Fessenheim fermée, EDF confirme une nouvelle centrale au Royaume-Uni

 |  | 438 mots
Lecture 2 min.
(Crédits : Benjamin Mallet)
Le Français est associé à plusieurs entreprises étrangères sur le projet, qui, selon les promoteurs, doit créer des milliers d'emplois. L'entreprise française de matériel pour le bâtiment Altrad est également partie prenante.

L'information avait fuité dans la presse britannique il y a huit jours. Elle évoquait des rencontres entre l'industriel français et les autorités locales. C'est aujourd'hui confirmé; plusieurs entreprises dont le français EDF ont annoncé mardi leur intention de développer un projet de centrale nucléaire équipée du réacteur EPR dans le nord-ouest de l'Angleterre.

L'objectif est de donner naissance à un "hub" d'énergie propre, lequel reposera avant tout sur le nucléaire, à Moorside dans le comté de Cumbrie, selon un communiqué commun.

La centrale serait équipée d'un réacteur de nouvelle génération EPR pour une puissance de 3,2 GW.

Lire aussi : EDF sur la piste d'un nouveau projet nucléaire au Royaume-Uni

En dehors du nucléaire, les entreprises veulent s'appuyer sur la production d'énergies renouvelables et d'hydrogène ou encore le stockage d'énergie.

Au total, les promoteurs du projet, une quinzaine d'entreprises et de syndicats, pensent pouvoir créer des milliers d'emplois.

Il s'agit de donner une seconde vie à ce site qui devait accueillir le projet de centrale nucléaire du japonais Toshiba avant que ce dernier, plombé par des scandales financiers, ne décide de jeter l'éponge en 2018.

Ce projet est porté, outre EDF, par l'entreprise française de matériel pour le bâtiment Altrad ou encore le groupe britannique de construction Balfour Beatty Bailey. Sont également parties prenantes, les syndicats GMB et Prospect.

La plupart de ces entreprises sont déjà impliquées dans les projets de centrales nucléaires de Hinkley Point et de Sizewell, menées par EDF en majorité aux côtés du chinois CGN.

Lire aussi : Nucléaire: EDF vient d'achever la dalle de béton (radier) du réacteur n°2 de Hinkley Point

Le projet de Hinkley Point consiste à édifier deux réacteurs de type EPR dans le Somerset (sud-ouest de l'Angleterre).

Il s'agit de la seule centrale nucléaire en cours de construction dans le pays et elle est censée être livrée à partir de la fin 2025.

EDF a par ailleurs déposé fin mai une demande pour construire une centrale similaire, Sizewell C dans le Suffolk, sur la côte est anglaise.

Ces différents projets doivent prendre le relais des centrales nucléaires construites au 20e siècle qui ont fermé ou sont sur le point d'arriver en fin de vie.

Le nucléaire fournit environ 20% de l'électricité dans le pays et les pouvoirs publics veulent maintenir cette part, notamment dans l'optique d'atteindre la neutralité carbone d'ici 2050.

Lire aussi : Fessenheim: le nucléaire "garde toute sa pertinence" en France, affirme Le Maire

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/07/2020 à 15:05 :
Un nouvel EPR ? Un nouveau bide... C'est couru d'avance : Budget seulement doublé dans le meilleur des cas et délai multiplié aussi par deux et aussi dans le meilleur des cas.
a écrit le 02/07/2020 à 15:05 :
Un nouvel EPR ? Un nouveau bide... C'est couru d'avance : Budget seulement doublé dans le meilleur des cas et délai multiplié aussi par deux et aussi dans le meilleur des cas.
a écrit le 01/07/2020 à 8:25 :
Espérons que ces investissements seront bénéfiques et que le consommateur français n'aura pas à payer les conséquences comme cela a souvent été le cas pour les investissements étrangers d'EDF!
a écrit le 30/06/2020 à 18:16 :
les francais devraient envoyer segolene royale s'occuper de la centrale britannique
en 1 an elle la mettrait au meme niveau qu'elle a mis edf

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :