Arte investit le Web comme laboratoire de production

 |  | 398 mots
Lecture 2 min.
Pour réaliser un portrait de la génération des " vingtenaires ", Arte a voulu utiliser leur mode de communication. C'est ainsi qu'est né Twenty Show, une production sous une forme expérimentale mise en ligne le 1er octobre sur le réseau communautaire My-Space. De jeunes acteurs interprètent quatre personnages, qui ont chacun leur blog vidéo : les confessions de Mia, Victor, Yasmine, Martin s'intègrent au fil des jours à leur espace personnel dessiné sur MySpace par les producteurs (Zadig Productions). L'ambition est de susciter des réactions, commentaires et contributions vidéo de la part de la communauté MySpace. L'ensemble de ces séquences et réactions sera monté en un téléfilm de 90 minutes, portrait de cette génération. Le budget de l'opération est de 500.000 euros dont 300.000 assumés par Arte.2,7 MILLIONS DE VISITEURS UNIQUES PAR MOIS"Gaza/Sderot, la vie malgré tout", en ligne sur Arte.tv à partir du 27 octobre, présente la vie de dix personnes dans deux villes de part et d'autre de la frontière israélo-palestinienne. Chaque épisode de 2 minutes, tourné et mis en ligne du jour au lendemain, sous-titré en cinq langues, est présenté sur un écran scindé en deux (Gaza/Sderot). Cette série d'un budget de 216.000 euros a bénéficié de 90.000 euros de soutien du Centre national de la cinématographie (CNC) aux programmes " nouveaux médias ". La réutilisation des images sur l'antenne de la chaîne franco-allemande sera décidée ultérieurement.Pour la première fois, explique Arte, les unités de programme de la chaîne - documentaires pour l'un, géopolitique et société pour l'autre - ont travaillé avec l'équipe Web à la coproduction de ces programmes " Web natifs ". Ils marquent une étape dans le développement du Web d'Arte fréquenté par 2,7 millions de visiteurs uniques par mois, qui visionnent 1 million de vidéos, pendant une durée moyenne de 10 minutes par session. Pionnier en termes de télévision de rattrapage en lançant le service Arte + 7 en octobre 2007, Arte.tv n'est plus seulement un prolongement de l'antenne. Ces programmes font "partie intégrante " de l'offre, commente Jean Rozat, DG d'Arte France. Face à la concurrence des chaînes de la TNT, " c'est sur Internet qu'il y a des parts d'audience à capter ", croit Joël Ronez, responsable du pôle Web d'Arte France.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :