L'Europe bancaire divisée sur le prélèvement Sepa

 |   |  185  mots
² ++BSD ++PasSupprimerBalise ++BSF ++Le clivage se confirme dans le dossier du prélèvement européen, qui devait entrer en vigueur en 2009 dans le cadre du projet d'espace européen de paiement en euros (Sepa). D'un côté, la Fédération bancaire française, épaulée par le groupe des Caisses d'Épargne européennes, espère le maintien du système de tarification basé sur la commission dite d'« interchange », notamment en vigueur en France. De l'autre, Bruxelles, qui juge ce système anticoncurrentiel car basé sur un tarif unique, exige sa suppression. Réunis jeudi à Bruxelles, les acteurs du secteur ont constaté leur désaccord, au grand dam des banques françaises, qui espéraient dégager un consensus. Elles ont notamment été lâchées par de grandes banques disposant d'une forte clientèle d'entreprises, comme Deutsche Bank, Santander, BBVA et Intesa-SanPaolo, qui espèrent leur prendre des parts de marché en proposant des prélèvements meilleur marché. Mais aussi par les banques anglaises, qui ont tout à gagner et rien à perdre, puisque leur marché national n'est pas concerné. B. J.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :