Les Anglais champions de l'éolien offshore

Comme le montrent les chiffres publiés mercredi par l'association européenne de l'éolien (EWEA), le Royaume-Uni se taille la part du lion sur un marché européen dont la croissance s'accélère.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Bloomberg)

Les chiffres sont imparables : sur 132 éoliennes installées dans les mers européennes au cours des six premiers mois de l'année, 114 l'ont été au large des côtes britanniques. La Belgique, deuxième Etat membre le plus actif lors de ce premier semestre n'en a installé que 12, l'Allemagne, 4 et le Danemark, 2. C'est au Royaume-Uni que se situent plusieurs des plus importants projets européens, dont le Greater Gabbard développé par le champion écossais des énergies vertes SSE Renewables et l'Allemand RWE, ou encore le projet de London Array dans l'estuaire de la Tamise, où un autre allemand, E.ON, est en partenariat avec le fonds d'investissement d'Abu Dhabi Masdar et l'électricien danois Dong, leader du secteur.

Côté fabricants, Siemens reste le champion européen, et a installé 108 des 132 machines mises à l'eau en 2012. L'Allemagne règne sur la fabrication des turbines marines : Repower (propriété de l'indien Suzlon et sur lequel ont couru des rumeurs de rachat par le français Alstom) arrive en deuxième position avec 20 machines, suivi d'un troisième allemand, Bard, avec 4 turbines.

2012, année record

Au total, ce sont 523,2 mégawatts qui ont été installés dans les mers européennes ces six derniers mois, soit 50 % de plus que sur les six premiers mois de 2011. La capacité de production cumulée atteint 4 gigawatts (GW). Cette accélération devrait se poursuivre dans les prochains mois, puisque 160 autres machines qui ont déjà été posées en mer sont en attente de raccordement, pour un total de 647,4 MW.

Cela ferait de 2012 une année record pour l'éolien européen offshore, alors même que l'Europe traverse l'un des pires crises économiques de son histoire. Les porte-parole de l'EWEA se réjouissent que les projets attirent toujours plus d'investisseurs, fonds de pension, institutionnels et fonds d'investissements d'entreprises.  Les transactions conclues dans les six premiers mois de 2012 ont été aussi nombreuses que celles réalisées tout au long de l'année 2011. Parmi ces nouvelles transactions, ont notela cession des actifs du projet Gunfleet Sands  par Dong Energy qui l'avait développé, ou encore l'accord de financement par un consortium de 10 banques du projet Lincs développé par la maison mère de British Gas, Centrica, en partenariat avec Dong Energy et Siemens. En revanche, les auteurs de ce rapport  se désolent que le secteur ne décolle pas plus rapidement en Europe du Sud, où les retombées en termes d'emplois et de croissance serait plus que bienvenues.

 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 4
à écrit le 19/07/2012 à 20:56
Signaler
Peut-être que les Anglais sont très forts, mais l'artcile ne mentionne ni l'assemblée nationale, ni le sénat, qui produisent beaucoup plus de vent que tous les Anglais réunis :-)

à écrit le 19/07/2012 à 20:11
Signaler
Très bel exemple pour les Anglais, comme toujours. Les éoliennes ne gâchent pas du tout le paysage en plus.

à écrit le 19/07/2012 à 17:36
Signaler
Immenses parcs d'eoliennes au large du Kent et pratiquement rien cote France.

le 19/07/2012 à 19:14
Signaler
rarement vu un commentaire aussi malsain.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.