Le prix de l'essence flambe ? Vive le covoiturage !

 |   |  913  mots
Copyright Reuters
C'est d'abord pour réduire leurs dépenses que les Français acceptent de partager une voiture, qu'il s'agisse de partir en week-end ou de se rendre de leur domicile à leur lieu de travail. Les inscriptions sur les sites spécialisés bondissent depuis une dizaine de jours. Mais l'enjeu consiste à fidéliser les nouvelles recrues.

Dans quelques jours, les entreprises devraient être nombreuses à annoncer un nouveau service de covoiturage mis à la disposition de leurs salariés. « Nous avons deux grosses vagues de demandes pour développer des sites de covoiturage au sein des entreprises, quelques mois avant la semaine du développement durable (qui débute le 1er avril, ndrl), et avant celle de la mobilité », témoigne Jorge Pires, directeur commercial de la société spécialisée Greencove (dont le fonds Ecomobilité de la SNCF et Mobivia Groupe sont actionnaires). Cette année, le pic pourrait être encore plus fort que les années précédentes.
La volonté de partager les coûts est en effet la première motivation des utilisateurs de covoiturage, conducteurs comme passagers. D'après une étude menée par la Maïf avec le leader français, covoiturage.fr (90% du marché avec 1.700.000 inscrits), c'est le cas pour 94 % des pratiquants et 70 % des nouveaux utilisateurs. Et 63 % choisissent un conducteur en fonction du tarif qu'il propose pour le trajet. En cette période de flambée des prix à la pompe (le premier des coûts variables avec les péages), la perspective de limiter les frais devient plus séduisante encore. D'ailleurs, selon un sondage mené par Covoiturage.fr auprès de ses membres en janvier dernier, 78 % d'entre eux envisageaient d'augmenter leur pratique du covoiturage suite à la hausse des prix qui s'annonçait déjà.

Arbitrer entre le temps et le coût du voyage

Le coût de l'essence n'est pas le seul motif qui pousse au développement du covoiturage. Celui du train, qui ne cesse d'augmenter, rend la comparaison avec le covoiturage de plus en plus défavorable. Au-delà des étudiants, utilisateurs de la première heure, le panel d'utilisateurs du covoiturage grande distance, spécialité de covoiturage.com, ne cesse de s'élargir : célibataires géographiques, familles monoparentales, couples, jeunes retraités...qui ont le temps. Car sur grande distance, le covoiturage implique souvent un arbitrage entre le coût et la durée du trajet, mais la perspective pour le conducteur d'éliminer totalement ses coûts variables s'il fait le plein, et pour le passager de voyager très bon marché, l'emporte de plus en plus régulièrement.

Covoiturage.fr connaît une croissance annuelle de 150 %, essentiellement nourrie par les usagers du week-end. « En revanche, sur les courts trajets, du type domicile-travail, le gain par trajet est moins apparent », remarque Frédéric Mazzella, son président-fondateur. Les conducteurs accepteraient donc moins facilement les aléas du système : risque de retard, voire de désistement, des passagers, parfois nécessité de faire un détour, etc.

Fidéliser les nouveaux membres des sites spécialisés


Edouard Duboille, directeur général de Greencove, spécialisé dans le premier et le dernier kilomètre (avant et après un trajet en transport en commun le cas échéant), observe néanmoins depuis une dizaine de jours une hausse des inscriptions de quelque 60 % sur le site propre de l'entreprise « 123envoiture.com », en comparaison de la même période de l'année précédente. « Avec les périodes de vacances et les grèves de transports en commun, le prix de l'essence est la principale cause d'évolution de notre activité ».
Quel que soit le motif d'une première utilisation (souvent exceptionnel et sur une longue distance), l'enjeu est ensuite de fidéliser les nouveaux venus. Pour Greencove (800.000 membres et 200.000 trajets), cela passe par un maillage suffisamment dense du territoire permettant aux conducteurs comme aux passagers de trouver chaussure à leur pied où qu'ils se trouvent. C'est d'ailleurs pour cette raison qu'ils travaillent notamment avec des collectivités locales désireuses de mettre le covoiturage à disposition de leurs agents, de leurs administrés et des PME locales.

La géolocalisation pourrait accélérer le développement du marché

L'apparition du covoiturage dynamique, qui, grâce à une application sur smartphone et à la géolocalisation permet d'identifier les véhicules offrant des places disponibles à proximité, devrait également donner un coup d'accélérateur au marché. La société Carpuce (actuellement en phase de levée de fonds), qui propose une solution brevetée reposant sur la digitalisation des trajets effectués chaque jour à la même heure par les mêmes conducteurs et l'identification de « car-stops » permettant de charger ou décharger des passagers, vise justement à limiter tous les imprévus et les contraintes et réduit à néant les coûts de mise en relation. « Notre système équivaut à la création de 20 à 30.000 lignes de bus régulières », s'enthousiasme son nouveau président Philippe Mangeard.

Une voiture passe 92% de son temps au parking


Quant au tiers des Français qui, dans un sondage réalisé en septembre dernier (par Mobivia Groupe, la SNCF et Harris Interactive), se déclaraient opposés à l'idée de partager leur véhicule, certains pourraient finir par se laisser convaincre par les chiffres. En France, une voiture passe en moyenne 92 % du temps au parking, est occupée par une seule personne dans quatre cas sur cinq et revient en moyenne à 6.000 euros par an ». Pour l'heure, les plus réticents se contentent néanmoins de réduire leur kilométrage et de pratiquer plus la marche à pied.
Mais les acteurs du marché se montrent confiants. « Pour une fois, les Français sont en avance dans un secteur fondé sur les nouvelles technologies », se réjouit ainsi Frédéric Mazzella.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/03/2012 à 15:31 :
Bien sur le co-voiturage, quelle excellente solution. Bientôt, on nous demandera, ou on sera obligé, de partager nos logements, et pas uniquement les étudiants. Mais restons zen, nous sommes un pays démocratique et certainement pas une future copie du communisme. Partageons tout, à la manière d'un Mélenchons. Et pendant ce temps là, les oligarches et les datchas se multiplient. Le co-voiturage, quelle belle solution pour.....des futures ou des déjà pauvres.
Réponse de le 26/03/2012 à 10:09 :
Merci pour ce post, rien ne vous empêche de rester tout seul dans votre voiture en effet...
a écrit le 23/03/2012 à 13:48 :
Je trouve qu'il y a toujours autant de véhicules sur les routes, idem le week-end les autoroutes ne me semblent pas être désertées, bien au contraire ..... et que dire de la vitesse et de tous ces nouveaux gros modèles .....pfff
a écrit le 23/03/2012 à 10:52 :
La mondialisation est basé sur une énergie peu chère, le fédéralisme européen par le brassage des populations en quête de travail est basé aussi sur cette énergie! D'où la rapidité des idéologues a construire cette Europe sans l'appui des populations qui la composent! Mais il semble que la relocalisation va être le moyen de survie de chacun!
Réponse de le 23/03/2012 à 13:44 :
100% d'accord.
a écrit le 22/03/2012 à 23:59 :
Quel gaspillage d?essence du à la mauvaise signalisation et mauvaise synchronisation des feux rouges, ralentisseurs, etc.
Réponse de le 23/03/2012 à 9:29 :
Voyages en Espagne et Portugal et vous constaterez que la signalisation des feux rouges est un exemple pour la France.
a écrit le 22/03/2012 à 22:21 :
Ils font du covoiturage nos députés, ministres et autres élus, eux?!! Ca me fait penser à Lagarde qui, paraphrasant Marie-Antoinette et ses brioches, disait que si l'essence était trop chère les français n'avaient qu'à prendre leur vélo...
Réponse de le 23/03/2012 à 9:28 :
L'état est le plus mauvais exemple en économie d?énergie et autres.
Comme dit l'abbé "faits ce que je dis et pas ce que je fais"
a écrit le 22/03/2012 à 19:46 :
Si nos élus départementaux avaient une véritable volonté d'améliorer les transports urbains et périphériques en province, peut être qu'il y aurait plus de volontaire à prendre les transports en commun.
a écrit le 22/03/2012 à 19:31 :
L'essence flambe par le gouvernement a trouvé le filon. La TIPP avec ses 80 % de taxes que droite comme gauche ne veulent pas réduire.
Réponse de le 23/03/2012 à 9:24 :
L?automobile c'est la vache a lait et l'automobiliste le dindon de la farce.
On considéré que la voiture a X chevaux au moteur et un âne au volant.
a écrit le 22/03/2012 à 19:25 :
quand l'argent arrete de couler a flot, les gens deviennent intelligents ( pour un meme resultat)..... c'est pas possible pour l'etat, car comme disent les syndicalistes ' il suffit d'augmenter les recettes'

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :