Climat : en Méditerranée, l'augmentation de la température a déjà atteint 1,5°C

 |   |  402  mots
Les récoltes pourraient être affectées par l'appauvrissement des sols, les sécheresses ou les vagues de chaleur, tandis que la pêche pourrait l'être par la surexploitation et la disparition d'espèces en raison du réchauffement de la mer, souligne l'étude.
Les récoltes pourraient être affectées par l'appauvrissement des sols, les sécheresses ou les vagues de chaleur, tandis que la pêche pourrait l'être par la surexploitation et la disparition d'espèces en raison du réchauffement de la mer, souligne l'étude. (Crédits : Reuters)
En 2040, la hausse des température par rapport aux niveaux pré-industriels devrait atteindre 2,2ºC. A la fin du siècle, elle pourrait s'élever dans certaines zones à 3,8°C, selon un réseau de plus de 600 scientifiques.

Les pays méditerranéens sont particulièrement touchés par le changement climatique, avec une augmentation des températures supérieure à la moyenne qui menace les ressources agricoles et en eau, ont averti jeudi des experts de la région. Regroupés au sein du MedEcc, un réseau de plus de 600 scientifiques des pays méditerranéens, ces experts ont présenté leur rapport jeudi 10 octobre à Barcelone durant une réunion de l'Union pour la Méditerranée, qui regroupe les pays européens et du bassin méditerranéen. "Nous sommes une des régions du monde les plus touchées par le changement climatique", a souligné Nasser Kamel, secrétaire général de l'Union pour la Méditerranée, lors de la présentation de l'étude.

Une réduction des précipitations de 30%

Les scientifiques du MedEcc indiquent que l'augmentation de la température dans le bassin méditerranéen a déjà atteint 1,5ºC par rapport aux niveaux pré-industriels, pour une moyenne mondiale de 1,1ºC. En 2040, selon leur étude, elle devrait atteindre 2,2ºC et pourrait s'élever à 3,8°C dans certaines parties du bassin méditerranéen à la fin du siècle, tandis que les épisodes de canicules deviendraient "plus fréquents et/ou plus intenses".

Cette hausse des températures sera accompagnée d'"une réduction des précipitations dans les décennies à venir", pouvant atteindre jusqu'à 30% dans des zones comme les Balkans ou la Turquie. Une augmentation des épisodes de pluies torrentielles est aussi à prévoir.

Plus de 250 millions de personnes "pauvres en eau"

"La baisse des précipitations associée à l'intensification du réchauffement contribuent à des tendances fortes vers un assèchement du climat", ajoute l'étude.

Selon ses auteurs, "la population méditerranéenne considérée comme 'pauvre en eau' (c'est-à-dire disposant de moins de 1.000 m3 par habitant et par an) devrait passer de 180 millions (de personnes) en 2013 à plus de 250 millions dans les 20 prochaines années". Les récoltes pourraient être affectées par l'appauvrissement des sols, les sécheresses ou les vagues de chaleur, tandis que la pêche pourrait l'être par la surexploitation et la disparition d'espèces en raison du réchauffement de la mer.

"Les inévitables calamités dues au changement climatique menacent la Méditerranée à un rythme plus rapide que nous ne le pensions", a insisté Nasser Kamel.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/10/2019 à 9:17 :
Les riches voulaient le soleil et la chaleur, c'est ce qui a fait exploser les prix de l'immobilier là bas, ben ils l'ont !

What else ?
a écrit le 15/10/2019 à 7:17 :
Les météorologue son incapable d'avoir des prévisions qui excédent 1 semaine alors 20 ans
Réponse de le 15/10/2019 à 13:46 :
Climat et météo sont deux sciences qui n'ont pas grand chose à voir l'une avec l'autre.
a écrit le 14/10/2019 à 22:07 :
Capotes gratuites et éducation. Le reste est blablabla....
a écrit le 14/10/2019 à 21:38 :
Bon, on va manquer d'eau...peut être...mais pas tout le temps.
C'est vrai que depuis quelques temps, il fait plus chaud. Stocker de l'eau peur être utile. C'est fois c'est décidé, je vais réutiliser la vieille piscine hors sol (25 M3) qui traine au garage, l'installer dans un endroit stratégique, la couvrir et récupérer les eaux de ruissellement, m'en servir pour arroser, pelouses, jardins potagers, lavage de voiture.
Pompe et filtre peuvent même reprendre du service pour améliorer la qualité de cette eau stagnante et non traitée. On verra bien... En France, "on n'a de pétrole mais on a des idées": toujours valable !
a écrit le 14/10/2019 à 20:27 :
Je me pose la question soudain?? pouvons nous avoir un débat projectif et imaginaire sur la question de cette transformation? Je le pense, car je n'ai pas d'argent, mais j'ai des idées, de l'expérience comme d'autres pour permettre l'émergence des outils qui nous serons nécessaire pour l'objectif.

Je raconte des histoires sur le sujet, mais je dois dire ne pas vouloir sortir ce qui permet du coup de regarder devant, de fabriquer des fonctionnements, paradigmes outils sens et philosophie y affairant.

Si pour le moment l'invective est le sens du lointain, la question de l’en serrement de l'économie, dois je vous rappeler ce qu'est l'offre et la demande?!!

Tout cela permet de fait d'entrer dans le sens des idées.

Les changements de systèmes ou l'implication de la population se ferait a partir d'un canal accessible a tous et permettant d'informer les personnes du troisième et quatrième âge pour l'utilisation d'internet, créer des ponts intergénérationnel, l'un a besoin d'attention, l'autre a besoin de moyen, cela n'est pas possible?

Le réseau qui est propre a la technologie permet de développer des produits d'ensemble en contrôlant par le biais de l'état la règle qui permet l'interconnexion produit, personnes (citoyens) et solutions. Ainsi nous développerions, car il y a un fort besoin dans le service via le téléphone et la pédagogie y compris sur la question d'apprentissages pragmatiques?

Proposer un contrat social permet dans les investissements par anticipation, (les futurologues opérationnels ((équipes pluridisciplinaires, et la jonction possible avec galiléo pour ce qui concerne tout les mécanismes interopérables)).

(projet européen) cela me semble simple, faire le lien social humain et politique, non?

Créer le dynamisme de l'économie ayant l'outil technologique (tv en l'occurence si l'on veut s'adresser la cible.

Imaginez que cela permettrait un nombre d'emploi important, plutôt que des charges et des subventions.

Il est aussi question de génie logicielle, et sur cette question je dois dire voir l'interopérable, donc ce qui peut permettre d'inscrire le lien a la nature du plus sur la dernière génération ayant vécu dans les campagnes.

Ces chaînes peuvent être infinie, car le principe informatique est simple.

En sachant les convergences techniques et technologiques, vous avez les dernières personnes de plus de 50 puisque c'est le chômage, qui peuvent faire un transfert ou interface avec la génération qui suit et ainsi permettre la jonction, autant sur les principes d'une charte sur les données que les états contrôleraient pour chaque citoyens le verrouillage. Bien sur commission indépendante, ce qui en France pour le coup est de l'ordre du mythe, mais imaginons!!!

Vous luttez du fait de l'isolement des personnes âges, vous permettrez l'intergénérationnel, un revenue (a définir) mais forcément décent, une véritable synergie avec les personnes qui ont un savoir a transmettre.

Partant de ce principe, il faut donc rendre l'énergie renouvelable en association avec les pays qui ont le soleil (et qui souvent sont pauvres, ainsi nous aurions des clefs, et faire comme en inde, développer des savoirs faire autour d'écoles du savoir opérationnel.

Pour ceux qui en ferons le choix, il sera possible de faire une sorte de service civique en permettant d'être le relais de l’opérationnalité des fonctionnements.

(je pars du principe ou une telle démarche serait faite par : exemple: des personnes d'étique qui aurait sens a faire du génie logiciel, comme une pierre angulaire (comme certains métiers) Car ce n'est pas le métier qui corrompt, ce sont les personnes qui l'emploi.

A partir des capitaux que l'on souhaite potentiellement l’hélicoptère monétaire et stimuler l'économie du monde, remettre la nature ou elle est et par simple intérêt de chacun, car tout le monde a une famille, des intérêts, je ne doute pas quand la volonté et la vision est la.

Il y a des métiers qui découlent par la suite de cette simple démarche.

Mais plutôt qu'un monologue, l'interaction permet de dire et finalement savoir qu'il y a pleins de choses, mais je pense surtout qu'outres la volonté, la question est souvent le ROI.

Sur cette question, je dois dire n'avoir rien a me reprocher, donc il est toujours possible de dire, faire et comme disent les anglais, learning by doing !
a écrit le 14/10/2019 à 18:51 :
En résumé :ils ne sont surs de rien , mais comme c'est à la mode ils soufflent dans le sens du vent .
a écrit le 14/10/2019 à 17:25 :
Si je compte bien la période pre-industrielle, mentionnée comme point de départ de la hausse des températures, correspond à la fin du petit âge glaciaire.... et il n’est pas étonnant ou extraordinaire que les températures aient remonté de quelques degrés !!!
a écrit le 14/10/2019 à 15:58 :
On le voit bien qu'en Provence, dans le Midi qu'il manque cruellement d''eau. Il n'a pas plus de façon soutenue depuis fort longtemps.
Certes le climat est doux (23°C) mais c'est très inquiétant. L'herbe est sèche, les rivières et lacs asséchés. Je ne parle pas du réchauffement de la méditerranée et des étangs.
Réponse de le 14/10/2019 à 18:54 :
Arretez de pleurer . Moi aussi je vis en PROVENCE et grace au canal de Provence mais aussi le canal de Marseille ; je n'ai comme la région et conntrairement à d'autres JAMAIS manqué d'eau et mon herbe est bien verte . L'eau il y en a plein ; le vrai problème est de la distribuer de là ou il y ena beaucoup à là ou il y en a moins .
Réponse de le 26/10/2019 à 10:10 :
Ce pb est en train de se généraliser en France . On le constate ces dernières années ds les zones de plaine du centre nord et est.
J'ai des amis agriculteurs céréaliers ds l'Yonne.
Il manque cruellement de bassins de rétention répartis régulièrement sur l'ensemble du territoire agricole qui pourraient récupérer les eaux pluviales qui tombent ds des périodes de faible besoin comme en ce moment.
Céréaliers industriels passés au bio au milieu des années 2000, ils ont proscrit le maïs très gourmand en eau en plein été et réduit le blé qui dde également bcp d'eau, au profit des légumineuses plus économes qui de + enrichissent les sols.
a écrit le 14/10/2019 à 15:47 :
Ce réchauffement climatique va de paire avec ce que veulent les écolos: acheter en circuit court !!! Grâce au réchauffement, plus besoin d'importer par avion, des produits alimentaires exotiques. Le thé poussera sur les contreforts du Massif Central, idem pour le chocolat. Dans les Préalpes pousseront les caféiers. Quant aux bananiers, il y en aura jusque dans le Val d'Oise. On boira du vin suédois qui sera bien meilleur que l'aquavit actuel. Et enfin, finies les vacances en avion en Tunisie, Maroc, Egypte, dorénavant la Bretagne recouverte de palmiers sera la destination à la mode. A mince, si l'on fait cela le climat va se refroidir de nouveau !!!
Réponse de le 14/10/2019 à 18:09 :
"Et enfin, finies les vacances en avion en Tunisie, Maroc, Egypte"

C'est pas gagné :


En septembre 2019, le trafic de Paris Aéroport est en hausse de 0,4 % sur un an avec 9,4 millions de passagers accueillis, dont 6,8 millions à Paris-Charles de Gaulle (+ 4,8 %) et 2,6 millions à Paris-Orly (- 9,5 %). La baisse du trafic à Paris-Orly est liée aux limitations de mouvements induites par la fermeture pour travaux de la principale piste d’Orly ainsi qu'aux effets de la faillite de la compagnie Aigle Azur qui a cessé toutes ses activités à compter du vendredi 6 septembre au soir.
Depuis le début de l'année, le trafic de Paris Aéroport est en progression de 3,4 % avec un total de 82,7 millions de passagers.
a écrit le 14/10/2019 à 15:26 :
Et au lieu de diminuer notre population, on continue à financer des programmes natalistes ...
Réponse de le 14/10/2019 à 15:55 :
En parlant de natalité :

C’était une des préconisations d’un rapport conjoint de l’Inspection générale des finances (IGF) et de l’Inspection générale des affaires sociales (Igas), publié en juin 2017, et consacré à la “modernisation de la délivrance des prestations sociales”. Dans le cadre du projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS), qui doit être présenté le 9 octobre prochain en conseil des ministres, devrait être acté la fin des majorations pour les arrêts de travail de plus d’un mois pour les parents de famille nombreuse (Est-ce que c'est passé avec les 63 autres articles dans le PLFSS ?)

Jusqu’à présent, si vous avez au moins trois enfants, vous bénéficiez d’une majoration de vos indemnités à partir du 31ème jour d’arrêt maladie. Ainsi, au lieu de percevoir 50% de votre salaire journalier de base, comme c’est la règle pour n’importe quel salarié, vous touchez 66,66% de ce même salaire journalier de base, dans la limite de 60 euros par jours. Demain, cet avantage pourrait disparaître. Le PLFSS préconise d’appliquer ce changement au 1er juillet 2020. Cette mesure pourrait concerner les arrêts pris à partir de cette date mais aussi ceux prescrits avant mais dont la durée n’a pas atteint 30 jours consécutifs au 1er juillet 2020.Cette mesure, parmi d’autres concernant les indemnités journalières, devrait permettre des économies de l’ordre de 145 millions d’euros.Une mauvaise nouvelle pour les salariés… mais aussi pour les entreprises. En effet, ces dernières doivent assurer un complément légal de salaire pour les salariés ayant au moins un an d’ancienneté : ce sera donc à elles de prendre le relai de la Sécurité sociale.
Réponse de le 14/10/2019 à 16:30 :
C'est vrai que les français feraient bien de faire moins de gosses. Ca coûterait moins cher à tout le monde ! Et puis, quand on voit le niveau de l'enseignement français, les "compétences (??) françaises et la productivité françaises, franchement... ça vaut vraiment pas la peine de faire des gosses. Laissez plutôt la place aux migrants, qui ont des compétences et la volonté de bosser, aux !
a écrit le 14/10/2019 à 13:57 :
Il faut savoir reconnaitre les premiers signes de la fin de ce monde. Un autre en renaîtra.
a écrit le 14/10/2019 à 13:17 :
Malgré les commentaires +- fumeux qu'on peut lire sur le sujet, on constate des périodes de sécheresse de + en + fréquentes et longues (2017 + 2019 > 5 mois) ds le SE avec dégâts sur les arbres fruitiers ( olives qui noircissent au début de l'automne, mort des cerisiers, récoltes viticoles en forte baisse...).
Tempêtes de +en+ violentes sur la Corse avec inondations dévastatrices à la fin de l'été 2017 et 2018, d'une ampleur jamais constatée auparavant (selon les natifs de l'île).
On peut rappeler que les cyclones naissent et s'entretiennent qd la température de l'eau de mer de surface atteint 26° jusqu'à 50 m de profondeur. Et en Méditerranée, ds le golfe du lion, et entre la Sardaigne et l'Espagne, on en est pas loin...
Sans connaître les typhons qui ravagent régulièrement les Caraïbes ou l'Asie Pacifique, on pourrait avoir bientôt ds la zone de belles tempêtes tropicales.
a écrit le 14/10/2019 à 10:24 :
Heureusement que tout cela est dit (plus ou moins d'ailleurs) au conditionnel car faire des projections à partir, forcement, du passé, quelle que soit la "qualité" des algorithmes et autres procédés, c'est ne pas tenir compte (et pour cause) des évènements imprévisibles dont la nature est coutumière. Ce passé, justement, nous démontre que ces variations majeures du climat sont tout sauf linéaires et leur durée, leur fréquence (aléatoire) dépasse celle de notre "civilisation"…Il n'est pas toujours bon de "tirer des plans sur la comète" en les vulgarisant au risque de déstabiliser, d'affoler les populations. En science, comme disait Einstein, la première qualité, c'est la retenue...
Réponse de le 14/10/2019 à 18:12 :
Parlez claire - il ne faut rien faire, car la science nous dit que rien n'est certain. Effectivement, si on se prend une comète du type de celle qui a exterminé les dinosaures, on est mal, réchauffement ou pas.

Mais nous vivons dans l'incertitude galactique, et l'on avance. Et bien on peut aussi avancer pour limiter les effets du réchauffement.
Parce que la probabilité que le réchauffement se finisse en catastrophe est de 100%,, la comète c''est 0.0000000001%
Réponse de le 21/10/2019 à 20:17 :
à Fake News; la probabilité à court terme, certes, mais rien de "scientifique" ne justifie ce qui est dit pour le moyen-long terme. Votre 100%, ne serait-ce pas une "fake news" ?
Réponse de le 26/10/2019 à 10:24 :
Le passé nous démontre surtout que des augmentations de température aussi conséquentes en qcqs décennies st inédites. A ce sujet, je vous invite à consulter les relevés et graphiques de Météo France sur les 50 dernières années des ecarts de température constates avec la température moyenne sur longue période.
Et ça c'est pas de la Fake news.
a écrit le 14/10/2019 à 10:24 :
Oui, bon, ce n'est pas la première fois dans l'histoire de la Terre, et surement pas la dernière, de toutes les façons on n'a pas le choix, alors il va falloir s'adapter, comme toujours. Mais qu'on ne nous bassine pas avec les théories à la c.. de .ces milliardaires qui ont décidé d'en faire du fric, sur le dos des peuples.
Réponse de le 14/10/2019 à 12:57 :
J'aime bien la phrase "il va falloir s'adapter" sans nécessairement vous rendre compte tout ce que cela implique de s'adapter.
Certes ce n'est pas la première fois dans l'histoire de la Terre, mais la Terre n'a pas toujours été peuplée non plus...
Bref vous faites l'enfant qui refuse de reconnaître que ses parents ont raison et vous refusez de voir la réalité en face.
Je ne vois pas ce que le fric vient faire là-dedans, les lobbys pétroliers bien plus puissants pourraient ressortir le même discours que le vôtre, en fait c'est vous qui défendez les milliardaires actuels. Mais vous n'êtes pas à un contradiction près.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :