Les salariés de la planète Intel

Chez Intel, le temps réel est une vraie religion : « Etre disponible pour tous et n'importe qui à l'intérieur de l'entreprise, du pays ou à travers le monde, faire mieux, plus vite, pour moins cher », comme le proclame la profession de foi du géant américain. Rien d'étonnant à ce que le leader mondial du semi-conducteur investisse autant d'énergie à défendre le télétravail. « C'est une nécessité économique. Les migrations quotidiennes entre le domicile et le lieu de travail sont l'occasion de pertes de temps considérable. Les technologies de pointe (informatique distribuée, messageries, équipement mobile, vidéoconférence personnelle, GSM...) permettent d'entrevoir des solutions efficaces et rentables », soutient Jean Boufflet, directeur Marketing d'Intel. Depuis deux ans, trente volontaires sont passés du statut de nomades au statut de télétravailleurs. Ian Esslemont, architecture manager d'Intel, porte-parole d'Intel auprès des responsables informatique, fait partie de ceux-là : « Il n'y a pas de petit manuel du télétravailleur. Dans une société comme la nôtre, qu'on soit télétravailleur ou pas, le support informatique est omniprésent et la formation se fait à l'usage. Une grosse infrastructure centralisée européenne permet, en cas de difficulté des collaborateurs, de les surmonter. Le télétravailleur qui rencontre une panne s'oriente vers un centre d'appel qui l'aide à distance à trouver une solution. Si le problème est plus complexe, une assistance locale à distance intervient. Et en dernier recours, l'intéressé profite d'une visite au siège pour apporter le matériel défectueux. » Panoplie du télétravailleur. On évalue à 35.000 francs la panoplie multimédia du télétravailleur, soit un micro-ordinateur portable, un fax modem intégré, un téléphone GSM, un répondeur-fax au domicile, une imprimante portable, deux lignes téléphonique domicile, un accès ISDN-Numéris + système de vidéoconférence ProShare (système développé par Intel depuis mars 1995). « On ne peut plus vivre sans la messagerie électronique, explique Jean Boufflet. Si on ne l'utilise pas, on se sent déconnecté. » L'audioconférence et la vidéoconférence sont également très utilisées pour les réunions à distance. Cela ne nécessite aucune formation particulière pour un usage de base. « Pourtant, ce n'est pas parce qu'on optimise l'utilisation des technologies de pointe que l'on peut se dispenser de l'intervention humaine. Aucun logiciel de formation ne pourra remplacer une présence humaine lorsqu'il s'agit de connaissances plus pointues. Il est également vrai que beaucoup de logiciels ne sont pas utilisés au maximum de leurs possibilités. Dans ce cadre de demandes d'informations techniques complémentaires, la formation se limite à une sorte de service individuel à la carte. On s'est posé la question de fournir un soutien formation avec un tutoriel. Mais l'initiative n'a pas été convaincante. Les télétravailleurs n'ont pas envie de prendre sur leur temps une autoformation. » A croire le directeur marketing d'Intel, les seuls obstacles rencontrés dans la mise en télétravail des volontaires se sont limités à des questions de manque d'espace à domicile. Mais ne cherchez pas de résistances psychologiques des intéressés supposant une préparation ou une formation particulière contre l'isolement... Yan de Kerorguen

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.