Nogent prépare une collection de luxe

 |  | 419 mots
Lecture 2 min.
Nous ne travaillons que l'acier en biseaux. La matière qui nous arrive en bobine est découpée, trempée à 1.040 degrés pour lui donner de la dureté avant d'être usinée, puis affilée à la main. La force de Nogent Trois Étoiles, c'est d'être une entreprise totalement intégrée ", martèle Éric Sirvin, qui préside aux destinées de la dernière entreprise de coutellerie industrielle du bassin de Nogent, implantée à Biesles (Haute-Marne). Une intégration qui n'est pas un vain mot. Nogent Trois Étoiles (43 salariés, 3,6 millions d'euros de chiffre d'affaires) va jusqu'à produire ses rivets, injecte le plastique, sèche, coupe, débite et tourne le bois pour les manches. " On va même jusqu'à réaliser la mise sous blister de nos produits ", précise le dirigeant de cette PME au capital familial.Chaque année, l'entreprise produit 1,5 million de pièces de coutellerie et assure près de 80 % de son activité avec trois produits : le couteau d'office, l'éplucheur à légumes et l'ouvre-boîte. Au-delà de cette production " historique ", Nogent Trois Étoiles réalise pêle-mêle des couteaux à steaks, des couteaux de charcuterie, des écailleurs à poisson, etc.30 % DE SON CHIFFRE D'AFFAIRES A L'EXPORTATIONUne diversification entamée au début des années 1980 à la demande de la grande distribution qui souhaitait " une gamme plus complète ". Résolument positionné sur le marché haut de gamme (ses couteaux à steaks sont dix fois plus chers que les couteaux premiers prix produits en Chine), Nogent Trois Étoiles estégalement distribué sur les foires, dans les magasins traditionnels et assure plus de 30 % de son chiffre d'affaires à l'export, principalement en Europe.Soumis à "une légère, mais régulière baisse d'activité en volume ", la PME multiplie les initiatives pour retrouver le chemin de la croissance. " Nous avons décidé de nous attaquer aux marchés anglais et américain où nous sommes en train de mettre en place un réseau de revendeurs. Parallèlement, nous allons encore élargir notre gamme en proposant des pelles de cuisine, des couteaux à huître et divers autres ustensiles ", annonce le PDG. Mais surtout, Nogent Trois Étoiles s'est attaché les services d'un designer pour produire une gamme de six couteaux de luxe. La dernière gamme de référence date de 1979. C'est dire si ce renouvellement est un virage important pour l'entreprise. " Nous voulons faire le pari d'allier modernité et tradition ", confie Éric Sirvin, qui attend le lancement de cette collection pour le premier semestre 2009.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :