L'électricité européenne verdit à vue d'oeil

 |   |  563  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Bloomberg News)
Malgré les baisses successives des tarifs de rachat, la production de l'électricité solaire ne cesse de croître en Europe. Les énergies renouvelables, qui pèsent toujours plus dans le mix énergétique des Etats membres, ont atteint 26 % de la production électrique en Allemagne sur les six premiers mois de l'année.

Les baisses de tarifs de rachat de l'électricité d'origine solaire, qui se sont succédés depuis des mois un peu partout en Europe, ont eu pour effet paradoxal de stimuler la croissance du secteur. En effet, les développeurs se sont dépêchés d'achever les projets pour bénéficier des tarifs avant les baisses annoncées. En Allemagne, la part du photovoltaïque dans la production d'électricité a ainsi augmenté de 47 % entre le premier semestre 2011 et le premier semestre 2012, et représente aujourd'hui 5,3 % de l'électricité produite. C'est plus que l'hydroélectricité (4 %) et presque autant que la biomasse (5,7 %), mais encore loin derrière l'éolien (9,2 %). Mais c'est la progression de l'ensemble des énergies renouvelables dans le production d'électricité qui est surtout frappante : de 20 % au premier semestre 2011, leur part est passée à 26 % en 2012. Les conditions météorologiques ont également joué, avec des périodes très ventées et d'autres très ensoleillées.

Douze fois plus de capacité solaire en un an au Royaume Uni

Au Royaume Uni aussi, c'est d'abord le solaire qui a fait grimper la part d'énergie renouvelable dans la production d'électricité. La capacité  installée a en effet été multipliée par 12 au cours de l'année 2011 ! La capacité de production de biomasse a elle triplé dans le même temps, notamment grâce à la conversion d'une centrale thermique au charbon en centrale biomasse. Quant à la capacité installée en éolien offshore, elle s'est accrue de 37 %. Bilan, l'électricité produite au Royaume Uni en 2011 est provenue à 9,4 % de sources renouvelables, contre 6,8 % en 2010. En France, le parc solaire a été multiplié par deux en 2011, mais la part du solaire dans la production électrique reste insignifiante. Celle de l'éolien en revanche, atteint... 2,2 %.

540 MW supplémentaires attribués

Le ministère de l'Ecologie a dévoilé ce vendredi les résultats de deux appels d'offres : 21 mégawatts (MW) d'installations de 100 à 250 kilowatts (kW) de puissance, et 520 MW d'installations supérieures à 250 kW au lieu des 450 MW prévus. Ce même jour, Enerplan, le syndicat des professionnels de l'énergie solaire, demande un moratoire sur la baisse des tarifs de rachat. Comme cela a été décidé à l'issue du moratoire en mars 2011, ces derniers sont ajustés chaque trimestre en fonction des capacités installées au cours des mois précédents. Les dernières recommandations de la CRE, en date du 19 juillet, préconisent une baisse de 4,5 % pour le résidentiel et 9,5 % pour l'intégration au bâti simplifié (les panneaux font partie du bâtiment, et non pas posés dessus) entre 36 et 100 kW.

Pressions pour des mesures transitoires d'urgence

Au nom de la préservation de l'emploi (dont Enerplan estime les effectifs à 10.000 personnes dans le solaire français), le syndicat demande que ces recommandations de la CRE en soient pas suivies. Il souhaite que le tarif de rachat soit gelé, et étendu aux installations jusqu'à 250 kW, alors qu'il ne concerne aujourd'hui que celles inférieures à 100 kW, un plafond au-dessus duquel il faut aujourd'hui en passer par la procédure des appels d'offres. Depuis que  le ministère de l'Ecologie a promis pour l'éolien comme pour le solaire, des mesures transitoires avant même l'ouverture du débat sur la transition énergétique qui doit s'ouvrir à l'automne, les deux secteurs se montrent confiants mais ne relâchent pas leur pression.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/07/2012 à 16:37 :
Regardez bien les chiffres: quel dommage que la France n'ait pas un lobby de la biomasse efficace!
a écrit le 29/07/2012 à 23:56 :
Il n'y a pas qu'en Europe que le solaire se développe rapidement, c'est véritablement un secteur porteur à tous points de vues qui confirme que l'énergie se démocratise de plus en plus, on va vers un changement de système énergétique comme le soulignait depuis longtemps Jeremy Rifkin entre autres. Dans son rapport sur les tendances des marchés des énergies renouvelables, Medium-Term Renewable Energy Market Report 2012 «L'énergie de source renouvelable est arrivée à maturité », l'Agence internationale de l'énergie (AIE) estime en effet que le photovoltaïque dans le monde atteindra 231 GW de puissance installée en 2017, contre 70 GW aujourd'hui. Pour la France elle prédit 6,2 GW de puissance PV installée pour une production annuelle de 7,6 TWh d'électricité solaire renouvelable. La production d'électricité de source PV devrait ainsi progresser de 35 TWh/an d'ici 2017, soit une hausse moyenne annuelle de 27,4%. La production d'énergie de sources renouvelables toutes technologies confondues devrait afficher une hausse de 5,8% entre 2011 et 2017. Pour expliquer la progression du solaire photovoltaïque, l'AIE met en avant sa compétitivité croissante et la disponibilité accrue des panneaux PV et autres composants qui contribuent à faire baisser les coûts systèmes. La Chine devrait afficher la plus forte croissance (+32 GW),suivie des États-Unis (+21 GW), de l'Allemagne (+20 GW), du Japon (+20 GW) et de l'Italie (+11 GW). L'AIE voit également un avenir radieux pour le solaire thermique avec une progression de 196 Gwth en 2010 à plus de 500 Gwth en 2017, un développement tiré par la Chine, l'Allemagne, les États-Unis, la Turquie et l'Inde.
a écrit le 29/07/2012 à 17:30 :
où il était dit que l'Allemagne ne produisait presque plus de piles voltaïque. ben ça alors !... si c'est vrai, quel soutien à l'industrie chinoise qui importe en masse des produit de qualité discutable en faisant travailler des enfants et en sous payant ses travailleurs dépourvus de protection sociale !... C'est beau le fric !...
Réponse de le 29/07/2012 à 23:58 :
C'est un vieux cliché tout çà, il faut moins lire les "canards" et plus la presse spécialisée.
a écrit le 29/07/2012 à 17:24 :
de voltaïques et d?éoliennes ? sur des terres cultivables ? car, chez eux, je ne crois pas qu'il y ait beaucoup de déserts !... Ils vont faire comme en Amérique du sud où, pour produire des biocarburants, les agriculteurs ont abandonné la pomme de terre nourricière pour la pomme de terre à biocarburant, en affamant une partie de la population. C'est quand même beau l'écologie vu comme cela !... on dira ensuite que ce n'est pas de la pollution !... Un champ de voltaïques sur les terrasses près de la Lorelei en remplacement des vignes doit avoir un certain caché pour les humanoïdes des siècles à venir
Réponse de le 30/07/2012 à 0:08 :
Le bilan du photovoltaïque pour les cultures sous serres (nombreux légumes et fruits) est particulièrement positif à tous points de vue. Il y a des études de centres comme l'Inra sur le sujet et c'est effectivement nettement mieux et en plus rentable pour les exploitants que les serres plastiques non dégradables qui volaient au vents et étaient très inesthétiques (voir Sud de l'Espagne). De plus on constate que le PV dure beaucoup plus longtemps que les 25 ans que l'on prévoyait au départ sans quasiment perte de rendement, on s'attend même à une centaine d'années, ce qui en production d'énergie et bilan écologique est exceptionnel . Même les chinois avec Suntech font du PV de très bonne qualité dont le bilan C02 est très amélioré depuis l'origine. Donc les choses évoluent et le solaire a plein d'avenir.
a écrit le 28/07/2012 à 16:20 :
Oui l'electricite europeenne verdit a vue d'oeil, mais nous Francais suivons le mouvement a reculons, aveugles que sont la dizaine de decideurs et conseillers de l'ombre dans nos ministeres.
un exemple ? Le tarif du PV vient d'etre propose a la baisse alors que tout le secteur demande un pause (juste une pause) de la baisse, on pourra rebaisser le tarif janvier 2013.

Replacons les choses dans leur contexte : a 60 c? le kWh, le PV etait beaucoup trop bien paye mais les investisseurs n'ont rien fait d'autre que suivre les regles edictees par Borloo et ses conseillers qui n'ont RIEN suivi ni pilote. Puis sont venues les baisses brutales a 50, 42 c?, decisions aveugles et criminelles en terme d'emplois. Depuis une an, c'est -7% tous les mois, aucun secteur economique ne peut survivre dans de telles conditions.

Aujourd'hui, le tarif du PV est de 37 c?/kWh dans le residentiel, 19 c? pour le professionel sur toit et 10 c? pour les centrales au sol, on n'est plus du tout dans l'exageration et tres proche de la competitivite avec l'electricite thermique et nucleaire, surtout si on y rajoute tous les VRAIS COUTS de ces energies (GES pour l'un, securite, demantellement, stockage des dechets pour l'autre). L'electricite issue de l'EPR est annoncee a 9.5 c?/kWh (4,8 c? dans les premieres annonces, il y a 4 ans), soit moins que le tarif de l'eolien ou de l'hydro, et encore, le cout du stockage des dechets n'est pas integre ... et l'evaluation du cout du demantellement est sujet a caution.

La perspective de tout ceci : le PV et l'eolien sont en passe de devenir plus competitifs que les energies fissiles et fossiles, des lors que les couts des dechets seront integres avec rigueurs. Il est crucial que no decideurs le comprennent et remettent notre pays dans la competition economique et cessant de sapper le developpement de l'eolien et l'hydro par des contraintes administratives ubuesques, et le PV par des contraintes et une valse des tarifs totalement irresponsables.

Nous creerons alors emplois a forte valeur ajoutee et avenir en France
Réponse de le 29/07/2012 à 10:26 :
Au contraire, il faut baisser les prix d'achat de l?électricité du PV car c'était devenu n'importe quoi, l?état n'est pas la pour sponsoriser des PV fabriqués a l?étranger et posés en France. Et marre des impôts pour sponsoriser des sociétés privées, il vaut mieux fabriquer les PV chez nous au lieu de tout importer et de faire du chantage a l'emploi.
Réponse de le 29/07/2012 à 10:45 :
C'est sûr que les panneaux solaires à fabrication super polluante Made In China, c'est super vert ... En plus d'un coût de revient stratosphérique et d'une utilité plus que douteuse pour gérer les plus gros pics de conso. Faisons des économies plutôt que de l'écologie bidon.
a écrit le 28/07/2012 à 12:01 :
Pendant ce temps, on broute, et on regarde le train passer... L'avantage, c'est que dans 20 ans, quand on aura commencé a comprendre, on pourra toujours aller acheter tout ce qu'il faut en Allemagne, qui elle sera totalement équipée. Et on gueulera encore qu'on en a marre d'acheter a l'étranger. Décidément, on a vraiment les décideurs politiques les plus bêtes du monde.
Réponse de le 28/07/2012 à 12:28 :
Les politiques sont à l'image des habitants. A méditer. On s'equipe en France, mais les gens ont peur des nouveautés, le solaire, c'est trop moderne pour certains. Manque d'ouverture d'esprit. L?écologie n'est pas ancrée dans le caractère français, au contraire.
Réponse de le 28/07/2012 à 14:49 :
Tout comme dans plusieurs partie du monde (exemple en Californie actuellement etc) quand les français vont voir qu'avec les hausses d'électricité à venir dans les prochaines années avec le viellissement des centrales et du réseau il devient plus rentable de faire sa propre électricité/énergie avec notamment la combinaison thermique/photovoltaïque et qu'en plus les systèmes de stockage commencent à se multiplier (thermochimie, systèmes de batteries redox très durable comme choix fait au Japon, systèmes sol-ion ou McPhy Energy, Panasonic etc) ils vont basculer rapidement. Le problème est que çà ne profitera une fois de plus pas aussi pleinement que possible aux entreprises françaises, hormis partiellement les grands groupes qui optent toutefois souvent pour des stratégies de clients captifs alors que l'énergie à l'échelle locale devient de plus en plus techniquement accessible. Cela rejoint d'ailleurs ce qui disait à raison depuis de nombreuses années Jeremy Rifkin entre autres.
a écrit le 28/07/2012 à 9:07 :
Je suis écologique car je fais des économies sur l"eau électricité chauffage voiture...tout devient plus cher, donc on est obligé de devenir écolos, et faire attention aux gaspillages, simple question de budget.
Réponse de le 28/07/2012 à 17:09 :
Parfaitement d'accord, mais dès qu'il faut faire un effort tout le monde est sourd et aveugle.
L'écolo est une question de volonté, il faut donner l'exemple soit même par de petits gestes
qui reproduit à l'échelle du pays réalisent des économies, mais avant de proposer des solutions onéreuses et désastreuses pour le paysage il faudrait que ceux qui se disent écolos soient apolitiques. Car vous connaissez la pastèque, vert à l'extérieur rouge à l'intérieur.
a écrit le 27/07/2012 à 19:13 :
Allez c'est reparti, moins les verts ont d'adhérents plus ils relancent leur lobby médiatique. A quand un article sur les toilettes écolos à la sciure ?
Réponse de le 27/07/2012 à 20:12 :
Ne mélangez pas les membre d'un parti ridicule et la culture écolo qui elle n'a pas de couleur politique. Ceux qui installent des éoliennes, du solaire thermique ou photovoltaïque et se dotent de chauffage au bois ne sont surement pas membre de ce parti, et n'ont pas besoin d'eux pour être sensible a cette question.
Réponse de le 28/07/2012 à 8:31 :
Bravo à vert10 qui a tout dit en peu de mots. L'écologie ne devrait pas avoir de couleur politique.
Réponse de le 28/07/2012 à 9:47 :
@vertmifuge : voila un exemple concret de commentaires qui pourrissent et polluent ce site. Inutile, irréfléchi, sans fond. Merci, vraiment.
Réponse de le 28/07/2012 à 14:31 :
Vertmifuge est coutumier du fait, il est rongé par les verts ;o) Pour info le phosphate et potassium coûtent très cher à importer chaque année et les ressources vont bientôt manquer puisqu'elles sont limitées (mines en fin de vie y compris au Maroc) alors qu'ils sont utiles aux cultures. Le réseau actuel des toilettes apparaît totalement dépassé car ces rejets sont des ressources élevées en potassium et phosphates et permettraient l'autosuffisance d'un pays comme la France, de plus ils peuvent fournir biogaz, électricité etc et de la chaleur récupérée par échangeur et pompe à chaleur (voir exemple Stockholm, Olso ou localement Paris etc) et enfin la part des nitrates dans les fleuves provient en grande partie de ces rejets encore chargés en nitrates à la sortie des stations d'épurations. Autrement dit un réseau de toilettes utilisant très peu d'eau, exploitant toute l'énergie potentielle et séparant les urines avec potassium, phosphates etc a un bien meilleur bilan. Notre concept de réseau de toilettes est donc totalement arriéré (un peu comme Vertmifuge dans ses remarques !) et coûteux. C'est ce qu'ont constaté beaucoup de pays et centres de recherche dans le monde comme par exemple à Singapour (voir lien ci-dessous). Aussi Vertmifuge évoque sans le savoir un problème et futur qui sera incontournable en matière de toilettes compte tenu des ressources nécessaires à l'agriculture, la chimie etc. qui vont toucher à leur fin. le sujet est donc de très grande importance notamment déjà pour des pays comme l'Inde et la Chine qui s'y sont penchés depuis déjà plusieurs années. http://www.bioenergie-promotion.fr/category/bioenergies-biomasse-bois-energie-biocarburants-biogaz/biogaz-biomethane-gaz-de-fermentation-biodigestion-syngaz-gaz-de-synthese/page/4/
Réponse de le 28/07/2012 à 14:50 :
Merci pour le recadrage, ça ne lui fera pas de mal !
Réponse de le 29/07/2012 à 10:49 :
@vermifuge: Bien vu pour les toilettes sèches, les cultistes sont partis à fond là dessus :D

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :