Condé Nast planche sur trois projets de magazines

 |  | 455 mots
Lecture 2 min.
Le manque d'innovation de la presse magazine française est un de ses problèmes majeurs ", affirme Xavier Romatet, PDG de Condé Nast France, qui veut se poser en contre-exemple. Éditeur de Glamour et Vogue, en France, il y a lancé il ya six mois GQ - Gentlemen's Quartely. L'éditeur américain présent dans 23 pays réfléchit maintenant à l'adaptation française de trois autres mensuels : Condé Nast Traveller, un titre centré sur le voyage et le luxe récemment lancé en Italie et en Espagne ; Wired, bible américaine des nouvelles technologies, qui vient d'être adaptée au Royaume-Uni et en Italie. Et, surtout, le groupe songe à décliner l'emblématique Vanity Fair, référence glamour couvrant l'actualité " people " et culturelle, déjà présents dans cinq pays d'Europe.Xavier Romatet ne communique aucune date sur ces lancements potentiels, préférant tirer un premier bilan de GQ, magazine masculin généraliste sorti en février. Déjà diffusé dans treize pays, le mensuel affiche en France une diffusion d'environ " 80.000 exemplaires, soit 10.000 de plus que les prévisions ". En 2008, les recettes publicitaires devraient atteindre 6 millions d'euros. " C'est 40 % au dessus de l'objectif du plan d'affaires ", martèle Xavier Romatet. Ce qui n'empêchera pas le magazine d'être fortement déficitaire cette année. L'équilibre est prévu pour 2010, tandis que le retour sur investissement n'est pas attendu avantsept ans.UN SITE WEB GENERALISTEEn effet, GQ a nécessité près de 10 millions d'euros d'investissement. En parallèle, Condé Nast tente de mener sa révolution numérique. Il vient de lancer Menstyle.fr, un site généraliste à destination des hommes, déjà présent en Espagne et en Italie. Il rassemble les contenus des titres du groupe (GQ, Vogue Hommes, AD, Conde Nast Traveller), tandis qu'une équipe de journalistes travaille sur des contenus spécifiques. Le groupe a délibérément choisi de ne pas décliner ses marques papier sur le Web mais d'en créer une nouvelle, partant du principe que les internautes se rendent sur les sites directement, par le référencement naturel. Une version femme, baptisée Style, devrait voir le jour l'an prochain.Condé Nast n'est pas le seul à réfléchir à de nouveaux lancements, même si certains projets patinent. Ainsi, Marie Claire, malgré plusieurs tests, n'a toujours pas tranché sur l'adaptation française de Look, hebdomadaire anglais people et mode. " Nous y réfléchissons plutôt deux fois qu'une ", explique une porte-parole. Si le projet voit le jour, ce ne sera pas avant l'été prochain. Quant à Mondadori France (Biba, Closer, FHM), il teste actuellement un numéro zéro de l'adaptation française de son hebdomadaireGrazia.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :