Energies renouvelables : les grands énergéticiens français aux manettes

 |  | 793 mots
Lecture 4 min.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
Le colloque annuel du syndicat des énergies renouvelables (SER) s'est tenu mardi sous l'égide des grands groupes, dont l'action s'illustre notamment dans l'éolien offshore.

Gérard Mestrallet, qui ouvrait mardi le colloque annuel du SER, a rappelé que GDF Suez, le groupe qu?il dirige, était déjà le premier producteur d?énergies renouvelables (ENR) en France (notamment grâce à l?énergie hydraulique). Il a même affirmé sa volonté de doubler cette production verte à 10.000 mégawatts (MW) d?ici à 2020. Peu après, le patron d?Areva Luc Oursel, qui lui succédait à la tribune, s?est pour sa part félicité d?un bond de 98 % de son carnet de commande dans les ENR. Si ces dernières ne représentent aujourd?hui que 4 % de son activité, il les a à plusieurs reprises qualifiées d? « incontournables », rappelant que dans les scénarios prospectifs de l?agence internationale de l?énergie (AIE) elles connaissent des croissances annuelles de 8 % jusqu?en 2035, hors hydroélectricité. Les deux champions français ont en commun de miser gros sur l?éolien offshore, et sont candidats à l?appel d?offres en cours, dont les lauréats doivent être connus en avril, juste avant les élections présidentielles. Un calendrier qui, a confirmé la ministre de l?Ecologie Nathalie Kosciusko Morizet, sera bien respecté. « C?est une question de crédibilité. »

Des énergies de complément

Les deux patrons ont profité de l?occasion pour rappeler que ces ENR ne pouvaient que venir en complément d?autres énergies, moins intermittentes et surtout moins coûteuses, à savoir, le gaz pour l?un, le nucléaire pour l?autre. Des positions confortées par les déclarations du ministre de l?industrie en personne. Eric Besson est en effet venu rappeler que la nécessaire « transition énergétique » ne signifiait en aucun cas « sortie du nucléaire », et prôner « la consolidation d?un socle de nucléaire de plus en plus sûr et transparent, accompagnée d?une croissance progressive des énergies renouvelables. » A ce sujet, il s?est félicité d?un mix énergétique « en ligne avec les objectifs du Grenelle. »

13 % du mix énergétique

Un avis quelque peu nuancé par les autres participants. Avec 12,9 % d?ENR à fin 2010, Pierre Franck Chevet, directeur général de l?énergie et du climat (DGEC) au ministère de l?écologie, estime que la France a parcouru « un tiers du chemin vers les objectifs du Grenelle, avec une trajectoire un peu en dessous de ce qui serait souhaitable. » Jean-Louis Bal, directeur du SER, partage cet avis et rappelle la piètre performance de l?éolien terrestre français en 2011. Avec seulement 875 MW installés (en baisse de 30 % par rapport à 2010) quand il en faudrait 1300 pour atteindre les objectifs, ce secteur pâtit de contraintes lourdes issues de la loi Grenelle II. Et ce, alors que pas moins de 41.000 MW supplémentaires ont été installés dans le monde, soit 20 % de plus qu?en 2010 comme le révèlent les statistiques publiées mardi. Le livre blanc du SER propose d?ailleurs plusieurs pistes pour simplifier et alléger ces contraintes.

125.000 emplois en 2020

Autre suggestion du livre blanc : porter de 23 % (objectif Grenelle) à 25 % la part des ENR dans le mix énergétique français d?ici à 2020, ce qui créerait 125.000 emplois et permettrait de réduire de 5% le déficit annuel de la balance du commerce extérieur. Une création d?emplois que NKM a d?ailleurs jugée incontournable. En effet, si elle a une nouvelle fois rappelé que « les filières vertes sont le moteur de la relance et non pas la cerise sur le gâteau quand tout va bien », elle a également mis en garde : « sans création d?emplois, les subventions accordées aux énergies renouvelables deviendraient inacceptables en période de crise. »

Les candidats à l?élection présidentielle ou leurs représentants, invités à venir débattre du sujet, soutiennent cet objectif de 25 % même si Corinne Lepage ou Eva Joly le jugent timoré. Ils ont par ailleurs multiplié les suggestions de pistes de financement pour les ENR, Corinne Lepage suggérant la création d?un plan « Soleil » soutenu par un fonds doté de 300 milliards. Ces fonds, bloqués sur 30 ans pour assurer la pérennité des investissements dédiés à la transition énergétique, proviendraient des économies réalisées grâce à l?abandon de la 4eme génération nucléaire, d?une ponction sur les « 19 milliards d?euros de subventions aux énergies fossiles », du revenu des quotas de CO2 vendus aux enchères à partir de 2013, et d?une mobilisation du livret de développement durable.

Enfin, dans un bel ensemble et comme l?avaient fait avant eux les industriels, les candidats ont plaidé pour un cadre réglementaire stable et lisible, à l?opposé du « stop & go » qui a prévalu ces dernières années.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/02/2012 à 16:12 :
c'est ce qui se voit , ce qui ne se voit pas c'est combien ça va coûter aux contribuables et aux consommateurs
quand on pense que nous aurions pu avoir sans débourser un centime public du gaz et du pétrole de schiste :et que ces productions stratégiquement nous auraient rendu plus indépendantes de nos fournisseurs russe et arabes ,on mesure l'influence néfaste de la religion verte
Réponse de le 14/02/2012 à 0:14 :
Il n'y pas de "religion verte", c'est juste une invention de la part de lobbies d'énergies fossiles et polluantes et groupes ultralibéraux associés qui veulent faire croire qu'il y a un complot mondial de la part des scientifiques, banques, écologistes etc à leur égard. Ils voudraient pouvoir profiter de ressources limitées et polluantes en poursuivant la gabegie peu efficiente de leur utilisation et en amortissant leurs investissements jusqu'au jour où ils changeront quand leur intérêt sera tout autre. C'est ainsi qu'il font croire à d'immenses réserves de gaz de schiste alors que la réalité montre chaque fois que ces réserves sont bien inférieures (Aspro etc) et qu'elles sont polluantes quelle que soit la méthode d'extraction, de même que d'autres dégâts peuvent apparaître parfois assez longtemps après l'exploitation, le temps pour eux de ne plus pouvoir assumer les conséquences. Le bilan des gaz de schiste n'est en outre pas très bon ni sur le plan technologique ni sur le plan économique alors même que les prix des énergies renouvelables n'arrêtent pas de baisser, que l'éolien est pas exemple plus compétitif que le gaz, déjà énergie la moins chère en Amérique latine par exemple et que le solaire est compétitif dans déjà plus de 50% de pays au monde et notamment en Inde avec le charbon pourtant une des énergies qui y est la moins chère. En outre il y a des applications du gaz de schiste à nettement plus forte valeur ajoutée que la combustion alors même qu'en France plus de 70% des logements sont des passoires énergétiques et que le biogaz dont le potentiel français est très important et qui a plusieurs impacts favorables n'est encore qu'à peine exploité. La priorité n'est donc pas aux gaz de schiste.
a écrit le 09/02/2012 à 15:31 :
reponse a d'accord :ATTENTION CHEF L'HYDROGENE EST UN GAZ INSTABLE ET QUAND SA PETE SA FAIT MAL?ET SI ON MULTIPLIE LES PETITES PRODUCTIONS? SA RISQUE DE FAIRE UN CHOUETTE FEU D4ARTIFICE!!!
Réponse de le 10/02/2012 à 21:59 :
Guignon vous devriez vous former un minimum dans le domaine des énergies renouvelables et de l'énergie avant de faire des commentaires car même si les connaissances sont comme la confiture, moins on en a plus on l'étale, là vous êtes au fond du pot de confiture et il est apparemment sec depuis longtemps !
a écrit le 09/02/2012 à 13:10 :
Hé oui! C'est que la soupe est bonne! Il faut dire que nos grands groupes sont devenus les champions de la barrière anti-concurrentielle légale et du financement sur fonds publics.
Il est grand temps de casser ce modèle de social clientèlisme et ce faux capitalisme d'état qui ruine notre économie au profit d'un petit groupe de personnes qui ont accès au pouvoir ou en sont issus.
Réponse de le 11/02/2012 à 6:06 :
Oui votons Bayrou, c'est le seul capable de passer au second tour et de changer le système Umps qui s'accapare le pouvoir depuis plus de 50 ans à nos dépens !
a écrit le 09/02/2012 à 10:55 :
alors les ecolos bobos comment vous faites pour vous chauffer vous eclairer faire tourner lave linge lave vaiselle ?tres joli vos idees de moulins a courant et autres panneaux s'il y a du soleil!!! comment ferait on s'il n'y avait pas nos braves centrales nucleaires? meme l'allemagne qui nous vend aussi du courant est obligee de remettre les siennes en route dar dar et pourtant on jurait la bas qu'on en voulait plus!!!! alors les duflot mamere et compagnie bizarement on ne vous entend plus peut etre etes vous congeles ou alors vous dansez autour des bougies pour vous rechauffer des fois que edf est eu la bonne idee de vous couper le jus pour voir comment cela fait!!!!!
Réponse de le 10/02/2012 à 15:53 :
euh tu connais la technologie du photovoltaique???? c est pas au soleil que cela fonctionne mais a la lumiere.... En hiver y a quand meme de la lumiere n est ce pas??? Va demander aux Suisses et Autrichiens qui equipent des immeubles entier de panneaux solaires et autres recupérateur d eau de pluie..... Autant d energie verte.... Ne "tirons" sur le reseaux de ses voleurs qu en cas d EXTREME NECESSITE et oui a la production individuelle!
Réponse de le 11/02/2012 à 6:43 :
@ Guignon : nous avons du solaire thermique avec chauffage air pulsé solaire Clips'air et photovoltaïque et le ballon est à 50° malgré l'hiver donc bien que températures ext. moyennes - 10° C en nocturne aucun souci de chauffage ni ECS. En plus une éolienne Windtronics produit très bien. Il y a un complément pompe à chaleur qui capte les calories sous toiture (Systaic) donc très bon cop (plus de 7 maxi) mais elle n'a pas encore eu à fonctionner pour le chauffage (il faudrait qu'il fasse longtemps gris et froid mais c'est rare en fait). C'est plus que l'autonomie malgré le froid, on produit pour les autres ! En plus avons des toilettes sèches suédoises Clivus Multrum donc aucune conduite d'eau qui claque, vidange tous les 5 ans et pas d'importations de potasse qui grève la balance du commerce extérieur et va manquer d'ici 2030, ni nitrates dans les eaux de rivière ni algues vertes ! Donc vous vous trompez en pensant que les énergies renouvelables ne sont pas assez efficaces, c'est très fiable, très performant, très vite amorti, ne fait aucun bruit, n'émet aucune pollution, a un excellent rendement pour le thermique, pas de perte réseau etc.
a écrit le 09/02/2012 à 9:42 :
pendant que la bonne presse française nous raconte des histoires à dormir debout sous la pression d'un mini lobby anti nucléaire et que l'Allemagne nous fournit de l'électricité par ci et que nous importons de l?électricité par là, qu'apprend on ? sinon que l'Allemagne a été obligé de remettre en fonctionnement son énergie nucléaire. Allez vous présenter des excuses à vos lecteurs ????
Réponse de le 11/02/2012 à 5:15 :
Pour info l'Allemagne a démenti avoir réactivé certaines de ses centrales nucléaires. Seuls des équipements thermiques ont été remis en route pour faire face à la demande accrue en énergie électrique.
a écrit le 09/02/2012 à 9:41 :
" ce qui créerait 125.000 emplois et permettrait de réduire de 5% le déficit annuel de la balance du commerce extérieur "
faux et faux : 125000 emplois créés ....où ? qui paye et comment on paye ?
les éoliennes devant êtres couplées avec du nouveau thermique ...il y a 12 nouvelles centrales en prévision ...si ces machines vont au contraire augmenter notre déficit extérieur et dépendance énergétique !!! et les impactes négatifs sur l'emploi , sur l'économie des secteurs touchés et sur l'aspect sociologique ...ça a été chiffré ça !!!?
...avec 150 a 180 m de haut soit environ 50 étages ..il faut pas croire qu'elles seront comme des têtes d'épingle sur l'horizon !!! la dénaturation des paysages aura forcément de graves conséquences négatives .
Réponse de le 11/02/2012 à 5:46 :
Il n'y a pas de lien entre les centrales thermiques en prévision et le parc éolien français actuel trop modeste pour avoir des conséquences sur le réseau. L'éolien correspond à un complément de demande à un coût inférieur à celui d'un EPR actuel qui n'est pas adapté à ce complément d'énergie. Il y a déjà plus de 250 entreprises concernées par l'éolien en France. Il vaudrait mieux faire de l'efficacité énergétique et par ailleurs mieux isoler les logements mais les français quand ils le peuvent font-ils ces efforts ? La réponse et majoritairement non donc il ne faut pas se plaindre ensuite qu'il y a des investissements dans l'éolien entre autres.
a écrit le 08/02/2012 à 19:06 :
(75 J avant) Tout ceci n'est qu'une manipulation supplémentaire du gouvernement et du président pour tenter au cours de cette période électorale de récupérer des électeurs peu informés des mesures réellements engagées pour faire en sorte que seule l'énergie nucléaire garde la principale fourniture de nos besoins. UUne chose est claire, et enlève toute persepective d'illusion et de flou répondu. Lors de son intervention télévisée le président à dit La france s'engage massivement dans l'énergie nucléaire, s'est ce qui nous différencie de l'allemagne. Les choses sont claires, daéns leur volonté. Le reste n'est qu'écran de fumée.
Réponse de le 08/02/2012 à 23:43 :
l'illusion et le flou,c'est de faire croire à la population que l'on peut(pour l'instant ) se passer de la puissance des centrales nucléaires.Regardez les journaux Allemands,l'Allemagne remet en route plusieurs tranches de ses centrales. Revenez sur terre, la France a du fournir 100.000 méga -watts aujourd'hui et les Allemands aussi.
Réponse de le 11/02/2012 à 6:04 :
Ce ne sont pas les centrales nucléaires qui ont été remises en route en Allemagne mais des centrales thermiques. Par ailleurs l'adaptabilité des centrales nucléaires actuelles aux pics de demandes est très faible. Il y a eu trop de nucléaire en France très dévoreur de budgets et pas assez d'efficacité énergétique, d'isolation et de performances des bâtiments et plus globalement des transports toutes énergies confondues. De même pas assez de diversité énergétique. Il faut admettre l'histoire et les erreurs commises. Il y a toute une panoplie de solutions, le nucléaire actuel est dépassé et ne devrait pas être aussi important en France car ses inconvénients, mêmes pour les meilleures solutions étudiées par le Cnrs et le Cea sont bien réels et sans communes mesures avec ceux des énergies renouvelables.
a écrit le 08/02/2012 à 16:15 :
Analyse du Cycle de Vie des énergies renouvelables : http://www.durableo.fr/article-acv-analyse-du-cycle-de-vie-des-energies-renouvelables--42932753.html
a écrit le 08/02/2012 à 13:35 :
Que c'est triste l'écologie en ces périodes de réchauffement planétaire sur la France, pour un peu cela me rappelle la politique. Enfin faites provision de bougies et d'huile de coude.
a écrit le 08/02/2012 à 13:05 :
Energies renouvelables: les grands arnaqueurs français aux manettes !!!
a écrit le 08/02/2012 à 13:02 :
qui va payer la note des moulins à vent .... les usagers !!!!!
Réponse de le 11/02/2012 à 5:48 :
Non car c'est moins cher qu'un EPR et de moins en moins cher donc c'est rapidement rentable pour les français. Ne pas investir serait par contre plus coûteux à terme.
a écrit le 08/02/2012 à 12:04 :
Concentrer des énergies diffuses reste toujours un non sens.
Mais évidemment, il faut bien assurer la pompe a fric des systèmes politiques , car si c'était la masse du peuple qui produisant l'énergie de son toit ou de son jardin, nos chers parasites ne pourraient plus comment payer tant de gens a leur service...
Réponse de le 08/02/2012 à 13:38 :
Cela , si vous arrivez à le faire comprendre aux français ...alors ... CHAPEAU !!!! ET , pourquoi ne pas penser à l' Hydrogène pour TOUS !!!! Et, par chacun ???
Réponse de le 09/02/2012 à 9:36 :
que je suis d'accord avec vous deux, les total edf, gdf areva and co ne veulent pas de l'energie "individuelle", ils veullent que l'on continue à passer par leurs compteurs.
si tout le monde produit son hydrogène, il faudra mettre un compteur sur votre production, car là (pas carla ;o), c'est l'état qui voudra prendre sa dime!
a écrit le 08/02/2012 à 10:28 :
A propos d'énergie, l'évènement majeur dont on parle assez peu (euphémisme), reste quand même le fait que nous sommes aujourd'hui au/après le pic mondial(maximum barils/jour "produits" et consommés) de production de pétrole.
Voir à ce sujet l'article paru dans Nature le 26 janvier dernier en lien ci-dessous par exemple :
http://iiscn.wordpress.com/2011/05/06/bataille-et-lenergie/
a écrit le 08/02/2012 à 9:57 :
"Le livre blanc du SER propose d?ailleurs plusieurs pistes pour simplifier et alléger ces contraintes." En langage clair, çà veut dire chercher comment installer une éolienne dans votre jardin... Aujourd'hui, la limite de 500m n'est déjà pas toujours respectée.
a écrit le 08/02/2012 à 8:40 :
Tout ça c'est du gros "pipo", la preuve le SR c'est la chambre d'écho de la DGEC et le syndicat avec la main mise d'EDF, GDF et TOTAL!
Pendant ce temps les petits crèvent !!
a écrit le 08/02/2012 à 8:06 :
c'est dans le vent !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :