Un côtes-du-rhône 1995 exceptionnel

Le millésime 1995 des côtes-du-rhône devrait être au niveau des années 1989-1990, c'est-à-dire exceptionnel. Pour les professionnels, il s'agit d'un cru de référence, équilibré en alcool et en acide, qui produira un vin de garde. Les arômes de poire et de pêche dominent dans les blancs (les condrieux devraient offrir un moelleux remarquable). Les oenologues prévoient des rouges à la charpente généreuse et harmonieuse. Les 12.000 vignerons de la vallée du Rhône ont bénéficié d'une météo clémente : un hiver pluvieux et doux, un printemps tout aussi humide, un été chaud et surtout des vendanges réalisées dans de bonnes conditions, le mistral ayant séché les raisins après les pluies des 18 et 19 septembre. Avec un bémol tout de même : les crus du nord (condrieux, saint-joseph...) ont très peu produit. Ces perspectives ont mis un peu de baume au coeur des vignerons. Mais ils ont dû affronter une double bourrasque. L'agitation sociale est tombée au plus mauvais moment : c'est en novembre-décembre que les côtes-du-rhône se vendent le mieux. L'heure est donc aux comptes, maisd'ores et déjà les professionnels semblent convaincus qu'il y a bien eu un recul des ventes alors que les exportations n'auront pas comblé le manque à gagner en France. Le boycott lancé à la suite de la décision française de reprendre les essais nucléaires produit de moins en moins d'effets, mais des fléchissements des ventes étaient déjà enregistrés avant les fêtes en Scandinavie, dans le nord de l'Allemagne et aux Pays-Bas. En revanche, les Anglais n'auraient pu se résoudre à boire du vin australien... Gérard TUR

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.