Lhyfe va produire de l'hydrogène vert avec des éoliennes

 |   |  848  mots
La production d'hydrogène sur le site de production de Bouin, en Vendée, doit débuter en 2021.
La production d'hydrogène sur le site de production de Bouin, en Vendée, doit débuter en 2021. (Crédits : DR)
L'hydrogène pourrait remplacer les carburants polluants dans les voitures, les bus, les camions ou encore les avions. Mais 95% de la production mondiale provient aujourd'hui d'énergies fossiles. D'où l'idée de cette startup nantaise...

"Une première mondiale", s'enthousiasme Matthieu Guesné. A Bouin, sur les côtes vendéennes, la start-up Lhyfe ambitionne de produire, dès l'an prochain, plusieurs centaines de kilos d'hydrogène 100% vert par jour. "C'est la première fois que l'on va alimenter un électrolyseur de taille industrielle avec une énergie renouvelable", poursuit son fondateur et patron. Une première étape pour cette jeune pousse nantaise, qui officialise jeudi 16 janvier une première levée de fonds de 8 millions d'euros - à laquelle s'ajoutent 3 millions de subventions publiques. Dans les cinq ans, elle rêve ensuite d'installer des unités de production en mer, à proximité des champs d'éoliennes.

Pour beaucoup, l'hydrogène, aussi utilisé dans l'industrie, pourrait jouer un rôle majeur dans la transition écologique, remplaçant les carburants polluants dans les voitures, les bus, les camions ou encore les avions. "C'est l'aboutissement de la mobilité verte", estime ainsi Alain Leboeuf, président du SyDEV, le syndicat d'énergie de Vendée, qui fait partie des investisseurs de Lhyfe. Mais 95% de la production mondiale provient aujourd'hui d'énergies fossiles. Chaque année, cela représente des émissions 830 millions de tonnes de CO2, selon les estimations de l'Agence internationale de l'Energie. Soit quasiment autant que le secteur aérien ou que le transport maritime.

Outil prédictif

"En roulant avec cet hydrogène, qui certes n'émet que de la vapeur d'eau, on ne fait que déplacer le problème", souligne Matthieu Guesné. Parmi les solutions: l'électrolyse de l'eau. Un processus, plus coûteux que la production à partir de gaz naturel, qui permet d'extraire les atomes d'hydrogène grâce à un courant électrique. Si plusieurs installations de taille industrielle existent déjà, notamment en Allemagne et au Danemark, "elles sont toutes raccordées au réseau électrique", rétorque cet ancien du Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA). Leur bilan carbone est donc celui du mix énergétique. Certes, "bas carbone en France mais pas zéro carbone", poursuit-il.

Le site de production de Lhyfe doit être construit au cours du première semestre, pour un début d'exploitation prévu début 2021. Il sera relié à un parc éolien de huit mâts situé à proximité, qui sera progressivement entièrement débranché du réseau. Cette énergie verte présente cependant un inconvénient de taille: son intermittence. En l'absence de vent, l'usine sera en effet à l'arrêt. "Cela ne devrait arriver que quelques semaines par an", nuance le patron de la société, mettant en avant le facteur de charge déjà observé sur le champ de Bouin, situé à une centaine de mètres de l'océan.

En outre, Lhyfe assure avoir mis au point un outil prédictif "technico-économique". Celui-ci serait capable d'anticiper les jours de faible vent, en s'appuyant sur les courbes de production des éoliennes depuis 15 ans. Puis d'ajuster la production quotidienne d'hydrogène en prévoyant aussi les besoins des clients. Objectif: "garantir la disponibilité tous les jours, quelque soit l'état du vent", indique Matthieu Guesné. Au départ, la start-up prévoit de fournir 300 kilos d'hydrogène par jour, un niveau qui lui permettrait d'être rentable. Elle prévoit ensuite d'atteindre "une tonne, voire quelques tonnes".

Unités de production offshore

L'entreprise nantaise se dit également capable de produire de l'hydrogène à un prix compétitif à la pompe. Selon elle, un plein coûterait entre 70 et 80 euros et permettrait de parcourir entre 700 et 800 kilomètres. Sa production sera distribuée dans la région. "Une première station va être ouverte à La Roche-sur-Yon", souligne Alain Leboeuf, qui précise que les collectivités locales vont se doter de véhicules hydrogène, notamment des bennes à ordures ménagères. "D'autres collectivités de la région sont intéressées", assure le président du SyDev. Une ligne de bus sera, par ailleurs, convertie à l'hydrogène.

Une fois opérationnel, le site de Bouin doit, de surcroît, servir de démonstrateur. Aussi bien du processus industriel, en particulier de sa capacité à s'adapter à l'intermittence de l'énergie qui l'alimente, que du modèle économique. En cas de réussite, Lhyfe projette ensuite de répliquer la formule ailleurs en France, mais aussi à l'étranger. Ces prochaines unités de production ne seront pas nécessairement connectées à un champ d'éoliennes. Elles pourront aussi utiliser de l'électricité photovoltaïque, hydraulique ou issue de la biomasse solide.

A moyen terme, l'entreprise souhaite s'installer en mer, à proximité des champs d'éoliennes offshore. "Les vents y sont plus puissants et plus constants", note Matthieu Guesné. De quoi limiter les jours de non-production. En outre, ces parcs sont beaucoup plus vastes et fournissent davantage d'électricité. Les unités de production pourront donc être bien plus grandes que sur terre, entraînant des économies d'échelle. Une partie du site de Bouin sera destinée à la recherche et au développement, pour laquelle Lhyfe prévoit de recruter une quinzaine de personnes cette année. La première installation en mer est espérée, elle, en 2025.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/01/2020 à 12:41 :
Comme d'habitude on ne parle pas du rendement, qui explique que le coût sera toujours très élevé.
Pour produire 1kg (l'équivalent de 100km), il faut consommer 50kWh d'électricité... Et on ne parle même pas de l'énergie pour le comprimer, le transporter et le recomprimer à la station entre chaque client.
Et ces 50kWh au tarif domestique de 0.16€ coûtent 8€, donc on n'arrivera jamais sous ces 8€ pour 100km...
Sachant qu'en voiture électrique, qui consomme 18kWh aux 100, on aura pour ce même prix une autonomie de 278km.
Quand on prend en compte le prix d'achat du VH (qui contient aussi une batterie tampon) par rapport au VE il n'y a vraiment aucun intérêt économique à acheter un véhicule à hydrogène.
Le VH par contre continue injustement d'avoir droit à 3000€ de bonus s'il côté plus de 60k€, contrairement aux VE de plus de 60k€ qui n'en sont plus bénéficiaire...
On peut dès lors se demander pourquoi le VH qui est nettement moins écolo qu'un VE continue à bénéficier d'un tel cadeau du gouvernement.
D'autant plus que la majorité de l'hydrogène est produite par vapocraquage d'hydrocarbures et genre donc aussi du CO2.
Réponse de le 18/01/2020 à 20:46 :
L hydrogene comme source d énergies ce devrait être dès aujourd hui une cause européenne voir plus
Son électrolyse produit de l oxygène qui peut permettre de desacidifier les océans.
Si l électricité nécessaire à cet électrolyse est d origine solaire ou éolienne, C est du gagnant gagnant pour notre ecosysteme
Demain la recherche fera émerger des piles à combustibles vertes
L hydrogene celui qui porte le gène de l eau, est l avenir de l homme poète ou pas
Réponse de le 19/01/2020 à 18:21 :
tu bosserais pas chez Total par hasard??????
Réponse de le 27/01/2020 à 17:48 :
Un rendement faible avec une énergie gratuite reste certainement mieux que n'importe quelle autre énergie. Commencons avec ces rendement faibles et améliorons les au lieu de foncer tete baissée sur le nucléaire et ses polluants pour des milliers d'années ou du gas et ses polluant immédiats.
Réponse de le 27/01/2020 à 20:16 :
@EE :
"Un rendement faible avec une énergie gratuite reste certainement mieux que n'importe quelle autre énergie."
Euh non, l'énergie ainsi gaspillée pour produire de l'hydrogène ne se retrouve pas dans le réseau et est donc justement remplacée par plus d'énergie d'une source non-renouvelable...
Non l'énergie électrique n'a pas sa place dans une conversion à forte perte en gaz pour être reconvertie plus tard en électricité, sa place est sur le réseau puis éventuellement dans des batteries si c'est pour un véhicule.
Le rendement restera meilleur et il y aura donc moins de consommation d'énergie électrique "sale".
Ceci dit, le nucléaire bien géré reste propre.
Je t'invite à chercher les volumes de déchets à haute activité et ceux à moyenne activité et longue vie produits en France depuis le début du 20è siècle.
a écrit le 18/01/2020 à 6:58 :
Désolé de pas adhèrer au hydrogèno septique car moi j'y crois fermement à l'hydrogène et contribuer . Nos compétences en recherche et ingénierie celle des autres pays industriels nous permettent de nous engager rapidement et durablement vers cette merveilleuse option de l'énergie propre. Vous pensez vraiment que nous devons nous poser des questions alors que le Co2 par le réchauffement climatique a récemment décimé en Australie 500 millions d'animaux et brûlé l'équivalent d'un quart de la France 🇫🇷. l'hydrogène est une Urgence Mondiale pas une option.
a écrit le 17/01/2020 à 22:40 :
ben oui on est en bord de mer, il y a toujours du vent dans le coin, ce qu'on apprend à l'école (la vraie école) la brise de mer le jour, brise de terre la nuit, en Vendée comme en pays galo on évitait d'abriter trop près de l'estran, ces pays sont merveilleux mais invivables à cause du vent qui souffle tout le temps.
Faut être parisien pour s'installer au raz des flots, 300m c'est idéal.
Quid de l'eau douce dont ces pays sont tout le temps en manque, on peut piéger l'eau des marais salants éventuellement.
a écrit le 17/01/2020 à 14:09 :
L'intermittence des énergies renouvelables suppose de compenser (centrales à gaz, chères, d'autant plus qu'elles fonctionnent elles aussi par intermittence, émettrices de CO2..), ou stocker: et pourquoi pas effectivement produire de l'hydrogène comme mode de stockage. Mais quels volumes, quel vrai coût (hors subventions diverses et variées, et compte tenu des taxes..), quel objectif à comparer à nos besoins totaux? Toutes ces données sont trop souvent présentées de façon mensongère par les promoteurs, donc il faudra en dire plus pour être crédible..
a écrit le 17/01/2020 à 12:51 :
On n'en parle depuis longtemps et on en parle encore... cela me rappelle l'histoire "des avions renifleur" du temps de Giscard!
a écrit le 17/01/2020 à 10:52 :
Le concept n'est pas nouveau, il y a des projets identiques déjà opérationnels en Espagne et aux pays-bas.

Ne crachons pas dans la soupe, nous avons un des domaines maritimes les plus importants au monde et installer des usines de production offshore permet d'envisager des choses intéressantes telles que des stations services pour bateaux propres, des pipelines vers les côtes... etc etc.

l'Hydrogène permet le stockage de l'énergie produite de façon intermittente et de remplacer les hydrocarbures pour les transports (45% du CO2 fossile).

C'est évidemment une idée à creuser en gardant en tête que c'est un sujet explosif.
a écrit le 17/01/2020 à 10:41 :
Quand les éoliennes ne tournent plus...pas d'hydrogène ? À moins qu'il y ait quelques turbines à gaz tampons, ou groupes électrogènes au cas ou, voire des grosses batteries au lithium, extrait du sol ?
a écrit le 17/01/2020 à 10:37 :
Je ne vois pas de rupture technologique dans ce projet. Comment peut-on qualifier cet hydrogène de "vert", s'il est généré grâce à l'énergie électrique produite par des éoliennes? Tout ceci ressemble à un joli projet pour chasser quelques subventions...
a écrit le 17/01/2020 à 9:50 :
Si j'ai bien compris l'intérêt de l'hydrogène c'est qu'on peut le stocker ?

Donc parfait pour exploiter d'abord et avant tout l'énergie solaire non ?
a écrit le 17/01/2020 à 9:02 :
"un plein coûterait entre 70 et 80 euros (TTC ?) et permettrait de parcourir entre 700 et 800 kilomètres." il faudra bien ajouter la TICPE à ce carburant, quand le pétrole ne sera plus utilisé, sinon Bercy sera mécontent. Je consomme 3,99L/100 de gazole (bouh, carburant honni, ma 2nde diesel Peugeot en 40 ans, j'étais essence mais tj le modèle qui consommait le moins) et fait 1000km avec 40 litres (56€ TTC). Pas assez cher le pétrole ou pas assez élevée la TICPE voire la TVA (25% dans les pays nordiques) ?
En Suisse Migros (une sorte de "Carrefou*") prévoit que ses camions vont tous fonctionner à pile à combustible, sans doute avec de l'hydrogène suisse. :-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :