L'éolien et le solaire français poursuivent leur dégringolade

 |   |  571  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Les derniers chiffres de raccordements de projets solaires et éoliens rendus publics lundi montrent que la situation continue de se dégrader en France. Mais il semblerait que dans le photovoltaïque des projets s'envisagent hors appels d'offres et tarifs de rachat.

Lundi, le syndicat des énergies renouvelables (SER) a fait part de son inquiétude au vu des chiffres de raccordements à ERDF de fermes éoliennes et centrales solaires réalisés au troisième trimestre 2012.

Rien de surprenant en ce qui concerne l'éolien, où la tendance au ralentissement est entamée depuis maintenant deux ans. Alors qu'il faudrait, pour atteindre l'objectif du Grenelle de 19.000 mégawatts (MW) de capacité installée à l'horizon 2020, raccorder en moyenne 1.400 MW par an, on en est à seulement 500 MW depuis début 2012, soit 46 % de moins que sur la même période de 2010 et 33 % de moins qu'en 2011.

Les assouplissements réglementaire dans l'éolien suspendus à la décision du Sénat

En cause, une trop grande complexité administrative et de multiples contraintes qui ralentissement le montage des projets, deux fois plus long en France qu'en Allemagne par exemple. Mais aussi, depuis plusieurs mois, une épée de Damoclès au-dessus du tarif de rachat, qui pourrait être déclaré illégal faute de notification à la Commission européenne.

Sur le premier point, plusieurs assouplissements (suppression des zones de développement éolien et de la règle « des cinq mâts » qui impose une taille minimale aux nouveaux projets) ont été inclus à la proposition de loi Brottes sur l'énergie. Mais le Sénat en a repoussé l'examen en raison des conditions (de nuit et en présence d'une poignée de députés verts) dans lesquelles cette proposition avait été adoptée à l'Assemblée nationale. Et il n'est pas du tout acquis que ces amendements, considérés comme certains comme anecdotiques en comparaison d'autres sujets tels que la classification des fermes éoliennes en ICPE (installations classées pour l'environnement) ou encore le coût et les délais de raccordement, soient in fine votés par le Sénat.

Quant à la sécurisation du tarif de rachat, réclamée par la filière au motif que l'incertitude juridique dissuade les investisseurs, il n'en est toujours pas question.

Fin des projets solaires d'avant-moratoire

Côté solaire, seuls 134 MW ont été installés au cours du troisième trimestre, soit une baisse de 47 % par rapport au deuxième trimestre. Ce ralentissement reflète l'arrivée à échéance des projets signés avant le moratoire de décembre 2010 et qui avaient donc bénéficié des tarifs de rachat antérieurs.

Selon le SER, les conditions actuelles (lenteur de mise en ?uvre des appels d'offres pour tous les projets supérieurs à 100KW et baisse « trop brutale » des tarifs pour les plus petits) ne favoriseraient pas les nouveaux projets.
Le syndicat des énergies renouvelables (SER) demande donc au gouvernement d'accélérer les mesures d'urgences évoquées par la ministre de l'Ecologie lors de la Conférence environnementale des 14 et 15 septembre.

20.000 mégawwats prévus dans les régions françaises ?

Pourtant, on entend également circuler des chiffres impressionnants sur les projets qui ne misent ni sur les appels d'offres, ni sur les tarifs de rachat. En cumulant les objectifs affichés par les différentes régions, on atteindrait ainsi pas moins de 20.000 MW.

Rappelons, pour mémoire, que le Grenelle de l'Environnement ne prévoit que 5.400 MW en 2020. Mais il est vrai que ces projets (s'ils se développent vraiment) ne pèseront pas sur les finances publiques. En revanche, l'injection de 20 GW d'énergies renouvelables intermittentes pourraient bien poser quelques problèmes au réseau...
 

 


 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/10/2012 à 20:07 :
Suite à la lecture des commentaires précédents, j'attends avec impatience le jour où je pourrais consommer et produire ma propre énergie où je le désire (pas obligatoirement en site isolé) sans rendre de compte à qqun. Car les lobbys qu'ils soient pro nucléaire ou pro renouvelable sont tous des financiers avant tout.
Les arguments de la FED sont avancés par un idiot qui ne connait rien à l'énergie, et les grands chefs des entreprises d'énergie verte se focalisent sur les courbes de vente d'électricité appuyées par des tarifs d'achat grassement payés par les consommateurs... Trop de métiers qui brassent du vent via blabla et autres pirouettes, politiques par exemple, c'est au peuple de se prendre en main et de prendre les bonnes initiatives ne laisser personne décider pour vous....la crise le montre, c'est la fin d'un systeme qui ne marche pas, regardez autour de vous, Thomson, Mittal, PSA etc les financiers se gavent et balancent les cadres, les ingé, les techniciens, les ouvriers, plus spécifiquement regardez pour l'éolien vestas et gamesa... il faut etre bete pour s'insulter comme du poisson pourri comme vous le faite...
Réponse de le 13/11/2012 à 5:10 :
Je ne vois pas ce qui vous empêche de produire et de consommer votre propre énergie. Rien ne vous en empêche. Plutôt que de dénigrer, commencez par agir.
a écrit le 28/10/2012 à 1:47 :
Rappelons que la Fed (Fédération soi-disant "environnement durable" qui n'a rien à voir avec l'environnement si l'on regarde son historique, ses activités et parcours de ses fondateurs) est un organisme de lobbying pro-nucléaire qui prétend regrouper plus de 800 associations derrière lesquelles se cache la plupart du temps 1 seule personne. Elle a déposé des recours dans la majorité des régions françaises, y compris celles où il n'y a aucun projet éolien, autrement dit des recours majoritairement abusifs. Entre une part raisonnable d'éolien qui est présent dans plus de 140 pays au monde et a fait largement ses preuves depuis plus de 30 ans qu'il existe et aucun éolien il y a une marge que les extrêmistes de la Fed franchissent allègrement. STOP A LA FED.
Réponse de le 28/10/2012 à 21:28 :
Fed ou pas, les éoliennes ne servent qu'à enrichir les promoteurs et les propriétaires terriens sur le dos des consommateurs.
L'allemagne construit des centrales au charbon et au gaz pour palier à l'inconstance de l'éolien et va également construire des milliers de kms de ligne haute tension pour raccorder vos formidables éoliennes.
Les zozos qui se répendent sur ce site avec comme seul argument que les anti éolien sont des pros nucléaire sont tout sauf des écolos.
Sachez que EDF, AREVA, TOTAL etc. sont tous dans l'éolien! Pourquoi? Parce qu'il y a plein de fric à se faire!
Plus de subventions et de prix de rachat garanti, et hop! plus d'éolienne.
Réponse de le 29/10/2012 à 20:05 :
Au total, l'Allemagne obtient quand même quelques résultats de son parc éolien et solaire, et conserver son niveau de capacité charbon existant plus qu'elle n'en rajoute, le gaz est lui plutôt déficitaire, mais c'est seulement maintenant quand le total des 2 atteint environ 60 GW, grosso modo la même chose que le nucléaire en France, que cela commence à peser.

Le souci surtout c'est que cette stratégie censée protégé le climat en réduisant le CO2 n'a en fait plus aucun impact dessus (les léger gains au niveau national viennent presque uniquement de la réduction de consommation d'essence, comme en France, suite à la très forte augmentation des prix ces dernières années), et s'est transformé uniquement en voie de sortie du nucléaire *sans* réduction du CO2. Si c'était cela l'objectif final, les Allemands aurait mieux fait de ne pas installer d'EnR, uniquement des cycle combiné gaz pour beaucoup moins cher, et un bilan carbone pas plus négatif si les CCGT avait remplacé la partie la moins efficace des centrales charbon. (c'est d'ailleurs ce qui font maintenant les américains, qui ont grâce à cela de meilleurs résultats CO2 que les Allemands sur les 3 dernières années, sans subventions couteuses. Ca donne à réfléchir)
Réponse de le 30/10/2012 à 0:18 :
@ Fedoupas : l'éolien est présent dans plus de 140 pays dans le monde et pour certains depuis plus de 30 ans donc votre agument d'enrichissement de certains ne concerne que quelques-uns comme dans tout secteur mais n'est pas un argument valide à l'égard de cette technologie et de l'ensemble des opérateurs dans le monde. Le curseur a parfois été placé un peu haut en matière de subventions mais çà se corrige et c'est rien par rapport au nucléaire au total par exemple et entre autres.
@ Jmdesp : Pour les Etats-Unis le gaz de schiste est plus émetteur de gaz à effet de serre que le charbon et le mazout donc l'amélioration attendue n'est pas exacte. Pour l'Allemagne ils ont fait le choix de ne pas continuer dans le nucléaire mais s'il y avait eu un accident, tout comme çà pourrait être le cas en France, ils ne le regretteront pas et à l'inverse nous sans doute que si. En matière d'énergies il faut se placer sur un horizon d'une vingtaine d'années et les allemands tout comme beaucoup d'autres pays qui font leur choix dont le Japon ont et vont avoir beaucoup de retombées positives et matière de coûts, de technologies et savoir-faire, de produits export et à terme de réduction de gaz à effet de serre. Le charbon c'est une transition et les récentes centrales sont majoritairement des remplacements d'anciennes et pas simplement de compensation à l'intermittence de l'éolien et du solaire. Il ne faut pas non plus perdre de vue que si leur gaz est importé et va coûter de plus en plus cher, leur charbon est local et technologiquement par cryogénie par exemple on peut réduire de quasi 100% la quasi totalité des polluants, capter le CO2 etc. Donc il faut intégrer les évolutions en cours de chaque technologie et ne pas faire un bilan définitif sur les seules 2 dernières années. Un bilan sur 10 ans c'est plus fiable par exemple. Plus de 2000 chercheurs travaillent dans l'énergie au seul Fraunhofer et leur programme a été élaboré dans l'ensemble des centre spécialisés allemands depuis le début des années 90. Il y a eu par ailleurs de nombreux débats univsersitaires, publics etc depuis des années. Je crois donc que c'est un peu rapide de prendre leur porgramme comme celui du Japon, de la Suède, de la Suisse, de l'Autriche etc comme celui d'amateurs et penser que nous français sommes les meilleurs. Je crains plutôt que l'on ait un joli retard, un manque de savoir-faire généralisé comme on le voit dans la plupart des secteurs de l'énergie et à l'export et que l'on va avoir des coûts très élevés de démantèlement de nos centrales qui vont être poussées jusqu'à 60 ans ce qui risque de nous ajouter un accident majeur en plus d'un coût évalué par les intervenants du nucléaire eux-mêmes entre 600 et 1000 milliards d'euros. Là nous pourrons refaire nos calculs et voir qui avait fait réellement les bons choix.
a écrit le 26/10/2012 à 9:39 :
Eolien : Non à la dictature des verts
Le grave incident intervenu lors du vote à l'Assemblée nationale de la loi sur l'énergie dans la nuit du 4 au 5 octobre concernant les amendements sur l'éolien industriel présentés par le député D. Baupin (EELV), dans des conditions contraires aux règles de la transparence et de la démocratie, a été dénoncé avec force conjointement par l'opposition de droite et le front de gauche, ce qui constitue un événement politique rarissime.
La méthode dictatoriale utilisée par le parti des verts met au grand jour sa collusion totale avec les promoteurs de l'industrie éolienne.
Depuis plusieurs années la Fédération Environnement Durable (FED) dénonce l'emprise sur L'Etat des syndicats des promoteurs éoliens qui ont réussi à inféoder certains élus pour défendre leurs intérêts privés. Elle a alerté à de nombreuses reprises les médias et les parlementaires sur l'opacité de certains circuits financiers de ce lobby industriel qui utilise la manipulation systématique des chiffres scientifiques et économiques pour écrire les lois et leurrer le gouvernement.
La FED rappelle que la transition énergétique ne doit pas se faire à travers le déni de démocratie, les mensonges, les prises illégales d'intérêts, le ravage de l'environnement et l'atteinte au patrimoine de la France.
La Fédération Environnement Durable demande au Gouvernement de ne pas céder à de tels « diktats » et de refuser une loi honteuse sur l'environnement votée en catimini.
Elle lance un appel aux militants d'EELV pour que leurs dirigeants cessent d'utiliser de telles pratiques qui déshonorent la démocratie et discréditent l'écologie.
a écrit le 25/10/2012 à 9:12 :
d'autres études sont plus critiques ...! mais bon vous avez peut être raison il y a bien des cormorans sur la seine a Paris et sur les décharges publiques !!! quand a moi je m'acclimaterais jamais a un rideau d'éoliennes sur le tableau ...ne dit on pas , la vue sur mer est immuable .
Réponse de le 25/10/2012 à 18:29 :
Toutes les côtes ne se valent pas et les parcs seront limités. En outre beaucoup de côtes sont déjà abîmées par l'immobilier et pire. A Copenhague on en voit beaucoup au large et çà ne choque vraiment pas mais il ne s'agit pas d'en mettre autant, loin s'en faut, c'est juste un complément en France à plusieurs autres énergies renouvelables dont nous disposons. En plus on atteint en offshore des facteurs de charges parfois de plus de 45% supérieurs au rendement du nucléaire et on peut se permettre de viser 10 voire 15 MW par éolienne donc parc réduit et prix de revient en forte baisse. Cà diminue les passages de bateaux et favorise nettement les zones de renouvellement des poissons et la biodiversité. Si l'on compare chaque énergie sur tous les plans, l'éolien a un bilan qui est très convenable et fait plutôt partie des meilleures c'est pour çà que je trouve la Fed trop extrême même si certains de ses arguments au cas par cas sont recevables.
Réponse de le 29/10/2012 à 20:29 :
Vous avez été trompé quand aux performance réelles de l'offshore. Vous pouvez allez vérifier les facteur de charge atteint par les parcs éoliens britanniques, déjà les prévisions sont inférieures à vos chiffre, mais les chiffres réels sont encore inférieurs. Un très modeste 31% pour le parc de Thanet en 2011, cf http://www.lorc.dk/offshore-wind-farms-map/thanet?free=thanet
En 2007, c'est tout l'offshore britannique qui n'a atteint que 27% cf http://www.general-files.com/download/gs54df31c8h32i0/wind.overview.2008.pdf.html p10

Les soumissionnaires de l'AO en France ne s'y sont pas trompé, vu le facteur de charge décevant, qui ne permet pas de compenser les dépenses supérieures, ils ont exigé comme le démontre le rapport de la CRE d'être subventionné à hauteur de 225?/MWh pour s'engager. Le prix de revient est donc finalement 2 fois et demi plus élevé que pour l'éolien onshore à 85?/MWh.
Réponse de le 29/10/2012 à 23:51 :
Non nullement trompé. On obtient bien sur certains parcs en mer du Nord des facteurs de charge de plus 45% localement, je ne parlais pas de moyennes de l'ensemble des parcs offshore d'un pays. Sur le prix réclamé il ne faut pas oublier que les opérateurs ont la charge des liaisons réseaux à faire il faut rentrer dans les détails des calculs avant de juger hâtivement. Les subventions sont certainement trop élevées, là nous sommes d'accord. Mais çà n'enlève rien à la validité de cette technologie et des ses améliorations en cours, son bilan global, tous paramètres confondus en fait une des énergies les plus intéressantes à tous points de vues.
Réponse de le 30/10/2012 à 16:29 :
Ah, on pousse l'écologie jusqu'à faire du tri sélectif des données donc. Même au Danemark, rare sont les parcs qui arrivent à 45%. L'un des tout meilleur, celui de Horns Rev 1 qui en moyenne chaque année est entre 40 et 47 a aussi fait seulement 26% en 2004.

Surtout la chose qui compte ce sont les moyennes nationales, pas de s'émerveiller sur les chiffres d'un parc pris isolément de tout le reste. Forcément après avoir couvert initialement le spot le plus intéressant, on est obligé d'aller ensuite là où c'est moins bon, et on se retrouve avec des moyennes nationales très inférieures à celle du meilleur spot.
Ou, sachant qu'on parle de la France initialement, de prendre des chiffres de vents à peu près comparable, beaucoup plus ceux de l'Angleterre que ceux du Danemark/Islande situés sur un parallèle où n'importe quel navigateur vous dira que le vent souffle presque constamment à vitesse maximale.

Aussi quand on fait un bilan global, on ne peut vraiment pas dire que les Danois fassent une belle opération. L'électricité la plus chère d'Europe pour les consommateurs, des surplus éoliens exportés à perte à la Suède ou à l'Allemagne la moitié du temps, et un mix toujours à environ 50% de charbon pour une électricité qui reste donc parmi les plus sales d'Europe.
Je ne crois pas que les subventions soient élevés justement, elles correspondent aux coûts d'entretenir les éoliennes avec ce que va leur faire subir le climat marin. La seule amélioration est une course au gigantisme qui apporte très peu d'économie d'échelle et où les constructeurs oublient que le coût de la moindre réparation avec une grue de plus de 100 m de haut va être à tomber à la renverse.
Et le bilan global est plombé d'un coté par les coûts de connexions des lignes, plusieurs milliers de kilomètres à déployer en Allemagne, avec des difficultés inattendus sur les parcs de mer du nord qui conduisent à plusieurs années de retard, de l'autre par le fait que le vent souffle quand il veut pas quand on en a besoin, d'où les records de production systématiquement en Espagne et au Portugal battus vers 3 ou 4 heure du matin, au moment où on alimenterait très facilement le réseau sans l'éolien et où ce qu'il apporte ne sert pas à grand chose.
Mais aux yeux de son amoureux, rien n'arrivera à enlaidir la marié.
Réponse de le 01/11/2012 à 0:05 :
Si les Danois (ou tout autre pays) avaient fait du nucléaire ils auraient eu des problèmes de stockage et d'évacuation de trop pleins d'énergie encore plus importants, en plus de ceux de démantèlement, stockage des déchets, retraitements, risques etc Leur choix a été réfléchi et n'est pas absurde. Leur électricité hors taxe servant à la diminution de l'intensité énergétique du pays n'est pas si élevée (elle aurait été au moins aussi élevée avec du nucléaire tous frais compris dont une bonne part a été prise en charge par les français directement dont la R&D publique etc) Les entreprises danoises ne s'en plaignent pas et leurs exportations manufacturières rapportées à la population sont supérieures aux nôtres. Les résultats en matière d'intensité et d'efficacité énergétique grâce à cette taxe sont bien meilleurs que les nôtres. Leur politique comme celle des suédois a été très efficace. Les données que vous indiquez sur les prix avec le stockage en Norvège ne sont pas celles que j'ai. Les pays concernés ayant un échange à chacun profitable on ne voit d'ailleurs pas pourquoi l'un se laisserait léser durablement sans rien faire. Sur le plan charbon ils sont partis du quasiment tout charbon et ont donc bien avancé. Le charbon lui aussi évolue au plan technologique il ne faut pas toujours rester sur de vieux clichés et regarder la réalité. Sur la moyenne du taux de charge, si le réseau européen éolien était achevé on arriverait à un taux de charge moyen autour de 30%, c'est bien par rapport au rendement du nucléaire et son taux de disponibilté, sans les inconvénients majeurs et sans solutions de ce dernier. Le gigantisme n'est pas la seule amélioration de l'éolien, là encore un cliché. Il n'y a pas des réparations nécessitant une grue à faire tout le temps, là aussi un cliché. L'éolien existe depuis plus de 30 ans et de multiples éoliennes tournent au delà du temps attendu sans nécessiter des interventions qui les rendraient non rentables. Elles sont bien rentables et leur prix par KWh fourni va encore diminuer, de même que cette technologie garde un potentiel assez élevé d'améliorations. Sur le réseau allemand, si la partie industrielle et des habitants du Sud avaient été alimentés par du nucléaire proche d'eux il y aurait eu des risques et inconvénients majeurs. On a donc dans tous les cas un problème de réseau et de concentration des populations qui est certes accenté par la production éolienne offshore allemande mais à peine plus et chaque énergie posait poroblème donc toujours faire haro sur l'éolien qui est une technologie énergétique comme toute autre avec ses avantages et inconvénients relève d'un esprit plutôt binaire. L'éolien a une part raisonnable à jouer en Europe et fonctionne bien, avec une énergie parmi les plus propres quand il est mixé de manière optimales avec les autres énergie renouvelables, mais encore faut-il laisser le temps à cette transition et aux évolutions technologiques qui arrivent vite et sont plus durables que le tout nucléaire et autres énergies polluantes. Le nucléaire a des limites technologiques jusqu'à présent insolubles, déchets dangereux même après transumutations, coûts élevés impossible à réduire, risques élevés, démantèlements complexes, dissémination, rendement assez médiocre, souvent besoins en eaux, surveillance constante, moyen de chantage et point faible pour un pays car facile à faire sauter etc. Comme pour le tsunami au Japon, plusieurs centrales nucléaires fermées aux Etats-Unis dont quelques problèmes qui auraient pu être graves, à l'inverse aucune éolienne stoppée.
a écrit le 25/10/2012 à 1:42 :
L'éolien offshore contribue à l'épanouissement de la vie marine. IMARES, NIOZ et Bureau Waardenburg sont les plus grands instituts de recherche aux Pays-Bas. Ils ont mené une étude de 5 ans sur le parc éolien offshore installé près d'Egmond aan Zee aux Pays-Bas, opérationnel en 2007. Situé à une distance comprise entre 10 et 18 km au large de la côte hollandaise, il s'étend sur 27 km². Ses éoliennes alimentent en électricité plus de 100 000 foyers chaque année. Quatre catégories d'animaux ont été observées : les poissons, les oiseaux, les mammifères marins et le benthos (flore). L'étude de NoordzeeWind compte parmi les cinq meilleures études en la matière dans le monde, eu égard en particulier à la portée et à l'ampleur du programme de recherche mené. Sa conclusion la plus importante est que le parc éolien a eu des répercussions majoritairement favorables sur la vie marine. Pour les poissons : la morue a tendance à rester aux abords des éoliennes. Des concentrations plus élevées ont été observées à proximité des pieux des éoliennes. Ceci est certainement dû à l'abondance de sources de nourriture aux abords des pieux. Concernant les oiseaux : près de cinq millions d'oiseaux volent à proximité du parc éolien chaque année. L'étude a montré que ces oiseaux évitent intentionnellement les éoliennes et préfèrent les survoler ou les contourner. Les oiseaux qui entrent dans le parc savent comment éviter les éoliennes. Ceci signifie que seul un pourcentage négligeable (environ 0,01 %) se blesse avec les pales des éoliennes. Étonnamment, le parc éolien semble être l'habitat idéal pour le grand cormoran. Après la pêche, les cormorans sèchent leurs plumes, un geste facilité par les éoliennes. Ils se posent en grand nombre à un endroit choisi sur les plateformes éoliennes pour y déployer leurs ailes et les faire sécher. Concernant les mammifères marins : les résultats ont montré que les marsouins étaient plus nombreux dans le parc qu'à l'extérieur. Ceci s'explique sans doute par l'abondance des sources de nourriture au sein du parc ou par la tranquillité dans des eaux où l'activité marine est moins importante.
Pour le Benthos (ensemble des organismes aquatiques vivant à proximité du fond des mers et océans) : de nombreuses espèces sont présentes sur les pieux et les rochers avoisinants. Elles contribuent à une biodiversité locale accrue avec un effet bénéfique pour la faune et flore marine. http://www.noordzeewind.nl/wp-content/uploads/2012/03/ERL-20110805-1748-9326_6_3_035101.pdf
a écrit le 24/10/2012 à 14:45 :
Faux carole vous faite de la désinformation ...la FED est pro ENR et pro économie d'énregie mais anti éoliennes c'est vrai . MARRE de ces éoliennes qui transforme nos campagnes en porte épingles , Marre de ces machines géantes qui détruisent la quiétude ,les paysages sur 360° ...marre de ces machines a 500 m qui nous empêchent de dormir et qui menacent notre santé , marre de nos maisons qui sont devenues invendables , marre des pressions , de la propagande des promoteurs et interesssés qui rèvent d'une rente éolienne , marre des gens qui nient les problémes liés aux éoliennes , marre des gens qui disent que l'éolien est propre et sans émissions de co2 ...marre de ce faux green business ..marre de ces faux écologistes actuellement encore dominants ...mais le vent va tourner ...dans le sens des ENR plus réfléchis , plus respecteuses de l'environnement et des hommes et plus efficaces...c'est plus qu'honteux carole ...c'est grave ce qui se passe car c'est au nom de l'écologie ce qui se passe !
Réponse de le 25/10/2012 à 1:56 :
Bonjour Poisson ! les poissons, comme la faune et la flore marines, aiment pourtant généralement les éoliennes (comme le montre encore l'étude récente d'une durée de 5 ans ci-dessus qui en confirme plusieurs autres notamment sur les crustacés etc.). On ne peut pas en dire de même concernant le nucléaire dans l'estuaire de la Hague ou sur toute la côte au large de Fukushima.. !
a écrit le 24/10/2012 à 11:44 :
MARRE de la FED, ce cercle de retraités du nucléaire est une honte, ils ne proposent rien et n'ont pour but que de détruire les ENR, on ne les a jamais entendu sur la biodiversité, les gaz de schistes, les déchets nucléaires....
Ils n'ont qu'un vague site pourri truffé de mensonges, de clichés éculés et de malheureux liens wikipédias sur les "alternatives". C'est honteux.
Réponse de le 19/01/2013 à 16:35 :
Oh alors Carole, ce post est pour vous...
http://voisinedeoliennesindustrielles.blogspot.ch/2013/01/la-question-piroutette-de-2012-est.html
a écrit le 24/10/2012 à 0:54 :
Rappelons que la Fed (Fédération soi-disant "environnement durable" qui n'a rien à voir avec l'environnement si l'on regarde son historique, ses activités et parcours de ses fondateurs) est un organisme de lobbying pro-nucléaire qui prétend regrouper plus de 800 associations derrière lesquelles se cache la plupart du temps 1 seule personne. Elle a déposé des recours dans la majorité des régions françaises, y compris celles où il n'y a aucun projet éolien, autrement dit des recours majoritairement abusifs. Entre une part raisonnable d'éolien qui est présent dans plus de 140 pays au monde et a fait largement ses preuves depuis plus de 30 ans qu'il existe et aucun éolien il y a une marge que les extrêmistes de la Fed franchissent allègrement. STOP A LA FED.
a écrit le 23/10/2012 à 18:24 :
Eolien : La Fédération Environnement Durable attaque en justice les préfets de région

La Fédération Environnement Durable (FED), plusieurs centaines d'associations et des milliers de particuliers, ont déposé des recours juridiques pour faire annuler tous les Schémas Régionaux Climat Air Énergie (SRCAE)* et leurs volets les Schémas Régionaux Éoliens (SRE) qui ont été signés par les Préfets de Région.
Ces recours concernent actuellement l'Alsace, l'Aquitaine, l'Auvergne, la Bourgogne, le Centre, la Champagne- Ardennes, et Midi-Pyrénées.
De nouvelles actions sont en cours ou programmées dans les régions qui n'ont pas encore finalisé leurs SRCAE : Basse Normandie, Bretagne, Franche Comté, Haute Normandie, Ile de France, Languedoc- Roussillon, Lorraine, Nord Pas de Calais, Pays de Loire, PACA, Poitou- Charentes, Rhône-Alpes.
Concernant les schémas Régionaux Éoliens (SRE) la FED dénonce une totale absence de transparence démocratique tant dans leurs conceptions que dans la consultation publique qui en a été faite. Elle condamne le ravage programmé de la France par des dizaines de milliers d'éoliennes. Dans certaines régions les SRE autoriseraient des implantations dans plus de 80% des communes impactant la presque totalité du territoire régional

Ces projets actuels consistant à inonder la France de plusieurs dizaines de milliers d'éoliennes industrielles sont ruineux et contraires à l'environnement concernant les émissions de gaz à effet de serre. Tant qu'on ne saura pas stocker l'électricité, des sources aléatoires comme l'éolien engendreront des dizaines de centrales thermiques pour réguler leur fonctionnement comme le fait actuellement l'Allemagne qui construit 23 centrales de production d'électricité à charbon.

Ce programme éolien lourdement subventionné avec de l'argent public entraînera une hausse de 50% du tarif de l'électricité des ménages alors que quatre millions ne peuvent déjà plus payer leur facture. Il dégradera aussi la compétitivité de l'industrie française et il détruira des centaines de milliers d'emplois.

La FED réaffirme que la véritable transition énergétique consiste en priorité à soutenir les économies d'énergie des particuliers et des entreprises, à renforcer la recherche et le développement en matière d'efficacité énergétique
Réponse de le 24/10/2012 à 1:08 :
Encore le spam de la Fed qui continue son lobbying et que l'on retrouve partout sur son site et sur le web, truffé de données érronées, de chiffres faux etc. ERDF rappelle dans ses rapports que l'on peut intégrer 38% d'énergies renouvelables sur le réseau français en l'état actuel. On en est à seulement 2,6% d'éolien en France donc la marge est vaste. Les centrales à charbon en Allemagne sont principalement des renouvellements avec des unités nettement moins polluantes et de plus en plus souvent captage de C02 avec à terme méthanation en association avec l'hydrogène produit entre autres par l'éolien. Ce dernier participe bien à la baisse de production du C02 (voir cas du Danemark depuis le démarrage de l'éolien il y a plus de 30 ans). L'éolien est également l'une des énergies les moins chères au monde, y compris avec stockage et inférieur au nucléaire de type EPR tous frais compris. Il concerne environ 300 entreprises en France et 10.000 personnes dont des groupes comme Alstom.
Réponse de le 24/10/2012 à 11:45 :
Menteurs et cache-nez du lobby nucléaire....
Réponse de le 30/10/2012 à 17:04 :
Qui sont les menteurs ? Il y a une seule installations en Allemagne avec capture du CO2, en expérimentation, et une expérimentation avec 3 éoliennes de 3 MW pour la génération d'hydrogène *sans* méthanation car après avoir déjà dépensé 20 millions d'euro pour cette toute petite unité, ils ont du mal à aller plus loin financièrement.

L'objectif en 2012 devrait être de fermer les centrale charbon comme nous nous apprêtons en France à fermer 4 de nos 7 GW restant, et non pas de renouveler avec des centrales flambant neuves prêtes à massacrer l'environnement avec des mines à ciel ouvert profondes de 90m et couvrant des km2, détruisant les nappes phréatiques locales, et qui vont être remplies de plusieurs mètres de cendres toxiques contaminées aux métaux lourd et même ... légèrement radioactives.

Personnellement je ne suis pas à la FED et du point de vue énergétique pourquoi pas un peu plus d'éolien onshore en France (pas l'offshore, qui au total est simplement trop couteux, les capacité inférieures à 30% qu'on peut attendre en France ne rentabilisent pas ses frais faramineux) puisque notre capacité hydraulique élevée (n°1 de l'UE en capacité) permet de l'accueillir dans des conditions correctes jusqu'à un certain point.
Mais à condition qu'ils soit rentable sans être obligé d'ajouter à la subvention à 85? une niche fiscales exceptionnellement avantageuse pour les contributeurs de l'ISF. Niche fiscale qui fait que ça peut être en fait l'état qui fourni à travers les réductions d?impôts la majorité du capital nécessaire à la construction. Alors que le propriétaire touchera ensuite bien 100% de la subvention.

Et aussi donc il faut trouver des riverains qui en veulent bien sans devoir les contraindre. Que les écologistes pro-éolien se mobilisent pour racheter les maison en campagne proches des sites d'implantation d'éolienne, ça résoudra peut-être le problème ;-)
Réponse de le 01/11/2012 à 0:21 :
Vous rêvez. Il y a beaucoup plus d'expérimentations et stockage de CO2 en Allemagne car il y a des programmes européens sur le sujet et en plus des programmes spécifiques allemands. Sur l'hydrogène là aussi beaucoup de projets concernant beaucoup d'entreprises et pas juste 1 seul. Il n'y a que 10 nouvelles unités de charbon construites et non pas 23 comme l'affirme faussement la Fed. Le charbon a un potentiel rapide d'évolutions et est moins coûteux que le nucléaire. C'est une transition rapide et un choix politique contestables mais il faut juger du bilan sur une dizaine d'années et plus en incluant tous les paramètres dont comme au Danemark l'évolution de l'intensité et de l'efficacité énergétique globale qui reste toujours plus forte qu'en France qui bientôt va être confrontée au démantèlement de ses centrales et les premières posent déjà problème, au stockage toujours pas résolu, très durable et coûteux, sans parler des risques inhérents à des centrales prévues pour 30 ans que l'on pousse jusqu'à 60 ans. Que les anti-éoliens de la Fed se mobilisent pour habiter près des centrales nucléaires et des sites de retraitement et stockage ;o)
Réponse de le 05/11/2012 à 23:21 :
Ah oui ? Je vous renvoie au site suivant http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/068/68041.htm et http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/67790.htm
Donc une seule centrale CCS en activité, celle de Jänschwalde et un sénat allemand qui a bloqué la législation permettant d'aller plus loin (moi qui croyait que c'était uniquement en France que des politiques osaient mettre des bâtons dans les roues des renouvelables, quelle surprise !). Je n'ai pas les détails, mais si jamais la centrale de Jänschwalde est comme celle en Angleterre qui ne capture que 5 MW sur les 200 qu'elle produit, pour en fait les rejeter à nouveau ensuite faute de mise en place du stockage pour l'instant ... Ne parlons même pas des 16 à 40% estimés d'augmentation de consommation pour arriver à consommer l'ensemble du carbone Cf http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/068/68871.htm
Pour l'hydrogène, des projets surement. Mais un truc qui tourne vraiment, un seul avec 3 éoliennes. cf http://fr.wikipedia.org/wiki/Enertrag#Projet_hybridkraftwerk
Pour le charbon je maintiens que c'est une pure saloperie pour l'environnement, que vous irez donc expliquer que vous l?approuvez à ceux qui ont eu des parents morts de la silicose, et que les centrales les plus modernes coute bien à peu près aussi cher qu'une centrale nucléaire.
Réponse de le 07/11/2012 à 0:31 :
Ah la la mon pauvre Jmdesp vous n'êtes pas scientifique çà se voit ! C'est une technologie de stockage du C02 qui est bloquée dans certains pays et on le comprend mais pas la captation du CO2 ni d'autres formes de stockage (matériaux pour le bâtiments, les infrastructures, microalgues, énergie, chimie, engrais etc) et elles sont multiples dans le monde car le C02 est un problème mais dans plusieurs cas aussi un atout. Je ne défends pas le charbon mais la réalité est que les technologies du charbon évoluent et son industrie tente de rester compétitive car elle a encore une part importante à jouer dans le monde. Il se trouve qu'avec par exemple la cryogénie on perd jusqu'à 25% d'énergie mais on réduit la quasi totalité des polluants et avec le charbon supercritique on les réduit de 50% environ pour ne citer que ces 2 exemples parmi d'autres. Précision aussi beaucoup de projets pour la captation du CO2 existent et ne concernent d'ailleurs pas que le charbon. En outre, afin de démontrer la faisabilité de la capture et du stockage de carbone à partir d'une centrale thermique fonctionnant au charbon, la DG énergie de la Commission Européenne subventionne et coordonne six projets de démonstration. Les membres actuels du réseau sont : le site de Hatfield en Grande Bretagne (Don Valley), Rotterdam aux Pays-Bas (ROAD Project), Compostelle en Espagne (Oxy CFB 300) Porto Tolle en Italie, Belchatow en Pologne et Jänschwalde en Allemagne. Donc attention à regarder les évolutions de chaque technologie et le stockage d'énergie va apporter beaucoup aux énergies intermittentes renouvelables tout comme le solaire va encore beaucoup évoluer et les batteries électriques aussi, entre autres. Le charbon lui va être limité par ses coûts d'extraction et de transport, ce à quoi va se heurter aussi les gaz de schiste à terme. L'éolien lui dispose d'une ressource très importante, gratuite et propre donc c'est son atout majeur pour l'avenir et la Fed à tort de s'y opposer de manière extrême qui est à mon avis inacceptable. C'est très bien de lire les bulletins électroniques mais pensez à regarder aussi les sites de R&D comme ceux du MIT, Stanford et autres universités et revues ou sites très scientifiques, vous verrez qu'il y a beaucoup de voies très sérieuses et qu'il faut savoir remettre à jour certains choix car les choses évoluent assez vite. Personnellement je ne vois rien dans l'éolien qui justifierait son arrêt car il va s'intégrer de mieux en mieux aux autres technologies et va encore évoluer de manière encore plus satisfaisante malgré ses limites intrinsèques. Il ne s'agit bien sûr pas d'en mettre n'importe comment, n'importe où à n'importe quel prix mais cette filière à bien son rôle à jouer avec en plus des retombées technologiques dans d'autres secteurs.
a écrit le 23/10/2012 à 16:26 :
Heureusement que les reions font le taf,et vont ainsi permettent aux usagers concerne de faire des economies sur leurs factures d'energie
a écrit le 23/10/2012 à 15:40 :
Mais, nous avons des ministres Verts, non, pour s'attaquer à cette question...
A moins que le Sieur Arnaud n'intervienne...
Avec la fermeture des centrales nucléaires, nous allons bientôt nous retrouver avec la bougie... si nous arrivons à la produire!
La France avance... vers les cavernes d'antant... Et vive l'écologie!
a écrit le 23/10/2012 à 15:17 :
Eolien et maffia : 22 octobre 2012 la Fédération Environnement Durable en appelle au Président de la République.
Le Service de Renseignement et d'Analyse sur la Criminalité Organisée (SIRASCO), dans un rapport examiné aujourd'hui par le Premier Ministre, s'inquiète officiellement de la pénétration des organisations mafieuses dans le secteur des énergies vertes. Parmi les techniques utilisées
« l'infiltration au sein d'administrations décentralisées » pour « influer sur la désignation des zones retenues pour l'implantation des zones éoliennes ».
La Fédération Environnement Durable, qui ne cesse de dénoncer les pratiques de lobbying de la filière éolienne, voit dans ce rapport la confirmation des inquiétudes résultant des informations que lui remontent les 785 associations régionales qui se battent contre l'implantation d'éoliennes. La Fédération Environnement Durable dénonce de longue date non seulement la pénétration des administrations décentralisées mais tout autant celle des services centraux dont les orientations relaient fidèlement les intérêts de promoteurs aux contours financiers obscurs.
La Fédération Environnement Durable attire l'attention du Président de la République sur les risques de l'engagement pris pendant sa campagne électorale d'augmenter la part de l'électricité dite verte et principalement de l'éolien industriel qui constitue selon le SIRASCO, l'un des principaux points d'entrée des organisations mafieuses pour justifier de leur emprise sur les services de l'Etat et des collectivités locales.
Réponse de le 23/10/2012 à 15:46 :
"La fédération environnement durable" est une émanation de la mafia du nucléaire français. Mafia incontrôlable qui va jusqu'à espionner sa propre patronne (Anne Lauvergeon), évidement Tranparency, Greenpeace etc... Mais aussi menacer des particuliers opposés a leurs projets.
a écrit le 23/10/2012 à 14:56 :
Et en Attendant on continuer a perfuser Florange et autre site industriel qui ne pourront rivaliser avec les sites etrangers..... Gouverner c est prevoir, il fallait anticiper, reformer et former les personnels aux metiers de demain...... Mais bon comme pour la High tech on est en train de rater le train....
a écrit le 23/10/2012 à 13:28 :
Qu'elle place pour le renouvelable local en France ? Mieux faut faire tourner de vieilles centrales nucléaires indémentelables à coup de combustibles du Sahel...
a écrit le 23/10/2012 à 13:13 :
Et l'éolien offshore ? Il me semblait que nous avions des projets prometteurs das ce domaine ? Cela aurait-il changé ??

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :