moyens eux'
bref des taxes uniquement payees par ceux qui en ont les moyens eux, et qui paieraient donc leur transition energetique plus celles des autres
et si tout le monde baisse les bras et arrete de travailler pour devenir ' je n'en n'ai pas les moyens moi', ca donne quoi? ben, suffit de regarder a quoi ressemble certaines banlieue francaises ou il n'y a plus ni medecin ni pharmacien ni commerce ni population intermediaire
miam, ca fait envie!
Réponse de le 16/10/2019 à 15:35 :
Le soucis c'est surtout le passage à une nouvelle société.
La première basée sur l'individualisme actuel qui sera capable de fournir des services à ceux qui pourront payer et condamnera les autres à l'immobilisme et au chômage (avec ou sans prime d'activité).
La seconde, plus égalitaire, où l'on mettra en place un revenu universel et qui nivellera la hiérarchie des revenus (salariaux + sociaux) pour mettre sous perfusion une dernière fois la société capitaliste car jamais dans l'histoire nous n'aurions été aussi près de l'antagonisme de classes par l'effondrement de la classe moyenne.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :