Dépenses publiques : s'inspirer du "succès" allemand ?

 |   |  1174  mots
Gerhard Schröder, premier ministre de 1998 à 2005, a lancé la politique d'économies budgétaires en AllemagneCopyright Reuters
Gerhard Schröder, premier ministre de 1998 à 2005, a lancé la politique d'économies budgétaires en AllemagneCopyright Reuters (Crédits : REUTERS)
Entre les dépenses publiques allemandes et françaises, il y a aujourd'hui un écart de 8,7 points de PIB. Comment les Allemands font-ils?

Ah, si nous avions les mêmes dépenses publiques que l'Allemagne... Combien sont-ils, les éditorialistes, zélateurs du modèle allemand, à avoir poussé ce soupir ? On ne compare évidemment pas la France aux pays anglo-saxons. Trop différents. Mais l'Allemagne, au modèle de société si proche.... Si ses dépenses sont inférieures de 10 points de PIB aux nôtres, n'est-ce pas grâce à une chasse efficace aux gaspillages ? La question se pose d'autant plus que François Hollande se tourne délibérément vers une politique de baisse des dépenses, qu'il entend réduire de 60 milliards d'euros sur l'ensemble du quinquennat.

Rien à voir avec la Suède
Effectivement, la comparaison a plus de sens que celle avec les Etats-Unis, ou même la Suède, dont on nous rebat les oreilles. S'agissant de ce deuxième pays, la chute des dépenses y a été impressionnante... apparemment. Car elle se mesure toujours en proportion du PIB. Or, les Suédois, au milieu des années 90, ont effectivement réformé leur secteur public, mais en menant une politique macro-économique très active. Ils ont franchement dévalué leur monnaie, relançant par là même leurs exportations et leur croissance. En réalité, les dépenses publiques suédoises, mesurées en milliards de couronnes, n'ont jamais baissé. Elles ont été stabilisées. Leur chute de plus de 20 points en pourcentage du PIB s'explique mécaniquement par la très forte croissance de celui-ci.

La même croissance économique, sur 10 ans
S'agissant de l'Allemagne, ce biais n'existe pas. Si l'on raisonne sur le moyen terme, depuis 10 ans, la hausse du PIB a été la même des deux côtés du Rhin. D'abord plus faible en Allemagne, jusqu'en 2006, puis plus forte ensuite que dans l'Hexagone.
Comment ont évolué les dépenses sur cette période ? En 2002, selon Eurostat, dont les données sont utilisées ici, les dépenses publiques allemandes représentaient 47,9% du PIB. En France, elles étaient de 52,9%, soit tout juste cinq points d'écart. En 2010 -les données précises ne sont pas disponibles au-delà-, ce ratio atteignait 56,6% pour la France, alors qu'il était toujours de 47,9% pour l'Allemagne. Soit une stricte stabilité Outre Rhin sur cette période. Celle-ci masque un reflux, jusqu'à la crise de 2008, suivi d'une hausse.

Une forte hausse partout, depuis 2008

Contrairement à ce que François Hollande semblait suggérer lors de sa conférence de presse du 13 novembre, la France n'est pas le seul pays où la dépense publique a augmenté de cinq points de PIB depuis le début de la crise, en 2008. La plupart des économies industrielles ont enregistré un tel mouvement, et dans des proportions équivalentes. En Allemagne, la crise a provoqué 4,4 points de dépense en plus.

Le coût des retraites, en premier lieu

Les statistiques européennes permettent d'analyser les origines du différentiel croissant entre la France et l'Allemagne, qui est passé de 5 points en 2002 à 8,7 points en 2010. Peut-on l'attribuer à des gaspillages, à l'inflation galopante dans l'administration « administrante » française, les fameux ronds de cuir ? C'est ce qu'Eurostat nomme dans son jargon les « services généraux ». En 2002, leur poids était supérieur de 1 point de PIB à celui constaté Outre-Rhin. En 2010, l'écart est de... 0,2 point. La différence franco-allemande s'est donc réduite sur la période, et on ne peut attribuer sérieusement à la multiplication des rond de cuirs le creusement de l'écart franco-allemand.
Alors ? C'est, en premier lieu, du côté de la protection sociale qu'il faut aller voir. Le premier facteur de hausse de la dépense en France, sur la période, c'est le papy boom. Les retraites publiques, qui représentaient 10,9% du PIB français en 2002, ont vu leur poids grimper à 13,5%, non pas en raison d'une amélioration du sort des retraités, mais simplement parce que leur nombre s'accroît chaque année. Le constat financier est radicalement différent en Allemagne. Les dépenses « vieillesse » ont simplement stagné, à 9,9% du PIB. Du coup, ce poste de dépenses explique à lui seul 2,6 points d'écart supplémentaire sur la période, entre les deux pays (sur un total de 3,7 point d'accroissement du différentiel).

L'impact des réforme Schröder
Comment nos voisins, dont la population vieillit aussi, bien évidemment, sont-ils parvenus à cette stabilité ? Les réformes Schröder y ont largement contribué. En Allemagne, les retraites privées se sont substituées progressivement à celles versées par le secteur public. Par définition, ces retraites privées, pour lesquelles les entreprises ou les particuliers paient cher, ne sont pas comptabilisées dans la dépense publique. Aujourd'hui, il n'est pas possible de partir en retraite en Allemagne avec la seule pension versée par l'Etat.
En 2010, le différentiel de dépense de retraite entre les deux pays atteint donc 3,6 points de PIB. Il explique à lui seul plus de 40% de l'écart de dépense publique globale entre les deux rives du Rhin.

L'assurance maladie, autre source de différence
C'est un autre poste lié à la protection sociale qui contribue le plus au « gap » croissant entre les deux pays : la santé. La différence entre les deux pays était de 0,5 point en 2002, elle atteint désormais 1 point de PIB. L'assurance maladie représente 7,2% du PIB en Allemagne, et 8,2% en France. Un moindre prix des médicaments contribue à ce surcoût en France. Mais aussi des réformes qui ont amené le secteur public à se désengager, Outre Rhin, plus que dans l'Hexagone.
La politique du logement explique elle aussi que la France dépense plus. La dépense est limitée à 0,7 point de PIB en Allemagne, elle atteint 2% en France, en forte hausse au cours des années 2000.
L'écart croissant (+3,7 points) entre les dépenses en France et en Allemagne tient donc largement à la protection sociale, au sens large (retraites, santé, lutte contre la pauvreté, logement...).

Défense, éducation: un écart stable

Il existe d'autres différences entre les deux systèmes publics. Mais celles-ci n'ont pas bougé entre 2002 et 2010. S'il y a seulement 47,9% de dépenses publiques en Allemagne, et non 56,6% comme de ce côté du Rhin, c'est aussi parce que l'enseignement y coûte moins cher (1,8 point de différence). Cela tient notamment à la quasi absence de classes maternelles en Allemagne. Il faut noter aussi la modestie de de la politique familiale allemande (ce qui permet d'économiser 0,9 point de PIB).
Et, bien sûr, ceci est lié à leur histoire, nos voisins dépensent moins pour leur Défense (1 point de PIB de différence).
L'écart entre les deux pays ne s'explique donc pas par une gestion particulièrement rigoureuse en Allemagne, qui s'opposerait à une gabegie française. Les gaspillages existent sans doute des deux côtés du Rhin. En France, on les trouve notamment dans les collectivités locales, qui commencent tout juste à ralentir le rythme de leurs dépenses.
Mais le différentiel franco-allemand est d'abord est avant tout le résultat de choix de société.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/06/2013 à 19:12 :
Quand est ce qu'on va nous lacher avec ce modele allemand?! Faut il preciser que l'allemagne a une demographie quasi nulle, pas de creches, qu'elle depense de fait moins dans la scolarite, l'aide aux familles etcetc.
Que son système de retraite est en partie capitalise,et que beaucoup de retraites allemands n'arrivent pas a vivre dignement.
Que les prix de l'immobilier sont ridiculement bas.
Pourquoi comparer 2 pays totalement different et pourquoi comparer uniquement a sens unique?
Réponse de le 25/06/2013 à 19:39 :
"Quand est ce qu'on va nous lacher avec ce modele allemand?!" Réponse: Quand on aura le même taux de chômage et le même déficit. Si on y arrive par d'autres moyens que les Allemands, très bien, mais pour le moment on fait tout pour aggraver notre cas.
a écrit le 22/03/2013 à 18:26 :
desolée de tant de haines dans un pays comme le notre. eh oui nous avons eu la révolution des guerres d ailleurs avec l allemagne.qui pour moi n a jamais ete un exemple d idéologie.surement car je suis normande et que ma famille a payée cher ses année. Allons arretez le bureau des pleurs le monde nous envie malgrés beaucoup de difficultes dans de nombreuses corporations paysans commercant ouvriers fonctionnaires malades retraités etc.. tout le monde souffre actuellement et le miracle n est pas pour demain... accusez les autres sans connaitre les situations ou les vivre c est trés facile car bien de ce que j ai lu dans tout les commentaires ne sont pas vécus sinon répétes betement. de la tolérence et des effort par tous serons plus profitable . mon mari parkinsonniens a 55 a trvaille depuis l age de 14 ans en apprentissage .apres recyclage a 40 ans il quitte le batiment ,deviens chaffeur de car au condition des travailleur de la route situation difficile pour la vie de famillemais trés enrichissante pour lui. il touche 50% de son salaire en invalidite soit890 e par mois heureusement qu il a fait le sacrifice de travailler pendant quelques anées le dimanche les jours fériés et la nuit pour promener les personnes qui pouvez se permettre de voyager. sur ce montant nous avons du payer les 470e de notre loyer sans apl car la situation n est revue qu au bout de 2 ans ,nous n avons pas demande d aide sociale car avec ce montant on est considéré au dessus du suil de la pauvreté amis et famille nous ont bien aidé et on mal compris que nous n étions pas aidé et oui tout notre entourage croyait ,et etait sur de savoir mieux que les autres sans l avoir vécu mais merci nous sommes en franc et avec le temps notre situation est commes celle de beaucoup de monde difficile mais pas désespéré .heureux et fiers d etre francais quelque soit le gouvernement .
a écrit le 15/01/2013 à 0:42 :
Bien sur que entre les dépenses publiques allemandes et françaises, il y a aujourd'hui un écart de 8,7 points de PIB, vu que le PIB allemand est de loin beaucoup plus élevé que celui de la France. Les dépenses publiques d'un pays ne dépendent pas du PIB mais de la taille du pays et des dépenses nécessaires à l'entretien et le développement de son infrastructure, à l?éducation, donc à la natalité plus élevée en France et aussi la défense.
La guerre du Mali ne coûtera rien à l'Allemagne, en fait elle va probablement leur rapporter puisque-que ce que l'aviation française détruit sera peut-être reconstruit par des entreprises allemandes.
Prenez par exemple l'Italie qui dépense deux fois plus que l'Allemagne pour l'entretien de ses routes et autoroutes parce-que le pays est montagneux, donc beaucoup plus de tunnels et de viaducs sont nécessaires.
a écrit le 14/01/2013 à 22:33 :
un très bon article d'investigation, bien documenté avec une volonté d'être objectif. Mais en France, tant qu'il y aura une énarchie pour diriger un pays corporatiste, avec une fonction publique au statut protecteur, et un état qui se mèle de tout, nous sommes voués à la tiersmondisation.
a écrit le 18/12/2012 à 19:29 :
arretons de regarder chez les tetons , je pense qu'en nous avons des tétes pensantes en france ( pas ceux actuellement en places, ce gouvernement d'incapables) capables de rivaliser d'ingeniories pour baisser nos dépenses publiques
a écrit le 18/12/2012 à 18:53 :
Une étude loin des poncifs et caricatures habituelles, c'est si rare ! Et il en faudrait plus qui aillent encore plus loin pour se faire une idée réaliste des écarts entre les différents pays
Vous dites qu'en Allemagne le poids des retraites pèse moins sur les finances de l'état car les allemands sont contraints de souscrire des retraites privées complémentaires. Il serait intéressant de savoir si le coût pour le particulier est plus intéressant. Si oui tant mieux, sinon il faudrait s?interroger sur l'intérêt de les privatiser.
Réponse de le 19/12/2012 à 1:41 :
On peut penser que grosso modo c'est la même chose. Si M. R. Barre était encore vivant il pourrait dire qu'il avait raison quand il a proposer des fond de pension à la française.
Du même coup plutôt que de dépendre des fonds étrangers qui récupèrent les plus-values des champions français cela reviendrait aux français. Tout benef: moins de dépense sociale, moins de dette donc moins d?intérêts à verser (il faut rappeler que c'est le plus gros poste budgètaire de l'état hors social). Mais cela allez le faire comprendre à un homme politique de droite comme de gauche (vous êtes fou je vais perdre des voix !!!).
a écrit le 01/12/2012 à 12:50 :
Il parait que les dépenses ne baisseront pas en 2013, nous serons à 370 milliards contre 302 pour 20 millions d'habitants de moins... On a annoncé 60 milliards de moins, lesquelles? Et le reste du déficit, c'est pour l'entreprise et les ménages? On a annoncé 20 milliards sur l'entreprise, est-ce tenable alors qu'on nous qu'on est déjà disqualifiés dans la compétition mondiale...
Réponse de le 01/12/2012 à 13:33 :
La question du déficit pose celle de l'alignement des dépenses sur les recettes ou bien des recettes sur les dépenses. Or on entend dire par les experts que le niveau actuel est trop élevé... nous sommes donc naturellement inquiets. Or effectivement on va plutot sur 58% de prélèvements.
a écrit le 01/12/2012 à 11:58 :
On lit dans la presse que l'on s parle de L'EFFONDREMENT ECONOMIQUE synonyme de la fin de la France. On trouve aussi que la population souhaiterait moins d'Europe. Quand les factures vont tomber ça sera douloureux... perdrons-nous le secteur privé? Ne devrait-on pas au contraire défendre les libertés contre la prédation de l'Etat?
Réponse de le 01/12/2012 à 12:51 :
C'est la déroute de 40 !!
a écrit le 01/12/2012 à 10:45 :
Ce qui compte c'est le coût unitaire des prestations fournies par la fonction publique et non pas les systèmes de redistribution. Une allocation n'est pas une dépense mais un impôt négatif. Pour mesurer le vrai coût de ce qui est produit il faut prendre en compte les bonnes unités d'oeuvre...et peut-être d'ailleurs les facturer (quitte à les rembourser forfaitairement dans l'impôt négatif). De ce point de vue il ne faut pas regarder l'Allemagne et encore moins les pays anglo-saxons qui ne sont pas très performants. Il faut bel et bien regarder les pays scandinaves contrairement à ce que dit cet article. Ce sont bien la Suède et la Finlande qui ont les systèmes de production de santé et d'éducation les plus compétitifs : sans nuire à la qualité ils dépensent moins que nous par acte avec un territoire pourtant beaucoup plus difficile à couvrir. Donc importons leurs méthodes de gestion simplement et ça ne remettra pas en cause notre système de redistribution. Pour la retraite aussi le système suédois est beaucoup plus astucieux que tous les autres. L'autre aspect qui nous pénalise est le surcoût de notre défense lié en grande partie au maintien de notre doctrine de dissuasion nucléaire...là-dessus prenons au sérieux les propos récents de Michel Rocard : il y a des économies à réaliser.
Réponse de le 01/12/2012 à 13:51 :
D'accord sur le modèle socio-économique des pays nordiques mais pas d'accord sur le volet nucléaire. Notre histoire, particulièrement coloniale mais aussi culturelle nous oblige à peser au niveau géo-politique et diplomatique. Notre technologie d'avant-garde dans le domaine du nucléaire militaire nous permet non seulement de posséder un pôle de compétence quasi-inegalé mais aussi de conserver notre place au sein des membres permanent du conseil de sécurité de l'ONU. Je ne parle pas non plus du fait que dans les années troubles qui s'annoncent, la dissuasion reste un outil efficace de... Dissuasion justement, à l'heure ou les forces conventionnelles françaises déclinent.
Réponse de le 19/12/2012 à 1:51 :
Theophile cela veut dire celui qui aime Dieu.
êtes-vous prêt à tendre l'autre joue quand AQMI posera des bombes en France?
La défense nous permet d'avoir un siège permanent au conseil de sécurité demain si vous coupé dans la dissuasion le Brésil sera plus légitime que nous. Vous connaissez le Brésil? Pas celui des plages de Copacabana, le Brésil protectionniste et nationaliste...
Choisissez pouvoir peser sur votre destin ou devenir un nain qui ne fera que suivre et qui dans la situation actuelle de la France pourrait très rapidement virer au cauchemar (je parle du communautarisme et autres extrêmes).
a écrit le 01/12/2012 à 9:43 :
Ce que l'article ne dit pas c'est que l'Allemagne est un vrai Pays décentralisé avec des Landers jouissant d'une presque totale autonomie financière et donc pas avec 22 petites régions, 107 départements, 36.500 communes etc...plus de 15% de plus de fonction publique nationale et territoriale en France. Quant au sommet de l'Etat et son train de vie, n'en parlons pas: 13 ministres en Allemagne et 39 en France enfin le train de vie de la chancellerie Allemande n'a rien de comparable avec Matignon et encore moins le Président Allemand avec l'Elysée. Il n'y a pas non plus les dispositifs sociaux tous azimuts à la Française: pas de SMIC national, pas de 35 heures subventionnées, pas de CMU, AME ou RSA qui plombent nos comptes sociaux
Réponse de le 01/12/2012 à 10:38 :
Exactement, et du côté de la santé, les allemands ne soignent pas les clandestins en faisant payer ces soins par leurs nationaux, à la différence de la France.
Réponse de le 01/12/2012 à 11:06 :
Tous vos propos ne sont pas faux. Mais il faut se méfier des comparaisons entre des pays qui paraissent semblables mais sont quand meme assez différent.
Plusieurs remarques s'imposent :
L?Allemagne a des dépenses familiales inférieure à celles de la France, n?a pas d?écoles maternelles. Moins couteux mais démographie en baisse et un jour ce sera un problème. Par ailleurs, beaucoup de femmes ne travaillent pas.
Pas sur qu?elles n?envient pas le système français.
La régionalisation est plus poussée qu?en France avec plus d?autonomie. Mais il me semble que les dépenses des régions ne sont pas prises en compte dans les dépenses de l?état. Donc la comparaison est biaisée
Quand aux dépenses sociales (Smic, 35h une mesure qui aujourd?hui bénéficie plus aux entreprises qu?aux salariés, la véritable raison de leur maintien), êtes vous prêt à accepter un mini job et à travailler pour 500? par mois ?
Si je vous comprends bien : Vive la pauvreté à condition de ne pas en faire partie.

La réalité est que la culture allemande est différente de la notre, que la recherche du consensus est l'objectif de tout le monde (syndicats salariés et patronaux), que les entreprises investissent et que finalement leur industrie est plus forte.
Il suffit de voir les réactions en France dés qu'une amorce de réforme s'annonce avec des nantis qui ont la meme réaction que la CGT. Le mal est là

Par ailleurs, il est probable que la réunification des 2 Allemagne a été un contexte favorable à la mise en oeuvre des réformes allemandes. Avec des différences de richesse aussi importantes entre l'Est et l'Ouest, c'est plus facile de faire admettre les efforts nécessaires, sans compter la fierté qu'on ou avoir les Allemands de réaliser cette réunification
Réponse de le 01/12/2012 à 12:16 :
Il y a en France entre 500 et 600.000 emplois non pourvus dans des métiers manuels et de bouche souvent, les Allemands ne produisent pas notre modèle "d'intellectuels à bac + 5 ou plus" qui ne savent rien faire de leurs dix doigts, mais ont toujours privilégié l'apprentissage avec des métiers bien rémunérés car spécialisés. On peut effectivement gagner 500 ou 600? en Allemagne, mais temporairement car tout est fait pour favoriser l'emploi des jeunes et des séniors en apprentissage, reconversion et c'est vrai avec des obligations de ne pas rester assis sur ses fesses bien plus pressantes que chez nous où l'indemnisation du chômage, les minimas sociaux et le boulot au noir fleurissent.
En résumé c'est toute notre mentalité d'assistés gangrénée par l'exemple de planqués en nombre dans les secteurs publics et nationalisés qui psèdent sur le débat, aussi comme vous le dites avec des syndicats qui n'acceptent, car gauchistes, aucune remise en cause de tel ou tel statut.
Réponse de le 02/12/2012 à 12:52 :
les 500 et 600000 emplois non pourvus ne sont que le reflet des statistiques.Un chiffre bien pratique à exploiter A un instant T, ou on comptabilise les offres d'emplois, il y a toujours un stock d'offres non pourvus. Ce stock varie en permanence. Cela ne veut pas dire que ces offres ne sont jamais pourvues. C'est vrai que certains métiers sont moins attractifs que d'autres et que les employeurs ont plus de mal à trouver le personnel qu'ils recherchent. Je pense en particulier à la restauration et ses horaires décalées. Bien que cela existe aussi dans d'autres métiers.
Quand à notre modèle d'intellectuel à bac + 5, je ne crois pas qu'il s'agisse d'un modèle. D'ailleurs cette tranche de la population est loin d'etre majoritaire. 80% au bac, c'est probablement une erreur, ouvrir les fac aux bacs professionnels, c'est forcément conduire à un échec.
Maintenant, si vous avez des enfants, il est normal que vous souhaitiez que vos enfants fassent les meilleurs études et obtiennent ce niveau de bac + 5
Votre jugement sur les chomeurs est erroné. Il ne faut pas considérer que des cas particuliers, qui malheureusement existent, sont la pratique de tous les chomeurs. La grande majorité des chomeurs ne souhaitent qu'une chose, retrouver un travail.
Quand le parle des syndicats opposé a toute evolution, je pense aussi bien aux syndicats salariés que patronaux. Les blocages viennent aussi des nantis
Pourquoi la droite en 10 ans n'a pas remis en cause les 35h? Les grandes entreprises n'en veulent pas. Elle ne veulent pas abandonner les avantages qu'elles ont obtenues. Elles ne parlent que des cotés négatifs. Dans un accord avec consensus, chacun doit accepter des sacrifices et ne pas mettre en avant les cotés négatifs en oubliant de parler de tout ce que cela a apporté de positif. Le positif pour chaque camp est du négatif pour l'autre et vis vers? Il faut l'accepter et s'entendre sur un compromis favorable à l'ensemble. C'est ce qu'en France on ne sait pas faire
Quand je lis des propos comme les votres qui parle d'assistés, je trouve cela choquant. L'assistanat existe chez les pauvres et les riches. Qu'est ce une niche fiscale? C'est aussi de l'assistanat. Toutes les aides et subventions ne vont pas dans les poches des plus démunis. Mais, je ne remet pas ces aides en cause. J'admet que cela peut exister et etre utile.
La différence entre vous et moi.
Réponse de le 18/12/2012 à 19:13 :
J'approuve vos propos très mesurés à des années lumières des propos de comptoir du commerce légions dans ces colonnes sur les planqués, les assistés, les fainéants, les profiteurs...etc...
Un peu de hauteur ça fait du bien, merci.
Réponse de le 19/12/2012 à 2:38 :
@Delenda Le problème c'est que les raisonnements mesurés comme vous le dites ne produisent que des demie-mesures:
la gauche fait les 35 heures vite atténuées par des mesures démagogiques et au final ceux qui en profiteraient se sont les entreprises, c'est le monde à l'envers.
Il faut aussi revenir sur terre doit-on continuer à ponctionner presque 30% de la richesse produite par an pour des dépenses sociales dont une partie il faut le reconnaître finance de l'assistanat. Car on achète la paix sociale avec les impôts, 22% des jeunes au chômage 100 000 jeunes qui sortent tous les ans du système éducatif sans diplôme. Il faut bien que tout le monde participe à l'effort. Aujourd'hui, on en a pas l'impresssion.
C'est pour cela que les "riches" et les jeunes diplômés s'en vont: les "pauvres" ont des droits les "riches" des devoirs.
a écrit le 01/12/2012 à 9:25 :
Commençons par tailler dans les effectifs des députés, des sénateurs, des ministres etc. Qui pourrait m'expliquer à quoi servent les onze nouveaux députés qui représentent les expatriés français aux quatre coins du Monde ? Ces expatriés pour leur travail sont tous soumis aux lois du pays dans lequel ils se trouvent. Est-ce que la France veut régir le Monde ? Donc (par exemple) ces 11 députés ne servent à rien mais coûtent un maximum.
Réponse de le 01/12/2012 à 11:11 :
Pensez vous sérieusement que la réduction du nombre sénateurs, députés, ministres, serait à la hauteur de l'étranger? 8,5 points de PIB, soit l'écart franco allemand s'agissant des dépenses, c'est 170 milliards d'euros. 100 parlementaires de moins, ce serait une économie 36 millions d'euros. Soit 0,2% de l'écart franco allemand....
Réponse de le 01/12/2012 à 12:11 :
Une fois de plus, La Tribune a raison sur ce coup là. Même si le fond de votre propos est juste, cette somme est ridicule au regard du poids total de la dette.
Réponse de le 01/12/2012 à 15:22 :
Dans ces conditions vous avez raison encore plus de députés, plus de sénateurs, plus de planqués à ne rien faire. Puisque vous trouvez normal que certains se gavent à ne rien faire et d'autres claquent du bec avant la fin du mois en cherchant un travail. Allez, 100 parlementaires de plus, cette somme sera toujours ridicule au regard du poids total de la dette. Où il y a de la gène il n'y a pas de plaisir.
Réponse de le 01/12/2012 à 23:06 :
@Olivier : Ou avez vous lu que la Tribune ou Bastien propose plus de députés ? Voire refuse de diminuer ce nombre ? Pourquoi vous enflammer sur des propos non tenus ?
Pouvez vous comprendre que la réduction des dépenses de l'Etat nécessite d'intervenir sur les postes de dépenses les plus importants sans quoi la réduction sur un petit poste aura un effet politiqué en terme d'image mais n'aura aucun effet macroéconomique ?
a écrit le 01/12/2012 à 9:03 :
La France a beaucoup trop de fonctionnaires: 5,2 millions, selon la Cour des comptes en 2009, soit une prolifération de 1,4 million (36 %) depuis 1980 ! Pendant ce temps, l?emploi total ne progressait que de 18 %.
De 1980 à 2007, la fonction publique de l?État s?est empâtée de 14,3 %, la territoriale de 71,2 % et l?hospitalière de 53,4 %. Un Français sur cinq travaille dans l?une de ces trois fonctions publiques.Aux 5,2 millions de fonctionnaires s?ajoutent 1,7 million de salariés ne relevant pas de la fonction publique stricto sensu, n?ayant pas le statut de fonctionnaires, mais payés eux aussi par les instances publiques: État, organismes publics ou parapublics, entreprises publiques.Au total, 6,9 millions de salariés représentant 26 % de la population active française (un actif sur quatre) dépendent du secteur public pour leurs traitements comme pour leurs retraites.Pour être à égalité avec l?Allemagne, la France devrait avoir 1 500 000 fonctionnaires de moins il y a de la marge de progression en terme de productivité dans ce secteur......
Réponse de le 01/12/2012 à 11:23 :
Avec les chiffres on peut dire tout et n'importe quoi. Allez dans un hopital et attendez des heures aux urgences et vous verrez si les effectifs sont excessifs.
Si les effectifs des collectivités locales ont autant augmenté, c'est que l'état a transféré des charges et du personnel vers ces collectivités et n'a pas réduit ces effectifs nationaux. ET que chaque fois que nos députés votent un nouveau dispositif qui doit etre appliqué par les collectivités locales, cela implique du personnel supplémentaire
Réponse de le 01/12/2012 à 15:42 :
C'est la bonne question que vous devriez vous poser ! à la fois c'était une stupidité socialiste de plus et ça a tout déréglé au niveau du fonctionnement, des internes notamment qui font entre 60 et 70 heures/semaine et donc une ardoise de plusieurs millions d'euros d'heures sups non payées et que le nouveaux socialistes comme la Miss TOURAINE va essayer de transformer en "crédit temps de travail".......pour la retraite !
Réponse de le 02/12/2012 à 13:12 :
ne mélanger pas tout. Les HS des internes sont régulièrement payées. Heureusement pour eux car ce sont de vrais médecins et ce sont eux qui font tourner les hopitaux. Et leur salaire de base est plutot faible. Qui fait les gardes? en majorité les internes, d'ou leurs horaires hebdomadaires démentiels. Ma fille est en 3eme année d'internat et elle n'a aucun retard d'heures sup. Ces HS concernent les autres catégories de personnel
Le crédit temps de travail n'est pas une mauvaise chose si le salarié conserve la possibilité de choisir la formule qui l'intéresse. Cela existe aussi dans des entreprises privées. Pas toutes, certaines préfèrent en fin d'année passer par perte et profit les RTT et HS récupérable non utilisées
je ne suis pas sur que les HS transformés en crédit temps de travail pour la retraite soient une mauvaise chose pour l'équilibre financier des régimes de retraite. Certes, ils peuvent partir plus tot et touchent plus tot leur pension. Mais des HS payées augmentent le montant de la retraite.
La solution qui vous conviendrait: Des HS non payées et non récupérables.
Soyons réaliste, le problème de l'hopital ce n'est pas uniquement les 35h. C'est surtout une organisation qui n'est plus adaptée à l'évolution de la société: vieillissement de la population, changement dans les mentalités Je pense aux médecins qui ne veulent plus faire de garde et que je comprends parfaitement. Travailler comme les médecins des générations précédentes n'est pas acceptable. Mais cela se traduit par un transfert de charges vers les hopitaux. Si on veut soigner tout le monde, il faut inventer autre chose. Probablement pas assez de maisons médicales pour limiter le recours aux urgence
Mais c'est un autre débat et d'autres difficultés
a écrit le 01/12/2012 à 8:56 :
pittoyables commentaires sur cet article.la vérité c'est que les français veulent toujours plus de services ou de social sans vouloir payer pour.l'administration et les collectivités ne font qu'accéder aux demandes de la population.la france ne peut plus continuer a vivre a crédit ,une augmentation des recettes fiscales est indispensable
Réponse de le 01/12/2012 à 9:44 :
ne me dites pas que le trop de députés de sénateurs d'organismes d'état du trop grand nombre de ministres qui se montent sur les pieds serve à quelques chose on fait du chantage aux services rendus par les fonctionnaires . quand au social il faut faire attention à ne pas faire de rsa professionnels qui gagnent plus qu'un travailleur au smic quand il à déduit tous ses frais de déplacement,qui n'a pas la prime de noel pas de smu,pas de tarif social eau elec telephone bons alimentaire etc etc
Réponse de le 01/12/2012 à 10:42 :
Mis à part augmenter les impôts, le PS auquel j'adjoins désormais l'UMP au vu de son bilan désastreux, sont parfaitement incapables de gouverner correctement un pays. A chaque élection, nous assistons à des combats pour savoir lequel des plus médiocres les français vont placer à la tête de la Nation. C'est pathétique tant pour le résultat que lorsque l'on analyse les votes. De Gaulle avait raison, ce peuple est constitué de veaux.
Réponse de le 01/12/2012 à 11:17 :
je suis de l'avis d'élu ps. On veut plus de service mais ne rien payer. Le déficit est aussi du à la diminution des recettes fiscales réalisées par les gouvernements de droite.
La réaction de mathéo est simpliste. Certes il y a trop d'élus, mais l'impact est marginal sur les finances publiques. C'est juste choquant de voir ces élus en faire un métier avec plan de carrière, cumul des mandats. Il n'y a qu'à regarder les spectacles désastreux que donnent chacune des élections internes des partis politiques, de droite ou de gauche
Quand à Bastien, je lui conseille de s'engager dans la politique, meme au niveau local. Il verra que ce n'est pas si simple que cela. Au moins, il pourra essayer de faire mieux. En fin quelqu'un supérieur à la médiocrité de nos élus et qui va sauver le pays!
Réponse de le 01/12/2012 à 14:09 :
@gerard71si l'impact du trop d'élus est marginal ,j'aimerais bien avoir le détail par exemple ddu cout d'un ministre supplémentaire avec ses bureaux ,ses sécrétaires ,ses conseillers ses chauffeurs ses gardes,ses avantages aprés départ, tous son intendance cuisiniers ,femme de ménage etc etc nous avons 18 ministres de plus que l'allemagne si ma réaction est simpliste votre gestion aussi est simpliste
Réponse de le 02/12/2012 à 13:17 :
Je ne dis pas qu'il ne faut pas réduire le nombre d'élu. J'y suis favorable mais pour d'autres raisons. Etre élu et en faire un métier n'est pas la meilleure chose pour la démocratie.
Par contre cette réduction n'aura que peu d'impact sur les finances publics. Les besoins sont d'un ordre de grandeur totalement différent
Regarder la politique RGPP du gouvernement précédent. Par forcément une mauvaise chose. Mais quel impact sur nos finances? nul, le déficit a continué a se creuser
a écrit le 01/12/2012 à 8:51 :
Les politiques français veulent toujours s'inspirer des autres pays pour faire soi-disant des économies, mais n'avez vous pas remarquez qu'ils ne s'inspirent jamais auprès de ces mêmes pays pour qu'eux mêmes apprennent à moins dépenser, curieux non?? (ironique)
a écrit le 01/12/2012 à 8:38 :
Comment les Allemands font-ils? Ils ont font le moins possible! Le dogme européiste d'une concurrence "libre et non faussée" s'applique:"Gagner plus, en dépensant moins, sans amélioration de service grâce à la politique des questionnaires de satisfaction".
a écrit le 01/12/2012 à 8:08 :
quelques exemples l'allemagne a beaucoup moins de ministres et en plus les ministres ont beaucoup moins de priviléges de nos francais ils ont plus de moitié moins de députés,d'élus de communes d'organismes d'état qui ne servent à rien quand les économistes disent qu'il faut arreter de faire de l'austérité c'est à dire plus d'impots c'est OK mais ils doivent préciser CELA N'EMPECHE PAS DE FAIRE DES ECONOMIES<.quand je vois comme hier un comité interministériel pour les droits de la femme,façon d'amuser la galerie à la place il serait grand temps de faire un comité pour les réformes structurelles dont la france à tellement besoin .les journalistes aussi pourraient apporter leur pierre en informant davantage sur ce sujet et non nous rabattre les oreiles avec du fillon copé
l
a écrit le 01/12/2012 à 6:21 :
pour quelles raisons l'éducation coûte moins chère en Allemagne où les profs sont aussi mieux payés ??? les profs ont l'obligation d'enseigner plusieurs matières. J'ai une amie qui enseigne 4 matières !!!
a écrit le 01/12/2012 à 1:22 :
Halte au gaspillage. Promenez vous dans les rues de certaines villes
Pour constater des depenses inutiles. Comme asnieres sur Seine
avec des bosses dans toutes les rues?
En plus c'est une entreve a la libre circulation .
a écrit le 01/12/2012 à 0:21 :
L'Allemagne à 46... la France à 58. La France l'anti modèle économique et social. Vive le mensonge et le vrai faux progrès. La France un pays progressiste, on croit rêver... c'est un pays que l'on fuit! Demain est pire qu'aujourd'hui alors nous sommes dans le meilleur! L'Allemagne n'a pas de déficits mais des excédents, la France est au plus mal, etc etc...
a écrit le 30/11/2012 à 22:38 :
Voulons-nous vivre dans un monde pire, nous y voila! Toujours plus de chômage, de misère et le niveau de vie vers le bas... est-ce là le but?
a écrit le 30/11/2012 à 22:27 :
C'est amusant de voir comme on rêve encore d'une France industrielle.
a écrit le 30/11/2012 à 22:25 :
nos allocations chomage sont egalement bien plus elevées que chez tous les pays de l OCDE (6000 euros max) ,pour quels resultats? 30 ans de chomage massif
Réponse de le 02/12/2012 à 15:32 :
Ne pas confondre maximum et moyenne. La moitié des chômeurs ne touchent rien des assedics et la moitié de ce qui sont indemnisés touchent moins que le seuil de pauvreté.
a écrit le 30/11/2012 à 22:23 :
millefeuille administrif et institutionnel
en France il faut 1000 fonctionnaires pour faire le meme boulot que 100 fonctionnaires européens
37 000 communes,la moitié du total européen !
Réponse de le 01/12/2012 à 7:36 :
N'êtes-vous pas un fonctionnaire, monsieur le Premier Président de la Cour des Comptes? La solution n'est pas de dresser les uns contre les autres.
Réponse de le 01/12/2012 à 15:33 :
Qu'il faille 1000 fonctionnaires en France pour faire le travail de 100 fonctionnaires européens est peu crédible car cela signifierait que la France aurait 10 fois plus de fonctionnaires. Or les écarts entre pays sont largement moindre. Qu'elle est votre source, si vous en avez une ?
a écrit le 30/11/2012 à 21:24 :
On le sait tres bien que le modele allemand,n'en est pas un.On vante les mesures shroder,alors meme qu'elles ont accru la pauvrete,la precarite,les retraités pauvre etcetc
Elle est la la difference,veut on ne plus pouvoir mettre nos momes en maternelle,et de fait empecher l'acces a l'emploi plus longtemps aux femmes?
On reduit nos depenses militaires,qui assurera du coup le leadership militaire europeen,la france et le r-u etant les seuls grandes nations militaires europeennes?
L'allemagne est confronte a un grave probleme de demographie,a l'instar des japonais,ce qui posera probleme pour le futur et ce qui explique les moindres depenses dans le logement....
Ce n'est en rien un choix de societee,ou alors c un choix suicidaire,mais le suicide est ce vraiment un choix?
Réponse de le 30/11/2012 à 22:41 :
J'adore l'argument de la démographie. Blabla nous on fait des gosses à gogo et pas les allemands. Franchement à quoi bon s'il n'y a pas de formations adéquates pour eux ni d'emplois... Vous inquiétez pas, les pays comme l'Allemagne et le Japon, trouveront des solutions car eux savent se remettre en question et faire consensus pour affronter les défis de société. Et ils l'ont largement prouver par le passé. Jouer les cassandres ne sert pas à grand chose, on sera ruiné avant eux vous en faite pas.
Réponse de le 30/11/2012 à 22:42 :
Chez nous c'est autrement mieux: il n'y a pas de pauvres, pas de précaires, pas de retraités pauvres. 5 millions de chomeurs et 10 millions de pauvres : un modèle social que le monde entier nous envie !
Réponse de le 30/11/2012 à 23:50 :
Je partage l'avis d'AS, croire que le système social français sera financé par l'éternel accroissement de population est un leurre. Faire des gosses pour alimenter un réservoir de gens non formés, inaptes aux emplois qualifiés, souvent dé-socialisés qui coûteront parfois plus à la société qu'ils ne cotiseront jamais ne fera qu'accélérer la fin de notre modèle.
a écrit le 30/11/2012 à 20:56 :
Enfin après des années de conneries racontées dans les medias et les commentaires on commence a expliquer réellement ce qu'il se passe !! Alors comme en Allemagne on arrête les maternelles ? On arrête le quotient familial ? quitte a avoir trés vite un taux de natalité minable similaire aux allemands ? on arrête la filière nucléaire militaire française pour faire comme les Allemands ? On réduit les retraites publiques a portion congrue et on oblige les citoyens français a prendre une retraite privée pour compenser (très chère comme c'est dit dans l'article, mais comme c'est du privé c'est normal que ce soit cher). Alors les gars on y va ? vu le nombre de zozos commentateurs bien pensant et toujours prompts a demander aux actifs de travailler plus (les Allemands travaillent en réalité 1h de plus maxi que nous par semaine) qui laissent leur message sur le site entre 8h et 18h ... j'en doute.
a écrit le 30/11/2012 à 20:56 :
Enfin après des années de conneries racontées dans les medias et les commentaires on commence a expliquer réellement ce qu'il se passe !! Alors comme en Allemagne on arrête les maternelles ? On arrête le quotient familial ? quitte a avoir trés vite un taux de natalité minable similaire aux allemands ? on arrête la filière nucléaire militaire française pour faire comme les Allemands ? On réduit les retraites publiques a portion congrue et on oblige les citoyens français a prendre une retraite privée pour compenser (très chère comme c'est dit dans l'article, mais comme c'est du privé c'est normal que ce soit cher). Alors les gars on y va ? vu le nombre de zozos commentateurs bien pensant et toujours prompts a demander aux actifs de travailler plus (les Allemands travaillent en réalité 1h de plus maxi que nous par semaine) qui laissent leur message sur le site entre 8h et 18h ... j'en doute.
a écrit le 30/11/2012 à 20:56 :
Enfin après des années de conneries racontées dans les medias et les commentaires on commence a expliquer réellement ce qu'il se passe !! Alors comme en Allemagne on arrête les maternelles ? On arrête le quotient familial ? quitte a avoir trés vite un taux de natalité minable similaire aux allemands ? on arrête la filière nucléaire militaire française pour faire comme les Allemands ? On réduit les retraites publiques a portion congrue et on oblige les citoyens français a prendre une retraite privée pour compenser (très chère comme c'est dit dans l'article, mais comme c'est du privé c'est normal que ce soit cher). Alors les gars on y va ? vu le nombre de zozos commentateurs bien pensant et toujours prompts a demander aux actifs de travailler plus (les Allemands travaillent en réalité 1h de plus maxi que nous par semaine) qui laissent leur message sur le site entre 8h et 18h ... j'en doute.
a écrit le 30/11/2012 à 20:14 :
Le problème en France c'est que le privé qui possède un retraite misérable renfloue tous les ans à coup de milliard d'euro les caisses publiques déficitaire pour financer le train de vie de planqué des agents du public. Si on laissait les gens disposé de leur agent comme ils le souhaitent pour leur retraite et leurs soins, il y aurait beaucoup moins se sentiment d'injustice vis à vis de la majorité silencieuse du privée. D'autant plus que les gaspillages dans la fonction coûte également un bras au contribuable. Un fonctionnaire en France coûte plus cher qu'en Allemagne et en plus ils sont beaucoup plus nombreux pour une efficacité moindre, cherchez l'erreur... Mais bon aucune chance que cela change puisque la fonction publique est le fonds de commerces des socialistes
a écrit le 30/11/2012 à 19:53 :
En France aussi la retraite est privée via les complémentaires...

En France le grain à moudre est dans le mille feuille administratif, le niveau local, l'informatisation.
a écrit le 30/11/2012 à 19:36 :
Un choix de société ? La gabegie publique n'est pas un choix de société : c'est un détournement de fonds gigantesque, pensé, organisé et mis en oeuvre sans faiblir par les mafieux au pouvoir depuis plusieurs décennies. Au moins 5% du PIB disparaissent chaque année, mais ce n'est pas grave, le contribuable est obligé de payer quand même puisque le fisc y veille avec toute la brutalité qu'on lui connaît.
a écrit le 30/11/2012 à 0:45 :
En France nous n'avons pas de pétrole mais nous avons les énarques ... où comment vivre sur le dos du contribuable !!!!!
a écrit le 30/11/2012 à 0:17 :
En Allemagne pas de Premier Ministre et seulement 8 Ministres.. en France on multiplie les Ministres par 4. Fonctionnaires 3 fois plus nombreux en France. Train de vie des élus somptueux en France (avion Falcon etc) Rien de tout ça en Allemagne. etc. Combien de sénateurs en Allemagne ? 4 fois plus en France etc.
Réponse de le 01/12/2012 à 7:40 :
Mais l'Allemagne est un Etat fédéral; quelle est l'organisation dans les Landers?
a écrit le 29/11/2012 à 22:18 :
Les Allemands sont sans doute plus rigoureux que les Français dans la gestion de leur système social.
Ci-dessous un fait relaté par un quotidien du sud de la France qui n'explique pas tout le déficit mais qui montre le niveau de laxisme d'une administration française.
Début de citation : " Deux dentistes marseillais, soupçonnés d'avoir commis une fraude estimée à plusieurs millions d'euros, ont été présentés jeudi après-midi à un juge d'instruction, a annoncé le parquet.
Ce dernier, qui exerçait depuis sept ans, recevait jusqu'à 70 patients par jour dans son cabinet installé à Saint-Antoine, dans les quartiers Nord de Marseille, dégageant "entre 1 et 1,2 million d'euros de chiffre d'affaires.
Il facturait 28 fois plus de prothèses que la moyenne des cabinets dentaires des Bouches-du-Rhône, en intervenant sur des patients aux dents saines.
Il imposait des actes inutiles, falsifiait des radios et la codification des actes", certains patients étant assujettis à la CMU (couverture maladie universelle).
iI travaillait jusqu'à 52 heures par jour...
La Caisse primaire d'assurance maladie (CPAM) a chiffré le préjudice entre 3,6 millions et 4,7 millions d'euros sur trois ans." Fin de citation.
Cette administration en déficit chronique depuis des années a donc mis au moins 3 ans à découvrir la supercherie ! Combien de cas identiques ? quelles sanctions à venir pour les dentistes, pour la direction de la caisse qui n'a rien contrôlé ?
a écrit le 29/11/2012 à 22:07 :
Ce n'est pas compliqué ils ne créent pas des postes de fonctionnaires à tout va, ils épargnent dans les strates profondes du gouvernement, ils ne maintiennent pas les gens dans un assistanat permanant avec des primes par ci et par là, ils ne partent pas à la retraite à 55 ans ou 60 ans et font pas payer aux autres générations plus jeunes leurs bêtises ! Ensuite, ils travaillent en France on n'aime pas le travail et on aime les pauses médicales ! et ils ont aussi de bons produits pas de la merde !
a écrit le 29/11/2012 à 22:04 :
C'est un véritable désastre. @ réaliste, oui, qui ose encore poser des questions. Mais si chaque français aurait droit à une prime pour une seule question par habitant (nourrissons inclus) à hauteur de 8,7% du PIB français, chacun de nous recevrait 3092 euro pour une question par habitants.
a écrit le 29/11/2012 à 21:23 :
8,7 points de PIB à gratter... Et on ose encore se poser des questions sur la dette ?
Réponse de le 29/11/2012 à 22:14 :
Juste pour compléter : 8,7 points de PIB, cela représente une économie de dépenses publiques de 174 milliards d'euros. A titre de comparaison, le déficit public prévu pour 2013 est de 60 milliards.
a écrit le 29/11/2012 à 18:48 :
payez moi pour que je vous donne mon avis !!
a écrit le 29/11/2012 à 18:46 :
Comparaison toute simple : en Haute-Alsace 3 communes en bordure du Rhin (St-Louis, Village-Neuf et Huningue) avec chacune son centre sportif et culturel, ses services municipaux, ses pompiers, son administration etc. Sans oublier évidemment la comcom et tous les syndicats annexes. Sur l'autre rive en Pays de Bade , 1 seule commune : Weil/Rhein issue du regroupement de plusieurs petites communes. Avec un commerce très florissant attirant les clientèles suisses et française. En Alsace les implantations commerciales ont été bloquées par l'ancien député-maire de St-Louis au prétexte que le commerce local serait défavorisé. Donc aucun centre commercial digne de ce nom.
Réponse de le 30/11/2012 à 22:20 :
daccord pour l organisation territoriale archaique et dispendieuse mais si pour vous un "commerce florissant" est un centre commercial qui tue le centre ville alors ya un problème.
le maire francais a raison de vouloir sauvegarder le commerce local ,si des enseignes de qualité veulent s implanter qu elles rachètent des baux commerciaux en centre ville.de toute facon a quoi bon lutter si Bale est a coté? St louis ne peut esperer plus qu etre sa banlieue

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :