Malgré la crise, le solaire toujours en plein boum

 |   |  418  mots
Copyright Reuters
Deux études publiées ces jours-ci soulignent la vigueur du secteur. Au niveau mondial, ce dernier se taille la part du lion dans les investissements consacrés aux énergies renouvelables. Et en Europe, on a installé en 2011 plus de capacités en panneaux solaires qu'en éoliennes et même en centrales à gaz.

L?institut américain de veille économique GlobalData a recensé pour 209 milliards de dollars (160,5 milliards d?euros) d'investissements dans le monde dans les énergies renouvelables en 2011. Le solaire a mobilisé 49 % de ces investissements, contre 34 % pour l?éolien. Sur le plan géographique, l?Europe, qui a vu tous les gouvernements réduire les tarifs de rachat garantis de l?électricité solaire, a perdu du terrain au profit des Etats-Unis.

GlobalData anticipe pour les prochaines années une place grandissante pour le Moyen Orient et l?Afrique du Nord. La Chine se présente comme un des géants de demain. Non seulement elle a instauré des incitations pour développer son marché domestique, mais le gouvernement a également programmé le financement pour quelque 100 millions de dollars de projets en Afrique. Pour cette raison, les producteurs de modules solaires chinois envisagent d?accroître leur capacité de production de 3,6 gigawatts (GW) au cours de l?année 2012.

30 % de la consommation supplémentaire européenne d?électricité est d?origine solaire

En Europe, c?est dans le solaire qu?a été installé le plus de capacités de production d?énergie en 2011. C?est ce qui ressort de l?étude annuelle publiée par l?EPIA (European Photovoltaic Industry Association) Sur les 21,9 GW de capacités supplémentaires installées (contre 16,8 GW seulement en 2010), 63 % l?ont été dans le solaire, pour 9,5 GW dans l?éolien et 9,5 GW dans le gaz. Le solaire a fourni 30 % de la production d?électricité supplémentaire de l?année, comme les centrales à gaz, qui affichent une meilleure efficacité. 60 % de cette capacité solaire ont été installés en Italie et en Allemagne.

Grande incertitude sur les installations attendues en Europe en 2012

L?EPIA estime que des capacités supplémentaires équivalentes en éolien et en solaire en 2012 permettraient de compenser intégralement l?électricité produite par les huit réacteurs nucléaires allemands fermés en 2011. Mais pour 2012, l?association anticipe une baisse de la capacité solaire installée en Europe. La largeur de sa fourchette de prévisions, de 9,4 à 21,6 GW installés dan l?année, reflète bien l?incertitude qui plane actuellement sur les politiques publiques de soutien au secteur sur les différents marchés, Allemagne, Italie, Grande-Bretagne, Espagne. La France (qui ne pèse qu?une part minime du marché européen) ne fait pas exception. Comme GlobalData, l?association européenne s?attend à un glissement du marché de l?Europe vers les Etats-Unis, la Chine ou encore le Japon.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :