Nouvelle équipe aux commandes de la relance espagnole

 |   |  275  mots
La crise économique rend nécessaire un nouveau rythme » : c'est ainsi que le Premier ministre espagnol, José Luis Rodríguez Zapatero, a justifié le changement de gouvernement qu'il a officiellement annoncé hier. Survenant un an à peine après le début de la législature, il est de taille puisque six des dix-sept ministères changent de mains. Son aspect le plus important, quoi qu'attendu (« La Tribune » du 7 avril), est le départ de Pedro Solbes, en poste depuis 2004 comme ministre de l'Économie et deuxième vice-président, et son remplacement par la titulaire des Administrations publiques, Elena Salgado. Selon Zapatero, la nouvelle priorité du gouvernement, après avoir injecté dans l'économie à travers ses plans de relance plus de 2 % du PIB, est désormais d'assurer à bon rythme « la mise en ?uvre effective des mesures décidées », une tâche pour laquelle il assure compter sur l'« efficacité dans la gestion » d'Elena Salgado, qui fait partie de l'exécutif (d'abord comme ministre de la Santé) depuis 2004.Le second changement de taille est la nomination de Manuel Chaves, président depuis 1990 du gouvernement régional d'Andalousie, comme ministre de la Coopération territoriale, avec rang de troisième vice-président. Il devra remettre de l'ordre dans les relations entre régions et pouvoir central, ce qui implique de démêler l'écheveau du financement des régions, qui tirent à hue et à dia pour s'approprier davantage de parts du gâteau. Tout porte à croire que Chaves, originaire d'une des régions les moins avancées du pays, apportera pour cette raison son appui aux thèses les plus favorables à la redistribution. Th. M. à Madrid

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :