Rhodia rejoint le fonds Aster Capital pour investir dans des "start up" de l'environnement

 |   |  309  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Et de trois ! Comme il l'avait annoncé il y a plusieurs semaines, le fonds de capital risque Aster Capital, qui réunit les groupes Schneider Electric et Alstom, accueille un nouvel industriel : Rhodia. Mais le chimiste arrive avec un apport modeste de 15 millions d'euros.

Le fonds Aster 2 a vu le jour en janvier 2010 avec deux sponsors : Schneider Electric (40 millions d'euros), qui avait créé seul un premier fonds vert de 50 millions d'euros dès 2000, et Alstom (30 millions). Jean-Marc Bailly, directeur général d'Aster Capital, avait alors annoncé son objectif de l'ouvrir à d'autres partenaires pour doubler la mise initiale de 70 millions. L'arrivée de Rhodia permet de grimper à 85 millions sans atteindre la cap espéré des 100 millions. Des fonds seront levés auprès d'institutionnels pour parvenir à la fourchette de 120 à 150 millions désormais visée.

Rhodia veut se rapprocher des start-up
Aster 2 est dédié aux jeunes sociétés innovantes sur les marchés de l'environnement et de l'énergie. Un premier investissement a été réalisé en décembre dernier dans la start-up iséroise Optiréno, spin-off de Saint-Gobain et spécialisée dans l'intermédiation pour la rénovation thermique des bâtiments.
Avec l'arrivée de Rhodia, Aster Capital estime renforcer son attractivité auprès des start-up. Outre l'argent, le fonds leur apporte en effet des possibilités de partenariats multiples avec désormais trois grands industriels ainsi que l'accès à leurs réseaux. Du côté de Rhodia, "c'est un dispositif de plus dans notre démarche d'innovation ouverte, à côté par exemple des accords avec des laboratoires, et c'est aussi un moyen de détecter en amont des tendances et des technologies qui peuvent devenir essentielles dans les prochaines années", a indiqué une porte-parole à GreenUnivers.
Aster Capital est le pionnier des fonds corporate dans les cleantech en France et le plus richement doté. D'autres entreprises ont emboîté le pas à Schneider Electric : la SNCF a créé en 2008 le fonds Eco-Mobilité Partenaires doté de 15 millions mais qui cherche lui aussi à s'ouvrir à d'autres groupes. Et en novembre 2010, Suez Environnement a lancé Blue Orange, un fonds de 50 millions d'euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :